AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | .
 

 Histoire d'un autre temps ❦

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

Invité

>
PROFIL
RPG
MessageSujet: Histoire d'un autre temps ❦   Sam 1 Fév - 3:32

Once upon a time


 
Aurore avait cessé d’espérer en une existence sereine. Les cinq premières années de sa vie s’étaient écoulées comme dans un rêve, lovée dans l’amour de sa famille, tout près de la chaleur rassurante de ses deux frères, bercée par la mélodie de la boîte à musique dont les notes s’étaient perdues dans le vent du temps. A cette époque, tout était si simple, sans importance car l’amour et la douceur primaient dans leur foyer. Et puis il y avait eu les ravages de la guerre, les massacres sur les terres prospères de son enfance. Ils avaient dû fuir, perdant dans leur fuite leurs parents. Ils n’étaient plus que quatre, livrés à eux-mêmes dans un pays à feu et à sang. Sous la directive de Malik, ils étaient parvenus à quitter la Turquie, se réfugiant jusqu’en Angleterre afin de retrouver la riche famille de leur père. Mais sitôt arrivée sur la terre de Shakespeare, ils avaient été reniés par cette famille inconnue et ils s’étaient retrouvés à l’orphelinat. Ils auraient pu se satisfaire de cette existence, si seulement ils n’avaient pas été tous séparés. Quelques mois plus tard, Yasmine avait été adoptée, quelques années plus tard, cela avait été le tour de Tristan. Par chance, elle n’avait jamais été séparée de son frère Malik, toutefois, il avait été à de nombreuses reprises l’auteur de ses malheurs. Il l’avait « forcée » à accomplir la terrible tâche de se venger de la Duchesse qui les avait séparés par son refus. C’était elle qui avait un meurtre sur la conscience, et alors qu’elle parvenait à se reconstruire dans les bras de son doux fiancé, il l’avait éloignée de lui. Fou de jalousie, il ne supportait pas qu’elle se trouve l’objet d’attention des autres hommes, et certainement pas qu’un autre que lui la possède. Alors Malik avait arraché Aurore à son fiancé mais il ne pouvait empêcher son esprit de songer constamment à lui. Elle en était amoureuse, c’était un fait.
Pourtant, lorsque l’heure était venue de se retrouver et de tenir la promesse qu’ils avaient faite à leur mère, Aurore n’avait pas hésité une seule seconde à suivre Malik. Ensembles, ils avaient retrouvé Tristan, et puis Yasmine, malheureusement, ils n’étaient jamais parvenus à l’atteindre. Aurore ne perdait pourtant pas espoir de la retrouver dans la mort et de lui enseigner ses réelles origines. De la même manière, après le naufrage, elle était restée aux côtés de son frère. Grâce à lui, elle avait survécu. Il n’avait pas hésité à sauter à l’eau pour la secourir. Malheureusement, ils avaient perdu Tristan qui avait sombré avec le Titanic. Quant à Yasmine, ils n’en avaient plus aucune trace. La vie n’était donc pas un long fleuve tranquille et elle avait préféré y mettre fin plutôt que de continuer. Avec Malik, ils avaient pris la décision de mettre fin à leurs jours et voilà qu’ils se retrouvaient aujourd’hui sur le paquebot fantôme. Si autrefois il appartenait aux rêves, aujourd’hui il n’était voué qu’aux abysses.
Ainsi, elle n’espérait plus en une vie tranquille, mais depuis qu’elle était morte, son existence s’était adoucie. Loin de toute sa famille, elle avait cette étrange impression que la tumulte de sa vie s’était interrompue et elle devait avouer qu’elle n’était pas mécontente de souffler un peu. Malheureusement, elle se sentait quelque peu solitaire, livrée à elle-même. Loin de ses racines ou de son passé, elle était quelque peu démunie. Elle était donc comme une petite souris, se faisant discrète partout où elle passait. Elle se divertissait en se nourrissant de lecture, pouvant passer des heures à la bibliothèque du navire. Elle se plaisait à se promener à travers les rayonnages, à faire courir ses doigts sur les belles reliures dorées et parcourir les pages noircies d’encre avec avidité.
Elle se trouvait d’ailleurs à déambuler entre les imposantes étagères, le nez en l’air, quand elle percuta soudain une personne. Elle fit tomber les quelques ouvrages qu’elle avait dans les bras. « Oh veuillez m’excuser monsieur, je ne regardais pas où j’allais. » se justifia-t-elle, confuse. Elle s’accroupit pour récupérer ses précieux bouquins, et lorsqu’elle releva le regard, elle détailla mieux le visage de l’homme. Aussitôt, elle le reconnut. Son visage s’éclaira : « Monsieur Carrigan ? Que faites-vous ici ? ».
 
