AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | .
 

 Une nouvelle vision du monde [Violet A.Grantham]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

Invité

>
PROFIL
RPG
MessageSujet: Une nouvelle vision du monde [Violet A.Grantham]   Sam 28 Sep - 10:19

Blake se trouvait sur le pont du bateau à marcher et contempler l'océan d'un bleu éclatant lui rappelant ainsi d'ancien souvenir. Bien sur, dire que ça ne lui faisait rien intérieurement serait un mensonge, il sait au fond de lui que rien ne sera plus pareil, qu'il est désormais condamné à vivre sur le Titanic, cela ne le dérangeait pas, loin de là. Pourquoi ? Il faut être fou pour penser une chose pareil, qui aimerait ce genre de vie, ou plutôt d'apres-vie ? Tout simplement Blake, sauf que lui, il n'est pas fou. En y regardant de plus prés, la peur et toute sorte de sentiments du meme genre n'est plus une chose à prendre en compte. Il n'est pas vivant, du moins plus entièrement, à quoi bon avoir peur de quelque chose. Peut-être reviendrait-il à nouveau sur le Titanic si ce dernier tenterait de sauter dans l'océan. Enfin, il pensait ça, mais il comptait pas essayer non plus, un risque qu'il ne voulait pas prendre, il était bloqué ici avec d'autres personnes et surtout des femmes, alors pourquoi ? Il avait tout ce qu'il voulait et c'est ça qui était bon. Enfin, les moments de nostalgie n'étaient pas une chose que Blake affectionnait, il préférait encore laisser place à sa bonne humeur et ses quelques répliques de charmeur, meme mort ça fait toujours effet. Se promenant donc sur le pont, il vit de nombreuses personnes, parler sur des bancs, jouer avec des gosses, regarder l'océan en s'appuyant sur la rambarde. Ce n'était pas si mal au final. Il en voyait une vingtaine à première vue et encore il n'avait pas fait le tour. Même mort, il continue à agir comme le garde du Titanic qu'il était avant le naufrage. Il allait pas perdre son statut parce qu'il n'était plus de ce monde, non ?

Habillé d'un simple Tee-Shirt gris et d'un jeans assez classe qu'il avait acheté avec l'argent gagné lors de divers voyages, il saluait quelques passagers au passage reconnaissant quelques visages. Des enfants venaient meme le voir pour leur demander si il avait vu leurs parents. Blake se permis de sourire tout en s'abaissant légèrement à leur niveau afin de les regarder dans les yeux d'un regard sympathique et joueur à la fois.

- Toi c'est Kyle c'est ça ? Si mes souvenirs sont bons, elle était au restaurant avec ton père. Je suis sur que si tu te dépêche il te restera un morceaux de gâteau.

Il lui passa sa main sur le haut du crane de l'enfant avant de passer un coup rapide le décoiffant au passage, mais sans trop abusé. Les gosses, toujours les mêmes. L'enfant le remercia avant de partir en courant vers l'intérieur et plus précisémment vers le restaurant surement. Blake se releva et se positionna bien droit avant de reprendre à haute voix.

- Et on cours pas sur le bateau.


Si il pouvait éviter d'avoir un blessé à ramener à l'infirmerie ça ne serait pas plus mal. Kyle était un enfant calme et gentil, il n’embêter personne et c'est ça qui était agréable à voir en comparaison d'autres enfants. Il y en avait il se demandait meme si ils étaient normal, pas fou ou quoi que ce soit, mais si ils savaient ce qu'ils faisaient. Après ce n'était pas son probleme, il n'avait pas d'enfant lui, donc il ne pouvait pas dire quoi que ce soit qu'un père pourrait dire à son gosse, néanmoins il connaissait les bases, c'est déjà ça, non ? Une fois que Kyle eut disparu derrière une porte, Blake reprit sa route, longeant le pont droit du Titanic en s'approchant un peu du bord pour pouvoir avoir une meilleur vue sur la mer tout en vérifiant que tout se passait bien jusqu'à ce que son regard se pose sur une personne qu'il n'avait pas vu depuis le naufrage et pourtant il en avait vu du monde. Il se rappelait d'elle, une fois en allant à Londre pour une expédition, il avait rencontré cette femme...son nom est....Il fronça les sourcils tout en prenant un air de réflexion avant d'enfin mettre un nom à ce visage. Violet Grantham, une prostituée voulant devenir actrice si c'est souvenirs sont bon. Il avait eu une petite aventure avec elle avant de partir de Londre, une chose qui ne l'avait pas déplu d'ailleurs et la revoir ici lui prouvait une chose, elle faisait également partie des voyageurs morts lors du naufrage, chose vraiment dommage. Il s'approcha à petite foulée jusqu'à se poster à coté d'elle, appuyant un seule coude sur le rebords tout en lui faisant face pour croiser son regards. Il prit d'une voix innocente.

