AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | .
 

  « La conscience est la conséquence du renoncement aux pulsions. » [Roderick]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

Invité

>
PROFIL
RPG
MessageSujet: « La conscience est la conséquence du renoncement aux pulsions. » [Roderick]   Jeu 22 Aoû - 18:08


Beaucoup d’évènements étranges survenaient sur le Titanic depuis quelques temps et certains passagers prenaient peurs alors que d’autres tentaient de percer les mystères de notre lieu de repos éternel. Je faisais partie de ceux qui ne réussissaient plus à trouver le sommeil tant les questions et les diverses solutions bombardaient mon esprit. J’étais psychiatre, un homme de savoir et pourtant, je n’arrivais pas à comprendre ce qui m’entourait. Il y avait bien eu l’épisode des revenants tueurs, mais cela n’était malheureusement que dû à une paranoïa collective. Quoi qu’il en soit réellement, je comptais bien étudier ces cas avec une attention particulière. Notre détective préféré devait déjà sur le coup et il ne tarderait pas à venir réclamer mon aide, comme il le faisait toujours.

J’avais grand besoin de détente et les Bains Turcs m’avaient semblé être le lieu de prédilection pour cela. De notre vivant, ce lieu était beaucoup plus fréquenté, mais il y avait eu un meurtre ici et les gens n’osaient plus approcher. À croire la tendance au meurtre qui survolait le Titanic en ce moment, bientôt, tout le monde se jetterait à la mer. Bref, comme je savais qu’il n’y aurait pas beaucoup de passager aux Bains Turcs, je n’avais pas attendu le soir pour y venir.

Comme je l’avais deviné, les Bains Turcs étaient déserts à mon arrivée. Me dirigeant directement vers les vestiaires afin d’enfiler une tenue plus approprié à ce lieu, j’avais tout de même jeté un rapide coup d’œil aux installations modernes autour de moi. Bien que la décoration soit très fidèle aux hammams antiques, la présence de bains électriques trahissait les progrès technologiques de notre époque. En pénétrant dans les vestiaires, je m’étais dirigé vers un grand miroir, comme je le faisais toujours, et avais retiré chacun de mes vêtements en regardant mon corps se révéler peu à peu. Si je savais mon apparence plaisante à première vue, je savais aussi qu’une partie de mon corps était plus repoussante et c’était ce qui me complexait. Lorsque mon pantalon toucha le carrelage du sol, je vis mes cuisses et les nombreuses cicatrices blanches qui en recouvraient presque la totalité. Doucement, j’avais enfilé un maillot de bain et avais noué à ma taille une serviette blanche afin de cacher ce que le maillot ne faisait pas. Me souriant dans le miroir, je sorti enfin des vestiaires. Plusieurs choix s’offraient à moi. Je pouvais profiter des bains électriques, de la salle de sudation ou d’une des trois salles aux températures différentes, soit chaude, tempérée et froide. Les bienfaits pour le corps et l’esprit de la sudation étant reconnus, c’est vers cette salle que je m’étais finalement dirigé.

Me laissant tomber sur l’un des bancs de bois qui se trouvaient dans la salle de sudation, après y être entré, j’avais laissé ma tête tomber vers l’arrière, les yeux fermés, et avais poussé un long soupir. Vidant mon esprit de tout questionnement, je me sentais enfin calme et détendu.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité

>
PROFIL
RPG
MessageSujet: Re: « La conscience est la conséquence du renoncement aux pulsions. » [Roderick]   Mer 4 Sep - 0:09

Le Titanic était un paquebot luxueux, et les endroits de luxe, voire de luxure ne manquaient pas: tout le confort et le loisir possibles étaient regroupés sur ce palace flottant. Depuis le naufrage ces lieux semblaient un à un touchés par la même malédiction que les passagers; on ne comptait plus les endroits où s'étaient produits des phénomènes inexpliqués, des drames, voire des meurtres. Comme dans les Bains Turcs où avait eu lieu un meurtre...les bains s'étaient depuis imprégnés d'une ambiance maudite et étaient évités par une grande partie des passagers. La présence du Diable et l'absence d'humains...Aux yeux de Roderick, cela ne pouvait que le pousser à s'y rendre.

