AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | .
 

 more than a moving reunion ☃ mary-ann fleming

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

Invité

>
PROFIL
RPG
MessageSujet: more than a moving reunion ☃ mary-ann fleming   Ven 20 Déc - 21:23


more than a moving reunion
the mother and her son

Il était complètement perdu. Il n'a pas pu retrouver son parent. Il ne fêtera donc pas Noël avec son parent ? Il en avait bien peur pourtant. Ça sera sûrement le seul moment qu'il redoute maintenant. Il fêtait auparavant Noël avec son parent, et avait fait comme tous les ans une belle « lettre du père noël ». Après tout ce n'était qu'un enfant donc « intelligent » ou non. Il croit au père noël, et même à la magie, tout comme au contes. Il se mit à soupirer, même avec l'ami de son paternel, il ne semblait pas la retrouver. Il a du aussi se mettre un bandage, pour calmer le sang, et la douleur sous la pression. Il regrettait d'avoir jouer l'aventurier trop longtemps, même si dans un temps il aurait apprécié. Il décida de longer la plage, en espérant voir quelqu'un. Il avait les yeux rouges de dormir une nuit, sans pouvoir l'apercevoir, et ni recevoir son « bonne nuit ». Il était retourné dans leur chambre depuis hier seulement. Et pourtant ça lui manquait déjà. Il se mit à bailler doucement, se rappelant qu'il a mal dormi, avant de gueuler comme pour attendre une « réponse » de son parent : « TU N'AS PAS LE DROIT DE ME FAIRE CA !! J'AI ENCORE BESOIN DE MA MAMAN !! » Il pensait déjà au pire, comme une attaque d'un étranger, ou d'animal qui aurait voulu manger. Ou une tentative de suicide tout simplement. Il serra ses poings, non il se disait que c'est quasiment impossible, qu'elle soit arrivé à ce stade là. Il la voit beaucoup plus forte, même si à son départ il pensait tout le contraire justement. Le temps a fait beaucoup de changement, et il a pu se rapprocher de son paternel. Il donna des coups de pieds dans le sol, en repensant à ce qu'il a dit auparavant. Il se sentait responsable, même si ça ne venait pas être l'unique raison de son départ, non ? Il tomba au sol au bout d'un moment : « MAMAN TU NE PEUX PAS ME FAIRE CA !! JE T'EN SUPPLIE REVIENS !! » Il se releva car il était bien déterminé à la retrouver.

Il se redressa doucement, en enlevant le sable qui avait infiltrer ses vêtements, avant de continuer à marcher. Et seulement au bout d'un moment, il crut au miracle, ou même au mirage sous le coup de l'énervement. Est-ce que c'était vraiment Mary-Ann ? Il en avait aucune idée, cependant il comptait de le découvrir. Et au risque de se ridiculiser, en sachant que ça peut être seulement son « envie ». Il pria dans sa tête que ça soit bien son parent, qui avait décidé de bien « déserté » l'île, à rendre complètement malade son enfant. Il se frotta les yeux, quand il la vit marcher dans le sens inverse, comme si elle ne le voyait pas. Il enleva ses chaussures qui le ralentissait, et les chaussettes également. Il se mit à courir, en espérant que ça soit pas qu'une illusion, avant de voir de plus en plus que c'était vraiment elle. Il sauta derrière elle, en pleurant. Il avait enfin retrouver son parent, au bout de quelques jours, et d'acharnement. Il s'accrocha au vêtement, si elle s'obstinait à toujours s'éloigner volontairement. « Je te déteste.. J'ai cru que j'avais perdu ma maman.. » Il s'était vraiment imaginé tous les scénarios, inimaginable, en s'en rendant malade, ou même à ne plus dormir. Il avait mal encore au mains, mais il ne pouvait pas lâcher. Il avait peur qu'elle parte de nouveau, et qu'ils se retrouvent de nouveau seul. « ...j'avais peur que fasse une bêtise.. et qu'on se retrouve orphelin. » Il y avait son paternel, mais il n'était pas écrit sur les papiers officiellement. Il ne reformait pas une famille, donc il ne pouvait pas dire qu'il aurait son paternel pour le moment. Il n'aurait pas aimé fêter Noël, ou vivre seul dans le paquebot. Il allait vouloir la rejoindre également. « Je ne veux plus que tu t'éloignes, maman.. ça fait un moment que je suis revenu dans ma chambre, en espérant te revoir.. » Il espérait qu'elle comprendrait qu'il avait pardonné, et qu'il pourrait reprendre avant l'accident. Le fait qu'elle ne l'est peut-être pas avouer encore à son ancien mari. Était peut-être « dangereux », cependant il a décidé qu'il la soutiendrait. Il avait faillit la perdre, et avait bien réfléchir, donc il avait décidé de lui pardonner.

Il alla devant elle pour la serre contre lui, et ressentir son entreinte qu'il lui manquait énormément. Il en pleurait toujours, il avait tellement eu peur. Il huma l'odeur de sa maman pour se réconforter. Il était encore un bébé après tout, il tendit les bras vers son parent pour qu'il la porte comme il était beaucoup plus « jeune » Il n'avait que neuf ans, donc il était quand même léger. Il affiche un micro-sourire, avant de rajouter : « Il me fallait seulement un peu de temps.. Je peux te pardonner maintenant.. » Il déposa sa tête sur son épaule, en commençant à bailler doucement. Il en voulait pas rentrer seulement, rester comme ça pendant un moment, comme quand il adorait l'affection de son parent. Il se mit à rêver qu'il aurait pu prendre un « sapin » et fêter Noël : « Tu crois que le père noël va venir ? C'est bientôt Noël. J'ai hâte ! » Il se mit à sourire, en imaginant les « cadeaux » qu'il aurait pu avoir s'il n'aurait pas été mort. Il comprendra si son parent dit que non, vu qu'ils sont tous morts. Ou existe-t-il un père noël pour les personnes décédés du paquebot ? Qui sait cela aurait rendu heureux beaucoup d'enfant. Qui espérait avoir des cadeaux et voir ce fameux « Père Noël ».
Revenir en haut Aller en bas


ETRE MERE ❧ le plus beau rôle qu'il y a au monde.
avatar

>
PROFIL♌ Double Compte : Georgiana, Esther & Scarlett
♌ Prénom ou Pseudo : Mari-Jane
♌ Signaux de Détresse : 1196
♌ Points : 9
♌ Jour d'embarquement : 17/11/2012
♌ Age du Personnage : 35 ans
♌ Profession : Actrice
♌ Crédits : Love
♌ Photo :
RPG
MessageSujet: Re: more than a moving reunion ☃ mary-ann fleming   Lun 23 Déc - 0:05



Juste une chute, puis après, plus rien.


