AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | .
 

 Défi N°3 : L'Enfermement - Entre Filles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


♣ Le Fantôme du Titanic
avatar

>
PROFIL♌ Signaux de Détresse : 689
♌ Points : 881
♌ Jour d'embarquement : 12/07/2011
♌ Age du Personnage : Inconnu
RPG
Journal d'un fantôme
♌ Numéro de Cabine :
♌ Situation Amoureuse :
♌ Présentation:
MessageSujet: Défi N°3 : L'Enfermement - Entre Filles   Jeu 28 Juin - 15:04


L'Enfermement



Hier soir, vous vous êtes endormies paisiblement, du moins, le plus paisiblement possible dans vos cabines respectives. Vous vous demandiez de quoi serait fait le lendemain sans tellement vous en soucier. Elisabeth se couchait donc dans sa cabine luxueuse de 1ère classe, Anya dans une cabine de 2ème classe, tandis que Rosabelle et Suzanne se couchait à quelques mètres l'une de l'autre dans les quartiers des membres d'équipage. Mais en vous réveillant ce matin, quelques choses ne va pas du tout. Vos couchettes sont différentes, vous n'êtes plus dans la même pièce. Vous vous retrouvez toutes les quatre dans cette cabine que vous ne connaissez pas vraiment. Sur l'une des tables de nuits de la cabine se trouve quelques photos, une famille, un homme dans un collier, ainsi qu'un bracelet. A qui cela appartient-il ? Quelqu'un de présent dans l'assistance ? Vous vous dites que ce n'est rien que vous n'avez qu'à sortir de cette cabine et que tout rentrera dans l'ordre. Seulement voilà, la porte semble verrouillée, impossible de l'ouvrir. Elle semble être fermée de l'extérieur. Mais que ce passe-t-il dans le coin ? Comment sortir d'ici ?



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://titanic-ghosts.frbb.net

Invité

Invité

>
PROFIL
RPG
MessageSujet: Re: Défi N°3 : L'Enfermement - Entre Filles   Jeu 28 Juin - 16:23

Suzanne laissa échapper un parjure quand sa tête heurta quelque chose. Mal réveillée, elle se releva lentement, la tête endolorie et la bouche pâteuse. Elle se frotta les yeux et regarda autour d'elle. La cabine était plongée dans le noir mais elle avait la désagréable impression de ne rien reconnaitre. Les meubles ne semblaient pas les même, les rais de lumière tombaient différemment dans la pièce. Sa main tâtonna pour trouver ce qu'elle avait heurté en se réveillant et fut surprise de trouver une tête de lit en bois massif. Il n'y avait pas de tête de lit dans sa cabine, composé uniquement d'un lit simple avec des barreaux en métal. Elle devait faire un mauvais rêve, ou avoir mal senti. Elle laissa ses doigts se promener le long du bois et eut bientôt la confirmation qu'il y avait bien une tête de lit en bois. Comment avait-elle changé de cabine pendant la nuit ? Elle n'avait passé la nuit avec personne pourtant ! Elle était sûre de s'être couchée dans sa cabine des membres d'équipage, fatiguée à l'idée de tout ce qu'elle devrait faire le lendemain. Madame Grace allait avoir une longue journée donc elle aussi par la même occasion.
Angoissée, elle repoussa ses lourds draps et posa les pieds sur le sol froid. Peut-être était-ce un mauvais rêve ? Elle avait la désagréable impression d'entendre des respirations autour d'elle. Ce devait être un cauchemar, elle en faisait régulièrement ces temps-ci. A tâtons, elle chercha sa bougie à huile sur la table de nuit mais ne trouva rien à l'endroit où elle la posait toujours pour l'avoir à disposition quand elle se réveillait en sursaut la nuit. A la place, elle sentit d'autres objets sous ses doigts. Elle en attrapa un au hasard et le porta dans un rais de lumière afin de mieux l'examiner.

C'était un médaillon contenant la photographie d'un homme. Elle ne distinguait pas très bien ses traits mais eut une vision fugace d'André, son fiancé. En forçant ses yeux, elle constata que ce n'était pas lui même s'il y avait une certaine ressemblance. Quelque chose au niveau des traits. Le médaillon n'était pas à elle, elle n'avait jamais eu quelque chose de si joli. La seule photographie qu'elle avait d'André, elle l'avait perdu lors du naufrage. Elle avait beau être retournée à sa cabine, elle n'avait rien trouvé, l'eau avait dû l'emporter. Les traits de son fiancé commençait déjà à s'effacer dans son esprit. Elle reposa le médaillon sur la table de nuit d'un geste brusque. Peut-être était-ce une mauvaise blague ? Peut-être qu'on voulait lui faire peur ? Sans y faire attention, elle avait reposé le collier sur d'autres photographies. Elle les attrapa et les regarda dans le rais de lumière. Elle ne reconnaissait aucunes des personnes représentées, elles ne lui disaient rien. Tout semblait montrer qu'elle était dans la cabine d'une autre personne. Sauf qu'elle n'avait pas la moindre idée de comment elle était arrivée là. Peut-être était-elle somnambule ? Comme son amie Pauline, qui se réveillait la nuit et se mettait à parler.
Elle se releva et s'approcha de la table de nuit. Elle trouva aussi un bracelet qui semblait magnifique. Elle fut tentée de l'essayer mais craint de se faire prendre. Après tout, elle ne semblait pas être dans sa cabine. Elle reposa le bijou et se tourna. Elle distinguait des formes dans le noir, des formes humaines. Oh mon Dieu, elle avait dû entrer dans la cabine de quelques passagers sans s'en rendre compte. Et pas des membres d'équipages, au vu de la tête de lit en bois. Paniquée, elle se dirigea vers son lit pour chercher sa robe de chambre afin de pouvoir sortir décemment dans le couloir. En farfouillant sous les draps, elle en sentit enfin le tissu. Elle avait dû glisser pendant son sommeil agité. A moins qu'on le lui ait retiré si quelqu'un l'avait déplacé dans cette cabine. Mais pourquoi ? Pourquoi elle ? Elle n'était qu'une bonne, n'était pas importante sur ce navire !

