AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | .
 

 Petites confidences au milieu de la poussière

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

Invité

>
PROFIL
RPG
MessageSujet: Petites confidences au milieu de la poussière   Mar 27 Aoû - 17:20


Petites confidences au milieu

de la poussière



La colère. Elle m'envahissait et prenait possession de chacune des parcelles de mon corps. Parmi cette frustration, la haine prenait toute sa place. Le Titanic m'avait métamorphosé et avait transformé chacun des aspects de ma personnalité. J'étais bien plus sombre, ce que je n'avais jamais été durant ma vie d'avant. Ma bonté, mon dévouement tout finissait par s'échapper, par s'envoler laissant mes plus noirs sentiments faire surface. Ou étais la Nayah qui vivait une vie heureuse en Indonésie en compagnie de ses enfants et de Camille. Ou étais cette femme gaie et enjouée qui riait tout le temps? Elle avait disparu, depuis mon retour, tout se passait très mal. Tant de choses dont je n'avais eu idée accaparait complètement mon esprit. La mort, la souffrance, la haine voilà tant d'adjectifs qui affectaient mon cerveau et me pourrissait la vie.
J'en avais bien marre, j'étais au bord de la crise de nerfs, j'avais envie de hurler de tout casser. Mais je devais rester digne, cela n'était pas dans mes attributs, dans ma manière de faire. Et puis autant me servir du peu de dignité qu'il me restait. Elle serait ma force et je serais de marbre face à tout ce qui m'arrivait.

Ma robe longue volait derrière moi tandis que je marchais d'un pas actif et décidé. J'avais rendez vous avec Scarlett dans les cales tout au fond du bateau. Voilà une partie du navire que je ne connaissais absolument pas. Nous avions prévu de nous voir afin qu'elle me donne une arme. Elle devait me servir pour abattre mon mari, pour me défendre aussi. Mais en ce moment, j'y songeais surtout pour abattre une autre personne...

Thomas... Dieu que ce prénom me révulsait. Je revoyais encore notre entrevue du matin même.  La colère m'envahissait  quand j'y repensais...il ne faisait aucun doute que la personne qui nous écoutait le jour de ma rencontre avec son épouse, n'était autre que son mari. Cela coïncidait tant avec sa venue le lendemain dans ce café pour femmes dans lequel je me trouvais. Et puis j'avais découvert qui était vraiment ce personnage, aussi noir que son épouse à la différence que Scarlett était de mon côté. Et puis tout avait dégénéré. J'avais éprouvé tant de haine envers cet homme. Ses paroles restaient dans ma mémoire tant elles m'avaient blessé. Je rêvais tant de lui faire payer. Ma colère, à cet instant là, redescendrait-elle? Je n'en étais certaine. Tant de personnes sur ce bateau m'irritaient. Je repensais encore et encore à ses paroles, à ses menaces. Que diable m'arrivait-il?

L'endroit ou je me trouvais me fit sortir de mes pensées. Je regardais aux alentours et remarquais que j'étais perdue. Demandant le chemin à un steward, je me remis à marcher, cette fois ci, dans la bonne direction. Une fois arrivée devant les portes qui menaient aux différents cales, j'attendis alors que mon alliée vienne. J'étais sur des charbons ardents. Tôt ou tard, j'allais exploser, ma colère risquait de se reporter sur un innocent. Je m'étais rarement mise dans des colères noires, j'avais explosé bien peu de fois dans ma vie. Et en général, il en fallait beaucoup mais l'accumulation de ces petits riens faisaient un tout et ils m'affectaient beaucoup. Trop même. Je ne le méritais pas. Pourquoi donc devrais je souffrir de cette injustice? Pourquoi moi? Pourquoi devais je devenir une véritable garce pour pouvoir garder la tête haute? Tous ces gens qui me gênaient, devaient alors mourir. Tous, un par un. Tous ceux qui m'avaient fait du mal ou m'avaient humiliée, allaient tôt ou tard s'en mordre les doigts.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité

>
PROFIL
RPG
MessageSujet: Re: Petites confidences au milieu de la poussière   Lun 2 Sep - 15:52



Petites confidences meurtrières.

Dans les profondeurs du Titanic.
Juillet 1913
L’appel du sang, l’appel du meurtre, voilà plus d’un an que les mêmes personnes se côtoyaient, certains avaient disparus, de nouveaux étaient arrivés. Mystère et secret étaient tous les jours présents à bord du Titanic, surtout qu’on ne pouvait faire confiance en personne à bord de ce navire. Scarlett n’était pas en reste, elle était la plupart du temps au cœur des intrigues, les créant et faisant le mal là où elle le pouvait. Le paquebot était le terrain de jeu de la veuve noire et de nombreux passagers étaient ses pions, tout ce qu’elle voulait créer, c’était le chao. Quand on n’avait pas d’occupation, il faut se trouver un passe-temps, pour Scarlett, c’était faire le mal autour d’elle. Il y a peu, elle avait découvert la faiblesse de Marcus Cream, c’était une jeune femme, une revenante dont il s’était entiché et avec qui il paraissait proche, ils s’étaient même embrassés, durant cet étrange évènement du rêve. Pernelle Lafontaine était entrée sur l’échiquier de la belle veuve noire et maintenant qu’elle se trouvait dans sa toile, elle n’était pas prête de la lâcher. Si elle devait lui faire du mal pour toucher le tueur en série, elle le ferait. Pernelle serait qu’un jouet entre ses mains et entre celle d’Elisabeth Cavendish. Scarlett savait qu’elle pourrait forger une alliance avec cette pimbêche, mais elle allait devoir recourir à beaucoup d’argument pour la persuader d’éliminer Marcus Cream. Maintenant que les pions étaient avancés pour cette affaire, elle restait toujours dans une impasse pour assassiner une bonne fois pour toute, son mari. Elle gardait toujours l’espoir de le tuer, puisqu’il y a peu un homme qui avait été assassiné, ne s’est jamais réveillé. Un certain Joseph Earnshaw. Dans cette affaire, le meurtrier n’a jamais été pris, ce qui montrait à la veuve noire, l’incompétence des forces de l’ordre à bord de ce navire.
En ce jour, Scarlett Hamilton avait un petit rendez-vous avec l’une de ses complices Nayah Gallagher, en effet la première classe devait l’aider à se procurer une arme pour se protéger de son mari trop gênant. Ce n’était pas la brune qui allait la contredire dans ce choix, puisque toutes les deux partageaient la mauvaise expérience d’avoir un mari encombrant. Vêtue d’une robe aux tons prune et crème, elle quitta sa cabine pour se rendre dans les profondeurs du Titanic et partir en quête de sa nouvelle alliée. Scarlett se rendit alors aux soutes à bagage, là où elles s’étaient données rendez-vous, la revenante n’étant pas encore là, elle fit passer le temps en fouillant les bagages de certains passagers. Les photos, les lettres, elle passait tout en revu du bagage d’une certaine Madeleine, qu’elle ne connaissait pas. D’ailleurs, celle-ci avait un très beau collier de perle qui ferait très bien l’affaire autour de son délicat petit cou. Scarlett était en train de lire l’une des lettres de cette femme qu’un de ses amants avaient écrit et elle ne pouvait s’empêcher de rire en découvrant les maladroites intentions de cet homme. Assise sur une imposante malle, elle allait débuter une seconde lettre, quand elle entendit l’une des portes des soutes à bagage s’ouvrir. Elle reconnut tout de suite Nayah, qui ne passait pas inaperçu dans ce décor poussiéreux.