 
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité

>
PROFIL
RPG
MessageSujet: Re: Histoire d'un autre temps ❦   Lun 10 Fév - 15:27


# histoire d'un autre temps
« Des nébuleuses dans nos têtes explosent As-tu goûté à la dernière nouveauté que la mort propose »
# Salon de lecture et d'écriture
# Aurore & Alexandre
La vie à bord du Titanic n'a rien de palpitante. Au début j'appréciais ce voyage, mais depuis je regrette d'être partie loin de ma famille. On s'était disputé ce jour là quand j'ai décidé de partir pour New York, je pensais que c'était mieux que l'on se sépare un temps pour mieux se retrouver, comme ça nous arrivait souvent de nous disputés, je ne pensais pas que je ne reviendrais jamais. Je ne sais pas ce qu'elle devient et c'est sans doute ça qui est le plus dur. Ne pas la voir, oublier peu à peu le son de sa voix, la lueur qu'elle avait dans les yeux. Ma fille aussi me manque, elle était toute jeune et elle ne me connaîtra jamais, c'est triste. J'ai toujours pensé que le temps réparait les choses, mais c'est faux. Il ne pourra plus rien pour nous. Pour eux je suis partis, comme tous ceux qui sont morts ici, noyé dans l'atlantique. Personne ne peut venir me chercher et pourtant j'aurais tellement aimé me faire pardonné, ne pas être parti si rapidement sur un coup de tête et sur une dispute. Ce n'est certes pas la première fois que ça arrivait, c'était souvent moi qui criait d'ailleurs et je le regrette amèrement. J'aime ma femme quoi qu'on ai pu en dire, c'était peut-être un mariage arrangé, mais il avait réussit, on était tout de même tombé amoureux et cet amour avait donné naissance à notre fille.

J'étais tellement absorbé par mes pensées que je n'ai pas vu la demoiselle face à moi et on se percuta légèrement. J'ai relevé la tête, mais je l'avais reconnu au son de sa voix. Je suis resté silencieux un moment, surpris par cette apparition. Aurore avait été la gouvernante de ma fille, j'ai du mal à croire qu'elle est ici. C'est triste pour elle qui est si jeune. Je le suis aussi, mais je l'ai peut-être mérité, pas elle. Elle m'a reconnu également et j'ai fini par parler tout de même levant le silence pesant qui s'était installé :

« Aurore , … j'allais vous posez la même question. »


Je ne m'étais pas du tout attendu à la revoir. Elle connaissait mes penchants colériques et mon parfois mauvais caractère. Je ne sais pas ce qu'elle pense de moi, mais ce n'est plus tellement important. Je suis seulement curieux de savoir ce qui l'a amené ici à ce triste destin. J'ai fini par répondre à sa question quand même ne sachant pas ce que je pouvais dire ou pas, ne sachant surtout pas si elle avait conscience autant que moi que l'on était mort même si on semblait bien vivant.

« Il semblerait que j'ai échoué ici. Si cela peu vous rassurez, je suis seul, Moeira et Juliette ne sont pas à bord. C'est une chance que l'on se soit disputé avant que je n'embraque. Et vous ? »


Une chance, oui s'en était une. C'est évident même, si elle avait accepté de me suivre, je me serais senti encore plus coupable.


CREDIT IMAGES # code by shiya.



Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité

>
PROFIL
RPG
MessageSujet: Re: Histoire d'un autre temps ❦   Lun 17 Mar - 21:12

Once upon a time


 