A tâtons, en essayant d'être le plus silencieuse possible, elle se dirigea vers la porte et tourna la poignée.
En vain.
Elle avait beau forcer, la porte semblait fermée à clé. Elle tenta de trouver une clé au niveau de la serrure mais il n'y avait rien. Elle se sentait oppressée. Elle ferma les yeux très forts pour réprimer sa peur, elle avait l'impression d'être de nouveau coincée derrière les barreaux des troisième classe, comme lors du naufrage. Sa tête commençait à lui tourner et ses jambes tremblaient. Elle ne devait pas penser au naufrage, il n'en sortirait rien de bon. Le bateau ne pouvait pas couler une deuxième fois, elle devait se calmer. Elle se força à respirer lentement. Mais s'ils pouvaient survivre sous l'eau, pourquoi pas couler une deuxième fois ? Elle tourna la poignée avec plus de force, se fichant du bruit qu'elle faisait. Un sanglot lui échappa. Elle sentait l'angoisse la submerger.

Un bruit derrière elle attira son attention et elle se retourna brusquement. "Qui va là ? C'est votre cabine ? Vous m'avez amenée ici ? Laissez-moi sortir ! Pitié !" Sa conscience lui souffla que c'était peut-être des première classe et qu'elle serait alors en tort mais elle était trop paniquée pour y penser. Elle entendait presque le bruit du métal qui se tord, comme le soir du naufrage, quand la coque se courbait sous la pression de l'eau de la mer.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité

>
PROFIL
RPG
MessageSujet: Re: Défi N°3 : L'Enfermement - Entre Filles   Jeu 28 Juin - 17:42

La lune trônait haut dans le ciel, ce spectacle t'avais toujours enchanté, à dire vrais tu étais plus une femme de nuit que de jour. La nuit t'émerveillait ce qui t'avais valut bon nombre de nuit blanche dans l'enfance lorsque tu admirais le ciel ô combien sombre. Cette nuit là, tu avais admiré la lune à travers les fenêtres de ta cabine. Tu savais au fond de toi que tu aurais pu y rester bien plus longtemps, mais tu avais choisi de te rendre dans ton lit. Tu venais de t'allonger que déjà le sommeil t'emportais dans une torpeur sans rêve. Tu n'avais jamais eu l'occasion durant ta courte existence de t'endormir sans craindre le lendemain et sans craindre de fermer tes paupières. Tu avais du être méfiante, bien trop méfiante pour aimer le repos que devais provoquer la nuit. A dire vrais tu ne dormais que trois heures, quatre tout au plus, mais jamais tu n'avais fait de pleines nuits de sommeil, pourtant l'enfance aurait du t'octroyer cette chance...

Les yeux clos le sommeil fini par t'agiter, tu faisais presque toujours le même songe : tu te revoyais glisser ta lame acérer contre la gorge de ta belle-mère. Ensuite tu te voyais entrain de porter un coup à ta soeur, coup qui avait du lui être fatale, mais tu n'avais pas eu le temps de vérifier... Et enfin tu te revoyais sur ton époux Joaquim dans votre lit entrain de l'étouffer avec l'un des coussins... A chacun de tes réveilles ton existence te paraissait monstrueuse et toute la journée tu exécrais les choix que tu avais commis surtout ceux qui s'étaient avéré fatale pour les autres. Cette nuit ressemblait à bon nombre de celles que tu avais vécu, avec sursaut tu te redressas dans ton lit, ton souffle se faisait rapide et tu essayais tant bien que mal de le calmer. Lorsqu'enfin le calme t'envahis tu poussas un profond soupire. Tu restas ainsi un long moment assise dans le lit tu fixé le mur en face de toi cherchant à chasser les pensées négatives que tu avais de ta personne. Avec une grande délicatesse tu t'extirpas du lit, regardant autour de toi, tu eus la surprise de constater que tu ne te trouvais pas dans ta cabine. Et en voyant la décoration de celle-ci tu te dis en toi-même que tu devais te trouver dans une cabine de troisième classe. Comment étais tu arrivé là ? Tu l'ignorais, mais tu cherchas une explication et celle la plus plausible qui te tomba sous la main fut celle-ci : tu avais du sortir tard de ta chambre et te connaissant tu avais du avoir un rapport avec l'un des hommes -ou femme- du paquebot. Cela t'arrivait quelques fois... Tu te rendis à la porte tentas de l'ouvrir, rien...elle restait fermé, en poussant un soupir, tu te résignas et retourna dans le lit, il faut dire que tu te trouvais en sous-vêtement.

Tu te tenais assise dans le lit lorsque tu entendis une personne tentée à son tour d'ouvrir la porte, puis un bruit de sanglot. Tu te levas alors, mais malheureusement tu avais effrayé la personne qui brusquement se retourna

« Qui va là ? C'est votre cabine ? Vous m'avez amenée ici ? Laissez-moi sortir ! Pitié ! »

Tu t'approchas alors de la femme, très en douceur tu la savais paniquée, mieux valait qu'elle ne crise pas plus. Tu ne répondis pas à ces questions, après tout, elle les avait dites juste pour tenter d'éclairer son esprit. Tu pu enfin voir le visage de la femme, il s'avérait que tu la connaissais de vue, c'était l'une des membres de l'équipage. Mais que faisait-elle là ? Avaient-elles fait quelque chose à trois ? Tu n'y comprenais plus rien... Tu penchas ta tête de côté puis fini par dire.

