AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | .
 

 Rencontre au coeur du volcan - Margareth

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

Invité

>
PROFIL
RPG
MessageSujet: Rencontre au coeur du volcan - Margareth    Dim 29 Déc - 23:54

    Même si je n'avais pleinement participer au débarquement sur l'île, celle-ci m'intriguait fortement, mais j'avais su me montrer plus que patient. Oui, je le savais, tout le monde voulait voir ce que cette île donnait, tout le monde avait débarqué, enfin presque avec les canots. C'était une véritable cohue et j'avais préféré attendre que cette nouveauté que nous avions rêver dans un premier temps soit un peu moins nouvelle. Oui, cela faisait à présent quelques semaines que j'entendais tout et son contraire par rapport à cette île. Certains avaient décidés de ne plus revenir sur le Titanic, chose que je pouvais pleinement comprendre, car cette île était un nouveau terrain de jeu, et elle semblait bien vaste, bien plus que ce que je présageais dans un premier temps. Le navire à côté de tout cela ressemblait presque à une simple orange perdue au milieu de la cuisine. Si vous rapportez la taille de l'orange à la cuisine, vous vous rendez bien compte qu'elle est minuscule. L'île s'étendait à perte de vue, tout comme l'océan de l'autre côté. Où est ce que nous étions exactement ? Ce morceau émergé de terre était-il réel ? Se pourrait-il que nous puissions avoir un lien avec la réalité, une autre réalité ici ? Ou bien cela n'avait aucun rapport ? Je n'avais aucune réponse, mais j'avais envie d'en trouver. Je voulais m'arrêter au niveau des habitations, notamment ce manoir, mais mes pas me portèrent bien plus loin que tout cela. Il y avait énormément de nature, un lac, une forêt mais ce qui m'intéressait le plus, c'était ce volcan qui semblait éteint. En effet, il y avait un petit panneau qui indiquait la date de la dernière éruption : 1492. Étais-ce un hasard ? Il n'y avait pas plus de précision, mais cette date corresponds à la découverte du nouveau continent, celui-là même qui a coûté notre perte lors du naufrage puisque c'est là-bas que nous nous rendions. C'était étrange, et cela me fit échapper un petit rire qui raisonna dans l'étendue du cratère du volcan. Il y avait de l'herbe, comme si celle-ci avait repris ces droits, le volcan semblait vraiment être éteint, il n'y avait pas de risques d'éruption semble-t-il. Je décidais alors de m'asseoir dans ce cratère qui n'avait rien de dangereux pour qui viendrait ici. Même si les températures n'étaient pas très fortes en ce mois de décembre, que par moment, il y avait de la neige qui tombait ça et là, j'étais bien, j'étais même heureux d'être là, pourtant cela ne changeait rien à mon quotidien. Le spectacle en tout cas était splendide, mais il le serait encore plus car j'entendis un bruit, une belle jeune femme semblait être là, elle aussi.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité

>
PROFIL
RPG
MessageSujet: Re: Rencontre au coeur du volcan - Margareth    Sam 4 Jan - 0:04

Rencontre au coeur du volcan

Ces derniers jours les nerfs de Margareth avaient été mis à rude épreuve aussi lui suffisait-il d'un rien pour qu'elle ne déverse son flot de rage intempestif sur la première personne rencontrée. Piégée de ce Paquebot sensé l'amener en terre inconnue, la jeune femme voyait ce dernier immobile non loin d'une île que beaucoup d'occupants avaient désigné comme leur domicile de fortune. En ce qui la concernait, le confort sommaire qu'offrait l'endroit maudit ne l'intéressait en rien, sa cabine était tout ce dont elle avait besoin à une chose près: elle éprouvait un ennui hors norme. Arpenter les promenades du bateau de long en large telle une lionne en cage lui devenait pénible, les femmes la toisaient comme étant la pire des vermines et les hommes la déshabillaient du regard sans que cela ne cesse une seule seconde. Ici, chaque jour se ressemblait, toujours les mêmes paroles, les mêmes politesses, les mêmes niaiseries qu'elle maniait avec perfection et pourtant sa seule question restait sans réponse: quand repartiraient-ils? Accoudée à l'une des rambardes sur le pont des premières classes, la Baronne scrutait l'infinité océanique, le regarde étrangement doux jusqu'à ce que ses yeux ne se posent sur le centre même de tout ce tapage. L'île. A la fois sauvage et fascinante, elle représentait un élan d'espoir pour certains, or pour la jolie blonde au teint de porcelaine, elle n'était que la simple cause de cette halte éternelle.