Lorsque le prêtre pénétra dans les bains, l'une des deux attentes fut comblée: l'ambiance n'était pas aussi lugubre qu'on pourrait s'y attendre pour un lieu criminel sur un vaisseau hantant les mers, mais au moins l'endroit était bel et bien désert. Roderick passa aux vestiaires, plus soulagé de ce calme et de cette solitude qu'il ne l'aurait admis: assez sociable, il se servait toujours de ses relations à bon escient et pour son plaisir personnel, mais la cohabitation forcée depuis tellement de mois avec les autres passagers lui pesait et renforcer son désir de solitude. Il avait bien besoin des bains turcs pour se détendre et dénouer chacun des muscles qui enduraient cette non-vie...mais pour cela il avait d'autant plus besoin de solitude. En effet, lorsqu'il devait passer un maillot de bain, les marques de son ancienne vie devenaient apparentes; de larges balafres qui lui griffaient tous les deux, et des éraflures plus discrètes subsistaient au niveau des cuisses, marques de punitions médiévales infligées à son corps défendant durant des années. Elles ne partiraient plus.

Elles ne faisaient presque plus mal, avec le temps, même si elles brûlaient de temps à autres, comme une réminiscence de ses péchés toujours plus grands, mais Roderick ne s'y habituait pas pourtant. Elles étaient toujours présentes, dans son dos et il ne tenait pas à les expliquer. A leur époque, on portait rarement des marques de fouet, et le prêtre n'avait aucune envie de s'appesantir sur leur cause, au contraire. Il voulait oublier, malgré les cauchemars qui restaient. Les bains étaient déserts, il était seul et personne n'était là à reluquer son dos. L'eau chaude du bain dans lequel il s'était immergé à son arrivée finissait d'apaiser le suppôt du diable lorsqu'un bruit vint troubler sa délicieuse torpeur. Oh, un bruit léger, mais indéniable: il n'était plus seul et son compagnon n'était pas un fantôme.

Silencieusement, Roderick se hissa hors du bain, juste à temps pour voir un homme entrer dans la salle de sudation. Un bel homme. Même s'il ne l'avait qu'entrevu furtivement cette fois-ci, Roderick le reconnut : le psychiatre. Un bel homme qui se mêlait de soulager la conscience des pauvres passagers... Evidemment, il en avait entendu parler, l'avait déjà aperçu... et cela avait été assez pour titiller sa curiosité, et même plus. Passant sa serviette autour de sa taille, Roderick le suivit avec un petit retard. Il attendit quelques instants, de l'autre côté de la porte close, dans un silence des plus absolus pour donner le temps à l'autre homme de s'installer, de se détendre, et ne surtout pas donner l'impression d'avoir couru à sa suite. Après un moment, Roderick poussa la porte pour y trouver le docteur Forestier assis sur un banc, dans une apparence de calme et d'abandon total. Roderick s'autorisa le petit plaisir de laisser son regard errer sur le corps de l'homme presque nu qui se trouvait en face de lui avant sortir de l'encadrement de la porte; il s'avança dans la pièce, s'approchant du banc de l'individu tout en interrogeant avec courtoisie :

«- Vous permettez ? »



[HJ: Toutes mes excuses pour le temps de réponse >.< ]
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité

>
PROFIL
RPG
MessageSujet: Re: « La conscience est la conséquence du renoncement aux pulsions. » [Roderick]   Mer 23 Oct - 16:40


«- Vous permettez ? »