- L'océan, un paysage des plus magnifiques n'est-ce pas ?

Avait-il demandé dans l'intention qu'elle le regard avant de reprendre d'une voix faussement désolé, oui, parce que c'était calculé.

- Je te prie de m'excuser. Je m’appelle Blake, Blake Lawton, nous nous sommes croisé à Londre avant le voyage sur ce bateau. Tu est Violet Grantham n'est-ce pas ?

Se souviendrait-elle de lui ? Il l’espérait sinon il se sentirait seul à ce moment, en tout cas il ne la lâchait pas du regard, peut-etre qu'avec ça elle se souviendrait.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité

>
PROFIL
RPG
MessageSujet: Re: Une nouvelle vision du monde [Violet A.Grantham]   Dim 29 Sep - 18:07

L’écume s’écrasait, bouillonnante, sur le métal sombre du Titanic. Les vaguelettes irisées trainaient derrière le paquebot comme la traine d’une mariée remontant la nef. Cependant, je doutais que le bateau remontait l’allée centrale d’une église. Pour moi, nous finirions tous en enfer, si nous devions aller quelque part. Ce monstre de métal ferrait office de purgatoire maudit dont nous étions les âmes prisonnières. En regardant la mer, si calme, si bleue, si infinie, je ne pus empêcher la mélancolie sourde -qui m’habitait depuis peu- de fleurir dans ma poitrine. C’était étrange de se dire que nous voguions sans but. Sans que rien ne change. Nous voyions toujours les mêmes choses. Les mêmes cabines. Les mêmes ponts. Les mêmes visages. Enfin, ça, c’était avant que les revenants ne viennent remuer les coeurs et les esprits. Et dire que j’avais été ravie de leur réapparition. Quelle sotte j’avais été. La pire des imbéciles. Quand j’avais revu Charles... je m’étais dit que le cauchemar pouvait enfin s’adoucir. Je l’avais cru. Vraiment cru. J’avais eu foi en Charles. En ses promesses. Dire que tout cela était faux. Je m’étais laissée piéger comme une débutante. Une jeune fille en fleur, naïve et insouciante. Une vraie petite adolescente de basse-cour. Heureusement pour moi, Mary-Ann avait été là pour m’ouvrir les yeux. Violemment, soit. Mais elle l’avait fait. Et je ne l’en remercierais jamais assez pour cela. Sans elle, je serais restée la petite imbécile qui croyait que son amant l’aimait. Qui croyait qu’elle l’aimait aussi.

Je secouais la tête, chassant l’humeur noire qui m’embrumait l’esprit. Malgré ma déception, la tristesse que j’avais éprouvé quand la vérité m’avait été dévoilée, j’avais déjà pardonné à Charles. Bien sûr, la rancune languissait toujours et je ne pouvais me faire à l’idée de le croiser, mais je ne chercherais à le nuire en aucune manière. La seule chose qui m’intéressait, était le vrai qui se cachait derrière toute cette sale histoire. Avec Mary-Ann, nous cherchions à percer le brouillard opaque entourant la petite personne de Charles Wellington. Pourquoi était-il mort ? Qui l’avait assassiné ? Pourquoi avait-il menti à sa femme ? Que pensait-il faire de moi, une fois arrivée à New York ? Tant de questions qui restaient sans réponses. Sa compagne et moi enquêtions, tentions de trouver le moindre petit indice qui pouvait nous éclairer. Mais nous n’avancions pas. Le réalisateur était malin et cachotier alors, que notre petite recherche piétine de m’étonnait pas vraiment.

Le menton appuyé contre la paume de ma main droite, accoudée contre la barrière et scrutant la mer, sans vraiment la voir, je me demandais ce qu’il me restait à faire ici. Je pouvais toujours creuser dans le passé de mon ancien amant. Je m’occupais tant que je pouvais. Et puis, je devais bien l’avouer, je trouvais cela divertissant. J’avais l’impression d’avancer, d’évoluer... et ma curiosité s’en trouvait satisfaite.

Je laissais un soupir las s’échapper de mes lèvres et m’étirais. Je n’étais pas du genre à me laisser abattre. Tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir, n’est ce pas ? Or, même quand il n’y avait plus de vie, ce qui était le cas du Titanic, on ne pouvait pas dire qu’il n’y avait plus d’espoir. Malgré tout ce que nous avions enduré, le paquebot était toujours empli de rires. Les passagers continuaient leur train-train, sans se soucier du lendemain. A bord, c’était surement ça, la clef du bonheur.