« Nayah, j’ai cru que vous vous étiez perdu. » Disait-elle avec un sourire joyeux aux lèvres. « Comment allez-vous depuis notre dernière rencontre. » Lui demanda-t-elle pour prendre des nouvelles.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité

>
PROFIL
RPG
MessageSujet: Re: Petites confidences au milieu de la poussière   Dim 8 Sep - 21:38

J'attendais Scarlett dans ce corridor dans lequel j'étais seule. Mon pied battait la mesure et rompait le silence maître des lieux. Je ne savais si j'étais en retard et je ne la voyais toujours pas arrivée. J'espérais qu'elle n'avait pas oublié notre entrevue, qu'elle savait que je comptais sur elle. Cela l'était d'autant plus depuis que j'avais rencontré son mari, cela l'était vraiment. Je me remémorais notre entrevue, froide, hypocrite tout comme la personnalité de Thomas. Un véritable poison et un danger pour moi.

" Je me demande comme votre époux peut tenir avec une femme telle que vous qui cherche à ruiner la vie des autres. "

Ses paroles dites m'avaient atteintes en plein cœur. Elles m'avaient blessées tant je ne m'y étais pas attendues. Ainsi, j'étais entrée dans la fosse aux lions des Hamilton et il me serait difficile d'en sortir. Certes, j'allais être blessée mais je me savais assez tenace pour y résister. Pire même, ces attaques faisaient ressortir les aspects les plus sombres de ma personnalité encore inconnus au bataillon. Je croyais me connaître et je découvrais en moi une personne que je ne connaissais pas dans mon passé: Nayah la lionne qui défendait ses petits. Autrement dit moi même. Je m'imaginais déjà en train d'utiliser mon arme, je me voyais viser calmement et froidement appuyer sur la gâchette. La balle atteindrait en plein cœur quiconque me ferait l'affront de me contrarier. Il arrivait un moment ou la goutte d'eau faisait déborder le vase et que plus rien de rationnel arrivait à me calmer. Je cessais le battement de mon pied et constatait alors que du bruit provenait de la soute à bagages. Est ce que Scarlett était déjà là? Certes, avec le bruit que je faisais en marchant et en battant la mesure, je n'avais pu entendre. Je décidais alors d'entrer dans cette fameuse pièce et advienne que pourra, j'espérais y trouver mon alliée.

Dans un grincement sinistre, la porte s'ouvrit et la lumière du couloir éclaira un instant la soute. Le contre jour du luminaire m'éclairait  une partie de la pièce sans pourtant que l'ensemble me permette d'y retrouver Scarlett. Je refermais alors la porte et sondait la gigantesque cale qui s'étendait à perte de vue. J'entendis alors la voix de mon alliée résonner dans la pièce. Me guidant ainsi, je finis par la trouver agenouillée devant une malle ouverte en train de lire du courrier. Je m'avançais alors dans sa direction lui répondant à sa bonne humeur par un sourire un peu forcé, mais jovial tout de même, j'étais heureuse de la voir. Et puis elle me demanda comment j'allais. Ah, question divine? Que pouvais je répondre? Oui, tout va bien, votre mari m'a menacée devant tout le monde? Mais non... Ce n'était pas une bonne manière de faire. Malgré cela, je voulais qu'elle le sache, il fallait qu'à un moment donné de notre entretien, elle soit au courant des agissements de son époux. Toutefois, je me préparais déjà à sa réaction: elle ne serait sans doute pas surprise. Je lui répondis alors tout en m'asseyant à ses côtés :

" Et bien, ça peut aller Scarlett. Et vous, comment allez vous? " disais je tout en posant mes yeux sur une lettre déjà ouverte par ma compagne. Je la pris et lisais en diagonale le texte. Je me mis alors à pouffer de rire et décidais de le partager avec ma partenaire : " Les hommes sont tout simplement ridicule. Regardez ceci: "Tu es aussi belle que la colombe qui s'élève dans le ciel et je n'ai de cesse de penser à ton doux visage à la rosée du matin.."

Puis, dégoûtée, je jetais par terre cette lettre avant d'ajouter d'un ton dédaigneux: " Ces hommes sont répugnants... A coup de mensonge, ils nous embobinent avec de belles paroles... " Mes paroles n'avaient certainement aucun sens pour Scarlett qui je devait pas comprendre mes propos. Mais pour moi, elles me renvoyaient à mon entrevue de ce matin même et de ce formidable acteur dont son mari avait été le héros.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité

>
PROFIL
RPG
MessageSujet: Re: Petites confidences au milieu de la poussière   Ven 13 Sep - 21:23



Petites confidences meurtrières.

Dans les profondeurs du Titanic.
Juillet 1913
Nayah était entrée dans la pièce, les pions avançaient peu à peu sur l’échiquier de la veuve noire et pas à pas, elle se rapprochait de la mort de Thomas Hamilton son mari. D’autres pions étaient entrés il y a peu dans la danse, comme Livia Brunelli, mais Scarlett était bien placée pour savoir qu’il ne fallait pas faire confiance en une folle, l’italienne pourrait très bien se retourner contre elle du jour au lendemain. Pour le moment la première classe maniait cette femme avec des pincettes et attendait de voir ce qui allait se passer par la suite. Nayah avait l’avantage de ne pas être folle et de vouloir se débarrasser de son mari, comme Scarlett, à deux elles pouvaient obtenir une revanche sur la vie. Sans mari Nayah pensait pouvoir être plus heureuse, donc la veuve noire se devait de l’aider pour obtenir ce qu’elle voulait. La première classe continuait de lire la lettre qu’elle tenait entre les mains, mais devant l’échange de banalité qu’elle représentait, elle la laissa choir sur le sol, pour en prendre une autre, celle-ci appartenait à une jeune femme qui découvrait ses premiers émois amoureux. La lettre prêtait à rire tellement la timidité de cette Rosaline était flagrante, elle voulait en dire beaucoup, mais n’osait pas. Le jeune homme à qui appartenait cette lettre avait dû oublier depuis longtemps sa fiancée, à moins qu’il ait survécu, mais Scarlett en doutait fortement. Avec Nayah, elle échangea les premières banalités, avant que la revenante ne se concentre aussi sur les lettres. D’ailleurs la revenante en lit une à haute voix, narrant les fausses paroles d’un homme qui voulait jouer avec la poésie. Scarlett ne put s’empêcher de rire avec sa nouvelle alliée tellement les mots étaient ridicules.