Aussitôt ces mots prononcés, j'avais rapidement tiré sur ma serviette blanche afin de recouvrir les cicatrices de mes cuisses, par instinct, avant même d'avoir ouvert les yeux vers mon nouveau compagnon de détente. Je ne l'avais pas entendu ouvrir la porte et déjà, je me demandais depuis combien de temps il était là et s'il avait vu mes cicatrices avant que je m'aperçoive de sa présence. Scrutant le visage de l'homme, je reconnus finalement le prêtre Roderick G. MacServan. Cet homme d'Église n'avait rien à voir avec ces vieux curé de campagne au ventre gras et sans couleurs. Non, Roderick était jeune et possédait un charisme magnétique et la rumeur voulait qu'il ne soit pas tout à fait le prêtre modèle, mais puisque c'était des racontars, je n'y portais aucune attention. Avant de me faire une opinion sur une personne, je devais le rencontrer, établir un contact avec celle-ci et découvrir les secrets de son esprit. C'était une qualité de marque dans le métier que j'avais exercé toute ma vie et pour cette passion qu'était l'esprit humain.

Quoi qu'il en soit, Roderick incarnait, à mes yeux, la voie qui mène au Seigneur et je savais que plus que bien des gens, j'avais besoin qu'un interprète de la volonté divine me confirme qu'un jour, Dieu allait me pardonner mes pêcher. Vous trouvez peut-être étrange qu'un homme de science, qui sait que l'homme est l'esclave de son esprit et des maux dont celui-ci peut souffrir, pouvait accorder autant d'importance à la croyance religieuse. En réalité, j'avais toujours cru à quelque chose, sans pour autant y mettre un nom et je faisais confiance à la vie et au destin, mais depuis que nous étions morts et que le Titanic était notre lieux de repos éternel, les questions se bousculaient dans mon esprit. Certains passagers s'étaient confiés à moi, se torturant avec ces questions qui demeuraient sans réponses et même si je savais qu'un prêtre ne connaissait peut-être pas les réponses, son savoir et ses belles paroles pouvaient les apaiser, m'apaiser moi-même. Après tout, Dieu, s'il existait réellement, avait laissé l'un de ses enfants périr sur le Titanic et n'avait toujours pas réclamé son âme auprès de lui...Les rumeurs étaient peut-être fondées après tout...

Détournant mon regard du visage sans défauts de Roderick, mes yeux parcoururent la salle de sudation dans laquelle je prenais place. Elle était suffisamment spacieuse pour accueillir de nombreux passagers alors il aurait été ridicule de refuser la présence du prêtre ou de me défiler en quittant ces lieux. Après tout, je n'avais pas peur des gens, au contraire, c'est simplement que je n'étais pas à l'aise avec mon corps et les marques de mon passé. Je ne voulais surtout pas éveiller la curiosité et que l'on me pose des questions auxquelles je ne voudrais pas répondre ou encore pire, auxquelles j'oserais répondre des mensonges. Regardant à nouveau l'homme qui s'était approché du banc sur lequel je prenais place, je lui souris enfin.

« Pardonnez-moi mon manque de courtoisie mon Père, je croyais être seul à braver les fantômes des Bains Turcs afin de me détendre. »
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité

>
PROFIL
RPG
MessageSujet: Re: « La conscience est la conséquence du renoncement aux pulsions. » [Roderick]   Ven 8 Nov - 13:25

Ne fais pas à autrui ce que tu ne veux pas que l'on te fasse : un commandement très sain qui aidait aux bonnes mœurs et à la vie en communauté. Conseil que Roderick piétinait allègrement : il était venu chercher la tranquillité et la solitude, et venait, intentionnellement, troubler la paix de la personne qui partageait avec lui ces lieux désertés. Quelques instants auparavant, l'expression de Louis avait été détendue, les yeux clos et offert aux regards ( voyeurs ). Ce n'était plus le cas alors qu'il tirait sur sa serviette et rouvrait les yeux pour les poser sur le prêtre. Roderick soutient son regard, sans paraître remarquer quoique ce soit. Oui, il avait eu le temps de voir les cicatrices de l'homme, mais ce n'était pas le genre de chose qui l'arrêtait. Il en avait assez pour son compte pour savoir que, la seule chose qu'un corps marqué signifiait, c'était une personnalité intéressante. Surtout quand le reste du corps était aussi séduisant que celui du psychiatre.

