AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | .
 

 Le plus dur est d'avoir à oublier quand on veut aimer -[HELOISE & JACK]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

Invité

Invité

>
PROFIL
RPG
MessageSujet: Re: Le plus dur est d'avoir à oublier quand on veut aimer -[HELOISE & JACK]   Dim 8 Sep - 19:19


La vérité est plus dure à

dire que le mensonge


Héloïse était totalement furieuse. Elle ne comprenait plus la réaction de Jack. Décidément il ne savait vraiment pas ce qu’il voulait ! Après une année d’absence, il revenait comme une fleur pour lui dire qu’il l’aimait et qu’il désirait la reconquérir. Elle ne l’avait jamais vu aussi déterminé, aussi sûr de lui. L’essence même des Cooper se faisait sentir dans ses veines. Elle revenait même vers lui pour enfin lui parler de sa vie, de son passé. Elle lui avait ouvert son cœur et elle lui avait dévoilé les pires aspects de sa personnalités, son meurtre, sa soif de vengeance. Elle s’était mise à nu pour regagner sa confiance.
Et voilà qu’il abandonnait tout, qu’il s’en allait en baissant les bras après même pas quelques semaines depuis le soir de la tempête. Ne comptait-elle pas alors ? Il osait donner son absolution pour qu’elle vive son histoire d’amour avec Peter ? N’avait-il aucun honneur ? Elle était rouge de colère, blessée et déchirée intérieurement. Il n’était qu’un misérable, mais un misérable qu’elle aimait plus que tout et c’était bien ce qu’elle ne supportait pas. Elle aurait presque voulu lui hurler au visage que Peter était son fiancé pour essayer de l’ébranler un peu de manière à susciter sa colère, sa jalousie et son combattivité. Elle voulait le toucher un plus profond de lui-même. Allait-il enfin se retourner bon sang ?! Elle venait pourtant de le traiter d’être une salle imbécile. Son cri résonnait encore dans toute la cale tant qu’elle était furieuse.
Puis elle s’était jetée sur lui. La gifle qu’elle lui avait assénée l’avait particulièrement contentée. Elle avait déversé toute sa rage dans ses paroles, faisant parler sa souffrance, mais surtout en faisant parler son cœur. Elle l’aimait ! Elle l’aimait et cet imbécile la faisait souffrir en voulant une fois de plus se dérober. C’était une terrible histoire de « fuis-moi, je te suis, suis-moi, je te fuis » et cette fois-ci c’était son tour de lui courir après. Et pour l’heure, elle le secouait comme un vulgaire pommier, bien que ses forces ne réussissent pas vraiment à faire bouger Jack d’un poil. Elle ne souvenait pas avoir été autant en colère que cette fois-ci. Si elle avait pu continuer de le gifler, elle aurait certainement pu continuer sans s’en lasser. Mais elle savait qu’il ne se laisserait pas faire indéfiniment. C’était déjà un miracle qu’il n’ait pas répliqué à son premier coup.
Il avait soudain arrêté de le secouer et elle avait relevé les yeux vers le visage complètement hébété du blond. Ses yeux étaient écarquillés de stupéfaction, et si ses joues n’étaient pas déjà rouge de colère, elles auraient certainement été colorées par la gêne. Que pouvait-il bien penser ? Qu’est-ce qui se passait dans sa tête ? Pourquoi ne répondait-il pas ? Héloïse allait de nouveau faire mauvais parti de sa chemise et le sommer à dire enfin quelque chose lorsqu’il murmura son prénom. Sans qu’elle ne s’explique pourquoi, ce simple mot que ses lèvres avaient formé l’avait pétrifié sur place. Elle avait senti un frisson glacé parcourir son échine et tous ses muscles s’étaient immobilisés. Ses paupières étaient grandes ouvertes, observant le blond avec le plus étonnement.
Soudain, sans qu’elle ne puisse esquisser un geste, Jack emprisonna le visage d’Héloïse entre ses mains et il l’embrassa passionnément. Elle en resta littéralement pétrifiée, ne sachant comment réagir. Elle ne songea même pas à le repousser. Elle était plutôt transportée par tout l’amour que le jeune homme déversait dans son baiser, mêlé d’une passion folle, comme si ça avait dû être leur dernier baiser. Comme s’ils n’allaient plus jamais se revoir. Un ultime baiser avant la condamnation. Elle apprécia néanmoins ce contact qui lui avait tant manqué, ces lèvres qu’elle avait tant adorées embrasser par le passé. Elles les adoraient toujours.
Finalement ce fut Jack qui mit fin à leur baiser et il éloigna lentement son visage du sien. Puis leurs regards se mêlèrent. L’expression d’Héloïse fut tellement stupéfaite qu’elle sentit immédiatement la gêne naître dans l’esprit du jeune homme.
Elle était dans un tel état de torpeur qu’elle ne répliqua pas lorsque Jack s’excusa pour son comportement. Elle recula de quelques pas, ne parvenant à détacher son regard médusé du jeune homme. Son épaule buta soudain contre une voiture, manquant de lui faire perdre l’équilibre. Elle se rattrapa maladroitement.

« Je… » commença-t-elle d’une voix penaude.