"Que peut-elle bien avoir de si particulier cette île?" Demanda-t-elle sans jamais tourner la tête en direction de sa suivante qui était restée en retrait. Melynda, bien que plus jeune qu'elle avait toujours eu cette horripilante tendance à veiller sa maîtresse comme le lait sur le feu, ce qui lui valait bien souvent des remontrances en nombres et des paroles cinglantes. Cependant Margareth était étrangement calme aujourd'hui, perdue dans ses pensées qu'elle seule connaissait, ce qui inquiétait grandement l'irlandaise. "Je ne sais pas Madame." Répondit la jeune fille, droite, les mains posées sur son tablier noir alors que son regard de jade détaillait la tenue luxueuse de la Baronne. Vêtue d'une robe d'un bleu soyeux parfaitement cintrée en son haut dont les larges bretelles venaient rehausser la pleur de sa peau, Margareth Harrington était magnifique, d'autant plus que ses larges boucles blondes avaient été amassé en un chignon dont quelques mèches venaient encadrer son visage poupin. Oui, Melynda éprouvait une profonde admiration pour celle qu'elle servait mais alors qu'elle la détaillait du coin de l’œil, la veuve poussa un rire moqueur et se retourna, une main toujours posées sur la rambarde. "Cette question ne t'était pas directement adressée, Melynda. Évidemment que tu ne sais pas, tu n'es qu'une suivante! Si tu avais suivi de quelconques études tu ne serais pas ici en ce moment même mais plutôt à ma place. Tu vois où je veux en venir?" Dit-elle sur un ton profondément mauvais. Le manque d'éducation de l'irlandaise lui devenait insupportable et tout en resserrant son châle sur ses frêles épaules, la Baronne la dépassa, ses talons haut martelant avec dynamisme le sol lustré du paquebot. Elle souhaitait savoir ce que cet endroit qu'elle n'avait foulé qu'une seule et unique fois depuis leur escale avait de si particulier et quand bien même la magnifique blonde appréciait son confort, les soirées mondaines et le luxe, elle ne disait jamais non à un peu de piment dans son existence. "Qu'attends-tu? Que je meurs de froid?" Cracha-t-elle à l'intention de sa suivante en marquant un arrêt exaspéré pour la toiser avec dédain. Il était inconcevable pour Margareth de chercher des réponses à ses nombreuses question seules, mieux valait-il qu'elle soit accompagnée et Emily étant introuvable depuis cet étrange naufrage qu'elle voyait comme un songe lointain, il ne lui restait plus que Melynda et Shanon. Une fois sa suivante principale en marche, la Baronne la suivit à petits pas, craintive mais non moins résolue à se rendre chez les barbares sans foi ni loi qu'elle redoutait.   

Sur l'île, tout était comme elle se l'était imaginé: des étendues vertes à perte de de vue, de la neige ici et là, une plage de sable fin donnant sur une eau turquoise. Tout était prétexte à l'extase mis à part les hurlement animaliers qui lui donnait froid dans le dos, les zones boueuses qu'elle évitait comme la peste et les branches dans lesquelles le tissu de sa robe se prenait constamment. Sans l'aide de ses "bonnes", la Baronne serait incapable de se débrouiller seule et s'est emmitouflée dans son long manteau en peau d'hermine qu'elle avançait vers l'inconnu. La marche ne fut pas longue avant que les trois femmes ne rejoignent un semblant sommaire de village où elle pu reconnaître quelques têtes ici et là. Tout en les ignorant royalement comme à son habitude, la belle continuait sa marche sans jamais savoir où cette dernière la conduirait. Ne s'attardant pas dans ce semblant de civilisation que Londres n'avait pas à envier, elles reprirent leur route à travers les bois, du moins ce fut le cas jusqu'à ce qu'un cri terrorisant ne se fasse entendre. Ni une ni deux Margareth partit en courant et après une course effrénée contre un animal dont elle ne pu reconnaître le hurlement, la magnifique blonde tomba sur un tas de feuille, sa cheville droite se prenant entre une lourde racine et le sol terreux qui venait de l'accueillir malgré elle. Le souffle court et les larmes aux yeux, la Baronne se maudissait intérieurement pour s'être embarquée dans cette épopée grotesque et c'est en se relevant tout doucement qu'elle prit conscience du pire: Shanon et Melynda n'étaient plus là. "Melynda?! Shanon?!" Cria-t-elle en prenant appuie sur un tronc d'arbre pour soulager sa cheville d'où s’écoulait un filet de sang grenat. La douleur était atroce, insupportable même mais rien ne pouvait être plus terrible que la crainte qui l'animait désormais. Seule, perdue, désorientée et angoissée au possible, Madame Harrington sentait le sang pulser dans ses tempes et ses ongles s'agripper à l’écorce alors que son regard cherchait désespérément ses deux suivantes. Rien. C'est alors qu'elle vit ce qui semblait être une montagne, un volcan plus précisément et rapidement une idée lui vint en tête. En effet bien qu'étant une grande Dame, la mère de Margareth lui avait toujours appris les bases de la vie, des dangers la composant, aussi savait-elle que pour se donner une idée précise de sa position, mieux valait-il se rendre au point le plus culminant.