L’île avait été sa rédemption, sa fuite, loin des malheurs, loin de tout. Charles ne la voyait que comme une meurtrière, celle qui avait assassiné ses enfants. Elle avait tant pleuré ces derniers jours, la haine de Charles, la perte de son fils et de sa fille. C’est pour cela qu’un matin, avant que le Titanic ne soit complètement réveillé, elle avait préparé une petite valise, avec le strict minimum, puis, elle avait laissé une lettre, précisant qu’elle quittait leur vie à tous. A partir de ce moment-là, plus personne n’avait revu Mary-Ann Fleming.
Disparue du Titanic. Disparue pour tous. L’île n’était peut-être pas grande, mais les cachettes étaient nombreuses. C’était sur une maison sur les hauteurs de l’île, qu’elle avait trouvé la paix. Elle ne pouvait affronter plus longtemps la haine de son bien aimé. Elle n’aurait pu supporter lire la peur dans les yeux de ses enfants. Lily-Rose devait être au courant de tout à l’heure qu’il est. Qu’allait-elle penser de sa mère ? Serait-elle encore son modèle ? Il y avait peu de chance pour cela. Son refuge, Mary-Ann ne le quittait qu’à la tombée de la nuit, personne ne venait la voir et elle en était rassurée, cela signifiait que personne ne l’avait trouvé. L’actrice n’était plus, Mary-Ann n’était plus que l’ombre d’elle-même, loin de ses enfants, de sa source de vie. Il ne lui restait plus rien, à part la peine. Chaque soir à la nuit tombée, elle partait, grimpant toujours plus haut, au sommet des falaises. Là, elle n’avait plus qu’à écarter les bras et à se laisser tomber. Mais, elle n’était jamais tombée. La première classe n’avait jamais franchi le pas de trop. Elle n’avait pas perdu la tête au point de mettre fin à ses jours. Voilà plusieurs semaines, qu’elle était entrée dans une spirale infernale, ne sachant plus quoi faire de sa vie, loin de ses enfants et de son amour, elle ne voulait plus rien. Harrison et sa passion pour les livres lui manquait, tout comme les rires enjoués de sa fille, quand elle regardait les bijoux de sa mère. Les choses avaient bien changé depuis leur vie parfaite à New-York, les strass et paillettes étaient envolés, il ne restait plus que la peine. Mary-Ann savait qu’elle ne pourrait se faire pardonner, elle avait tué ses enfants et jamais une mère ne devait faire ça. Son rôle était de protéger, pas de tuer. Au fond, elle comprenait la haine de tous envers elle, elle n’était qu’un monstre.
Comme chaque soir, Mary-Ann quitta sa demeure, pour admirer la fin de la journée. Cette fois-ci elle ne prit pas la direction des falaises, mais celle de la plage. Un livre de poésie à la main, elle le lisait sur le chemin. Vêtue d’une simple robe bleue et d’un manteau noir, la mère de famille n’avait plus rien de la flamboyante actrice, les cheveux au vent, elle ne portait ni parure, ni maquillage. En arrivant sur la plage, elle retira ses chaussures et s’approcha jusqu’à l’eau, laissant l’eau froide venir lui chatouiller ses pieds nus. Il n’y avait personne à l’horizon, ainsi, personne ne découvrirait où elle s’était cachée. Mélancolique, elle lisait sa triste poésie, repensant à sa vie maudite. Une moitié de vie malheureuse, l’autre moitié heureuse, l’équilibre parfait, mais qui faisait maintenant pencher la balance du côté du malheur. Plus jamais, elle ne serait heureuse. Mary-Ann ne se voilait plus la face, elle devait assumer ses choix et se punir pour cela. Alors que tout était calme autour d’elle, elle sentit deux bras l’enserrer par derrière. Aussitôt, la mère de famille se retourna et vit son fils, malheureux, qui semblait la chercher depuis de nombreux jours. « Harrison… » Murmura-t-elle sans pouvoir prononcer plus de mots. Mary-Ann écouta la peine de son fils, son envie qu’ils soient tous ensemble à Noël, mais elle ne pouvait répondre à cela, elle ne devait plus vivre avec eux.

« Harrison, nous ne pouvons plus vivre ensemble. Maintenant, c’est avec ton père que tu dois rester plus avec moi. » Disait-elle peinée de dire ses mots, tout en contenant son émotion. Elle ne voulait pas montrer son malheur, pour ainsi mieux couper le cordon.





_________________

❝MARY-ANN FLEMING❞ ♣️ L'amour plus fort que la mort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité

>
PROFIL
RPG
MessageSujet: Re: more than a moving reunion ☃ mary-ann fleming   Lun 23 Déc - 1:10


more than a moving reunion
the mother and her son

Il savait que son paternel ne voulait plus qu'on approche. Cependant, il était question de sa « maman ». Et pour rien au monde il ne l'abandonnerait. La seule personne qui a vraiment compté à soudainement disparu. IlIl ne voulait pas oublier, ou même couper le cordon comme il disait. Il n'a que neuf ans, et il a encore besoin de sa maman, et personne ne l'empêchera de la retrouver. Il ne voulait pas rester alors que sa maman était seule, et sûrement « malheureuse ». Il aurait dû faire semblant de dormir et ne pas se rendre compte que la « meurtrière » était son parent. Il aurait du continuer de vivre normalement, cela aurait peut-être pas tout chambouler. Il se disait que son paternel n'a pas été présent, quand il a été malade, ou même quand il a eu un chagrin, ou pour lui raconter un « conte ». Il se rattrape maintenant, en espérant l'éloigner du seul parent qu'il a toujours « aimer ». Il refuse d'abandonner sa maman même pour tout l'or du monde. Il entendit la voix de sa maman au bout d'un moment : « Harrison... » Il eut un maigre sourire, cependant il voyait qu'elle ne comptait pas retourner ensemble. Il ne voulait pas savoir pourquoi, tant qu'elle n'acceptera pas.. il ne lâchera pas, même si elle lui demande, ou bien même qu'elle le supplie tout simplement. Il ne comptait pas repartir bêtement, et accepter de perdre sa maman. Et si vraiment elle ne voulait pas, Harrison allait décider de son plein gré d'habiter ensemble. Il regarde sa main pour voir qu'il a encore mal au mains. Il grimaça doucement, en persistant à ne pas abandonner. Il écouta son parent encore lui demander de s'éloigner : « Harrison, nous ne pouvons plus vivre ensemble. Maintenant, c’est avec ton père que tu dois rester plus avec moi. » Il hoche la tête négativement. Il ne comptait pas retourner avec son paternel. Il voulait vivre avec sa maman. Les pleures de l'enfant se font plus « pressants ». Il serra fort la belle robe de son parent, pour lui montrer qu'elle se « débarrassera » de son enfant aussi simplement. Il repensa à ce qu'elle disait auparavant, qu'elle faisait ça uniquement pour nous protéger. Il savait qu'il aurait eu peur de la noyade, comme sa sœur également. Ils ne s'étaient pas rendu compte qu'ils étaient mort, et comme ça ils n'ont pas souffert comme elle aurait voulu. Et que si vraiment ils se seraient noyés, ils seraient morts « traumatisés » par cet accident.