Mais elle ne savait même pas ce qu’elle voulait dire. Elle était complètement perturbée par ce qu’il venait de se passer il y a quelques secondes. Elle tourna bien vite les talons, pétrie de honte et de gêne. Elle s’élança vers la sortie en courant, tenta d’ouvrir la porte avec empressement, oubliant qu’elle était verrouillée. Puis elle la déverrouilla enfin et partit en courant, ne se retournant même pas, de peur d’affronter le regard de Jack.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité

>
PROFIL
RPG
MessageSujet: Re: Le plus dur est d'avoir à oublier quand on veut aimer -[HELOISE & JACK]   Mar 10 Sep - 9:12

Le souffle court fixait la jeune femme, interdit. Il avait cédé à cette envie le tenaillant depuis tant de temps. Il avait souvent rêvé de ce moment qu'il partagerait rien que tous les deux. Et puis, son songe avait été bien loin de ce qu'il s'était imaginé. Le baiser avait été fort, intense et passionné et empli de tant d'amour qu'il était même difficile de se demander comment tant de haine, de pleurs avaient pu s'immiscer dans leur couple. Une personne ne connaissant leur passé les aurait regardé ainsi n'aurait pu imaginer tant de problèmes dans leur histoire, rien ne laissait présager autant d'eau dans le gaz. Et puis, les paroles de la jeune femme avait littéralement envoûté Jack qui était redevenu l'homme fort qu'il était. La confiance lui était revenue. Il était fou de voir combien la blonde avait une emprise sur le blond. En une fraction de seconde, elle était capable de le faire s'écrouler et de le relever en si peu de temps. Elle était véritablement la femme le complétant. Il avait besoin d'elle et ce baiser tant désiré laissait ressurgir cette sensation de manque tant éprouvé durant cette année. Désormais qu'il avait goutté à nouveau à cette délicieuse sensation du passé, il savait qu'il ne pourrait plus jamais s'en passer. Elle agissait sur lui comme une drogue et tel un toxicomane, il avait besoin de sa dose habituelle.

C'est pourtant lui même qui avait mis fin au baiser. La gêne l'avait enveloppé au moment ou il ne s'y attendait guère. Pour une raison obscure qu'il ignorait, il était devenu confus d'avoir ainsi pris possession de ses lèvres désirées. Craignant un courroux dans la tornade blonde, il s'était excusé d'un air penaud, rouge de honte. Il s'attendait même à recevoir une gifle encore une fois. En 1912, embrasser une femme ainsi pouvait faire scandale. Et puis, tant d'eaux avaient coulé que Jack n'était plus certain de comment elle pouvait réagir. Après tout, ce maudit Peter était bien capable de lui avoir inculper des manières de bourgeois. Certes, elle avait été autrefois une Comtesse et elle devait certainement déjà les connaître mais ce bougre pouvait lui avoir très bien rafraîchi la mémoire.
Au lieu d'un énervement auquel Jack s'attendait, la jeune femme semblait plutôt surprise et gênée également. Ce baiser l'avait elle tant désiré que Jack? Le jeune homme l'ignorait et aurait bien aimé le savoir... Ou peut être pas... Et si elle ne l'avait pas apprécié? La gorgée soudain sèche, le jeune homme n'arrivait à émettre d'autres mots afin de rompre ce silence. Héloise balbutia un mot mais sembla dans le même cas que le blondinet. Et elle prit la fuite.

Naturellement, cela devait se passer ainsi et pour une fois, Jack en était soulagé. Il n'y avait pas eu de gifle, de courroux juste la même gêne que lui. Ainsi elle était sans doute dans la même situation que lui: elle avait apprécié cette étreinte passionnée mais le rêve s'était tellement enlisé dans leurs disputes qu'il n'était devenu qu'un songe irréalisable. Restant debout, Jack l'entendit déverrouiller la porte et quitter la cale des automobiles. Au moment ou la porte claqua pour se refermer, le jeune homme releva enfin la tête. Son expression était indéchiffrable.

Et petit à petit... Un sourire finit par s'étirer sur ses lèvres. Quand il eut atteint la lisière de ses oreilles, Jack se mît soudain à rire. Non, Jack Cooper, tu ne rêvais pas! Vous vous étiez embrassés, fougueusement, avec une passion dévorante. Oui, elle t'avait avoué qu'elle t'aimait et que Peter ne sera jamais dans son cœur comme tu t'étais ancré dans le sien.
Et le jeune homme riait tant il était heureux de ce qui venait de se produire. Jusqu'à ce qu'il s'arrête, interdit.

" Et comment je vais me comporter la prochaine fois que je la verrais? " songea t-il. Oui, bonne question. Et à l'instant même ou ce doute vint dans sa tête, il s'imagina croiser la jeune femme... Jack se mît à rougir, cette tâche allait lui paraître insurmontable, comment devait-il se comporter? Comme l'élu de son cœur, comme un ami? Perplexe, le jeune homme cherchait une manière de l'aborder mais toutes lui semblaient ridicules et impossibles. Jack se passa une main dans les cheveux embarrassé. Il fallait qu'il trouve une solution à cela, il ne pouvait s'arrêter en si bon chemin.
Lentement, le blondinet retourna dans la voiture ou une fois arrivé, il s'installa à l'endroit ou il avait été précédemment. Il ferma les yeux se remémorant la scène et sourit. Elle avait été si proche de lui. Bientôt, il arriverait à la reconquérir totalement et elle sera à nouveau sienne. Bientôt..
Il suffisait de quelques jours, Jack était loin de se douter qu'il se réveillerait dans les bras d'Heloise un soir d'été, dans le fumoir des premières classes...




F.I.N
Revenir en haut Aller en bas
 

Le plus dur est d'avoir à oublier quand on veut aimer -[HELOISE & JACK]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Il est difficile de dire adieu lorsqu'on veut rester, compliqué de rire lorsqu'on veut pleurer, mais le plus terrible est de devoir oublier lorsqu'on veut aimer. [feat Simba ♥]
» [Astuce] Le pokéradar !
» ♦ Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]
» [probleme réglé] Apres avoir formaté mon ordi...
» Prendre furtivement sa main, Oublier un peu les copains...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GHOSTS OF THE ABYSS ♛ :: Archive RP-