Alors que j’allais repartir pour continuer ma petite promenade matinale, une voix m’interpella. Brusquement, je me retournais. Un homme d’une trentaine d’années se tenait à quelques pas de moi. Un rapide coup d’oeil m’indiqua, à son uniforme, qu’il faisait parti de l’équipage. Son visage ne m’était pas inconnu. Je devais l’avoir croisé plusieurs fois sur le bateau, dans vraiment prêter attention à lui. Pourtant, lui, semblait me connaître. Il me désigna par mon prénom et se présenta en prétextant que l’on s’était croisés à Londres. Perplexe, je restais dubitative et fronçais les sourcils.

_Magnifique, on peut dire ça, souris-je en répondant à sa question anodine. Sauf quand on sait que c’est lui qui nous retient prisonnier.

Je l’observais de pied en cape, en tentant de me souvenir où diable sa route aurait pu un jour croiser la mienne. Blake Lawton, avait-il dit ? J’avais beau me creuser la tête, son nom de me disait absolument rien.

_Bon, il est clair que vous semblez me connaître. Par contre, je crains de ne pouvoir dire la même chose.

Je lui adressais une petite grimace gênée. Si il disait vrai et que nous nous étions réellement croisés à Londres, il n’y avait pas trente-six options qui s’offraient à moi. Soit il était un de mes anciens clients... Soit il était un de mes anciens clients. Bref, la palette de choix ne laissait pas vraiment place à l’imagination. Par contre, je ne me souvenais que très rarement de l’identité de ceux avec qui j’avais partagé une nuit.

_Je suis navrée. On me dit souvent que j’ai la mémoire courte. Je vais commencer à croire que c’est vrai.

Après tout, comment aurais-je pour me souvenir de tous ces hommes ? Il était impossible que leur visage me revienne en mémoire, alors leur nom... Je n’éprouvais aucune honte face à Blake. Je lui tendis la main, en attendant qu’il la sert.

_A part cela, je suis enchantée de faire votre connaissance. Ou de vous revoir. Enfin, vous m’avez comprise.

Au moins, cette rencontre bousculerait un peu ma journée. Ce dont j’étais plutôt contente. Et le sourire que se peignait sur mon visage n’était pas là pour dire le contraire.


Dernière édition par Violet A. Grantham le Dim 29 Sep - 21:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité

>
PROFIL
RPG
MessageSujet: Re: Une nouvelle vision du monde [Violet A.Grantham]   Dim 29 Sep - 19:24

Blake a vu tellement de monde que ça soit avant ou après sa mort qu'il est vrai que le fait qu'il en oublie quelques uns ne serait pas anormal, qui arriverait à se souvenir de tout ceux qu'il croise ? Pas grand monde, voir meme personne, il faudrait une mémoire bien supérieur à la moyenne voir au monde entier parce que bon, voyager à bord du Titanic qui était à chaque fois rempli de gens, franchement il fallait le faire. Mais certaine personne ayant marqué un moment de sa vie pouvait encore bénéficier d'un certain intérêt vu qu'il se rappelait d'eux malgré tout. Il faut pas lui en vouloir, mais bon, il y toujours des exceptions. Cette femme au loin, assez jeune et dont le reflet de sa beauté pouvait lui faire penser à une déesse n'était autre que Violet Grantham. Comment le savait-il ? La raison est simple. Lors d'un voyage en direction de Londres, une simple excursion, Blake s'était arrêté quelques jours dans cette grande ville afin de se reposer du long voyage, il s'était prit un hôtel à ce moment. Il s'en rappelait d'ailleurs comme si c'était hier. Tout allait bien pour lui, mais il manquait quelque chose et c'est à ce moment qu'il avait entendu parler de cette femme qui n'était autre qu'une prostituée. Bien sur, avec tout le respect qu'il a envers les femmes, Blake ne se serait jamais permis de l'appeler juste pour son besoin personnel. Tout ce qu'il voulait à ce moment était de la compagnie car oui, c'était la période ou ses parents adoptifs l'avaient trahi, il avait besoin de parler, de passer du temps avec quelqu'un. Il a appris à la connaitre, pas dans les détails, mais assez pour savoir qu'elle tentait de devenir actrice. De fil en aiguille, le courant était bien passé et la simple discussion avait au final virée à une nuit assez mouvementé et dont il s'en souviendrais. Il en a eu des femmes, enfin de simples conquêtes n'ayant pas fait long feu niveau durée, mais elle, elle était au-dessus, il l'avait sentit lors de leur ébats. Il n'avait jamais passé une nuit comme celle-ci, donc logiquement, ça l'avait marqué. Lors de son départ de Londres, il ne l'avait plus revu, malheureusement, certes ils s'envoyaient quelques courrier, mais sans plus. Trop occupé ? Il ne le savait pas, mais en tout cas, il lui avait bien fait comprendre qu'il n'était pas mauvais et qu'il l'a respecté malgré sa condition de prostituée. Et maintenant, voilà qu'elle se trouvait sur le bateau, le meme que lui. Il ne perdit donc pas un instant pour aller à sa rencontre sans pour autant venir lui faire peur.