« On ne peut pas ouvrir la porte. Ce n'est pas en la forçant que cela vas marcher. »

Tu disais cela comme une évidence. Que la porte soit close ? Cela ne te dérangeais pas tant que ça, elle finirait bien par s'ouvrir te dis tu.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité

>
PROFIL
RPG
MessageSujet: Re: Défi N°3 : L'Enfermement - Entre Filles   Sam 30 Juin - 10:42


Rosabelle se dressa sur sa couche comme un diable sortant de sa boite. Les yeux écarquillés par l’angoisse qui venait de la saisir et dont elle ignorait encore la source même, elle balaya la pièce sans pourtant y discerner quoi que ce soit. Curieux, Betsy laissait pourtant toujours une bougie se consumer durant la nuit pour justement éviter que leurs angoisses nocturnes ne se prolongent trop longtemps après leur réveille. Peut-être était-ce d’ailleurs la cause de tout ce remue-ménage. Peut-être la française volage avait-elle été la proie de terribles songes et paniquait-elle à présent de se retrouver dans le noir, laissée en pâtures à toutes les ombres et les démons qui s’y tapissaient.
Sauf que quelque chose clochait et que la voix suppliante que l’hôtesse avait entendue n’avait rien à voir avec celle de son amie et collègue… Certes, la panique avait pu l’altérer et l’état de sommeil duquel elle avait été arrachée lui jouait possiblement des tours, mais si on le lui avait demandé à cet instant, Rosabelle aurait été formelle : ce n’était pas Betsy qui se trouvait dans sa cabine. Pourtant la voix lui était familière…

La main tremblante de la rouquine se porta immédiatement à sa gorge et elle tâtonna avec panique, cherchant à retrouver la croix qui pendait habituellement à son cou. L’espace d’une terrible seconde, elle s’imagina qu’elle ne la trouverait jamais, que Dieu l’avait finalement abandonné et qu’à jamais, elle serait condamnée à errer dans cette obscurité suintante d’angoisses. Mais finalement, elle sentit le contact chaud du métal qu’elle ne quittait jamais contre ses doigts et les referma sur la croix avec force. Durant tout ce temps, alors que sa chemise de nuit collait à sa peau légèrement moite, elle avait repéré du mouvement tout autour d’elle.
Rosabelle avait entendu des bruits de tissus, des pas et entendu les craquements du parquet. Le souffle court, elle avait été incapable de prononcer le moindre mot ou même d’hurler. Elle était totalement affolée et sa gorge paraissait obstruée. Et toujours, en continue, ce bruit de porte que l’on tente de forcer et dont on s’obstinait à tourner la poignée.
Sa main libre se plaqua subitement sur ses lèvres pourtant bien inutiles lorsqu’une seconde voix féminine s’éleva. Les yeux comme des soucoupes, la jeune femme resta pétrifiée sur son lit, retenant son souffle, sentant déjà le manque d’oxygène lui engourdir le cerveau. Son cœur battait à tout rompre dans sa poitrine mais le martèlement lui semblait venir directement de sa tête, de sa gorge. Chaque pulsation paraissait plus intense et emplissait l’espace.

Elle serra plus encore sa petite croix, immobile sur ce qu’elle pensait encore être son lit, récitant ses prières et intimant l’ordre muet au Diable de la laisser. Par pitié, n’avait-elle donc pas assez souffert ?
Mais la réponse était aussi évidente que cruelle et sans appel : bien sûr que non. Elle n’avait pas encore épié ses crimes. Rosabelle avait commis un acte immonde, le pire des péchés en livrant les passagers du Titanic à une mort certaine et elle n’en finirait jamais de payer. Pour l’éternité.
Une larme unique et brûlante roula sur sa joue blafarde et coula entre ses doigts alors qu’une autre voix s’élevait dans l’obscurité. Une obscurité qui devenait plus relative à chaque seconde puisque la jeune femme commençait à s’y habituer. Mais les larmes se chargèrent de tout brouiller et de rendre toutes ces ombres mouvantes plus terrifiantes encore…



Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité

>
PROFIL
RPG
MessageSujet: Re: Défi N°3 : L'Enfermement - Entre Filles   Jeu 5 Juil - 22:28


« Défi n°3 ¤ Enfermement entre filles. »
Tu t’étais endormie dans ta cabine, seule. Mêmes rituels, ta nuisette, un regard au journal intime ayant pris l’eau de ta sœur, et un baiser sur le médaillon de ta mère. Tout était normal, enfin presque…

A ton réveil, changement radicale. Tu n’étais plus au même endroit, l’ambiance de ta cabine n’était pas le même. Tu n’étais plus seule. Tu respirais profondément pour ne pas sombrer dans une crise de panique, tu ne savais pas où tu étais. Et pourquoi tu n’étais plus dans ta cabine ? Pourquoi ? Tu pris peur quand tu entendis une voix de femme lancée un juron à tes côtés. Mais où étais-tu donc tombée ? Encore un jeu du destin ? Encore une fantaisie de ce bon vieux Titanic ? Nous étions vraiment des marionnettes dans la main d’un marionnettiste. On ne contrôlait rien, et pour toi le Titanic était un enfer sans nom. Un enfer qui te rendait folle, tu étais en train de rêver c’était ça ? Tu ne te rendais pas compte mais tu nageais dans un rêve ? Ce n’était pas la réalité hein … ? Quelqu’un t’avait-il déplacé ? Quelqu’un avait posé ses sales pattes sur toi ? Cette idée ne te plaisait guère. Des voix plusieurs voix, tu étais affolée. Tu n’étais pas seule. Qui se jouaient de toi ? Tu l’ignorais. Des bruits de porte, quelqu’un qui souhaitent entrer ? Ou des personnes qui souhaitent sortir ? Tu n’étais pas seule. Ton corps tremblait. Ce n’était pas le moment de faire une crise. Tu stressais. Tu avais peur. Tu devais être forte. Tu étais Elisabeth Eugénie Cavendish.