« Je vais très bien, je suis contente de vous voir, j’aurais pensé que vous auriez fait marche arrière. » Disait-elle d’un sourire amusé, puis elle commenta les propos de la jeune femme à propos des hommes. « On peut dire que cet homme sait y faire, la femme qui a reçu cette lettre a dû succomber, surtout si elle a conservé cette lettre dans ses bagages. »

Nayah continua sur les hommes disant qu’ils savaient très bien jouer la comédie avec les femmes. Sa nouvelle alliée avait dû avoir de nombreuses surprises avec les hommes, si elle disait cela avec autant de dégoût. Scarlett de son côté avait toujours eu du pouvoir sur les hommes, elle n’avait donc jamais eu à se plaindre, puisque c’était elle qui jouait la comédie pour mieux arriver à ses fins. Les hommes n’avaient jamais eu le dessus sur elle et ça n’arriverait jamais.

« Par chance, j’ai toujours joué le rôle de celle qui jouait la comédie. » Riait-elle. « Jamais un homme se jouera de moi de la sorte, même si mon cher époux aimerai croire le contraire. » Ajouta la veuve noire avec un sourire malicieux.

Elle ancra son regard dans celui de Nayah, attendant une réaction de sa part et voulant en savoir plus sur elle. En effet, pour le moment, elle ne savait que quelques rares choses, comme le fait qu’elle était oppressée par son mari et qu’elle avait survécu au naufrage. Nayah avait eu la chance de survivre et sûrement de se reconstruire, ce qui devait faire un gros fossé par rapport à sa vie, ou plutôt sa mort d’aujourd’hui. La revenante avait dû vivre l’évolution d’un monde et désormais, elle assistait à une régression, le Titanic avait figé le monde et rien ne semblait pouvoir le faire évoluer, les gens étaient beaucoup trop étriqués dans leurs manières, si bien que la modernité de Scarlett pouvait en choquer certains.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité

>
PROFIL
RPG
MessageSujet: Re: Petites confidences au milieu de la poussière   Sam 21 Sep - 16:23

Je contemplais la lettre jetée par terre quelques instants. Je voyais de loin l'écriture penchée du jeune homme. Tant d'amour, tant de tendresse, tant de jolies choses que je ne comprenais plus. Jules, Thomas.. Qui étaient ces hommes pour oser contredire cette vision de l'amour... La mienne plus précisément venait de voler en éclat. On ne pouvait leur faire confiance surtout à ceux échoués sur le Titanic. Le paquebot me donnait la chair de poule, il faisait disparaître peu à peu les bons sentiments pour ne laisser que les mauvais. Me voilà en train de récupérer une arme. Je pensais me connaître mais il en était rien, je me découvrais de nouvelles émotions nouvelles. En compagnie de Scarlett, en fin de compte, j'appréciais qu'elle soit là. Elle seule, comprenait mieux que jamais ce que je pouvais ressentir. D'ailleurs, nous fumes sur la même longueur d'onde au sujet de la lettre et des hommes. Elle m'indiqua que ce genre de comédie romantique n'avait jamais marché sur elle. C'était, à vrai dire, le contraire. Scarlett exerçait son pouvoir de séduction sur les hommes. D'ailleurs, je me demandais bien comment avait-elle pu avoir envie de séduire Thomas. Il me semblait tellement insignifiant, je ne voyais là aucune raison rationnelle.

Mon cœur fit un bond lorsqu'elle fit mention de son époux qui espérait tant se jouer d'elle mais qui échouait constamment. Un rictus se forma sur mes lèvres, il échouait à toutes tentatives : il était décidément bien faible. Qu'elle puisse dire cela me mît du baume au cœur, c'était son mari mais cela me réconfortait de l'entendre parler ainsi. C'est pourquoi je m'entendis lui répondre avec une ironie manifeste:

" Le pauvre chou... " disais je tout en conservant un sourire moqueur. Je fixais Scarlett droit dans les yeux sachant qu'elle en faisait de même. Et puis, je me mis à rire avant d'ajouter :

" Votre mari tente de jouer la comédie avec tout le monde. Ce matin, alors que je me trouvais dans un café pour femmes, il est venu me voir et me faire croire que vous veniez de lui taillader le bras avec un couteau, tout ceci dans le but de me rallier à sa cause... "

Je me doutais que mes paroles puissent impacter Scarlett. Il s'agissait de son mari tout de même et bien qu'elle semblait tout contrôler avec une capacité hors du commun, je crachais dans sa soupe conjugale. Je détournais les yeux de Scarlett et je me mis à marcher lentement dans la cale gigantesque tout en continuant à parler:

" Quand il a fini par comprendre que son numéro ne m'avait fait aucun effet, il a commencé à faire un scandale en faisant croire à l'assemblée que je voulais qu'il soit mon amant... Et qu'il ne le voulait pas par rapport à vous! " disais je crachant presque mes paroles de dégoût à la pensée qu'il puisse être mon amant.

Je pris alors un collier échoué par terre. Il s'agissait d'un médaillon qui s'ouvrait avec l'aide d'un petit crochet. L'ouvrant, j'observais le visage d'un homme inconnu avec une annotation "a toi pour toujours". Encore et toujours de l'amour... Je refermais le médaillon du claquement sec et me retournais pour regarder Scarlett et ajoutais :

" De là, il est parti comme un fou furieux me laissant au milieu de ces bourgeoises à l'affût du moindre commérage. " disais je tout en me rappelant cette sensation de haine qui m'avait alors envahi. Comme j'aurais aimé pouvoir le gifler en cet instant mais sa fuite m'avait prise au dépourvu et je n'avais eu le réflexe de réagir immédiatement. J'avais pu m'en sortir uniquement parce que j'étais entourée de femmes, que leurs conditions de vie faisaient que nous devions nous serrer les coudes. Mais, si cela avait été devant la gente masculine? Je donnais peu cher de ma peau que je serais aujourd'hui au milieu d'un scandale auquel Scarlett et son époux participerait. Le problème était bien plus profond que ce que je croyais. Il y avait vraiment une haine tenace entre la jeune femme et son mari. Il était bien pire que le mien qui à côté passait pour une petit dispute de rien du tout. Non, là si j'en croyais Scarlett, elle avait déjà tué des hommes. Aussi, son mari était-il passé par là? Avait-il été sa victime? Elle ne me l'avait point dit lors de notre rencontre. Savait-elle que son mari nous écoutait? Il y avait une part de mystère importante dans notre "amitié". Et le lien qui nous unissait était si fragile. Il fallait donc le renforcer et pour cela, seule la franchise serait notre alliée. Aussi, j'ajoutais :

" Vous savez, sa visite n'était en rien anodine. Bien au contraire, le lendemain de notre rencontre, il vient me rejoindre dans le café véranda. Une chose est sûre, la personne qui nous écoutait ne pouvait être que votre mari! " disais je tout en continuant à fixer Scarlett. Sa situation n'était pas enviable, être épiée de la sorte dépassait toute rationalité et je comprenais que la jeune femme puisse vouloir tuer son époux. Vivre avec une sangsue finissait par nous prendre notre énergie.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité

>
PROFIL
RPG
MessageSujet: Re: Petites confidences au milieu de la poussière   Dim 29 Sep - 15:00



Petites confidences meurtrières.