« ..je ne veux pas rester avec papa. » balança-t-il. « souviens-toi de ce que tu m'as dit pour m'expliquer ton acte. » dit-il, en essayant de trouver les bons mots, comme il aurait dû lui dire auparavant. Il aurait eu peur et sûrement traumatisé en se revoyant cet accident. Il aurait pas pu mourir tout simplement. Il aurait dû revivre sa mort dans ses « cauchemars ». Il se reverrait sous l'eau, en train de se noyer, en train de pleurer quand le paquebot coule. Il aurait dû mal à redevenir le garçon qu'il a toujours été, en sachant que sa mort était aussi « atroce ». « que tu avais fait ça pour nous protéger pour ne pas qu'on souffre.. » répétait-il ce que son parent lui a répondu, avant de répondre : « si vraiment j'aurai été mort noyé, ça m'aurait traumatisé, et mes cauchemars auraient continuer.. et on aurait vécu un vrai cauchemar en vivant lentement notre « mort ».. alors que tu nous a permis de plus souffrir.. » dit-il son opinion, en se disant qu'il aurait sûrement changer. Il aurait mal vécu le fait de vivre éternellement sur le paquebot. Et ça n'aurait pas pu autant marcher avec son paternel. Il ne faut pas oublier qu'il n'a pas de papier officiel, ou même il n'est pas de leur famille complètement. Il ne pourra pas lui pardonner cependant d'abandonner Mary-Ann. Il voulait que sa maman est également quelqu'un qui pourra la rendre « heureuse ». Il soupira, en resserrant ses mains, en rajoutant : « Je ne l'aime pas autant que toi.. » expliqua-t-il, avant de rajouter : « Et je ne peux pas lui pardonner de t'avoir abandonner. » pensa-t-il vraiment. Il avait toujours nié de l'aimer. Il ne le disait pas, ou le montrait pas, cependant le départ lui avait fait beaucoup de mal. Il voulait qu'elle lui montre qu'elle était capable de tout pour le récupérer. Et ça lui suffisait amplement pour lui pardonner, comme ça il verrait qu'elle aimait toujours autant. Il n'avait que ça, cependant elle avait été capable de lui donner.

Il tenta une dernière tentative qui allait lui rappeler des souvenirs : « Qui a été là quand j'ai été malade ? Ou quand j'avais du chagrin ? Qui me raconte un conte avant de m'endormir ? Et qui s'est toujours « occupé » de nous ? Qui nous a protégé et aimé quoiqu'il arrive ? » demanda-t-il continuellement, avant de répondre déjà : « Toi, et uniquement toi. » répondit-il. Il se mit à sourire, en pensant à ce qu'il venait de penser maintenant. Il devait l'aider, et être là pour elle comme elle avait été là auparavant. Il devait inversé les rôles, et pour un moment devenir l'adulte responsable ce qu'il aurait aimé devenir. Il pourra comme ça se marier avec Solyana et fondait une famille également. Il a pu rencontrer son amoureuse pendant son « absence » cependant il avait enquêter. « C'est à mon tour de veiller sur toi. Et de soutenir et t'aider.. comme tu l'as tant fait pour moi. » Il enleva ses mains pour prendre la sienne, et la serrait doucement. Il se mit à sourire doucement, en rajoutant : « Tu n'es pas seule, maman. » Il dit dernièrement, avant de la regarder dans les yeux, et de faire une moue vraiment adorable, qu'aucune personne ne pourrait pas craquer. Il voulait lui faire comprendre qu'il ne « l'abandonnera » pas. Et pour en terminer avec ce beau discours : « ..et si tu veux plus de moi, je viendrais quand même avec toi.. » Il lui tira la langue, comme quoi il y a plus « borné » qu'un enfant.
Revenir en haut Aller en bas


ETRE MERE ❧ le plus beau rôle qu'il y a au monde.
avatar

>
PROFIL♌ Double Compte : Georgiana, Esther & Scarlett
♌ Prénom ou Pseudo : Mari-Jane
♌ Signaux de Détresse : 1196
♌ Points : 9
♌ Jour d'embarquement : 17/11/2012
♌ Age du Personnage : 35 ans
♌ Profession : Actrice
♌ Crédits : Love
♌ Photo :
RPG
MessageSujet: Re: more than a moving reunion ☃ mary-ann fleming   Lun 30 Déc - 22:45



Juste une chute, puis après, plus rien.


« Loin du froid de décembre. » Mary-Ann était désormais convaincue que ses enfants seraient bien mieux loin d’elle, plus heureux, ils pourraient profiter de la présence de leur père, loin de celle néfaste de leur maman. C’était un crève-cœur, pour la mère de famille, mais le départ de son fils l’a beaucoup aidé à réfléchir et la brune savait que c’était pour leur bien. Mary-Ann voyait qu’elle avait fait des choses horribles, comment avait-elle pu tuer ses enfants et ne pas se battre pour les sauver. Elle aurait dû être plus forte et être fidèle à elle-même. Toute sa vie, elle avait été une battante, elle n’avait jamais rien demandé à personne et c’était avec ses revenus d’actrice qu’elle avait pu élever ses enfants dans un train de vie très confortable. Elle aurait pu se battre pour eux et ne pas les condamner à cette mort horrible. Si elle avait su à quoi ressembler la mort, elle aurait tout fait pour la vaincre, quitte à jeter des personnes hors des canots de sauvetage, elle aurait sauvé ses enfants. Rien n’aurait dû compter pour Mary-Ann à part la vie. Mais non, cette nuit du 14 au 15 avril 1912, elle avait été lâche, une lâche qui avait privé ses jumeaux du reste de leurs vies. Harrison aurait pu devenir écrivain, lui qui aimait tant les livres et Lily-Rose aurait pu rejoindre les étoiles du monde des artistes. Ils auraient pu se marier, avoir des enfants, agrandissant ainsi la famille Fleming. Ensemble, lors des repas du dimanche, ils auraient pu regarder les films de la doyenne de la famille, tel était autrefois le rêve de la mère de famille. Mais cela ne se passera et la mort était la seule erreur qu’on ne pouvait pas réparer. Le regard de la mère de famille croisa celui de son fils, désespéré, tentant tout pour récupérer sa mère. Harrison lui rappelait ses paroles, celles qu’elle avait dites pour le retenir avant qu’il ne la quitte. Désespérément, elle avait tenté de justifier son acte. Maintenant, au fond d’elle, elle sait qu’il n’était pas justifiable. Le moment était poignant, rempli d’émotion et Mary-Ann tentait de rester aussi froide que le marbre. Elle ne voulait pas montrer ses émotions à son fils. Aujourd’hui, elle serait la méchante reine des contes pour enfant. Dans toute méchante reine se cache un passé lourd, un vécu qu’elle tente d’oublier par-dessus tout. Mary-Ann avait été horrible avec ses enfants, voilà pourquoi elle ne voulait pas qu’ils restent à ses côtés.

« Mon rôle était de vous protéger toi et ta sœur et je réalise aujourd’hui que je me suis comporté lâchement avec vous. J’aurais dû me battre pour vous et ainsi tu aurais pu grandir, vivre la vie que tu aurais voulu, réaliser tes rêves. Je me rends compte que je vous ais privé de tout cela et c’est insurmontable pour moi. Tu avais raison Harrison, je suis la méchante reine. »

Emue, à force de dire de telles choses, Mary-Ann se détourna de son fils pour ne pas affronter son regard. Elle l’écouta parler, il évoqua l’abandon de son père, le fait qu’elle avait été toujours là pour lui et Lily-Rose. C’était vrai, l’actrice avait durant toute leur vie tentait de compenser l’absence du second parent. Cependant rien ne pouvait remplacer un père, tout comme rien ne pouvait remplacer une mère. Pourtant Harrison devait laisser une chance à Charles, qui n’avait pas eu réellement le temps de faire ses preuves auprès de ses enfants. Harrison était borné et avait le caractère de son père, Mary-Ann le voyait bien, mais il ne pouvait pas rester avec elle, c’était impossible.