L’ascension ne se fit pas sans difficulté, cela va sans dire, et la douleur lancinante dans sa jambe gauche ne rendait cela que plus compliqué encore. Combattante bien que très précieuse, la jeune femme peinait à arriver à ses fins. Le froid mordait ses membres engourdis, la neige faisait des pentes une patinoire difficilement praticable et les semblants de chûtes furent nombreux avant de pouvoir rejoindre le sommet. Bien que ses cheveux étaient quelque peu défait - seul une personne de la haute société pourrait remarquer son manque de soin vis à vis de son apparence -, les pans de sa robe déchirés ainsi que ses bas filés trahissaient allégrement les dures heures qu'elle venait de passer. "Ah, Dieu, ça y est, enfin." Soupira-t-elle une fois le dernier pas franchit. Depuis le perchoir que représentait le volcan qu'elle venait de gravir avec peine, Margareth avait une vue imprenable sur ... le Paquebot. Là bas, sur la mer, il semblait aussi grand qu'une barque mais mis à part cela la dense forêt ne lui offrait aucun point de repère. C'est alors qu'elle entendit une respiration dans son dos et tout en faisant volte face, la Baronne sentit sa cheville lui faire défaut et poussa un petit cris de douleur en tentant de ne pas tomber. Son membre avait quelque peu enflé, pris une teinte violacée mais plus que cela, c'était l'infection qu'elle redoutait. A Londres la belle aurait fait appel aux meilleurs médecins pour soigner sa plaie mais ici, chez les sauvages, elle risquait de perdre sa jambe. Peut-être même la gangrène la gagnerait-elle? Persuadée que la mort l'attendait au tournant, la magnifique blonde se voyait déjà enterrée dans un trou ni fait ni à refaire au fin fond de nul part mais alors que la jeune femme aurait très bien pu se laisser abattre, elle prit la décision d'adresser la parole à cet inconnu qui la regardait. "Hé vous là!" Le héla-t-elle en s'approchant, un pan de sa jupe bouffante en main pour lui faciliter la marche. "Oui, oui, vous là! Que faites-vous ici? Vous vivez sur cette île?" 

© .JENAA
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité

>
PROFIL
RPG
MessageSujet: Re: Rencontre au coeur du volcan - Margareth    Ven 17 Jan - 0:20

    En effet, je ne rêvais, une belle jeune femme se trouvait dans le coin, mais visiblement, nous étions dans des conditions psychologique et physique bien différentes. J'étais venu jusqu'ici en flânant, tranquillement, afin de profiter du calme et de la vue. Elle, elle ne semblait pas être ici de gaieté de coeur, au vue de l'état de sa robe qui était dans un état de délabrement avancé. En même temps, si l'on décide d'une petite balade en forêt même si nous sommes issus de la haute société, il faut prendre des choses plus légères, c'est mieux. Mais il semblerait qu'elle ne soit pas arrivé ici sans mal, peut être même qu'elle s'était perdue pour arriver jusqu'ici. Je ne savais pas trop, en tout cas, elle m'avait aperçu et elle arrivait dans ma direction, non sans mal évidemment ce qui me fit sourire. Elle avait un bout de sa robe dans la main pour pouvoir avancer plus vite vers moi. Enfin, elle marchait quand même d'un pas de loup, ou plutôt à la vitesse d'un escargot. Je ne saurais dire pourquoi en tout cas, elle voulait visiblement me parler mais je ne bougeais pas, pas encore, elle arriverait bien assez tôt. Ces questions étaient assez idiotes mais cela me fit sourire de plus belle. Non, je ne vivais pas sur cette île, personne ne vit sur cette île à moins de vouloir être complètement fou. Je m'étais simplement baladé pour arriver jusqu'ici après plusieurs minutes de marches évidemment tout comme elle, du moins, il fallait le supposer. Sa robe était à moitié en lambeau, enfin, on voyait qu'elle en avait laissé dans la forêt qu'elle avait visiblement traversée. Je ne sais pas quel chemin elle avait pris, mais visiblement pas le plus court, c'était presque une certitude. Alors qu'elle était assez proche de moi, je décidais donc de me lever pour lui répondre et jouer au gentleman, comme à mon habitude. C'était la première fois que je le faisais sur cette île mais il y avait une première à tout, n'est ce pas ?