A tâtons, tu touchais ce qui était à ta portée. Tu tombais sur une bougie que tu allumais d’un geste délicat. Tu révélas tes compagnons, toutes des femmes. Une jeune femme blonde près de la porte que tu ne connaissais pas. Rosabelle Wilde, une hôtesse que tu avais pu apercevoir près de Noah O’Discroll, ton amant… Et comme si, ton cauchemar n’était pas assez horrible tu te retrouvais avec Anya Avdeïev, cette jeune noble russe qui avait témoin d’un de tes coups de folies. Hum… Tu tâchais de rester calme, tu n’étais pas en excellente compagnie mais tu tâcherais de rester calme, disciplinée, et diplomate. Comme l’on t’avait appris depuis toujours.

    « Bonjour Mesdames. Tâchons de garder notre calme, s’il vous plait. La porte est verrouillée, et nous sommes toutes les quatre enfermées que faire ? Appelez à l’aide, peut-être que quelqu’un nous entendra ? Savez-vous comment vous avez atterris ici ? Et où sommes-nous ? »


Tellement de questions qui se bousculaient dans ta tête. Tu essayais de maintenir le calme entre vous, il ne fallait pas paniquer. Rosabelle n’avait vraiment pas l’air bien, vraiment vraiment pas. Toi, pour le moment tu te maitrisais ça allait. Tu ne te rendais pas encore compte de l’étendu du problème surement… Tu regardais inquiète Anya, que pouvait-elle penser de toi, à cet instant précis ! Tu craignais le pire…

    « Suis-je bête, je suis Elisabeth Eugénie Cavendish, première classe et je suis certaine de m’être couchée dans la cabine A38 hier soir… Enchantée de faire votre connaissance Mesdames, même si j’aurais préféré dans de meilleures circonstances, pensez-le bien ! »


Tu étais en nuisette, tu venais de te lever d’une nuit à priori mouvementée. Tu ne voulais pas prendre les rennes, mais il fallait essayer de trouver une solution. Tu n’osais pas retourner vérifier ce qu’Anya et Suzanne avaient déjà constaté plus tôt. Vous étiez bel et bien enfermées toutes les quatre dans cette cabine qui visiblement vu tous les regards horrifiés n’appartenaient à aucunes de tes camarades.


Dernière édition par Elisabeth E. Cavendish le Dim 2 Sep - 22:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité

>
PROFIL
RPG
MessageSujet: Re: Défi N°3 : L'Enfermement - Entre Filles   Lun 16 Juil - 20:51


Et soudain, la lumière fut…et l’incompréhension fut plus grande encore. Les yeux comme des soucoupes de la jeune hôtesse se posèrent sur le décor qui venait de se planter et le souffle lui manqua. Sa croix s’enfonçait dans sa chair, y laissant une empreinte qui ne tarderait pas à devenir sanglante si elle ne relâchait pas prise très vite.
Elle comprit immédiatement que sa cabine n’était investie par des étrangères, ce qui n’état pourtant pas pour la rassurer puisqu’elle découvrait qu’elle-même n’était pas à sa place. C’était elle l’intrus. Ou bien l’étaient-elles toutes ? Impossible à dire, la rouquine n’avait aucune donnée en sa possession pour affirmer ou réfuter cette hypothèse.
Tout ce dont elle était tout à fait certaine à cet instant, c’était d’être là où elle n’aurait pas du se trouver et d’être totalement paniquée. Se trouvait là impliquait que, au cours de sa nuit, elle avait été déplacée, que quelqu’un avait fait irruption dans sa cabine à son insu pour l’en déloger sans que la jeune femme ne s’en rende compte un seul instant. C’était une pensée terrifiante. Elle se sentait violée dans son intimité… et peut-être plus littéralement…
Si elle n’avait pas senti qu’on la déplaçait, qui pouvait savoir ce que le responsable lui avait fait subir d’autre ? Un frisson terrible la parcourut et le souffle lui manqua à nouveau. Elle se sentait étouffer dans son propre corps qui la démangeait tout à coup. C’était une sensation insupportable et Rosabelle avait envie de lacérer sa peau opaline jusqu’à l’arracher tout à fait.

Sa seule consolation était de ne pas être seule dans cette cabine et de comprendre rapidement que toutes les occupantes de la pièce partageaient sa frayeur et son désarroi.
Sous le choc de ses découvertes, angoissée comme rarement, elle écouta la grande brune étendue dans sa couchette leur parler. Elle s’exprimait d’une voix basse et claire et son calme apparent réussi à apaiser quelque peu la rouquine. Elle renifla légèrement, ramenant un peu plus ses jambes relevées sous son menton, donnant toute son attention à Elisabeth Cavendish.