Roderick demande brièvement ce que l'homme savait de lui. On ne cache pas une réputation ni un mode vie tel que le sien durant aussi longtemps, même s'il avait essayé de se cacher...Et il ne l'avait pas fait. Il n'était pas un prêtre modèle, et alors? Dieu les avait bien abandonné ici, après tout. Beaucoup le voyaient comme son dernier émissaire, comme celui qui leur permettrait de retrouver la voie du Seigneur, de comprendre ses volontés impénétrables.
Il était censé leur apporter paix et réponses. Ennuyeux au possible. Qu'il leur pardonne leurs péchés pour qu'ils en commettent d'autres Déjà mieux. Mais son vis-à-vis était psychiatre. Sans doute se moquait-il de ce genre de considération ? Pourtant, comme Roderick il avait un accès tout particulier à l'intimité des autres. L'un appelait ça âme et paroissiens, l'autre esprit et patients, c'était la seule différence. Ils voyaient tous deux les péchés et défauts exposés au grand jour. Le prêtre s'en repaissait.

Au sourire de l'homme, Roderick s'approcha et vint s'asseoir sur le banc, à distance raisonnable. Envahir tout de go l'espace physique crée immédiatement la méfiance. Il y a une distance à respecter pour permettre le dialogue, les confidences... et la confiance qui mène à la manipulation. On peut toujours se rapprocher par la suite. « Pardonnez-moi mon manque de courtoisie mon Père, je croyais être seul à braver les fantômes des Bains Turcs afin de me détendre. » Un sourire naquit sur les lèvres du prêtre qui secoua vivement la tête :

« - Vous êtes pardonné. Je peux comprendre, si je suis venu dans cet espace hanté, c'est bien pour profiter d'une certaine solitude avec moi-même, et Dieu. »

Dieu. Roderick l'oubliait toujours lui, mais si vous répétez ce mot assez régulièrement, les gens vous pensent nécessairement vertueux . Il eut un geste d'excuse, de dénégation alors que son regard se rivait à celui de Louis.

« - Si vous le voulez, je peux vous laisser. Je ne vous importunerais pas, mais j'ai simplement pensé que se trouver chacun à une extrémité de ces bains était ridicule. On pourrait se faire assassiner sans que l'autre s'en aperçoive. »

Et vous m'intéressez plus que mes pensées. Roderick avait eu le temps de cogiter, dans sa cellule monacale. Trop cogiter, trop méditer, cela n'a pour conséquence que de vous rendre fous et de vous mettre face à vos propres démons. Il aimait toujours la solitude, mais ce psychiatre couvert de cicatrices l'intriguait. Leurs chemins ne s'étaient pas encore véritablement croisés, même si Louis l'avait appelé prêtre. Il avait entendu parler de lui alors ? Que ce soit en bien ou en mal, cela voulait dire qu'il s'était intéressé à lui. Intéressant.

« -Vous me connaissez, vous avez une longueur d'avance sur moi. »

Pieux mensonge ? D'accord, mensonge tout court, mais Roderick était talentueux pour se glisser dans la peau de l'agneau innocent.

Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité

>
PROFIL
RPG
MessageSujet: Re: « La conscience est la conséquence du renoncement aux pulsions. » [Roderick]   Mar 18 Mar - 18:34


    L’homme qui se trouvait maintenant à mes côtés faisait partie de cette catégorie d’hommes desquels il nous est impossible de détourner le regard. Ses traits étaient beaux et son corps était vigoureux. L’aura spirituelle qui entourait son être lui donnait un côté mystérieux et chaste alors que sa personne dégageait une toute autre énergie. Je ne me sentais pas totalement à l’aise en sa présence et pourtant, j’étais persuadé que sa présence me serait agréable. J’avais tant d’interrogations auxquelles il pourrait apporter une lumière différente.