Durant de très nombreuses années, j’avais travaillé au service de beaucoup de personnes d’un rang social tout particulièrement élevé. Manifestement, j’avais fait un si bon travail auprès de la Duchesse Fitzwalter, qu’elle m’avait recommandé chaudement à d’autres maisons et je ne me souviens pas avoir déçu personne par mes compétences. J’avais toujours reçu des éloges forts appréciables et je devais presque avouer que ce métier me manquait parfois un peu. Pas que j’aimais accomplir les quatre volontés des gens, mais au moins, je ne restai pas oisive comme je le faisais depuis mon retour sur le Titanic. Par chance, j’avais la bibliothèque à ma disposition. Autrefois aussi, j’aimais à parcourir les rayonnages de livres des demeures où je travaillais. Faisant la poussière, je m’arrêtai quelques instants et je feuilletai un ouvrage avec bonheur avant de promptement le remettre à sa place quand quelqu’un venait par là. Je ne m’étais jamais fait prendre et c’était une bonne chose car cet agissement était anti-professionnel et punissable. Bien entendu, je savais que certains de mes maîtres n’auraient rien dit, qu’ils se seraient contentés de me rappeler gentiment à l’ordre et je n’aurai pas recommencé. Mais je savais aussi que certains m’auraient crié après et j’aurai reçu un violent blâme. Pire, j’aurai pu être renvoyée et ça n’aurait sans doute pas plu à Malik. Alors je faisais attention. Il y avait des employés plus sympathiques que d’autres, et je pouvais compter la famille Carrigan comme des gens charmants malgré quelques disputes que j’avais pu intercepter dans le couple. Je me souvenais fort bien de l’épouse qui était une maîtresse très appréciée du personnel de maison. Elle était toujours conciliante et ne rouspétait que rarement après nous. Et puis il y avait cette adorable petite fille Juliette, dont j’avais eu la joie de m’occuper. Cette enfant était tout bonnement adorable et c’était avec un plaisir non dissimulé que je m’en occupais quand je travaillais chez eux. Je sentais que madame Carrigan m’appréciait et qu’elle voyait que je savais m’occuper correctement des enfants, si bien qu’elle me fit sa gouvernante. Pour cause, je m’étais occupée durant quelques années de ma petite Yasmine comme une mère l’aurait fait avec son enfant. Je prenais très à charge de l’élever comme si elle était ma propre fille car nos parents étaient morts, massacrés lors de l’invasion en Turquie. Malheureusement, le destin m’avait aussi arraché ma bien aimée sœur quelques années plus tard. Alors quand je regardais la belle Juliette, je ne pouvais m’empêcher d’y voir un reflet de ma sœur perdue que j’espérais revoir un jour. Mais sur le Titanic, j’avais espoir. Ce n’était plus qu’une histoire de patience. Attendre… ça je savais faire. Toujours est-il que lorsque je percutais lord Carrigan, je fus tout particulièrement surprise de le trouver là et je me demandais bien si sa femme et sa fille avaient subi le même sort. Quel triste destin cela aurait été. J’étais poussée par la surprise d’une telle rencontre et je lui demandais ce qu’il faisait là. « Aurore , … j'allais vous posez la même question. » me répondit-il tout aussi choqué que moi. Je restai quelques temps silencieuse, ne sachant vraiment que répondre. Pourtant, la réponse était toute simple. Je finis par reprendre la parole, pas très sûre de moi. « Je crains que nous soyons ici pour les mêmes raisons vous et moi monsieur Carrigan. » Bien entendu, je faisais référence au naufrage, à l’hécatombe que cette catastrophe avait provoquée... « Il semblerait que j'ai échoué ici. Si cela peut vous rassurez, je suis seul, Moeira et Juliette ne sont pas à bord. C'est une chance que l'on se soit disputé avant que je n'embraque. Et vous ? » A ces mots, je ne peux m’empêcher de lâcher un léger soupir de soulagement. Je me trouve plutôt satisfaite du fait que le reste de la famille Carrigan ne soit pas un jour emprisonné sur ce paquebot fantôme. Au moins, elles regagneront le ciel directement. « Oh ! Je suis soulagée pour votre fille et votre femme monsieur Carrigan. Il aurait été si malheureux qu’elles connaissent un tel sort… Même si cela est bien triste pour vous… » Je ne notai pas forcément le fait qu’il me parle de cette dispute. Très souvent, j’avais entendu le couple se querellait pour telle ou telle chose. D’ordinaire, c’était le caractère quelque peu colérique de monsieur Carrigan qui amenait ces conflits. Dans ces instants, il me rappelait parfois mon frère Malik qui s’enflammait rapidement. « J’ai embarqué avec mes deux frères. Nous devions retrouver quelqu’un en Amérique… Nous ne sommes que deux à avoir survécu… » Je baissais les yeux, me mordant la lèvre inférieure en réalisant que ce voyage avait été un réel fiasco. Sentant les larmes menacer la lisière de mes yeux, je changeai rapidement de sujet. « Vous aussi vous êtes un revenant monsieur Carrigan ? Ou bien n’avez-vous pu survivre au naufrage ? »
 
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



>
PROFIL
RPG
MessageSujet: Re: Histoire d'un autre temps ❦   

Revenir en haut Aller en bas
 

Histoire d'un autre temps ❦

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» « Mais j'trouve pas de refrain à notre histoire... »
» .:: Chronologie, histoire et esprit ::.
» Retrouvaille d'un autre temps [PV Miloë]
» La brume d'un autre temps
» les reçit histoire et autre palabres de bercheux vieux!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GHOSTS OF THE ABYSS ♛ ::  :: Pont A :: Salon de Lecture et d'Ecriture-