Elle n’avait pas eu besoin de l’entendre se présenter à l’ensemble de la cabine pour la reconnaitre. Rosabelle, comme tous les passagers, avaient eu l’occasion de l’entendre et de l’admirer lorsqu’elle était montée sur scène le soir où… Mieux valait ne pas repenser à cet événement tragique. De toute façon, la rouquine ne comprenait toujours pas exactement ce qui s’était passé et cette histoire l’effrayait autant qu’elle la frustrait. Elle n’avait pas besoin d’y songer alors que sa situation actuelle était si bizarre et angoissante.
Toujours était-il qu’elle connaissait la grande brune de vue et que, d’après ce qu’elle avait saisit, Elisabeth et Noah étaient intimes…

D’ailleurs, elle n’était pas la seule que Rosabelle connaissait. Profitant qu’un silence s’installe dans la petite pièce où elles étaient apparemment enfermées, l’hôtesse du Titanic promena son regard rougis par les larmes sur ses autres compagnes d’infortune et reconnut Suzanne Cossé. Sa bonne amie Suzanne. Voilà pourquoi elle avait pensé reconnaître sa voix, sans parvenir à l’identifier tout à fait. La pauvre était dans un état pitoyable… Oh elle ne devait pas franchement être plus présentable, mais la voir dans cet état lui fit l’effet d’un électrochoc et termina de la détendre.

A présent elle avait une mission sur laquelle se concentrer, une tâche a effectué et, c’était tout ce dont elle avait besoin pour faire abstraction de tout le reste et garder la tête plus ou moins froide. Elle devait aider son amie et la calmer.
Mais avant de faire quoi que ce soit pour elle, relâchant sa petite croix d’argent, elle se tourna vers Miss Cavendish dans un raclement de gorge discret.

« Je sais qui vous êtes. Je vous ai déjà vue. Je crois que je connais chacune d’entre vous, au moins de vue » lâcha-t-elle d’une voix encore un peu tremblante, avant de revenir planter son regard doux dans celui de la blonde apeurée « Susanne Cossé ici présente et moi-même travaillons à bord du Titanic et je crois pouvoir assurer que l’une comme l’autre n’avons aucune idée de la manière dont nous avons atterri ici… »



HJ : je me suis permise de répondre pour faire bouger un peu le sujet. J'espère que ça ne dérangera personne.
Revenir en haut Aller en bas


♣ Le Fantôme du Titanic
avatar

>
PROFIL♌ Signaux de Détresse : 689
♌ Points : 881
♌ Jour d'embarquement : 12/07/2011
♌ Age du Personnage : Inconnu
RPG
Journal d'un fantôme
♌ Numéro de Cabine :
♌ Situation Amoureuse :
♌ Présentation:
MessageSujet: Re: Défi N°3 : L'Enfermement - Entre Filles   Mar 24 Juil - 16:34


L'Enfermement



Elles étaient entre filles dans une certaine pénombre. Le stress commençait déjà plus ou moins à en gagner certaines. La porte de la cabine d'une inconnue ne voulait pas s'ouvrir malheureusement. Mais la 1ère classe Elisabeth tenta de calmer le jeu auprès de tout le monde, se présentant et demandant à toutes si elles savaient comment elles avaient finies ici. Les deux membres d'équipage ne semblaient pas savoir le pourquoi de la chose. Allaient-elles céder à la panique ? C'était bien possible vu qu'un bruit suspect se fit entendre derrière la porte verrouillée. Y avait-il quelqu'un derrière ? Impossible de savoir, le bruit devenant de plus en plus fort et aigu au fil des minutes.

Ordre de Passage Proposé : Anya ou Suzanne puis Elisabeth.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://titanic-ghosts.frbb.net

Invité

Invité

>
PROFIL
RPG
MessageSujet: Re: Défi N°3 : L'Enfermement - Entre Filles   Dim 19 Aoû - 16:05

Tu te tenais toujours face à la silhouette féminine devant la porte, lorsque dans ton dos, une faible lueur éclaira la pièce. Tu tournas lentement ton visage vers la provenance de cette lumière, tu fus des plus surprises d'y trouver Elisabeth Cavendish, qui était l'une des seules personnes du paquebot à savoir que tu étais de noblesse Russe. Vous vous étiez rencontré de manière étrange lorsque celle-ci avait eu un coup de folie. Ton visage s'attarda ensuite sur une quatrième personne qui se trouvait encore dans le lit, elle semblait perdue et tous bonnement effrayer. La toute première explication que tu avais eue ne fut plus plausible et à nouveau ton cerveau se mit en quête d'une seconde explication. Aucune de ces femmes n'étaient en troisièmes classes, alors à qui était cette cabine ? Et comment étais tu arrivais jusqu'ici ?

« Bonjour Mesdames. Tâchons de garder notre calme, s’il vous plait. La porte est verrouillée, et nous sommes toutes les quatre enfermées que faire ? Appelez à l’aide, peut-être que quelqu’un nous entendra ? Savez-vous comment vous avez atterris ici ? Et où sommes-nous ? »

Elisabeth avait simplement énoncé à voix haute toutes tes questions et pourtant un très faible coup de stresse s'empara de ton être. Un coup d'oeil inquiet s'échangea entre la première classe et toi. Tout comme toi elle se métrisait, ou du moins rien ne se lisait sur son visage des plus imperturbables.

« Suis-je bête, je suis Elisabeth Eugénie Cavendish, première classe et je suis certaine de m’être couchée dans la cabine A38 hier soir… Enchantée de faire votre connaissance Mesdames, même si j’aurais préféré dans de meilleures circonstances, pensez-le bien ! »

La jeune femme rousse encore assise sur le lit se mit à parler et avec attention tu l’écoutas.