« Tu devrais lui laisser une chance, ton père est un homme bon, il pourra faire toute ses choses, il ne demande qu’à apprendre. » Disait la mère de famille, toujours le dos tourné.






_________________

❝MARY-ANN FLEMING❞ ♣️ L'amour plus fort que la mort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité

>
PROFIL
RPG
MessageSujet: Re: more than a moving reunion ☃ mary-ann fleming   Mar 31 Déc - 0:27


more than a moving reunion
the mother and her son

Il s'était rendu compte que sans cet accident. Qu'il aurait été séparé de son « amoureuse ». Ça l'aurait sûrement anéanti. Il ne saurait pas remit, et aurait voulu renoncer à « l'amour ». Il aurait aimé y rester comme pour pouvoir la « rejoindre ». Il ne lui en voulait plus. Et avait décidé de la retrouver. Il était bien décidé de la ramener à la maison. Il était capable de même parler de « ça ». Et même s'il ne comptait pas partir. Il ne supportait pas son comportement. La voir aussi lâche, alors qu'elle lui a promit de se rattraper. Il ne voulait pas partir sans son parent. Il était prêt à tout, même à s'accrocher, ou à pleurer sur commande. Il était roi les enfants pour pleurer sur commande non ? Ils obtiennent tout comme ça, peut-être qu'elle reviendra en le voyant « malheureux », non ? Il écouta sa maman parler, en espérant qu'elle aurait un autre comportement. Il peut rêver elle ne changea pas, même pas une réaction « positive ». Il commença à soupirer en l'écoutant : « Mon rôle était de vous protéger toi et ta sœur et je réalise aujourd’hui que je me suis comporté lâchement avec vous. J’aurais dû me battre pour vous et ainsi tu aurais pu grandir, vivre la vie que tu aurais voulu, réaliser tes rêves. Je me rends compte que je vous ais privé de tout cela et c’est insurmontable pour moi. Tu avais raison Harrison, je suis la méchante reine. » Et ça il comprenait, cependant on peut pas revenir auparavant. Il avait pourtant pardonné, comme pour recommencer ensemble, formant de nouveau une grande communauté. Il se mit à sourire, car il avait pu avoir son amoureuse, et rester ensemble « éternellement ». Il n'y a pas de plus beau cadeau qu'avoir un amour éternel. Il est sûr qu'il a vu que sa maman était beaucoup plus inquiète et méfiante par rapport à lui. Il ne comprenait pas, pourquoi elle se comportait étrangement ? Il aurait bien demander à sa maman, mais.. Elle semblait pas coopérative apparemment. Il voyait ce qu'elle avait à dire, cependant il pourra prendre le contrôle du bateau -réaliser son rêve- et pouvoir se marier avec son amoureuse prochainement. Il revoit dire ça et que tout le monde lui dit que les contes n'existent pas maintenant. Ils sont seulement là pour arrondir le monde, et pour montrer le monde parfait -qui n'existe pas-.

« NON, surtout pas ! » réagit-il en montant le ton soudainement, avant d'expliquer son comportement. « J'aurai perdu Solyana. Je ne veux pas la perdre. Je l'aime beaucoup, tu sais ! Je me sens même bizarre à l'intérieur ! Je ne sais pas comment l'expliquer mais.. Je suis heureux avec elle, ou quand elle me sourit, ou qu'on rigole ensemble. » Il se stoppa un moment, en rougissant un peu sans s'en rendre compte, en repensant à ce qu'elle a dit auparavant : « Je peux réaliser mon rêve.. Il suffit de demander au capitaine de contrôler le bateau. Je serais comme ça capitaine, et on pourra voyager ensemble. Et les « contes de fées » n'existent pas maman.. » Il se mit à sourire doucement. Il s'était mis ça en tête vu que tout le monde lui répétait. Il avait compris maintenant, il projetait son malheur en disant que tel ou telle était un personnage d'un « conte ». Et comme ça la vie est moins dure pour un enfant. Il aimait toujours autant en lire, et pouvoir dormir en les écoutant. Il avait seulement arrêter de vouloir tout voir autrement. Comme ça il pourra grandir et protégeait son « amoureuse ». Il prit sa main dans la sienne, en se mettant droit devant elle, pour la forcer à le regarder. Ce n'est pas en détournant le regard qu'on pourra affronter « la réalité ». Il en termina donc avec : « ..en ce qui me concerne, maman.. tu m'as permis d'être heureux, en retrouvant papa vu qu'il est mort, et rester éternellement avec mon amoureuse.. » Il se souvenait également : « Il faut que je te la présente également. J'en suis sûr que tu vas l'adorer ! » Il sourit comme pas possible, en levant les bras de nouveau pour qu'elle le prend maintenant. Il voulait la retrouver et pas apprendre que sa maman est seule de nouveau et qu'elle vit comme « Tarzan ». Il entoura sa jambe de ses bras, pour avoir ce fameux contact qu'ont besoin les « enfants ». Il ferma les yeux un moment, en soupirant de bonheur.

Il pensait qu'elle voulait peut etre avoir une « punition » comme quand elle le grondait. Il s'était toujours demandé comment on met la « graine » pour avoir un enfant. Il aurait voulu avoir une « enfant » qui l'aurait appelé soit « Mary » ou « Anne ». Il ne faut pas être bête pour savoir pourquoi. Ça serait un hommage à sa maman. Et si c'était un garçon, il aurait donné à sa femme, de lui trouvait un nom ou hommage à son papa, ou grand-père. Il avait parlé qu'il ne pouvait pas lui pardonné de l'avoir abandonner. Exactement, comme lui il ne saurait pas pardonné d'abandonner son « amoureuse ». Il saurait qu'elle serait seule sur le bateau, et que lui serait vivant. Il le verrai comme une punition, et aurait du mal en sachant qu'il aurait abandonné. Et même en tentant de mourir, il n'aurait pas pu revenir sur le paquebot. « Tu devrais lui laisser une chance, ton père est un homme bon, il pourra faire toute ses choses, il ne demande qu’à apprendre. » Il voyait qu'elle ne comprenait pas. Il était aussi borné que sa maman alors ? Il fronça du sourcil, montrant qu'il ne voulait pas seulement son paternel. Il aura beau essayé elle faudra donc expliquer : « maman, dis tu crois qu'il pourra m'expliquer : comment on fait pour planter la « graine » ? » Il demanda innocemment, avant de terminer : « Et si tu veux vraiment pas.. J'ai décidé que je rejoindrai la « lumière ».. Tu sais celle qui permet de quitter le paquebot. Il parait que c'est magnifique, donc si j'ai pas ma maman à quoi bon rester ? Ça ne doit pas te déranger ! » Il ne le pensait pas vraiment. Il avait son amoureuse ici, et sa sœur également. Il n'a aucune raison de vouloir rejoindre la « lumière » cependant.. Il devait la faire réagir maintenant.
Revenir en haut Aller en bas


ETRE MERE ❧ le plus beau rôle qu'il y a au monde.
avatar

>
PROFIL♌ Double Compte : Georgiana, Esther & Scarlett
♌ Prénom ou Pseudo : Mari-Jane
♌ Signaux de Détresse : 1196
♌ Points : 9
♌ Jour d'embarquement : 17/11/2012
♌ Age du Personnage : 35 ans
♌ Profession : Actrice
♌ Crédits : Love
♌ Photo :
RPG
MessageSujet: Re: more than a moving reunion ☃ mary-ann fleming   Dim 5 Jan - 14:48



Juste une chute, puis après, plus rien.