Une "retour" pouvait-il dire en douceur, il commenta sa vision de l'océan comme quoi s'était un paysage vraiment magnifique, n'oubliant pas au passage de lui lancer un regard furtif pour voir sa réaction. Elle demeura sceptique, mélangé entre une certaine tristesse et engouement. Blake comprenait parfaitement et essaya de placer quelque chose pour paraitre le plus crédible possible.

- Un avis partageait par beaucoup de personne.

Au final, non, il n'arrivait pas à placer ce qu'il voulait, peu de personne se montre réceptif à la façon d’être de Blake qui a pour habitude de rester positif quelque soit la situation. Il voyait pour sa part quelques avantages à être ainsi, mais également beaucoup de désavantages dont il n'avait jamais parlé. Mais pour en revenir au sujet principal qui n'est autre que les présentations meme si elles n'avaient plus lieu d’être étant donné qu'ils s'étaient déjà croisés, il se présenta malgré tout au final. Mais ce qu'il redoutait se produisit, elle n'avait pas l'air de se souvenir de lui. Dire que ça l'énervait ou qu'il considérait ça comme un affront serait un mensonge. Néanmoins, il se permit de sourire quand elle fit une remarque en rapport avec sa mémoire de poisson. Il déposa un seul coude contre la rambarde pour pouvoir lui faire face.

- Alors dites-vous que c'est du au récent événements. Il s'est passé tellement de chose qu'il est concevable que les anciens souvenirs aient sombré dans l'oubli.

Il aurait certes préféré qu'elle se souvienne de lui, mais peut-etre que ses anciens souvenirs aussi bon soient-ils se retrouvent dans l'oubli ou peut-etre qu'elle voulait laissé sa vie d'avant ou elle était, c'est d'ailleurs du à cette pensée qu'il ne préféra pas trop parler de ce qui s'était passé autrefois, avec le temps elle s'en souviendrait surement, après tout il n'y avait aucune raison qu'elle ne s'en souvienne pas étant donné que cette fameuse nuit avait été exceptionnelle pour les deux protagonistes, du moins pour Blake oui, pour Violet...il pensait sincèrement que oui aussi, mais sans pour autant l'affirmer haut et fort. Lui tendant la main, la jeune femme présenta son engouement à le revoir plus précisémment meme si elle avait encore des doutes. Blake, poli, tendit également sa main pour la lui serrer quelques instants tout en la regardant dans les yeux. Vraiment, mais vraiment très belle soit dit-en passant.

- J’espère ne pas vous déranger dans votre méditation ? Parce que pour être franc, je faisais le tour du pont pour voir si tout le monde allait bien et à vrai dire...je ne serais pas contre te vous tenir compagnie. C'est un peu calme aujourd'hui et je préfère de loin parler avec une personne agréable.

Il pouvait se permettre de dire ça étant donné qu'il l'a connaissait, ça aurait été une inconnue, il n'aurait pas dit autant de chose pour ne pas trop s'avancer. Ceci-dit, espérant qu'elle accepte, Blake prit malgré tout de l'avance et ouvrit la marche à une allure très lente pour voir si elle le suivait.

- Si ça ne te dérange pas, j'aimerai qu'on se tutoie, nous nous connaissons malgré votre petit probleme de mémoire. Et j'ai pas pour habitude de vouvoyez une personne de mon entourage ou une connaissance c'est toi qui voit.

Il préférait mettre les choses aux claires pour éviter tout probleme d'impolitesse. Bref, continuant dans sa lancée, il reprit la parole tout en restant à hauteur de la jeune femme.

- Es-tu venu seule sur ce bateau ?
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité

>
PROFIL
RPG
MessageSujet: Re: Une nouvelle vision du monde [Violet A.Grantham]   Lun 7 Oct - 21:26

La poigne de Blake, chaude et rassurante dans la mienne m’envoya une vague de frissons. Cette sensation me titilla un instant avant de s’envoler. Ce contact, je le connaissais. Je le reconnaissais. Il y avait quelque dans cette paume, dans cette main et ses doigts qui m’étaient familier. Etrangement familier. Je l’avais connu, cela ne faisait plus aucune doute. Autant, les visages et les noms étaient rarement des choses dont je me souvenais, autant les sensations éprouvées restaient imprimées, gravées dans ma chair, comme marquées au fer rouge. Même si ce mystérieux Blake Lawton me semblait inconnu, je ne pouvais nier le fait que j’avais probablement passé un nuit en compagnie de cet homme. Et surement pas une des plus désagréables. De plus, il semblait charmant. Normalement et lorsque j’étais encore en vie, les clients que je croisais dans les rues londoniennes en journée passaient à côté de moi, feignant de m’ignorer, le nez en l’air, hautains au possible et me toisant comme si j’étais une moins que rien. C’était étrange, mais cet air de supériorité disparaissait vite lorsqu’il pénétrait dans l’antre de Madame Hawk, en quête de viande fraîche... Ce n’était pas des choses auxquelles je m’attachais. Cependant, Blake, lui, était venu me voir sans arrières pensées et paraissait plutôt content de me voir. Cette simple pensée me mit du baume au coeur et j’oubliais bien vite me mésaventures passées.