    " Bonjour à vous belle demoiselle. Vous me semblez être perdue, me tromperais-je ? Ne vous en faites pas, vous êtes entre de bonnes mains. Pour répondre à vos questions, j'étais ici pour admirer le paysage que je trouve merveilleux, et non, je suis un passager du Titanic, tout comme vous je présume. Je me présente, Marcus Cream, et vous êtes chère demoiselle ? "

    Voilà, les présentations étaient faites. Je me courbais légèrement pour prendre sa main dans la mienne, y déposant un doux baiser, histoire de faire bonne impression. Je ne sais pas pour qui elle se prenait, mais elle serait la diamant que j'avais à polir pour la journée. J'allais prendre bien soin d'elle et la ramener à bon port, si c'était ce qu'elle désirait car je la sentais dans une mauvaise passe, perdue par dessus le marché.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité

>
PROFIL
RPG
MessageSujet: Re: Rencontre au coeur du volcan - Margareth    Ven 17 Jan - 21:59

Rencontre au coeur du volcan

Alors qu'elle harcelait l'inconnu de questions, le cœur tambourinant dans sa poitrine tant la douleur et la crainte se faisaient présentes, le jeune homme se releva et vint à son encontre de sa démarche nonchalante qui ajoutait à son charme certain. Immédiatement un sourire se teinta sur les lèvres de la Baronne. Il ne semblait pas lui vouloir de mal et mieux encore, la façon dont il posait ses yeux sur elle ne laissait aucun doute sur son pouvoir de séduction qui, même après une promenade improvisée dans les bois, restait très présent. "Bonjour à vous belle demoiselle." Dit-il, chose à laquelle elle répondit par un hochement de tête comme le voulait la bienséance. Le fait même qu'il use ainsi de familiarité à son égard démontrait son manque flagrant de politesse due à la haute société et pourtant la belle ne lui en tint pas rigueur. Ici, elle était perdue, dans un milieu hostile et seul l'homme sous ses yeux représentait un lien avec la civilisation quelle qu'elle soit. "Vous me semblez être perdue, me tromperais-je ? Ne vous en faites pas, vous êtes entre de bonnes mains." Reprit son interlocuteur sans jamais la quitter du regard, un regard bienveillant qui ne la duperait cependant pas. Certes il était possible qu'il fut profondément bon, mais elle-même usait de ce subterfuge dans le but de parvenir à ses fins alors autant dire qu'elle n'abaisserait pas ses barrières pour un simple sourire. Un soupire quitta le pas de ses lèvres entre-ouvertes à l'entente de ces mots. Cela ne se voyait-il donc pas qu'elle était on ne peut plus perdue? Sa robe était fichue, sa coiffure défaite et le fait même qu'une Dame de son rang se trouve sur un volcan au beau milieu de ce qu'elle voyait comme une jungle prouvait son désarroi.