« Je sais qui vous êtes. Je vous ai déjà vue. Je crois que je connais chacune d’entre vous, au moins de vue. Susanne Cossé ici présente et moi-même travaillons à bord du Titanic et je crois pouvoir assurer que l’une comme l’autre n’avons aucune idée de la manière dont nous avons atterri ici… »

Passant la main dans tes cheveux tu gardas le silence un long moment. Lorsqu'enfin tu ouvris la bouche pour ajouter quelques propos, un bruit provenant de l'autre côté de la porte te fis sursauter. Tu voulais que ce cauchemars ce termine, mais au fond de toi tu savais pertinemment que ça ne faisait que commencer...
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité

>
PROFIL
RPG
MessageSujet: Re: Défi N°3 : L'Enfermement - Entre Filles   Dim 19 Aoû - 19:18

Un étrange rêve, celui que j'étais en train de faire. Vraiment particulier, je n'y comprenais rien. Je voyais ma famille, comme quasiment toutes les nuits, images du passé que je reconnaissais bien : l'anniversaire de ma soeur Camilla, la cabane de mon frère Daniel dans les bois, ma mère qui faisait la cuisine, mon père qui s'occupait des iris d'eau au bord du bassin. De temps à autres s'interposaient les images de deux enfants jouant dans l'immense parc : le garçon avait les cheveux châtain clair et les yeux bleus, son visage débordait de charisme et de confiance en soi ; derrière lui venait une fillette rousse aux longs cheveux bouclés, aux grands yeux verts et a la silhouette mince à l'extrême... Luke et moi. C'était avant, avant ses fiancailles, avant ma trahison, avant que je ne détruise le coeur de mes parents, avant que ne me m'enfuie pour Londres, incapable d'assumer mon crime. J'entendais des voix également, et c'est peu être cela qui était le plus étrange dans mon rêve, des voix féminines qui semblaient tendues, des voix que je ne connaissais guère, ça j'en étais certaine.

Peu à peu, les images s'aténuèrent jusqu'a disparaître totalement au profit des différentes voix, de plus en plus fortes, de plus en plus distinctes. Et je commençai a sentir le contact d'un sol dur et froid qui n'avait rien à voir avec la couchette que j'occupais chez les troisièmes classes. Je n'étais pas encore pleinement réveillée que déjà, je sentais que quelque chose ne tournait pas rond. J'entendais ces voix de femmes... Elles étaient quatre. En vain, je tentais de reconnaitre celles de mes camarades de cabine, à savoir Meredith, Georgiana et Bridget, mais c'était inutile. Je ne reconnaissais aucune des personnes. Et a mesure que je quittai le sommeil, j'entendis un nom.

Elisabeth Eugénie Cavendish.

J'étais à bord du Titanic, ce nom je l'avais déjà entendu. C'était une riche, une première classe, j'en étais sure a présent. Je me souvenais aussi de son visage, de ses cheveux bruns. Mais que faisait-elle ici ? Et les autres, pourquoi étaient-elles dans ma cabine ? A moins que ce ne soit pas ma cabine ? Cette hypothèse me semblait inconcevable : j'avais le sommeil léger, j'aurais bien senti si quelqu'un m'avait déplacée... Non ? A moins que ce fichu rafiot nous ait encore fait un coup pendable. Le Titanic et son capitaine... Alors eux, je les haïssais. Non contents de nous avoir pris notre vie, ils fallaient en plus qu'ils pourrissent notre mort !

Lentement, très lentement, j'ouvris les yeux. Je distinguai les quatres silhouettes, mais elles ne m'avaient pas vu. J'étais roulée en boule dans mon coin et passai inaperçue. Comme d'habitude, quoi ! Rapidement cette fois ci, mes yeux s'habituèrent à la pénombre et je vis nettement mes compagnes d'infortune. Je reconnus Elisabeth Cavendish en premier, étant donné le temps que je passai à observer les plus aisés je l'avais vue maintes fois chez les premières classes. Il y avait également deux des membres du personnel, une jeune blonde qui, je crois, était une domestique, ainsi qu'une rousse que j'étais certaine d'avoir vu le soir du naufrage. La dernière, en revanche, je ne l'avais jamais vue.

« Je sais qui vous êtes. Je vous ai déjà vue. Je crois que je connais chacune d’entre vous, au moins de vue. Susanne Cossé ici présente et moi-même travaillons à bord du Titanic et je crois pouvoir assurer que l’une comme l’autre n’avons aucune idée de la manière dont nous avons atterri ici… »

C'était la jeune rousse, l'hôtesse d'accueil. Elle semblait terriblement inquiète. La brune que je ne connaissais absolument pas passa la main dans ses cheveux et le silence dura un bon moment. Quand elle ouvrit la bouche pour parler, un bruit provenant de l'autre côté de la porte nous fit sursauter. Oui, nous, elle et moi.

"Bon sang, mais qu'est ce qui se passe ici ? Quelqu'un sait où nous sommes ?"

Les mots m'avaient échappé, révélant ainsi ma précence aux autres demoiselles qui, du coup se tournèrent d'un bloc vers moi. Penaude, je leur adressai un sourire timide en me relevant.

"Excusez-moi, j'étais juste là, je m'étais endormie dans ma cabine, la E10, et je me suis réveillée... Ici. Vous savez où nous sommes ? Et ce bruit... Savez-vous d'où il vient ?"

Décidément, c'était le paquebot de tous les cauchemars...