_J’aime votre façon de penser, monsieur Lawton, souris-je, charmeuse. Disons que si ma mémoire flanche, c’est la faute de ce sacré bateau.

D’ailleurs, qu’est ce qui n’était pas la faute du Titanic ? C’était une bonne question, tiens. Les yeux de Blake, rivés sur mon visage élargirent mon sourire qui prit une teinte un peu moqueuse.

_Hé bien, hé bien, on dirait que vous allez me manger tout crue, très cher ! m’esclaffais-je. Oh, bien sûr que nous, vous ne me dérangez pas ! Je broyais du noir comme une vieille fille en manque de compagnie, alors vos flatteries sont les bienvenues.

Je lui décochais un petit clin d’oeil amusé. Cet ancien client venait me tirer de mes sombres méditations et franchement, je n’avais besoin que de ça ! Un peu de distraction et je me sentais vivante à nouveau. Hé puis, croiser un visage que j’avais connu -dont je ne me souvenais plus à la perfection, certes- me rendait toute guillerette. J’étais véritablement ravie de faire la conversation à quelqu’un. Moi qui pensait que dans ce huit-clos suffoquant qu’était le Titanic, j’avais vu toutes les têtes au moins une fois...

Blake tourna les talons et s’engagea dans un marche lente, m’invitant à la suivre. Je trottinais jusqu’à lui et sautillant presque, enfantine. S’il voulait se débarrasser de moi, c’était raté. Je n’étais pas prête de le laisser filer, maintenant. Un vent frais ébouriffa mes cheveux détachés et je rabattis ma tignasse brune derrière mes oreilles. Je ne m’étais pas vraiment préparée pour faire face à une rencontre impromptue, si bien que e croyait plus sortie du lit qu’en promenade.

_Mais naturellement ! lui répondis-je lorsqu’il me proposa de nous tutoyer. Ce vouvoiement, c’est tellement pète-sec ! Un vrai truc de bourgeois, de petites gens respectables, je te le dis. Et nous sommes lui d’être des gens respectables, n’est ce pas ? Je ne sais même pas ce qu’il m’a prit. J'ai surement voulu me donner des grands airs.

Tranquillement, sans trop nous presser, nous progressions le long du pont à pas lents. C’était agréable de marcher aux côtés d’un homme. Depuis quand cela n’était-il pas arrivé ? Un bon bout de temps. Depuis que j’étais morte, en fait. Avant, je partageais mes balades matinales avec Charles. Nous passions notre temps ensemble et je devais bien avouer que j’appréciais nos moment privilégiés. En sa compagnie, j’avais l’impression d’être une petite princesse que l’on aurait trop gâtée. Cependant, j’avais bien vite été ramenée de force sur terre. Je n’étais pas faite pour être une petite princesse. Je me demandais encore comment avais-je fais pour me laisser piéger de la sorte.

La dernière question de Blake me laissa sans voix pendant un court instant. Il était difficile de m’arrêter de parler lorsque la discussion était lancée, pourtant, ce monsieur Lawton avait réussi l’exploit. Aborder ma relation avec le réalisateur n’était pas quelque chose que j’appréciais faire. Je n’aimais pas m’épancher sur mes petits problèmes. Les gens en avaient bien assez avec les leurs ! Pas la peine de leur casser les oreilles à propos de mes tracas. Je laissais un soupir désabusé franchir mes lèvres et levais les yeux au ciel en haussant les épaules.

_C’est une très longue histoire. Du genre qui pourrait prendre des jours à expliquer. Je suis sûre que d’ici que j’arrive à la fin, le bateau aura couler une seconde fois. Ou alors, nous serons tous morts pour de bons. Franchement, ce n’est pas très intéressant.

Je n’allais pas lui mentir. J’étais montée avec quelqu’un et s’il voulait vraiment savoir qui après tout ce que je venais de dire, je le lui dirais. Sans trop rentrer dans les détails, bien sûr. J’avais dis à Mary-Ann que je n’ébruiterais pas le comportement de son mari sur tous les ponts et je ne faillirais certainement pas à ma parole.

_Et toi, alors ? Accompagné ou âme solitaire ? lui demandais-je, pleine de curiosité. Je vois que tu as l’uniforme du parfait petit marin modèle ! Tu es un membre de l’équipage ?