Margareth laissa ses iris bleutés sonder les parages avant de reporter son attention sur celui qui semblait vouloir lui venir en aide. Pourquoi, elle l'ignorait et pourtant il était sans nuls doutes ce qui aurait pu lui arriver de mieux sur cette île de malheur. "Je vous remercie de votre prévenance, mais perdue n'est pas le mot exacte. Disons plutôt que je me suis ... et bien ..." Cherchant le mot exacte qui pourrait faire taire cette atroce impression de stupidité qui pesait sur ses épaules, la Baronne aperçu les éclats amusé briller dans les yeux de l'inconnu et esquissa un sourire résigné accompagné d'un petit rire nerveux. Oui, elle était complétement perdue, il fallait bien l'admettre. "D'accord, vous avez raison, je suis perdue." Concéda-t-elle finalement en haussant les épaules sans jamais se défaire de son sourire quand bien même le cœur n'y était pas. "Mais là n'est pas la question, j'attends toujours de vous une réponse. Vivez-vous ici?" Redemanda Margareth en lissant inutilement les retombées somptueuses de sa robe afin de se donner une contenance. Sa cheville lui faisait un mal atroce et pourtant pas une seule fois la jeune femme ne laissa paraître sur ses traits en apparence sereins le mal qui la rongeait au niveau de son unique blessure. Son interlocuteur avait un visage appréciable, le genre d'homme sur qui elle aurait volontiers jeté son dévolu si seulement la situation n'était pas si critique la concernant. "Pour répondre à vos questions, j'étais ici pour admirer le paysage que je trouve merveilleux, et non, je suis un passager du Titanic, tout comme vous je présume." A cet instant la magnifique blonde se sentit grandement soulagée. Non seulement elle n'était plus seule face à un monde qui l'effrayait mais en plus il se trouvait que celui avec qui elle conversait en ce moment même n'était autre qu'un passager du Titanic, sous entendant ainsi qu'il serait à même la ramener dans le confort qu'elle n'aurait jamais dû quitter. Cependant une ombre demeurait au tableau, il lui était inconcevable de repartir sans ses deux suivantes pour des raisons aussi diverses que variées. Shanon et Melynda étant les seules personnes capable de l'aider au quotidien pour revêtir ses robes et la défaire de ses corsets, elle se devait de les retrouver car sans elles ... elle était simplement incapable de se débrouiller. "Le paysage vous dites?" Répéta-t-elle en se retournant doucement pour observer les larges étendues du verdures. "Il est vrai qu'il est plaisant, mais il le serait sûrement d'avantage si toute cette jungle ne regorgeait pas de dangers et de bêtes étranges. Sincèrement je regrette d'avoir quitté le Paquebot pour jouer les aventurières." Soupira-t-elle en fermant un instant les yeux. Sous ses paupières se dessinaient les promenades du Titanic, les dorures de sa suite bien loin de la terrible réalité qui lui sauta au visage dès lors qu'elle rouvrit les yeux. Puis elle tourna la tête en direction de son interlocuteur et demanda: "Je ne vous ai jamais vu à bord de ce bateau que nous pouvons voir au loin, et Dieu sait que j'oublie très rarement un visage lorsqu'il est aussi plaisant que le votre. En quelle classe êtes-vous?" La question était des plus déplacée et pourtant la belle mettait un point d'honneur à savoir à qui elle avait à faire.

Sans qu'elle ne s'y attende, le jeune homme prit sa main dans la sienne, courba quelque peu le dos et y déposa avec grâce et douceur un baiser après s'être présenté en bonne et due forme. Le dénommé Marcus savait se montrer des plus courtois lorsqu'il le voulait, Margareth en était persuadée et c'est sans se forcer qu'elle lui accorda un sourire charmeur et fléchit les jambes comme le lui avait appris sa mère, un pan de sa robe en main et la tête baissée pour le saluer. "Mada ... Mademoiselle Margareth Anne Harrington, ravie de vous connaître monsieur Cream." Lui dit-elle, le visage rayonnant et la voix assurée. C'est alors qu'elle se risqua à laisser glisser le sujet qu'était ses suivantes, qui sait, peut-être son interlocuteur les avait-il aperçu? "Puis-je me permettre de vous demander quelque chose?" Dit-elle, faussement gênée avant de reprendre suite à son accord. "Je suis venue ici en compagnie de deux femmes, mes suivantes à vrai dire, et nous nous sommes dispersées dans les bois suite à un grognement animalier. Je n'ai aucune idée de l'endroit où elles se sont réfugiées et je me demandais si vous ne les auriez pas vu passer?" Évidemment, toute inquiétude était factice, Margareth se fichait bien qu'elles aient peur ou même froid, seuls leurs services l'importait véritablement. En revanche le semblant de gentillesse dont elle faisait preuve envers l'homme à ses côtés n'était aucunement calculé, le destin l'avait mis sur sa route et elle lui en était infiniment reconnaissante, aussi faisait-elle son possible pour ne pas être désagréable d'autant plus que seule, elle n'aurait aucune chance de retrouver le foyer provisoire que représentait le Titanic. "Je ne peux pas retourner sur le Paquebot sans elles ..." Souffla-t-elle plus pour elle que pour Marcus.