NDLR : oui je sais, ma précence ici va en surprendre plus d'une je pense, rassurez vous j'ai demandé à Georgiana l'autorisation de venir squatter l'un des sujets du défi vu que je n'étais pas inscrite quand celui-ci à été lancé !
Revenir en haut Aller en bas


♣ Le Fantôme du Titanic
avatar

>
PROFIL♌ Signaux de Détresse : 689
♌ Points : 881
♌ Jour d'embarquement : 12/07/2011
♌ Age du Personnage : Inconnu
RPG
Journal d'un fantôme
♌ Numéro de Cabine :
♌ Situation Amoureuse :
♌ Présentation:
MessageSujet: Re: Défi N°3 : L'Enfermement - Entre Filles   Ven 31 Aoû - 14:25


L'Enfermement



Elles étaient entre filles, encore et toujours mais finalement, une petite nouvelle se présentaient. Elle ne s'étaient pas réveillée en même temps que les autres pour une raison inconnue. Peut être que son sommeil est un peu plus lourd que pour les autres, allez savoir. Elle se réveillait donc à présent avant que le bruit ne se fasse entendre, et elle semblait autant perdue que les autres. Elle s'était couché dans sa cabine, elle aussi et s'était retrouvé donc dans la cabine d'une certaine Johanna. En effet, personne ne l'avait vue, mais son nom était marqué sur tout les vêtements qui prônaient dans le placard à côté d'une des couchettes. Où était celle-ci ? Impossible de savoir. Anya semblait vouloir rassurer tout le monde mais lorsqu'elle voulu parler, le bruit qui devenait de plus en plus inquiétant l'avait stoppé. Le bruit devenait de plus en plus fort, il fallait à présent crier pour se faire entendre, mais ce n'était pas tout. La paroi de la porte d'entrée commencer à vibrer comme l'ensemble de la cabine. Que se passait-il ? Personne ne le savait, pourtant, tout le monde pouvait comprendre ou deviner ce qui était en train de se produire !

Ordre de Passage Proposé : Elisabeth, Anya, Suzanne, Rosabelle, Leonora

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://titanic-ghosts.frbb.net

Invité

Invité

>
PROFIL
RPG
MessageSujet: Re: Défi N°3 : L'Enfermement - Entre Filles   Dim 2 Sep - 20:58


« Défi n°3 ¤ Enfermement entre filles. »
Une bougie s’éclaira, je restais ébahis nous étions plusieurs filles à l’intérieur de cette cabine qui n’était visiblement pas la mienne. On nous avait bougé pendant la nuit, comment ? Pourquoi ? Un mauvais coup de passagers mal intentionné ? Ou plus invraisemblable encore, un mauvais tour du Capitaine ? Encore plus irréaliste, du Titanic lui-même ? Le Titanic serait ma prison, je le savais. Nous étions maudits, perdus entre le paradis et l’enfer. Je me sentais commencer à trembler. J’avais la réalité devant mes yeux, ce n’était pas ma cabine. Je reconnu la rouquine qui ne semblait pas bien du tout, elle restait beaucoup avec Noah mais à vrai dire je n’avais pas le cœur à me jalouser avec elle. Un autre problème était là et bien là que faisions-nous ici ? Je me mis à frissonner, un immense frisson me traversa le dos quand Rosabelle Wilde prit la parole, et assura qu’avec Suzanne elle ignorait ce qu’il se passait. Elles, deux membres d’équipages ne pas savoir. C’était maintenant qu’il fallait paniquer ? On en avait déjà vu beaucoup, des gens se battrent pour monter à bord des canots, des gens morts noyés. Mais une idée arriva à mon esprit, Rosabelle et Suzanne étaient peut-être membre de l’équipage. Oui ! Avant-tout, elles étaient « fantômes » et mortes. Maudites, elle aussi. On était punis pour nos erreurs passées. J’en étais certaines, le purgatoire ! L’enfer. C’était comme être enfermée dans un cercueil en étant encore vivant. A ses mots, j’avalais ma salive. Je ne me sentais pas bien. Je me levais de mon lit, je fus déséquilibrée quand je posais mes pieds au sol. J’étais toute secouée. Je voulais ouvrir le hublot pour faire passer un peu d’air frais dans cette ambiance plus que pesante et lourde. Celui-ci resta clos. J’avais beau forcé de toutes mes forces au point de me casser un ongle et que mes mains deviennent rouge, rien à faire. C’était bloqué, verrouillé. La peur de mourir enfermait ici, dans cette cabine inconnue s’accentua quand Anya dit que la porte était verrouillée. Il ne manquait plus que ça … Des images d’eau s’engouffrant sous la porte, et remplir ta cabine, inondant tes pieds et mouillant ta robe me revint à l’esprit. Des images que j’aurais préférée oublier. Peut-être allions-nous mourir encore ? Peut-être que la mort c’était cela, mourir encore et encore tel un cycle interminable et récurrent.