Harrison n’était plus un petit garçon, Mary-Ann le voyait bien dans son regard, son fils avait grandi. Même s’il avait toujours le corps d’un garçon de neuf ans, à ce jour il devait avoir onze année d’existence. Quand elle se rendait compte que son fils ne grandissait pas, le regard de l’actrice se baignait de larme. A quelle existence l’avait-elle condamné ? Un humain ne pouvait pas rester constamment un enfant, du jour au lendemain, celui-ci allait vouloir grandir et il se rendrait compte des barrières que son corps d’enfant lui imposait. Tout ceci n’était pas une vie et même si Harrison ne s’en rendait pas compte aujourd’hui, un jour il lui en voudrait pour cela. L’enfance était un âge doux, mais on ne pouvait pas le rester éternellement un enfant. Quelle mère pouvait imposer cela à ses enfants ? Mary-Ann était horrible pour avoir fait cela et malgré le réconfort que son fils pouvait lui procurer, jamais elle ne pourrait se le pardonner. Harrison voulait la rassurer en lui parlant de sa vie, de sa petite copine Solyana de qui il était très amoureux, il avait l’air heureux, mais cela ne serait pas éternel. Sa pensée grandissait contrairement à son corps, un jour tout cela serait handicapant. Pauvre Harrison, pauvres enfants du Titanic. L’enfant lui montra aussi qu’avec sa mort, il avait pu retrouver son père, mais cela ne justifiait pas tous. Leurs retrouvailles n’avaient été qu’un accident, puisqu’ils auraient pu tous se retrouver bien avant cela, si Charles avait voulu montrer aux yeux du monde qu’il était vivant. Peut-être qu’en sachant qu’il allait en Amérique et que tous deux avaient été sur le même navire, il aurait réagis et aurait assumé son rôle de père. Cela, la mère de famille ne le saurait jamais. Charles était une énigme pour elle, un mystère qui ne voulait pas se dévoiler, même à la femme qu’il prétendait aimer.

« Harrison, tu cherches à me donner des raisons, mais tu resteras toujours un petit garçon et cela je ne le supporterai pas. Un jour, tu auras la raison d’un adulte et tu ne pourras pas l’exprimer, parce que tu es toujours un garçon. Une mère doit voir grandir ses enfants, elle doit les voir faire leur vie. Je t’ai condamné à une vie de peine et jamais je ne pourrais me le pardonner. Je t’aime tellement Harrison, mais je ne peux plus, mon cœur souffre de ce que j’ai fait. » Disait-elle tout en caressant la joue de son fils.

Harrison parla d’un nouveau sujet, il voulait savoir comment faire les bébés et espérait que son père lui explique. Ouf, ce n’était pas à elle de raconter la chose à son fils, Charles pourrait très bien se débrouiller tout seul avec ce sujet, après tout il était le père. « Ton père, sera heureux de te répondre, j’en suis sûr. » S’exclama-t-elle sur un ton neutre. Harrison renchérit sur un autre sujet, il voulait partir dans la lumière si sa mère ne voulait plus de lui. Le cœur de la mère de famille flancha et elle se mit à douter. Son fils lui faisait un chantage, un vilain chantage pour l’obliger à être auprès de ses enfants. Que pouvait-elle lui répondre ? Charles ne voudrait sûrement plus la revoir et elle ne voulait déclencher aucune guerre avec le père de ses enfants, elle ne voulait pas compliquer plus la situation. « Harrison, je ne peux pas décider toute seule, maintenant, nous sommes quatre dans cette famille, les décisions doivent être prise avec ton père. » Répondit-elle à son fils affichant un regard désolé.







_________________

❝MARY-ANN FLEMING❞ ♣️ L'amour plus fort que la mort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité

>
PROFIL
RPG
MessageSujet: Re: more than a moving reunion ☃ mary-ann fleming   Dim 5 Jan - 17:13


more than a moving reunion
the mother and her son

Il se moquait bien de rester dans son corps. Il avait des compagnons, et également une amoureuse. Il pourrait même protéger sa sœur. Certes, il ne grandira pas physiquement. Il adore les contes, et se prendra pour « Peter Pan ». Il sait que les contes n'existent pas, cependant rien n'arrêtera la « croyance » de Harrison. Il sait que pleurer ne changera pas. Et qu'il doit remercier d'être encore « vivant » de pouvoir être avec son paternel, et son amoureuse. Il ne peut s'imaginer vivre sans son parent, malheureusement. Il a tout vécu avec elle, et il ne pourra pas lui pardonner si elle venait à abandonner. Ou même à revenir ensemble, comme auparavant. Il n'attendait que ça. Il se moquait bien de son paternel. Il ne l'avait même pas dit pour son « expédition ». Ou même qu'il était blessé à la main, en voulant trouver son parent. Il a faillit être blesser, et même mourir également. Il s'en fichait, il s'est promit de la ramener. Et s'il ne la ramène pas, il s'en voudra éternellement. Le petit garçon avait appris à « pardonner », et comment apprendre de ses « erreurs ». Il voulait recommencer maintenant. Et qu'importe comment il réagit. Il se mettrait toujours de son côté. Il a décidé de prendre du parti de son parent. « Harrison, tu cherches à me donner des raisons, mais tu resteras toujours un petit garçon et cela je ne le supporterai pas. Un jour, tu auras la raison d’un adulte et tu ne pourras pas l’exprimer, parce que tu es toujours un garçon. Une mère doit voir grandir ses enfants, elle doit les voir faire leur vie. Je t’ai condamné à une vie de peine et jamais je ne pourrais me le pardonner. Je t’aime tellement Harrison, mais je ne peux plus, mon cœur souffre de ce que j’ai fait. » Il ne verra pas son corps évolué, cependant est-ce que cela voulait dire qu'il allait être « malheureux » ? Sûrement pas. Il va juste demander à son parent. Il voudra comprendre comment c'est possible. Il ne comprenait pas sa maman, pour le moment. Ils étaient ensemble, et c'était le plus important, non ? Il n'aurait pas pu la revoir au « Paradis » ? Il voit ça comme une seconde chance.