© .JENAA
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité

>
PROFIL
RPG
MessageSujet: Re: Rencontre au coeur du volcan - Margareth    Jeu 23 Jan - 16:44

    Cette jeune femme semblait complètement perdue, mais aussi, elle semblait être sur les nerfs, complètement affolée, mais je réussirais sans doute à la calmer, à l'adoucir, pour qu'elle puisse prendre le temps d'observer le paysage même si cela ne semblait pas être dans sa nature. Elle était sans doute trop précieuse, trop huppée pour s'attarder sur ce genre de détails. Elle me posait trop de questions, elle voulait trop de réponses pourtant, je prendrais le temps de lui dire ce qu'elle voulait entendre même si elle aurait sans aucun doute possible encore plus de question. Je ne pouvais rien faire concernant cela, mais j'essayerais de sauver cette demoiselle en détresse, car elle l'était clairement même si elle ne me l'avouerait sans doute pas, plus par orgueil et amour propre qu'autres choses. Je me montrais bienveillant et poli avec elle cependant, elle ne semblait pas être si sensible que ça à mon charme naturel, sans doute avait-elle connu bien des hommes comme moi, bien que je sois différent d'eux à n'en pas douter. Je lui demandais si elle était perdue même si cela sautait aux yeux, mais on ne sait jamais, des fois qu'elle se promène à peine dans le coin même si j'en doutais grandement. Son soupire qui s'échappa de ces lèvres sans qu'elle ne dise mot répondit à ma question qui se voulait courtoise, elle était donc perdue de façon complète, et j'étais son seul lien avec ce qui ressemblait à son rachat, car sinon, elle ne pourrait sans doute pas revenir sur ces pas pour aller sur le navire ou l'une des petites habitations du village, même si je doutais qu'elle veuille quitter le confort du bateau pour ces bicoques à moitié en ruine. Comme je m'y attendais, elle eut du mal à m'avouer qu'elle était bel et bien perdue par ici. Elle ne devait pas avoir souvent l'occasion de parler avec franchise comme ça, mais elle y avait réfléchis. Si elle me froissait, je pouvais la laisser là, et ce serait encore plus la galère pour elle pour rentrer dans ces appartements. Elle me demanda alors si je vivais ici, ce à quoi je répondais que non. Cela devait être la première fois que je venais dans cet endroit précis à vrai dire. Et cette réponse semblait la soulager un peu, elle savait donc que je vivais sur le Titanic et que je devrais donc y retourner à un moment ou un autre. Elle se tourna alors vers le paysage qu'elle trouvait plaisant, mais qu'il le serait davantage s'il n'y avait des effrayantes bestioles dans la forêt. Quelle idée aussi d'explorer la forêt ? Moi-même, je ne m'y étais pas tellement aventuré pour le moment, elle semblait si lugubre d'en bas.

    "Il est dangereux de jouer les aventurières dans la forêt. Pour venir jusqu'ici, il est plus plaisant de passer par le sentier la longeant. Mais sans doute n'aviez vous pas l'intention d'arriver jusqu'ici, je me trompe ? "

    Je lui posais aussi des questions, elle me répondrais sans doute, puis elle me charma à son tour. Elle semblait être de ces premières classes qui aiment les hommes, ces femmes à hommes qui se lassent rapidement de leur prétendant. Elle me demanda de quelle classe j'étais.

    " Et bien, je me serais souvenu également de votre visage angélique. Je suis de troisième classe. Dois-je supposer que vous faites partie de la première ? "

    Puis, je me présentais à elle, faisant une légère courbette, lui prenant la main et y déposant un doux baiser, histoire de faire véritablement bonne impression, même si je ne doutais pas que c'était déjà le cas. Elle me fit une petite révérence en retour me disant son nom, Miss Margareth Anne Harrinton. Puis, elle me parla de ces deux servantes.

    " Je n'ai vu que vous miss Harrington. Mais si vous voulez, nous pouvons partir à leur recherche dans la forêt si cela ne vous fait pas trop peur d'y retourner. "

    Voudrait-elle y revenir ? Sans doute, car je doutais qu'elle pouvait se passer de ces deux suivantes, comme elle y était habituée depuis la tendre enfance.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



>
PROFIL
RPG
MessageSujet: Re: Rencontre au coeur du volcan - Margareth    

Revenir en haut Aller en bas
 

Rencontre au coeur du volcan - Margareth

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Son coeur brûle comme un volcan... Nuage Légendaire || 13/05
» Nuage de Minette-Coeur Mélée :2ème entrainement
» daisy caniche x bichon 4 ans ( ta patte sur mon coeur)
» BIJOU FEMELLE YORK 7 ANS EN FA ASSO COEUR SUR PATTES
» L' EAU et le COEUR

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GHOSTS OF THE ABYSS ♛ :: Archive RP-