Je lui fis un petit pichenette sur la poitrine, là où était cousu les lettres RMS et le symbole d’une petite ancre plus turquoise. Même si j’agissais avec lui comme je l’aurais fait avec un ami de toujours, je tentais toujours de me rappeler quel sorte d’homme il avait été avec moi, dans le passé. Mais plus j’y pensais, moins cela me revenait. Il n’y avait que cette sensation, lorsqu’il avait serré ma main. Mais il ne semblait pas être le mauvais bougre. Il avait même un de ces bagou qui m’amusait.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité

>
PROFIL
RPG
MessageSujet: Re: Une nouvelle vision du monde [Violet A.Grantham]   Mar 8 Oct - 10:59

Le bateau à était cause de nombreux souci que ça soit morale ou physique et qui aurait pensé un jour le Titanic aurait pu être au centre de beaucoup de conversations "mauvaises" désormais ? Bizarre de penser ça quand on sait qu'il avait été incendié de compliments en tout genre et que désormais, c'était l'inverse. Blake n'a jamais vraiment déteste le bateau comme certain, il voyait le fait qu'il se retrouve ici à nouveau comme une seconde chance, celle de pouvoir se racheter de ne pas avoir réussi à sauver bon nombre de personne qu'il aurait du d'ailleurs. Il s'en voulait intérieurement de ça et éspérait croiser le plus de voyageur possible afin de leur parler de l'incident et éviter un conflits sans grand intérêt. Bien sur, cette pensée, personne ne la connaissait et c'était mieux ainsi, ça lui évitait de se croire chez un psychologue, car oui, il savait pertinemment que ça lui donnerait cette vision s'il racontait ça à quelqu'un. Et Violet ne serait pas la dernière personne à mettre le bateau en cause de nombreux problèmes, heureusement qu'ils ne mettaient pas la faute sur le garde. Il se permit de sourire sans pour autant répondre à ça préférant laisser la discussions suivre son cours afin de mieux profiter de la façon de voir de chacun et d'un moment amicale en promenade. Mais fallait-il encore que Blake arrive à détacher son regard du visage angélique de cette dernière qui reflétait une beauté sans pareille. Lui qui n'avait jamais vraiment eu de femme ou de relation durable, hormis avec Bella qui l'a quand meme envoyé valser dans les roses sans retenues sans qu'il ne s'y attende, il regrettait un peu de ne pas avoir connu Violet plutôt et dans d'autres conditions. Elle avait l'air vraiment agréable, attentive, douce.

- Ce n'est pas mon but, je ne voudrais pas priver ce "nouveau" monde d'une aussi ravissante femme telle que vous, ça serait égoïste de ma part meme si je dois avouer que je n'aurais pas été contre.

Avait-il non sans élargir un sourire se voulant charmeur et joueur à la fois. Il est vrai qu'il n'aurait pas été contre de s'approprier cette femme sans pour autant être ultra-possessif, mais bon, il ne fait jamais rien contre le gré d'une personne et surtout qu'elle ne lui appartenait pas. Disons tout simplement que son aura positive et la fraicheur qu'elle dégage est un atout in-considérable pour la bonne entente avec une personne. Et pour apprécier encore mieux la discussion, Blake proposa à la jeune femme de se tutoyer, chose qu'elle accepta avant d'argumenter le fait que ça faisait partie souvent des 1eres classes ce genre de langage.

- Nous sommes d'accords sur ce point, cet air hautain que beaucoup prenne vis-à-vis des autres classes, c'est déplorable. Je pense sincèrement qu'il n'y a plus aucune différence maintenant que nous sommes tous "morts". Enfin, je dis ça, mais encore trop de personne se croit supérieur....Ah, et pour vous rassurer, ça ne t'allais pas du tout.

Avoir des grands airs, en y regardant de plus près ça ne lui allait pas du tout, ça pouvait devenir meme comique à force, ce qui montre qu'elle ne faisait pas partie et n'en fait pas partie meme en ce moment des gens de la haute, situation assez agréable par moment. Il lui fit signe de le suivre afin de commencer la marche avant d'entamer à nouveau la discussion en posant une question sur son arrivée, était-elle venue seule ou accompagnée ? Là était la question parce que contre toute attente, il n'avait pas le souvenir de l'avoir croisé sur le bateau alors que pourtant il en avait vu un bon paquet entrait. Mais quand elle expliqua qu'ils en auraient pour des heures, il fit une légère grimace presque moqueuse, mais pas envers elle, envers la situation qu'il tentait d'imaginer.

- Si c'est le cas, alors on va éviter, je ne voudrais pas mourir une seconde fois que ça soit d'une surdose d'information ou d'asséchement. Mais bon, si un jour l'envie t'en prend de vouloir parler ou quoi que ce soit, sache que je suis là...Non, oublie le détail "Oh, mais je ne me souviens plus de toi". Ça va te revenir j'en suis sur et tu comprendre beaucoup de choses.