Il a pu retrouver son paternel, avoir une amoureuse, recommencer une vie. Quel est le problème ? Il se mit à sourire quand il entendit qu'elle aimait toujours. Cependant pourquoi il souffrait ? « Et alors ? Cela ne va pas m'apporter du malheur ! Je te le demanderai.. comme d'habitude quand je comprends pas ! Qui t'empêche de me voir grandir ? Je ne suis pas peiné, ni malheureux ! Je le serais, si tu m'abandonnes ! Il faut pas souffrir ! Je suis là moi non ? Je te laisserai pas seule ! Et même j'aurai du t'en empêcher.. Je ne dormais pas maman. Je n'arrivais pas à dormir ! J'aurai pu intervenir pour t'aider.. Je fais maintenant ce que j'aurai du faire auparavant ! » Il soupira en se doutant qu'elle répliquerait, comme quoi c'était sa « responsabilité ». Il aurait du se comporter comme un « adulte » et réagir comme il aurait dû. Il n'avait pas eu le cran. Et maintenant, il devait rattraper son « erreur ». Il n'y a pas d'échappatoire, et ne comptait pas l'abandonner. Il se mit bien devant elle, avant de rajouter : « C'est à moi de rattraper le passé, maman ! On est pas tous parfait ! Il y a des haut comme des bas, il faut seulement les affronter ensemble ! » Il parlait ensuite de bébé, comment mettre la « graine ». Et comme d'habitude, elle ne comprenait pas, qu'il la posait à sa maman directement. Il est normal, après tout c'est elle qui portait « le bébé » non ? Le paternel aurait du mal à expliquer ! Il se mit à sourire grand, avant d'écouter sa réponse : « Ton père, sera heureux de te répondre, j’en suis sûr. » Il rigolera bien quand son paternel tombera dans le « piège ». Il est sûr que ca lui fera drôle d'expliquer à un enfant. Et surtout qui grandit, même en grand son apparence « innocente ». Il s'approche un peu avant de rajouter : « Je m'adressais à toi. Je crois pas qu'on met la graine dans le « papa » non ? » Le retournement de situation tant attendu. Il avait retourné la question, en une autre beaucoup plus amusante.

Et du coup avait fait rigoler Harrison, en imaginant son paternel, avec un immense ventre de femme « enceinte ». Il se moquait de son paternel gentiment, il lui demandera pourquoi les maman et non les papa sûrement pour ne pas tomber dans le « ridicule » sûrement. La tournure devient plus dramatique, comme parler du « paradis » il avait déjà vu cependant. Il avait vu quand il s'était senti « abandonné ». Il soupira longuement en entendant la « réponse » : « Harrison, je ne peux pas décider toute seule, maintenant, nous sommes quatre dans cette famille, les décisions doivent être prise avec ton père. » Oui, mais il se moquait bien de ça. Il voulait rester avec son parent. Il n'arrivait pas à dormir, et il s'inquiétait beaucoup. Il savait que sa maman a dit : « qu'il devait tout lui rapporter. » Il fit une moue un moment, en pensant à ses moments là. Ou il avait eu peur de la voir morte, ou qu'on lui a fait du mal. Il ne voulait pas recommencer comme auparavant. Il n'arriverait pas à vivre sans son parent. Et le pire c'est qu'apparemment elle avait du mal à comprendre. Il avait besoin de sa maman. Et son paternel ne pourra pas la remplacer comme elle auparavant. Il prit sa maman, et se promit d'être « honnête » : « Je t'ai promis de tout de dire.. Je ne dors plus maman, et ne mange pas beaucoup. Je m'inquiète beaucoup pour toi. Et je culpabilise de ton départ, en se doutant que c'est de ma responsabilité ! Et même si tu me le dis ça ne changera pas ! J'ai besoin de ma maman ! Je ne peux pas vivre sans ma maman ! Je n'ai pas appelé « papa » quand j'étais peur dans l'arbre.. Je t'ai appelé pour que tu me rassures, que tu viens m'aider ! Je t'en supplie, maman.. m'abandonne pas ! Je m'en remettrai pas.. Et je préférerai mourir que te « perdre » ! Je veux rester avec toi ! »
Revenir en haut Aller en bas


ETRE MERE ❧ le plus beau rôle qu'il y a au monde.
avatar

>
PROFIL♌ Double Compte : Georgiana, Esther & Scarlett
♌ Prénom ou Pseudo : Mari-Jane
♌ Signaux de Détresse : 1196
♌ Points : 9
♌ Jour d'embarquement : 17/11/2012
♌ Age du Personnage : 35 ans
♌ Profession : Actrice
♌ Crédits : Love
♌ Photo :
RPG
MessageSujet: Re: more than a moving reunion ☃ mary-ann fleming   Sam 11 Jan - 12:44



Juste une chute, puis après, plus rien.


Un meurtre, c’était un meurtre pur et simple qu’elle avait commis en cette nuit du 15 avril 1912, Harrison ne pouvait le comprendre, il était trop jeune pour cela, mais sa maman l’avait tué, assassiné de sang froid en l’étouffant avec un oreiller. Quelle cruelle mère pouvait faire cela à son enfant ? Pourquoi tant d’amertume ? Mary-Ann Fleming ne pourrait jamais se pardonner de son acte, les mots et les pardons ne changeraient rien. Elle avait tué. Dans la réalité, les meurtriers étaient punis pour leurs actes. Durant son isolement, Mary-Ann avait longuement réfléchi à propos de la manière dont elle devait prendre les choses. Devait-elle se dénoncer auprès du commissaire de bord et le voir lui rire au nez ? Ou sinon, elle devait se punir seule. Cette île pouvait devenir sa prison, son bagne et elle pourrait ainsi ne plus en sortir, ni faire de mal à personne. L’actrice savait que rien ne pourrait la sauver, ni personne. Son âme était tâchée de la souffrance de ses enfants et son cœur noirci par la peine. Elle était un monstre et Charles avait raison de ne pas pouvoir lui pardonner. S’il avait voulu revenir dans leurs vies, il aurait pu connaître ses enfants bien vivants et les voir grandir. Désormais, ça ne serait plus le cas. Dans cette famille, il y avait beaucoup trop de secrets et rien ne pourrait changer les choses. Jamais, ils ne seraient une famille normale. La disparition de Charles leur avait déjà causé beaucoup de tort et maintenant c’était le secret de Mary-Ann. En cet instant, la première classe se disait que jamais elle n’avait eu une vie de famille normale, elle-même en étant enfant, elle avait souffert de la mort de son père et de la possessivité de sa mère. Son enfance avait été désastreuse et même si elle n’avait pas fait ce même schéma avec ses enfants, ils avaient, eux, souffert de l’absence de leur père. Mary-Ann ne savait pas si Harrison pouvait la comprendre, mais en tout cas, il ne pouvait pas ressentir la culpabilité qui la ronge, même s’il se sentait heureux aujourd’hui, ce n’était pas le cas de sa mère, qui ne pouvait pas se pardonner pour son acte. Harrison voulait prendre les choses en main, comme les grands, mais ce n’était pas son devoir, il était encore qu’un enfant et il ne méritait pas tout cela. Pour la première classe, son fils devait passer plus de temps avec son père, découvrir qui il était et laisser sa mère payer pour son crime. Cependant Mary-Ann savait que son fils ne se laisserait pas amadouer ainsi, il était bien trop intelligent pour cela.

« Harrison, tu ne peux pas comprendre, c’est un crime ce que j’ai fait et tous les crimes doivent être punis, si je ne l’applique pas sur moi, jamais toi et ta sœur vivrait dans un monde juste. J’ai besoin de faire cela, même si je vous aime du plus profond de mon cœur. » Tentait d’expliquer Mary-Ann à son fils, le cœur en miette, par ses propres paroles.