    « - Vous êtes pardonné. Je peux comprendre, si je suis venu dans cet espace hanté, c'est bien pour profiter d'une certaine solitude avec moi-même, et Dieu. »

    Roderick avait souhaité se retrouver seul avec lui-même et Dieu et j’avais souhaité me retrouver seul avec moi-même et mon esprit. Nous étions deux solitaires qui devaient maintenant partager un moment intime ensemble. Pendant un bref instant, je fus tenté de me proposer de quitter la salle de sudation, laissant le cet homme d’Église seul à sa méditation, mais le regard que me lançait Roderick me fascinait et je ne voulais pas réellement partir.

    « - Si vous le voulez, je peux vous laisser. Je ne vous importunerais pas, mais j'ai simplement pensé que se trouver chacun à une extrémité de ces bains était ridicule. On pourrait se faire assassiner sans que l'autre s'en aperçoive. »

    À ces paroles du prêtre, je ne pus retenir un petit rire. « Je ne désire pas votre retrait, au contraire, je crois que je pourrais même bénéficier de votre présence. Dieu a depuis longtemps oublié mon existence et j’espère que vous pourrez lui glisser un ou deux bons mots à mon sujet. Le meurtrier qui a élu les Bains Turcs comme son terrain de jeu n’osera pas s’attaquer à deux hommes tels que nous. » Avais-je alors dit à Roderick en souriant. Je n’avais pas peur de me faire attaquer puisque personne ne pouvait me vouloir réellement du mal à bord de ce navire et je ne me considérais pas comme une victime potentielle. J’étais bien bâti et je connaissais mes forces.

    « -Vous me connaissez, vous avez une longueur d'avance sur moi. »

    En effet, je connaissais le prêtre de réputation et non personnellement. Après tout, je m’étais intéressé à beaucoup de passagers depuis le naufrage du Titanic et un homme intelligent comme Roderick, aux connaissances considérables avait bien entendu attiré mon attention. De plus, les rumeurs qui circulaient à son sujet m’intriguaient même si je ne souhaitais pas les croire. Je devais discuter avec le prêtre pour me faire une idée du personnage, mais une partie de moi espérait presque ces rumeurs soient fondées. Après tout, je n’avais pas envie de discuter avec un prêtre ennuyeux et Roderick avait l’apparence de tout sauf de cela.

    « Ma profession a toujours été d’en savoir plus sur mes patients que ce qu’ils croyaient savoir. Je ne vous considère pas comme l’un de mes patients, soyez sans crainte, mais depuis le naufrage, je m’intéresse aux passagers du Titanic et à ce qui nous arrive à tous. » Marquant une pause, je me levai pour étirer le bras vers le prêtre, lui tendant la main afin de me présenter convenablement puisque ce dernier ne semblait pas me connaitre. « Louis Forestier, je suis psychiatre. Je voyage en seconde classe et ne me mêle pas réellement aux divers évènements offerts sur le navire. Je suis un éternelle solitaire qui préfère consacrer tout son temps à sa discipline plutôt qu’à participer aux potins. » Souriant au prêtre, je me rassis sur le banc de bois, prenant grand soin de replacer la serviette blanche sur mes cuisses.

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



>
PROFIL
RPG
MessageSujet: Re: « La conscience est la conséquence du renoncement aux pulsions. » [Roderick]   

Revenir en haut Aller en bas
 

« La conscience est la conséquence du renoncement aux pulsions. » [Roderick]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les lendemains qui déchantent – Plus de paperasse, moins de houblon [PV Harnyll]
» Le webmaster de Fillon a des pulsions staliniennes
» I need you to help me. [Jude & Kaylee]
» Roderick Arthur Wembley

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GHOSTS OF THE ABYSS ♛ :: Archive RP-