S'il pouvait éviter d'entendre à nouveau ça, ça ne serait pas plus mal à vrai dire. Voyant par ailleurs qu'elle fixait son uniforme de garde, Blake se prépara à répondre à sa prochaine question, la curiosité fait partie des femmes et il savait de quoi il parlait, donc il était prêt à parier sur une question à propos de sa présence sur le bateau. Et quand elle la posa, il se félicita intérieurement d’être aussi perspicace...meme s'il ne faut pas être né de la dernière pluie pour le comprendre. Il n'y avait donc pas de quoi se lancer des fleurs, mais ça fait toujours du bien et puis ça flatte l'ego.

- Âme totalement solitaire, surprenant non ?

En le voyant aussi communicatif et respirant la joie de vivre malgré quelques pensées blessantes, qui pourrait croire que Blake était seule sur ce bateau ? Personne et pourtant...

- Disons que j'ai eu de nombreux problèmes qui m'ont poussé à avoir une vie de solitaire. Je ne m'en plains pas vu que je m'en suis bien sortit jusqu'ici. La preuve, je fais effectivement partie de l'équipage, je suis le garde du bateau.

Un rêve de gosse qui s'était réalisé grâce à la persévérance.

- J'ai fait ça pendant plusieurs années, je naviguais à bords de plus petit bateau. D'ailleurs, te rappelle-tu il y a quelques années d'un bateau ramenant à Londres des voyageurs dans le but de visiter la ville ?...Je faisais déjà partie de l'équipage et c'est là qu'on s'est rencontrés.

Autant essayer de lui rafraichir la mémoire morceau par morceau pour ne pas tout chambouler à l'intérieur de son tête. Il ne manqua d'ailleurs pas de détourner son regard vers elle afin d'observer sa réaction tout en affichant un air bienveillant.

- Si mes souvenirs sont bon également, tu étais aux prises avec un client disons...un peu trop pervers si tu vois ce que je veux dire. C'était dans un hôtel de luxe et j'avais pris une chambre, je t'avais meme aidé à te faire sortir de l'étreinte de cet homme. Je pense pas que je dois te faire un dessin pour ce qui s'est passé ensuite ?

Non pas besoin, il s'était passé ce qu'il s'était passé et le pire dans tout ça, c'est qu'il n'avait rien demandé en échange, il ne l'avait pas en quelque sorte "sauvé" d'une situation assez abusée pour en profiter de son coté. Ça c'était fait au contraire tout naturellement, telle était le respect qu'il avait envers les femmes.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité

>
PROFIL
RPG
MessageSujet: Re: Une nouvelle vision du monde [Violet A.Grantham]   Lun 11 Nov - 19:55



Une nouvelle vision du monde





Nous progressions tous deux sur le pont des troisièmes classes, l’air tout à fait décontracté. La journée était belle sur le Titanic et la plupart des fantômes profitaient du soleil et de l’air chargé de sel de la mer, étendus sur des transats. Pour ma part, ce n’était pas l’astre du jour qui avait illuminé ma matinée, mais ma rencontre imprévue avec l’adorable séducteur qu’était Blake Lawton. Il y avait si longtemps que je n’avais pas conversé comme ceci, naturellement et sans arrières pensées avec quelqu’un que j’avais presque oublié ce que cela faisait. Tellement de choses avaient chamboulé ma vie depuis que j’étais morte... Je n’avais éprouvé que de la rancoeur envers Charles et de la culpabilité envers Mary-Ann. J’étais souvent perdue, tentant désespérément de démêler le vrai du faux, le bien du mal. Si bien qu’avec le temps, j’avais fini par ne plus savoir qui j’étais vraiment. Alors voir, ou plutôt revoir -bien que ma mémoire me laissait dubitative sur ce point là- quelqu’un que j’avais connu et qui m’avait connue lors de notre vivant me mettait du baume au coeur.

_Oh, arrête donc, petit charmeur ! Tu vas finir par me faire rougir et si tu me complimentes trop, je vais croire à tes paroles.

J’étouffais un rire cristallin derrière ma main et lui donnait un gentil coup de coude dans les côtes. Le rouge me monta légèrement aux joues. Même si je mettais cela sur le plan de la rigolade, j’étais vraiment touchée par les paroles de Blake. Contrairement à celles trop souvent entendues de la bouche des hommes, celles-ci semblaient réellement sincères.

_Je ne serais pas contre non plus, lui murmurais-je, mon souffle caressant sa nuque.

Je lui glissais un petit clin d’oeil malicieux. Mon ton lui signifiait que je ne faisais que la taquiner. Du moins, l’espérais-je. Je ne me sentais pas encore prête à accorder de nouveau ma confiance à un homme et Blake ne méritait pas que je me joue de lui. Pourtant, cela ne m’empêchait pas de jouer au chat, n’est ce pas ? Puisqu’il m’avait déjà fréquentée, il devait savoir à quoi s’en sentir, avec ma petite personne. Son visage rayonnait ne pouvait qu’attirer ma totale sympathie. Il semblait tout à fait dénué de mauvaises intentions et un regard vers ses yeux bienveillants m’arracha un sourire tout à fait sincère. Je m’esclaffais bruyamment à sa dernière remarque sur les premières classes et le fait que je ne leur ressemblais pas du tout.