Harrison insista alors après d’elle en ce qui concernait la conception des bébés, la mère de famille se retrouva alors dans une situation gênante aux antipodes de celle, qu’elle vivait en ce moment. Entre tristesse et gêne, le cœur de la mère de famille était partageait.

« Je pense, que ton père saura mieux que moi, t’expliquer, c’est un homme comme toi après tout. En tout cas, c’est la maman qui reçoit la petite graine, puisque c’est elle qui porte l’enfant dans son ventre, jusqu’à ce qu’il grandisse et devienne fort. » Répondit l’actrice.

Harrison s’inquiétait pour sa mère, ce qui était normal, la situation était difficile pour lui et sa sœur. Le petit garçon lui révéla alors qu’il n’arrivait plus à dormir et que le départ de sa mère le faisait culpabiliser. Cette situation faisait beaucoup de peine à Mary-Ann, mais elle devait mettre les choses au clair avec son fils.

« Jamais tu me perdras Harrison et je serais toujours là pour toi. Je suis présente dans ton cœur. » Elle posa sa main sur la poitrine de son fils. « Et dans ta mémoire. » Ajouta-t-elle en lui baisant le front. « Je suis ta maman et je le serais à jamais, mais tu dois faire confiance en ton père. Pour le moment nous ne pouvons pas être tous réuni, mais un jour ça arrivera, je te le promets. Je t’aime Harrison. » Continua Mary-Ann tout en prenant son enfant dans ses bras.





_________________

❝MARY-ANN FLEMING❞ ♣️ L'amour plus fort que la mort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité

>
PROFIL
RPG
MessageSujet: Re: more than a moving reunion ☃ mary-ann fleming   Sam 11 Jan - 15:50


more than a moving reunion
the mother and her son

Il demandera à son paternel. Ou maintenant à son parent. Il lui semblait qu'un crime c'était une énorme « bêtise » irréparable. Il ne comprenait pas. Il est vrai qu'ils sont morts, cependant ils sont encore vivants non ? Il voit ça comme un retour au passé pour remplacer ce qu'il a perdu auparavant. Il avait retrouvé son paternel, avait une amoureuse, et était toujours vivant. Il ne vivait pas dans la lumière non ? Il se disait que vraiment si elle voulait être « punis ». La mort. Il s'agit bien d'un châtiment non ?Il se mit à sourire à ça, et comme ça pour lui ça lui donne la possibilité de se « racheter ». Il avait peut-être beaucoup d'imagination, mais donner un châtiment identique aux siens, était peut-être la « punition ». « Harrison, tu ne peux pas comprendre, c’est un crime ce que j’ai fait et tous les crimes doivent être punis, si je ne l’applique pas sur moi, jamais toi et ta sœur vivrait dans un monde juste. J’ai besoin de faire cela, même si je vous aime du plus profond de mon cœur. » Il ne voyait pas pourquoi se donner une deuxième « punition ». La mort n'était pas suffisante ? Il n'y a pas que ça sûrement, ou elle a oublié de se « racheter » comme pour demander le « pardon ». Il voit que celle qui a voulu abandonné, et qui refuse de se « battre » de nouveau. « Je sais ce que c'est.. c'est une « énorme bêtise » le crime. Il me semble que tu as déjà ta punition, maman.. On t'a donné ce que tu as « infligé » à tes enfants ! Je trouve ça juste pour ma part.. Et maintenant on te laisse une « chance » de te rattraper.. mais tu préfères fuir, tout simplement.. ce n'est pas en partant que tout va se régler.. » Il disait juste, cependant il ne savait pas comment elle allait réagir. Il va sûrement entendre dire, que ce n'est pas une punition. Et pourtant, on aurait pu le croire qu'elle se serait « sauver ». Il ne comprenait vraiment pas. Il aurait aimé retrouver sa maman, d'auparavant. La femme qui s'est battu pour les élever, et pour les rendre « heureux » ensemble.

Il ne manquait de rien, et vivait vraiment un « conte de fée ». La voilà maintenant « lâche, et fuillarde » ne voulant pas montrer qu'elle a sa « place ». « Ou est Mary-Ann Fleming ? Celle qui s'est battu pour élever ses enfants ! Qui a tout fait pour donner le meilleur à ses enfants ! « Elle » avait compris qu'en donnant le meilleur, on risquait de retrouver sa « place ».. Je crois que tu t'en rends pas comptes, mais tu reproduis les mêmes erreurs que Charles ! Tu abandonnes tes enfants, parce que tu as de graves problèmes.. Comme lui auparavant ! » Il soupire sachant qu'il avait raison. Elle quittait tout, simplement parce qu'elle a commis une énorme erreur. Et que maintenant, elle se sent comme un monstre, et ne veut pas retrouver son entourage. Le parent fuit encore ses responsabilités, quand il lui demande pour le « bébé ». Il ne comprends vraiment pas. Il lui demandait à son parent. Il avait eu le temps de poser des questions à son paternel auparavant. Il n'hésite pas surtout, donc maintenant à son parent de se « rattraper ». Il ne voyait pas comment tout pourrait s'arranger. La mère voulait le renvoyer à son paternel, et son paternel essayait de le convaincre « d'abandonner ». Il ne leur ressemblait pas, lui n'abandonnerait pas. Il voudra récupérer son entourage, ou même seulement les « enfants ». Ils ont leur deux parents, même si elle ne semblait pas le « comprendre ». « Je pense, que ton père saura mieux que moi, t’expliquer, c’est un homme comme toi après tout. En tout cas, c’est la maman qui reçoit la petite graine, puisque c’est elle qui porte l’enfant dans son ventre, jusqu’à ce qu’il grandisse et devienne fort. » Oui, mais c'est elle qui le portait. Il va se sentir mal à l'aise, car il n'a pas vécu ce qu'elle a vécu auparavant. Et il va lui dire sûrement des choses « maladroites ». Il entend quand même les courtes explications, mais il se posait beaucoup de question, comme est-ce que ça fait mal ? Il se disait qu'on doit le sentir quand ça devient énorme, non ? Il fit une moue avant de regarder le ventre, et de le pointer du bout du doigt, en demandant : « Ca fait mal non ? Je veux dire qu'il grossit en même temps que du bébé.. donc ca doit faire mal non ? » Il sourit amusé en voyant comme le ventre explosait. Il trouvait ça absurde, mais tellement drôle à imaginer. Il pourra lui expliquer à son amoureuse, car il se demandait beaucoup de questions. Ils parlèrent du retour du parent. Il voulait absolument retrouver son parent. Il ne voulait pas retourner au paquebot. Il se sentait seul, et n'avait plus envie de s'amuser. Et même si sa sœur lui demandait, il se remettait à bouquiner comme auparavant. Il avait vraiment besoin d'elle, pour le rassurer, comme pour le consoler, ou le rendre « heureux ». Le problème, on dirait qu'elle parlait vraiment comme si elle allait « mourir ».