Dans les profondeurs du Titanic.
Juillet 1913
Nayah allait peut-être devenir l’une de ses plus précieuses alliées, même si elle avait encore douté ces derniers jours de cette femme, qui voulait tuer son mari pour avoir la paix, maintenant la veuve noire savant que la revenante avait beaucoup de potentiel. A croire que ses nombreuses années de vie avaient joué en ce sens, mais Nayah pouvait devenir une tueuse si elle le voulait et surtout si elle avait les bons conseils. Ce jeune poulain, Scarlett Hamilton avait bien l’intention de l’éduquer à sa façon et d’en faire un véritable cygne noir. Ils étaient nombreux à bord de ce navire et la veuve noire avait bien l’intention de se débarrasser d’eux. Marcus Cream était la personne de trop à bord du Titanic et elle devait le faire payer, tout comme à son mari. En fait, Scarlett avait beaucoup trop de personne à éliminer à bord, c’était fâcheux de se faire autant d’ennemi, mais était-ce de sa faute, si elle était incomprise ? Ca aurait été si simple si Thomas s’était laissé mourir et en ce qui concernait Mr Cream, ils auraient pu devenir amis, s’il n’était pas aussi menaçant pour sa personne. Avec Nayah, les choses étaient différentes, si elle avait le moindre doute Scarlett lui rappellerait sagement qu’elle ne doit pas la trahir et elle comprendrait, la revenante avait besoin d’elle, elle ne pourrait pas se passer de cette précieuse alliée. Après avoir ri de bon cœur, Nayah lui rapporta alors sa rencontre avec Thomas. Scarlett était outrée et partiellement amusée de voir que son cher mari pouvait tomber aussi bas, n’importe quoi, il ferait tout pour se rendre intéressant et au mieux, il devenait pathétique. Son cher mari méritait une bonne leçon pour ses médisances et bientôt, Scarlett allait lui régler son compte.

« Thomas ferait n’importe quoi pour se rendre intéressant. En plus il sait très bien que je ne me contenterais pas de lui taillader les veines, un poignard dans le cœur serait bien plus radical pour lui. » Riait la veuve noire.

Scarlett se souvenait encore du cadavre qu’il avait laissé dans sa chambre, cette petite histoire l’avait bien amusé, elle avait même espéré que son mari ait monté un cran au-dessus, mais non, il n’était toujours pas assez crédible à ses yeux, même s’il y avait de l’amélioration. Peut-être que s’il continuait dans sa longue marche vers le meurtre, il pourrait l’intéresser tout compte fait, cependant son cher mari avait encore beaucoup de travail derrière lui. Thomas avait tenté de rallier Nayah à sa cause, mais peine perdu, il n’y était pas parvenu, puisque Scarlett était déjà passé par là bien avant. C’était d’ailleurs un joli coup de poker de la part de la veuve noire, qui allait pouvoir inclure Nayah dans ses nombreuses intrigues.

« Cela ne m’étonne pas, mon cher mari sait que j’ai une longueur d’avance sur lui, même s’il ne l’admettra jamais. Je suis bien contente de connaître cette histoire, je sais maintenant, qu’il cherche à tout prix à se trouver des alliés contre moi. » Ajouta Scarlett avec un sourire en coin.

Nayah lui rappela alors l’inconnu qui avait écouté leur conversation, elle avait raison, la coïncidence était trop forte, cela ne pouvait qu’être Thomas. Il avait voulu rallier Nayah à sa cause pour toucher Scarlett, mais il n’y était pas arrivé, le pire serait que son mari s’allie avec ses ennemis, la veuve noire espérait bien que cela ne sera pas le cas, sinon elle allait devoir agir beaucoup plus vite que prévu. Elle reposa dans la malle les lettres qu’elle avait toujours entre les mains et se leva pour faire face à la revenante.

« Voilà une raison de plus, qui nous incite à réagir vite. Etes-vous prête Nayah à vivre cette sombre aventure avec moi ? » Demanda Scarlett sur un ton très sombre.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité

>
PROFIL
RPG
MessageSujet: Re: Petites confidences au milieu de la poussière   Mar 1 Oct - 21:09

Dès l'instant ou j'avais fini ma phrase, je vis Scarlett faire le lien entre la visite de son mari et l'espion lors de notre rencontre. Et elle confirma ce que je venais de dire: le mouchard n'était autre que son mari. C'était logique d'ailleurs et cela expliquait sa venue soudaine dans ce café, et ce, après que j'eus fait la connaissance de sa femme.  Thomas Hamilton devait constamment épier son épouse, vérifier ses faits et gestes. Voilà maintenant qu'il tentait de monter les passagers contre elle. Que recherchait-il? Attendait-il que sa femme explose de colère à son encontre? Que cherchait-il à faire? Car la malveillance le dominait, dans son attitude, dans son regard. Désormais, je ne souhaitais qu'une chose: me venger de son comportement. Je voulais qu'il souffre autant que ses paroles avaient pu m'atteindre. Oui, Thomas Hamilton allait en baver. D'ailleurs, les choses semblèrent se concrétiser car Scarlett se leva et me proposa d'agir, c'était l'instant ou jamais. Le moment d'entrer en action et de mettre fin aux agissements macabres de son époux.
La pulpeuse brune me demanda alors si j'étais prête à entrer dans la spirale de noirceur qui m'attendait. Je ne savais ou j'allais, cet horizon était inconnu et non identifiable. J'eus un moment d'hésitation qui sembla se figer sur mon visage, je savais que Scarlett le verrait, après tout, je n'étais pas maîtresse de mes émotions en totalité. Il arrivait que l'on puisse deviner mes pensées. De même, j'hésitais car j'avais la crainte des conséquences. En effet, je n'osais imaginer le bruit que cela ferait si jamais nous nous faisions prendre, la main dans le sac. Je m'imaginais, l'espace de quelques secondes, Scarlett et moi, les menottes aux poignées subissant les reproches de la foule de passager. Notre existence risquait de devenir bien plus houleuse...

Et soudain, je l'entendis encore. La voix de Thomas, froide, méchante. Elle répétait ces monstruosités dites lors de notre entrevue. Et elle renforça cette détermination familière qui m'habitait depuis toujours. Il fallait qu'il paye, je voulais le voir souffrir. C'était étrange de voir comment une personne pouvait se découvrir des idées de vengeance. Elle avait en partie effacé ma colère contre mon mari : pour l'instant, sa mise à mort était suspendue, je voulais celle d'un autre.