_Je suis totalement d’accord avec toi. Si ce n’est que de plus en plus, les premières classes viennent vers nous. Pas tous, bien sûr. Mais certains sont vraiment ouverts. Le fait d’être devenu mort-vivants doit probablement leur poser des questions existentielles et métaphysiques sur leur place dans le monde, pouffais-je. Et merci pour le compliment. Moi qui me croyait ressembler à une Duchesse du duché de Hempshire, tu me fait bien brutalement redescendre sur terre !

Je fis mine de paraître outrée, faussement courroucée de ne pas être reconnue comme une fille aux manières nobles. Il semblait bien se moquer de moi et cela avait le don de me dérider tout en m’envoyant des ondes positives. J’appréciais de plus en plus cet homme déjà rencontré. Cependant, sa dernière question et surtout ma réponse ne parurent pas tellement le satisfaire. Il grimaça.

_Oh, je finirais bien par me souvenir, lui dis-je en me tapotant la tempe avec mon index et mon majeur. Une fois cela fait, et j’espère que cela ne prendra pas trop longtemps, je n’hésiterais pas à venir te voir, si le besoin me prend de me confier.

Je lui disais cela en toute honnêteté, bien que cela ne soit pas tellement au programme. Je n’avais pas envie de raconter tous mes petits déboires de ridicules petite sentimentale. J’avais trop honte pour ça. De plus, je ne voulais pas exposer Mary-Ann aux racontards. Pour ce qui était de Charles, je m’en contrefichais. Enfin, je ne me sentais pas de déblatérer mes mésaventures à Blake. Je ne ferrais que l’ennuyer et le mettre mal à l’aise.

_Âme solitaire ? répétais-je, réellement surprise et surtout pressée de changer de sujet. Très surprenant, en effet. J’aurais plutôt pensé qu’un harem de femmes coulait à tes pieds... Peut-être cela aurait-il été difficile de toutes les faire tenir dans ta cabine, pas vrai ? Je ne vois que cela comme raison valable !

J’acquiesçais poliment lorsqu’il m’expliqua ses réelles raisons. De nombreux problèmes, disait-il ? Je ne lui posais pas plus de question. L’important était qu’il soit heureux maintenant. Cela semblait être le cas, malgré la situation, vue la manière dont il avait prononcé les mots « garde du bateau ». Une certaine petite fierté de coq, tout en bombant inconsciemment le torse. Cela l’amena à parler de notre rencontre. Il cherchait réellement à faire remonter les souvenirs de ma mémoire nébuleuses. Je restais un instant plongée dans un profond mutisme, tâchant de me rappeler.

_Un bateau de visiteurs, tu dis ? C’est qu’il y en a eu des tas...

Je pris mon menton en coupe et levais les yeux vers le ciel, mi-rêveuse, mi-concentrée. Il insuffla quelques nouveaux indices. Petit à petit, l’ombre qui masquait ma mémoire devint moins opaque.

_Maintenant que tu y viens, cela me dit peut-être quelque chose... J’en ai connu, des clients trop entreprenants, mais je n’ai pas souvent été libérée des vilains dragons par des preux chevaliers.

Soudain, tout s’éclaira et je claquais des doigts pour lui signifier que j’avais enfin compris.

_Par Saint-George, c’est donc toi ! m’exclamais-je en lui agrippant les épaules. Comment ai-je fais pour ne pas te reconnaître ? Mais bien sûr, bien sûr que je me souviens.

L’épisode de cette soirée là était encore un peu flou dans ma tête, mais je me rappelais maintenant avec certitude de celui qui était venu à mon secours. Je ne me rappelais pas lui avoir demandé son nom, mais il résonnait maintenant à mes oreilles comment une évidence.

_Je m’excuse mille fois ! lui dis-je avec un petit sourire gêné. Comment puis-je faire pour que tu me pardonnes ?




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



>
PROFIL
RPG
MessageSujet: Re: Une nouvelle vision du monde [Violet A.Grantham]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une nouvelle vision du monde [Violet A.Grantham]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Construction d'une Haiti Nouvelle: GRAHN MONDE Samuel Pierre Editeur
» HAITI PAYS EMER-JEAN BERTRAND ET CLAUDE !UNE NOUVELLE DATE POUR LA FAIM DU MONDE
» Petite nouvelle du Renard
» Le monde du jeu 2010, 10-11-12 septembre
» Inauguration de la plus puissante turbine à gaz au monde

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GHOSTS OF THE ABYSS ♛ :: Archive RP-