Il prit soudainement peur en l'écoutant comme ça : « Jamais tu me perdras Harrison et je serais toujours là pour toi. Je suis présente dans ton cœur. » Il se recula doucement, avec une moue inquiète. Il la regarda poser sa main sur son cœur, en continuant de l'écouter « Et dans ta mémoire. » Il se frotta les yeux larmoyants, en s'imaginant qu'elle allait « mourir » comme il le pensait. Il lui semblait qu'elle parlait comme un mourant. On ne dit jamais ça quand on est un vivant, non ? Il la regarda avec une moue adorable : « Pourquoi tu dis ça ? Tu vas mourir, c'est ça ? On dit ça quand on meurt ! Je ne veux pas que tu meurs, maman ! » Il se mit à pleurer, en croyant vraiment qu'elle va mourir. Il se colla à elle, en priant pour qu'il y a un « miracle ». Il ne voulait pas la perdre, sinon il prendrait la « lumière » comme d'habitude. Il la voyait comme il disait, seulement il voulait que sa « maman » soit comme auparavant. Il fut rassurer en entendant la suite, c'était pour lui que pour le moment ils ne pouvait pas être ensemble. Et si vraiment elle ne voulait pas, il la suivra discrètement. Et il construira une « cabane » à côté pour pouvoir la « surveiller » et la « protéger » également. « Je suis ta maman et je le serais à jamais, mais tu dois faire confiance en ton père. Pour le moment nous ne pouvons pas être tous réuni, mais un jour ça arrivera, je te le promets. Je t’aime Harrison. » Il espérait vraiment. Il ne voulait pas la quitter pourtant. Il fait confiance à son paternel, pas assez seulement. Il n'a pas été présent quand il aurait eu besoin d'un « paternel ». Il avait vécu quelques mois inoubliables ensembles, il voulait maintenant revenir avec son parent. Il se moquait bien de ce qu'elle pourrait lui avouer, ou même lui dire pour lui empêcher. « Pourquoi toujours « papa » ? Je vis avec lui constamment ! Je ne veux pas parler de lui quand on est ensemble ! Je le sais cependant moi je veux être avec ma maman.. donc je ferai ce que j'ai fais auparavant quand j'ai déménager avec papa.. Je vais dormir avec toi, et passer nos matins ensemble.. et l'après-midi pour ne pas les inquiéter.. Je reviendrai ! »
Revenir en haut Aller en bas


ETRE MERE ❧ le plus beau rôle qu'il y a au monde.
avatar

>
PROFIL♌ Double Compte : Georgiana, Esther & Scarlett
♌ Prénom ou Pseudo : Mari-Jane
♌ Signaux de Détresse : 1196
♌ Points : 9
♌ Jour d'embarquement : 17/11/2012
♌ Age du Personnage : 35 ans
♌ Profession : Actrice
♌ Crédits : Love
♌ Photo :
RPG
MessageSujet: Re: more than a moving reunion ☃ mary-ann fleming   Dim 19 Jan - 16:39



Juste une chute, puis après, plus rien.


Il était qu’un petit garçon, un enfant qui ne pouvait comprendre la torture que ressentait sa mère. Au fond de son cœur, Mary-Ann sentait que la blessure ne pourrait pas guérir, elle était trop profonde et ses problèmes étaient toujours sous ses yeux. La mère de famille ne pouvait rien y faire, le mal était là, la contaminant et elle ne pourrait plus jamais rien y faire. Son amour pour ses enfants et Charles serait toujours là, à jamais, mais en ce qui concernait le reste, Mary-Ann n’avait plus le goût à rien. Elle avait menti à Charles, menti aux jumeaux, plus rien ne serait jamais pareil. L’actrice avait perdu ses ailes en mourant sur le Titanic. Sa carrière avait été tout pour elle et maintenant elle n’était plus rien. De la femme de travail, elle était devenue oisive, ne sachant plus rien faire de sa vie, alors qu’auparavant, on la voyait partout, dans son rôle d’actrice, puis dans son rôle de mère. Maintenant, elle n’était plus rien, la grande Mary-Ann Fleming avait été vite oublié de tous, qui la reconnaîtraient désormais. Une étoile tombe, une autre renait, tel était le destin de toutes les actrices dans ce monde. La vie de la mère de famille était dans la mort, sur cette île et seule. Elle aimait ses enfants, mais elle ne pouvait plus, ça la tuait de devoir expliquer tout cela à son fils, c’était bien trop dur.

« Je ne fuis pas Harrison, je me punis pour tout cela. Si je ne suis pas capable de vous montrer ce qu’est la justice, je ne pourrais jamais rien vous inculquer. » Expliqua-t-elle à son fils d’une voix un peu plus froide. La première classe n’avait pas envie que son fils discute trop son opinion et ses choix. Ce monde avait tout changé, elle avait même fini par perdre son âme et désormais elle devait la récupérer. Le soir du naufrage, elle s’était comportée comme un monstre, et ce n’est pas en vivant comme n’importe qui, qu’elle allait pouvoir changer de vie et se changer elle-même. Harrison pensait que sa maman était toujours là, mais elle n’était plus, maintenant Mary-Ann le comprenait, elle était morte en même temps que le Titanic et ses passagers. Elle ne serait plus ce qu’elle était auparavant. Plus jamais. « Celle que j’étais est morte. Je ne serais plus jamais la même et je n’ai compris maintenant. Toi et ta sœur ne méritaient pas une telle mère. J’étais une actrice et maintenant, je ne le suis plus. Mary-Ann Fleming est morte Harrison ! Tu m’entends ! » Cria la mère de famille, bouleversée et en colère à propos d’elle-même.
La mère de famille tourna le dos à son fils, elle ne pouvait plus le regarder en face. Elle se comportait comme une lâche, mais cela valait mieux. Que Charles la remercie, il allait pouvoir récupérer les enfants. Charles ! Pourquoi était-il revenu, si ce n’était que pour lui causer de la peine. Elle aurait préféré le croire mort pour toujours et rester dans l’ignorance plutôt que de vivre avec son mensonge. Elle ne répondit pas à la question de son fils à propos des bébés, elle n’en avait pas la force.
« Je ne vais pas mourir Harrison, mais je ne peux plus vivre comme je vivais auparavant. J’en ai plus envie. » Elle marqua une pause pour se reprendre, tenta de jouer pour le mieux le rôle de méchante, qu’elle tentait de s’attribuer pour éloigner son fils de ses malheurs. Le garçon n’avait pas besoin d’elle pour le moment, tout comme elle préférait éloigner ses enfants pour pouvoir reprendre pied. En restant auprès de leur père, elle s’assurait ainsi, qu’ils étaient sous bonne garde. Harrison serait mieux loin d’elle. « Harrison, j’ai besoin de rester seule pour le moment, si je dois me préoccuper de toi ou de ta sœur, je n’irai pas mieux. Mon cœur est noir et je n’ai plus la force pour aimer quiconque. J’ai souffert de ton départ tout comme du rejet de ton père. Laisses moi, pour le moment, je reviendrai peut-être un jour. » Disait-elle tout en gardant son regard fixé sur l’océan.






_________________

❝MARY-ANN FLEMING❞ ♣️ L'amour plus fort que la mort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



>
PROFIL
RPG
MessageSujet: Re: more than a moving reunion ☃ mary-ann fleming   

Revenir en haut Aller en bas
 

more than a moving reunion ☃ mary-ann fleming

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Hail Mary Pass !
» Marie Morgane (Mary Morgan) :
» Demande pour la jeune Mary
» [UPTOBOX] The Reunion [DVDRiP]
» La reunion des bailleurs de fonds

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GHOSTS OF THE ABYSS ♛ :: Archive RP-