" Je suis prête... " disais je en fixant droit dans les yeux la veuve noire. Puis j'ajoutais en affichant un sourire machiavélique : " Je crois que rien ne me ferait plus plaisir de voir votre mari mourir dans d'atroces souffrances.. "

Puis, je m'avançais vers la jeune femme, lentement mais sûrement. Je décidais de lui expliquer les raisons de mes envies de meurtres envers son mari: " Après tout, ses paroles ont été cruelles envers moi et il mérite de payer... Très cher... "

Les dernières paroles restèrent en suspens dans l'immense soute à bagages. Je regardais aux alentours ces valises poussiéreuses et abandonnées. Elles contenaient la vie des passagers et leurs histoires ainsi que leurs secrets. Je me souviens alors de la raison de ma venue ici. Scarlett devait me remettre une arme. Elle deviendrait alors ma protection au cas ou Jules tenterait de se montrer trop entreprenant. Le fait de parler de Thomas m'avait fait sortir de la tête mon but principal.

" Chère Scarlett, avez vous pris une arme pour moi? " disais je en affichant un sourire joyeux.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité

>
PROFIL
RPG
MessageSujet: Re: Petites confidences au milieu de la poussière   Lun 7 Oct - 22:22



Petites confidences meurtrières.

Dans les profondeurs du Titanic.
Juillet 1913
La mort n’était que le commencement. Thomas avait voulu semer des cadavres sur son chemin, Scarlett ferait la même chose. Œil pour œil, dent pour dent, l’homme souffrirait autant qu’il voulait la faire souffrir. L’amour était un sentiment brut, mais à la façon Scarlett Hamilton, il ferait mal, très mal et la veuve noire ne s’arrêtera pas en si bon chemin. Sa part sombre commençait à déteindre sur l’homme qui devenait de plus en plus mauvais avec son entourage, comme il l’avait été avec Nayah Gallagher. Ce revirement de situation amusé beaucoup la première classe, qui voyait en cela de nouvelles perspectives d’avenir. Avec Nayah comme alliée, Scarlett pouvait faire de grandes choses et si elle faisait de Thomas son pantin, elle obtiendrait bientôt tout ce qu’elle voulait. Elle avait su plumer de riches hommes durant sa vie de mortelle, maintenant que d’autres horizons s’ouvraient à elle, la mort lui appartiendrait. Pousser dans le chao ses victimes, voilà le nouvel objectif de la veuve noire, elle voulait les envoyer au-delà des limites de la noirceur, un endroit où ils ne seraient jamais allé s’ils n’avaient pas rencontré cette femme sans vergogne. D’ailleurs, Scarlett trouvait qu’elle avait été trop sage ces derniers temps, il était grand temps qu’elle se remette en action, pour accomplir sa grande œuvre, la plus belle de sa mort.
A la plus grande joie de la veuve noire, Nayah se déclara prête pour passer de l’autre côté de la barrière et de l’aider à éliminer Thomas. Mais qu’en était-il de son propre mari ? La revenante l’aurait-elle oublié en chemin, en voulait accomplir la vengeance de Scarlett ? Une petite piqure de rappel s’imposait pour elle, le professeur n’était pas prêt à se faire dépasser par l’élève.

« Et votre mari ! Ainsi, nous pourrons toutes les deux profiter de notre liberté, la mort sera d’autant plus belle sans ces hommes trop encombrant. » Riait la veuve noire.

Nayah semblait très remontée envers Thomas, le pauvre, il allait avoir deux femmes sur le dos et pas n’importe lesquelles, deux femmes fourbes, prêtent à tout pour en découdre avec lui. L’homme n’aurait plus qu’une chose à faire, fuir où se trouver de nouveaux alliés. Mais avec sa haine, l’homme n’arrivera probablement pas à se faire des amis, à moins qu’il aille du côté des ennemis de Scarlett. Marcus Cream serait l’allié parfait pour son mari, mais ça, ce serait une situation beaucoup plus grave pour la veuve noire qui aurait maintenant deux personnes ensemble à affronter. La revenante lui demanda alors si elle lui avait trouvé une arme. Scarlett fit un sourire mystérieux et s’éloigna d’elle, partant vers de nouvelles rangées de valises. Puis après plusieurs secondes, elle s’arrêta et ouvrit une grande male, après avoir dérangé l’ordre qui y avait été instauré, elle en sortit une arme. Un petit pistolet noir qu’elle avait trouvé dans l’une des males d’une femme qui se disait valeureuse. Scarlett avait bien rit en découvrant ce petit bijoux.

« Voilà la merveille. Une arme facile à manier, parfaite pour une femme et en plus discrète. Avec ça, vous pouvez tuer n’importe quel homme, il faut juste savoir viser. » Disait Scarlett tout en tendant à Nayah l’arme.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité

>
PROFIL
RPG
MessageSujet: Re: Petites confidences au milieu de la poussière   Lun 14 Oct - 21:12

Dès l'instant ou je venais d'accepter la proposition de Scarlett, je constatais sa joie d'avoir une alliée. Elle ne devait pas avoir beaucoup d'amis, je crois même qu'elle en avait pas du tout. Chaque personne ne devait être qu'un pion sur un échiquier diabolique. Je devais en être un probablement mais j'osais croire qu'elle m'aimait bien. Ce fut alors quand elle me rappela mon mari, la deuxième bête à abattre. De cette manière, nos chers époux enfin morts, nous pourrions être enfin libres, nous, les veuves éplorées. Nous pourrions alors vivre normalement sans la pression de notre mariage. Il est vrai que cette proposition était alléchante et je nous voyais déjà en train de faire les quatre cent coups ensemble. Je lui souris et lui répondis:

" Je ne l'oublie pas, Chère Scarlett. Mais j'ai bien une vengeance personnelle à exécuter. D'ailleurs, le fait de vous aider me perfectionnera et me permettra de savoir tuer mon mari dans les règles de l'art.. " lui disais je en affichant un sourire bien plus diabolique que le précédent. " Je crois bien qu'à nous deux, nous allons bien nous amuser .. " Riais- je aux éclats, amusée de cette situation presque irréaliste.

J'en avais presque oublié le but de ma présence. Aussi, je l'avais rappelé à la veuve noire. Aussitôt dit, aussitôt fait, elle alla chercher mon cadeau et me l'apporta. Telle une professionnelle de l'armement, elle me présenta le pistolet tout en me vantant ses mérites: il semblait avoir été fait pour être porté par une femme. Je ne pus qu'en rire, gagnée par l'excitation de ce présent:

" En réalité, c'est une arme pour femme avec mari envahissant. " disais je en riant franchement. Et je la pris tandis que Scarlett me conseilla juste de savoir viser avant de l'utiliser. Ce qui fut drôle, c'est lorsque je constatais la froideur de l'objet: il était glacial et me rappela l'espace d'un instant ce souvenir douloureux du corps de Camille quand je le découvris, inanimé, dans notre lit. La froideur était la même et elle me fit frissonner. Mais elle me donna du courage me rappelant que l'homme de ma vie n'était pas Jules mais bien Camille: je ne pouvais être sa femme, cela avait été une erreur. De même, je n'avais pu divorcer de mon premier mariage, j'en aurais subi les courroux de ma belle famille dont j'étais liée par ma petite fille. Aussi, je ne m'étais pas remariée n'ayant jamais divorcé. Cela ne nous avait pas empêché d'être heureux et d'avoir trois autres beaux enfants. Toutefois, j'avais gardé un goût amer sur cette impossibilité de remariage. C'est pourquoi, j'avais envie d'en finir avec Jules, une bonne fois pour toute.
Je pris l'arme et tendis les bras en viseur essayant de fixer une cible. Il y avait un vase posé sur une valise, probablement un vestige de trouvaille dans une des malles. Je fermais un œil espérant que j'arriverais mieux à viser ainsi. Et je tirais sur la gâchette à la fois si dure et si légère. La balle partit comme un boulet de canon, faisant un bruit monstrueux, résonnant dans la salle immense. Toutefois, je n'avais pas atteint ma cible, j'étais même très loin d'elle. J'abaissais les bras, découragée. Puis, je me tournais vers Scarlett : " Je crois qu'il y a encore du travail avant d'atteindre ma cible. " disais- je tout en lui tendant l'arme: " Peut être pourriez vous me montrer? " lui demandais-je avant un sourire.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité

>
PROFIL
RPG
MessageSujet: Re: Petites confidences au milieu de la poussière   Mar 22 Oct - 20:02



Petites confidences meurtrières.

Dans les profondeurs du Titanic.
Juillet 1913
Deux femmes, deux tigresses dangereuses prêtent à tout pour en découdre et obtenir ce quelles désiraient. Scarlett Hamilton avait entraîné Nayah dans les sous-sols de l’horreur, celle-ci ne pourrait bientôt plus faire demi-tour, surtout en se compromettant avec la veuve noire. Si la revenante se montrait comme une fidèle amie, Scarlett pourrait lui apprendre tous ses secrets, lui faire part de son expérience, mais aussi comment elle avait pu s’en sortir dans cette jungle compliquée. Maintenant, elles étaient toutes les deux armées, prêtent pour la guerre et pour le combat face à des époux bien trop dérangeant pour leur vie commune. Le fait que Thomas soit entré en contact avec sa nouvelle alliée prouve bien qu’il connaissait une partie de ses plans, qu’il les avait espionnés durant leur première rencontre. A ce moment-là, Scarlett aurait mieux fait de le débusquer et de le jeter par-dessus bord, cela lui aurait fait une belle leçon. Cependant, son époux savait aussi l’impressionner, comme durant leur dernière rencontre où il s’était invité dans sa cabine et qu’il lui avait laissé un petit cadeau, une servante bien mal en point. Ce souvenir faisait rire la veuve noire qui avait pris en charge la malheureuse qui ne savait plus si s’était la réalité ou bien un rêve.

« Oh Nayah et j’ai beaucoup de chose à vous apprendre vous savez. » Disait Scarlett tout en lui envoyant un sourire malicieux. « Surtout en ce qui concerne votre mari. » Ajouta-t-elle tout en ajoutant un clin d’œil.

Elle qui avait vécu avec six maris, elle pourrait facilement apprendre à Nayah comment noyer le poisson, tout en faisant entrer le grand méchant loup dans la bergerie. Avec les hommes, le seul secret, s’était de sa soumettre et d’être tendre avec eux, si on savait faire cela, on pouvait tout obtenir d’eux, c’était aussi simple que cela. C’était ainsi que Scarlett avait su dompter Thomas, jusqu’au soir du naufrage, lui qui avait pensé à un amour éternel, c’était bien trompé et maintenant il était lui aussi passé du mauvais côté. Tout ce qu’elle touchait se transformait en mal, mais en ce qui concernait son très cher époux, Scarlett avait tout de suite pu déceler, une part de sombre en lui, il pouvait se montrer aussi fourbe qu’elle en n’importe quelle circonstance et cela l’amusait. Quand elle lui montra l’arme, Nayah fit tout de suite remarquer, que c’était une arme, pour femme avec un mari envahissant. Cela fit rire la veuve noire, face à cette remarque qui était plus que vrai.

« Peut-être que son ancienne propriétaire, l’a déjà utilisé, qui sait. Pour moi l’histoire d’une arme se construit grâce à ses propriétaires et à partir d’aujourd’hui Nayah, c’est à vous d’écrire son histoire. » Disait Scarlett d’une manière très philosophique. « En plus elle est assez pratique de la ranger dans un petit sac, à condition de faire très attention, des accidents sont si vite arrivé. »

Nayah voulut très rapidement utiliser son nouveau jouet, montrant sa grande envie de se débarrasser une bonne fois pour toute de son mari. La suite, Scarlett sans douta un peu, la revenante rata le vase qu’elle avait pris pour cible, laissant au passage un peu de poudre noir sur ses mains caractéristique des tirs. Face à son échec, son alliée lui demanda si elle voulait bien lui montrer. Scarlett fouilla alors dans l’une des valises et trouva une paire de gant qu’elle enfila. Elle prit larme de Nayah et la rechargea avec l’habilité d’une professionnelle, visa, puis tira, explosant le vase sur son passage.

« Les armes laissent toujours des traces de poudre, il faut faire très attention à cela. » Disait-elle tout en nettoyant l’objet et en le remettant à Nayah. « Pour ce qui est du tir, il faut vous entraîner, bien visualiser la cible et tirer, mais par chance votre mari est beaucoup plus gros que ce vase, vous aurez plus de chance de le toucher. » Riait la veuve noire.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité

>
PROFIL
RPG
MessageSujet: Re: Petites confidences au milieu de la poussière   Dim 3 Nov - 11:42

Je tenais cette arme dans mes mains et je songeais à ce que venait de me dire Scarlett: écrire mon histoire. Oui, elle avait raison. J'allais ainsi écrire le récit de mes nouvelles aventures: je deviendrais une femme libre, je n'aurais plus à supporter la pression du mariage que mon époux tentait tant bien que mal de me refiler de force. Jules ne comprendrait jamais, c'était là ou il était obstiné mais je l'étais encore bien plus que lui. Je savais que tôt ou tard, il faudrait qu'il accepte le fait que son mariage n'était plus, qu'il n'y avait plus de sentiment. Il fallait qu'il comprenne que j'avais refait ma vie et que mon core n'appartenait plus qu'à l'homme ayant vécu durant de longues années. Je le souhaitais ardemment car tôt ou tard, ma patience atteindrait des limites. Et je savais désormais que ce pistolet serait le dernier moyen afin de le faire plier. De même, il me fallait d'abord être certaine sur la portée de mon geste: si je lui tirais dessus, c'était pour qu'il se réveille jamais. Il était hors de question que je puisse le voir revenir comme neuf alors qu'il y a peu je l'avais abattu. Et puis, il me fallait également savoir tirer: ce serait la honte de ne pas savoir l'achever et de plus le blesser que de lui donner la mort. Enfin, tenant une arme pour la première fois de ma vie, j'étais un peu excitée à l'idée de tester mon "cadeau".