J’étais débout au milieu de la cabine, entourant par mes autres camarades de jeu. Un bruit étrange se fit entendre de l’autre côté de la cabine, je sursautais en même temps qu’Anya. Je sentais mon cœur lâchait, j’avais mal. J’avais peur. Je sentais mes jambes commençaient à trembler. Je sursautais encore quand j’entendais une voix qui n’était pas là, j’ouvris grand les yeux quand une petite demoiselle sortit de son coin. Qui était-elle ? Etait-elle là au début ? Bien sur que oui Elisabeth elle était là au début, enfin ! C’était absurde. Le hublot est verrouillé, ainsi que la porte. Les mots de glace dans ma gorge restaient figer. Si ces mots à elle lui avait échappé, moi aucun son ne sortait de ta bouche, de ta gorge, tes cordes vocales ne fonctionnaient plus. Je pensais que je n’étais capable que d’une chose : Crier. Appeler à l’aide, et encore qui nous entendrait ? L’affreux, l’effroyable bruit qui avait surgit de nulle part derrière la porte ? J’essayais de m’en souvenir, mais mes pensées étaient embrouillées comme un gros nœud qu’on ne peut défaire… Je ne savais plus ce que j’avais entendu, c’est pour dire. Elles posaient beaucoup de question la petite nouvelle, questions auxquelles je n’avais malheureusement aucunes réponses. Je la regardais avec insistance, oubliant les autres, elle était tout penaude dans son coin et je me sentais terriblement impuissante. Je ne pouvais rien faire, figée, immobile. Le bruit était là, et je perdais peu à peu mon calme totalement. L’ambiance était lourde plus que pesante. Sur les photos, et le cadre sur la table de chevet j’avais reconnu Johanna. Cette petite troisième classe pour laquelle je m’étais inspirée pour mon roman. Mais impossible, le mur de la porte semblait bouger, semblait arriver vers nous, il allait nous écraser, nous allions mourir écraser par un mur d’une cabine inconnue à bord du Titanic. Mes yeux se remplissent de larmes, au milieu de la pièce je m’effondrais en larmes. Larmes silencieuses. Je ne dis rien, nous étions perdus. Il fallait se faire à l’idée, c’était la fin. J’allais mourir avec un groupe de filles presque inconnue. J’allais mourir … écraser, je voyais la mort devant mes yeux. La cabine vibrait toute entière. J’essayais de respirer calmement, mais c’était impossible. J’avais chaud, je suffoquais, j’étais en train de paniquer. Et j’avais raison, vous ne croyez pas ?
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité

>
PROFIL
RPG
MessageSujet: Re: Défi N°3 : L'Enfermement - Entre Filles   Jeu 6 Sep - 14:44

Après l'arrivait du bruit étrange, de vives paroles provenant du lit attirèrent ton attention.

« Bon sang, mais qu'est ce qui se passe ici ? Quelqu'un sait où nous sommes ? »

Une jeune femme rousse venait de faire son entré et aucune de vous ne l'avait remarqué jusqu'alors. Tu l'avais déjà vue une ou deux fois sur le paquebot mais seulement de loin. A dire vrais, c'était seulement Elisabeth que tu pouvais dire « connaître ».

« Excusez-moi, j'étais juste là, je m'étais endormie dans ma cabine, la E10, et je me suis réveillée... Ici. Vous savez où nous sommes ? Et ce bruit... Savez-vous d'où il vient ? »

Tu secouas la tête de gauche à droite, tu ne pouvais répondre à aucune de ces questions, car à dire vrais, tu avais les mêmes à l'esprit. Le bruit revint avec beaucoup plus de force, ce qui t'arracha un nouveau cri. Oui, tu avais peur... Et c'était bien là l'une de tes premières fois... Tu pensais que rien ne pouvait être aussi terrible jusqu'au moment où l'ensemble de la cabine se mit à vibrer. Tu murmuras pour toi-même.

« Dieu, ayez pitié de notre âme... »

Le sol sous tes pieds, semblait vivant comme l'intégralité de la cabine. Tu voulais bondir, t'accrocher à quelques choses en hauteur pour ne pas avoir l'impression qu'une nouvelle fin était proche. Tu criais. Mais personne ne pouvait t'entendre. Tes mains étaient liées, tu priais en silence. Chose que jamais tu n'avais fait auparavant...
Revenir en haut Aller en bas


♣ Le Fantôme du Titanic
avatar

>
PROFIL♌ Signaux de Détresse : 689
♌ Points : 881
♌ Jour d'embarquement : 12/07/2011
♌ Age du Personnage : Inconnu
RPG
Journal d'un fantôme
♌ Numéro de Cabine :
♌ Situation Amoureuse :
♌ Présentation:
MessageSujet: Re: Défi N°3 : L'Enfermement - Entre Filles   Mer 3 Oct - 16:53


L'Enfermement



Elles étaient entre filles, il n'y avait pas un seul homme pour essayer de les rassurer, tant pis, elles perdraient pieds en voyant les parois de la cabine vibrer, mais pas seulement, elles se rapprochaient doucement mais sûrement d'elles. La petite dernière qui venait de se réveiller ne changerait rien à la donne. Que pouvaient-elles faire finalement ? Les affaires contenues dans la cabine tombaient au sol, manquant d'assommer l'une des jeunes femmes, les couchettes étaient en train d'être écrasées comme de vulgaire fétus de paille. Dans la panique personne n'avait du voir que la porte de la cabine jusqu'à présent fermée venait de s’entrouvrir. Tout le monde pensait que sa fin était arrivé, arriveraient-elles à voir la porte ouverte qui leur permettraient d'échapper à ce carnage, ou se laisseraient-elles simple écrasées comme des mouches ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://titanic-ghosts.frbb.net

Contenu sponsorisé



>
PROFIL
RPG
MessageSujet: Re: Défi N°3 : L'Enfermement - Entre Filles   

Revenir en haut Aller en bas
 

Défi N°3 : L'Enfermement - Entre Filles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Une soirée entre filles {Alexis}
» Après-midi entre filles [PV Lizzy]
» Sortie entre filles ou confessions intimes ? || Devis & Enoria.
» Katie et Veronica: Shopping entre filles
» Une baignade entre 'girls'. - SAMIA

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GHOSTS OF THE ABYSS ♛ ::  :: Pont E :: Dortoirs des 3émes Classes-