J'avais tiré ayant de viser une cible. Mais je la manquais, c'est pourquoi, je m'étais tournée vers Scarlett afin qu'elle me montre. Je l'avais alors vue prendre une paire de gant et se les enfiler puis, elle avait pris l'arme et avait visé. D'un seul coup de feu, elle atteignit sa cible, froide, ordonnée et calculatrice. Elle avait eu de l'entraînement, c'était certain. Je ne pus m'empêcher de l'applaudir, ébahie par sa prévision tandis qu'elle me sourit en me conseillant de faire attention à l'arme: la poudre laissait des traces sur les mains et cela pouvait devenir gênant sur une scène de crime. En effet, regardant mes mains, je constatais qu'elle était devenue noire comme de la suie. Je pris alors un tissu dépassant d'une valise ouverte et en profitait pour enlever le surplus de mes mains.

" Vous avez raison Scarlett.. " disais je tout en continuant à frotter énergiquement. Quand je jugea mes mains suffisamment propre, je laissais tomber le tissu et regarda Scarlett. Je lui souris et ajoutais : " Je suis bluffée en tout cas! " disais-je une lueur admirative s'affichant dans mon regard.

" On voit bien que ce n'est pas la première fois que vous tirez avec une arme à feu! " ajoutais-je sur un ton joyeux. Je mourais d'envie d'essayer à nouveau mais je n'avais pas de gant et je ne voulais prendre le risque de me salir à nouveau. Et puis, je craignais également que le bruit du coup de feu puisse ameuter qui que ce soit. Ce serait bien étrange pour un passager autre que nous de tomber sur deux femmes en train de s'amuser avec une arme à feu. Il y avait également de quoi ruiner nos réputations par des ragots . Et puis, j'avais déjà été suffisamment sous les projecteurs depuis le soir du casino pour ne pas l'être encore plus que ce je l'étais déjà... J'en profitais pour ranger mon arme dans le petit sac que je possédais: il était parfait, entrant admirablement bien dedans, je crois bien que j'aimais déjà mon petit cadeau. Je me demandais bien qui serait alors ma première victime, tuée avec mon arme.Je ne me doutais que je tuerais pour la première fois, à mains nues et contre deux femmes, et ce, par une nuit d'été ou une brise avait rendu fou tout revenant.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité

>
PROFIL
RPG
MessageSujet: Re: Petites confidences au milieu de la poussière   Dim 10 Nov - 18:42



Petites confidences meurtrières.

Dans les profondeurs du Titanic.
Juillet 1913
Conduire une personne sur la route des ténèbres était une chose grisante et Scarlett Hamilton était heureuse de voir que Nayah était une si bonne élève. Même si elle n’avait pas encore son talent, la revenante n’avait pas froid aux yeux et bientôt, elle serait capable de grandes choses. Peut-être que d’ici quelques semaines, elle pourrait commettre son premier meurtre, la veuve noire en était certaine. Mais Nayah aurait-elle la trempe de pouvoir le faire ? Scarlett se posait beaucoup de question, en tout cas, elle semblait très motivée par tout cela. Maintenant qu’elle avait son arme, Nayah allait enfin pouvoir tuer son mari et conquérir sa liberté, mais le vouloir c’était bien, mais avant tout, il fallait pouvoir le faire. L’acte du meurtre était toujours compliqué à réaliser, surtout quand c’était la première fois. Scarlett se souvenait encore de ses mains qui tremblaient la première fois qu’elle avait tuée. C’était un homme quelconque, un fiancé dont elle voulait se débarrasser, parce qu’il était trop dérangeant. Sa première mise à mort avait été bâclée, Scarlett se rappelait comme si c’était hier, un moment exaltant, compliqué, mais qui lui avait tant apporté. La veuve noire espérait bien que Nayah ressentirait la même chose pour sa première fois. Même si elle n’était pas encore prête, elle le serait avec beaucoup de volonté. La première classe ne pensait pas trouver meilleure recrue, surtout que la revenante, détestait aussi Thomas, ce qui était un atout majeur pour elle, l’homme allait avoir de quoi s’inquiéter pour l’éternité. Scarlett ne le lâcherait pas, jamais, elle lui pourrirait toujours la vie et cela jusqu’à la mort. C’était un magnifique programme, gâcher la mort de son mari et celle de tous les autres passagers, elle avait de quoi s’occuper pour l’éternité. Scarlett avait bien l’intention de conseiller le plus possible son alliée, après tout elle avait l’expérience pour et cela n’était pas compliqué de faire quelques petites révélation à la revenante pour mieux lui expliquer l’art de tuer. Quand la veuve noire tira et visa correctement sa cible Nayah enjouée l’applaudit, comme si c’était un acte exceptionnel. Cependant Scarlett n’était pas à son premier coup d’essai, elle avait tiré de très nombreuses fois et sur des cibles diverses et variées. La revenante remarqua vite que sa terrible amie n’était pas une amatrice.

« Je suis démasquée. » Riait la veuve noire. « J’ai appris il y a très longtemps, j’avais fini par séduire un jeune inspecteur de Scotland Yard et chaque week-end, nous nous rendons à la campagne, c’était de très bon moment. Un jour, il m’a demandé si je voulais essayer de tirer et j’ai accepté. Quelques mois plus tard, on retrouvait ce jeune homme dans la Tamise, mort. Pendant ce temps je m’embarquais pour la Belgique. » Disait-elle tout en dévoilant une partie de son histoire. Scarlett n’était pas restée bien longtemps dans ce petit pays, elle avait vite rejoint la France pour continuer son existence et en quête d’un nouvel époux. C’était toujours le même schéma, la séduction, les rendez-vous, les fiançailles, le mariage et l’enterrement, jamais d’enfant entre les deux. De toute façon Scarlett n’avait jamais été faite pour être mère et tant mieux pour l’enfant, il aurait été bien malheureux avec une telle génitrice. « Maintenant, je vais vous apprendre une autre règle, qui semble logique, mais jamais, au grand Dieu jamais, vous ne devez-vous faire prendre, si l’une tombe, l’autre tombera avec elle et cela peut-être très dangereux pour nous deux. » Rappela Scarlett.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité

>
PROFIL
RPG
MessageSujet: Re: Petites confidences au milieu de la poussière   Mar 26 Nov - 23:06

Dès lors que je constatais que Scarlett savait bien tirer, je le lui avais fait remarquer. Mon alliée s'empressa de me raconter une partie de sa vie ou plus ou moins, comment elle avait abattu sa première victime. Visiblement, elle avait visé haut puisque l'homme en question se trouvait être un inspecteur de police. Quoi de plus exaltant que de tuer un représentant des forces de l'ordre? Ce pauvre homme n'était pas mort pour rien puisqu'il avait eu le temps de lui apprendre à tirer. Et elle s'en sortait admirablement bien, vraiment, elle avait visé de loin et avait touché sa cible. J'espérais qu'un jour je pourrais atteindre ma cible aussi parfaitement mais en attendant, j'avais encore un long chemin à parcourir avant d'y parvenir. En attendant, je riais à ce que Scarlett me racontait au sujet de cet inspecteur et de son corps retrouvé dans la Tamise. Je souris à la veuve noire tandis que je lui repondis: " Au moins, il n'est pas mort pour rien. " Je pouffais de rire en disant cela tandis que j'ajoutais : " Cela vous aura permis de voyager. "  disais-je songeant soudain à ma terre natale. Je n'avais jamais visité l'Europe, cela devait être une jolie partie du monde à voir. Désormais, c'était trop tard.

Soudain, Scarlett me parla à nouveau, me rappelant une règle fondamentale: cela me semblait d'autant plus logique. Désormais, nous étions liées par ce pacte, par nos secrets communs. Je m'apercevais que désormais, je ne pouvais plus reculer en arrière. De même, je ne pouvais pas aller raconter les secrets de Scarlett comme elle ne pouvait le faire avec le mien. Oui, Scarlett avait raison, si l'une tombait, elle entraînait la seconde dans sa chute. Nous en savions désormais trop l'une sur l'autre: c'était peut être là que la confiance s'était créée entre nous deux? Ce à quoi, je lui répondis:
" Soyez sans crainte, Scarlett. Je vous ai promis de ne pas vous trahir... " un sourire s'étala sur mes lèvres tandis que j'ajoutais : " Et je tiendrais parole, nous avons fait un pacte et nous irons jusqu'au bout. " lui disais-je hochant la tête en signe d'affirmation. J'étais déterminée à éradiquer tous ceux qui s'entraveraient sur mon chemin à commencer par nos époux respectifs.
" D'ailleurs, je pense que quand nous aurons besoin de nous concerter, pourquoi ne pas venir ici quand nous aurons besoin de nous voir? " disais-je balayant la salle vaste d'un geste de la main. " D'ailleurs, je crois qu'il ne sera pas bon de nous voir aller et venir dans les appartements de l'une et de l'autre... Cela risquerait d'éveiller des... Soupçons. " songeant à nos maris souvent présents au moment ou on s'y attendait le moins. Ma mine s'assombrit quand je me rappelais de Thomas et Jules: il ne reculerait devant rien: c'était certain.

Je poussais alors un soupir avant de sourire à nouveau à l'attention de la veuve noire. Un peu de gaieté ne ferait de mal à personne.
" Que direz vous d'aller boire un thé, Chère Scarlett!? " disais je d'une voix enjouée tout en prenant mon sac à main. " Après tout, nous avons un pacte à fêter! "


HRPcoucou ma veuve préférée
Déjà désolée du retard de ma réponse. Ensuite j'avais eu une idée, pourquoi ne pas continuer le rp en avançant un peu dans le temps afin que Nayah parle de son meurtre et Scarlett de la salle des vérités ! Et puis maintenant avec l'île, elles ont des choses a dire.
Et puis j'aime bien l'idée du QG! Qu'en dis tu?
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité

>
PROFIL
RPG
MessageSujet: Re: Petites confidences au milieu de la poussière   Mar 10 Déc - 23:25



Petites confidences meurtrières.

Dans les profondeurs du Titanic.
Juillet 1913
Deux femmes, un pacte de sang, un pacte de mort. Le plan se mettait en place et rien ne pouvait plus les arrêter. Dans les cales du Titanic un complot s’organisait, le but, la mort de deux personnes, deux maris trop dérangeant, que les jeunes femmes voulaient à tout prix assassiner, pour être plus tranquille. Nayah Gallagher et Scarlett Hamilton, deux femmes de l’ombre, deux femmes qui feraient de grandes choses. Même si la revenante n’était pas tout à fait au point en ce qui concernait le meurtre, Scarlett savait qu’avec de l’entrainement et un bon enseignement de sa part, l’élève deviendrait comme le maître. Prendre le goût de tuer, ce n’était pas si compliqué que cela et Nayah avait l’âme d’une tueuse. La petite histoire de la veuve noire à propos du bel inspecteur mort dans la Tamise sembla beaucoup amuser la revenante qui se réjouissait de cette croustillante révélation. D’ailleurs, elle laissa au passage son petit commentaire, en lançant que l’homme n’était pas mort pour rien et que cela avait permis à la tueuse de voyager.

« Ma vie a été faite que de voyage. J’ai dû parcourir l’Europe pour estomper les soupçons qui pesaient par moment sur moi. Étrangement mes belles familles n’appréciaient pas que récupère les magots de mes maris. » Riait la veuve noire, tout en se remémorant ces bons souvenirs.

Riche elle l’avait été de son vivant, contrant ainsi l’ordre social des choses, alors qu’elle n’était qu’une simple fille de prostituée. La veuve noire n’avait jamais eu froid aux yeux, quand il s’agissait de monter les plus gros coups. Les défis elle les avait toujours relevés et ce n’était pas maintenant qu’elle allait faillir face à son destin. Scarlett était prête à tout, même à faire la guerre, s’il le fallait, ce qu’elle désirait faire du Titanic un chaos perpétuel, engranger la peine et la tristesse tout autour d’elle. La première classe n’avait pas froid aux yeux et elle espérait bien que sa disciple la suivrait jusqu’au bout. Le pacte était maintenant scellé et Nayah promettait de ne pas la trahir. Cela rassurait la veuve noire qui pouvait enfin faire confiance en quelqu’un. Après tout personne n’avait jamais été assez fou pour partager son secret et tous ceux qui avaient fini par le découvrir étaient morts. D’ailleurs la revenante pointa du doigt un point essentiel, les deux femmes ne pouvaient pas se rencontrer n’importe où et si elles se rendaient dans la cabine de l’autre, elles finiraient par éveiller les soupçons de leurs maris. Thomas était sur ses gardes et s’il découvrait que les deux femmes se voyaient régulièrement, il finirait par avoir de nombreux soupçons.

« Cet endroit est parfait, les cales sont nombreuses, certaines sont vides, nous n’attirerons pas les soupçons de nos maris. Nous aurons qu’à trouver un moyen pour nous voir discrètement et pour conclure à un rendez-vous. » C’était la manière la plus discrète selon Scarlett, après tous les passagers se rencontraient souvent à bord. Les deux jeunes femmes n’auraient qu’à se voir quelques secondes, ainsi personne ne se doutera de leur relation particulière. Puis Nayah lui proposa alors de boire un thé, pour fêter leur pacte. Scarlett ne put s’empêcher de rire face aux paroles de la revenante et elle lui tendit le bras, comme n’importe qu’elle femme l’ait fait à sa meilleure amie. « Un thé me semble un peu léger, mais au vu de l’heure, je pense que beaucoup seraient offensé de nous voir boire de l’alcool. Préservons donc les apparences pour cette chère bonne société. » Riait la veuve noire tout en quittant la pièce en compagnie de Nayah.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



>
PROFIL
RPG
MessageSujet: Re: Petites confidences au milieu de la poussière   

Revenir en haut Aller en bas
 

Petites confidences au milieu de la poussière

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Début de soirée en milieu hostile ...
» PETITES COURGETTES RONDES FARCIES AUX PIGNONS DE PINS
» les viandes que mangent les habitants de la terre du milieu
» gauche, droite, milieu.......
» Petites Devinettes...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GHOSTS OF THE ABYSS ♛ :: Archive RP-