AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | .
 

 " Ce qui rend les amitiés indissolubles et double leur charme est un sentiment qui manque à l'amour : la certitude. "

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

Invité

>
PROFIL
RPG
MessageSujet: " Ce qui rend les amitiés indissolubles et double leur charme est un sentiment qui manque à l'amour : la certitude. "   Lun 13 Mai - 16:59


" Ce qui rend les amitiés

indissolubles et double leur charme


est un sentiment qui manque à l'amour :


la certitude. "


Honoré de Balzac


Jack se trouvait devant une porte de cabine blanche frappe aux armoiries du Titanic. Les passagers se trouvant dans le même couloir ne cessait de le dévisager comme s'il était un monstre particulièrement repoussant, ce que le jeune homme tachait d'ignorer bien qu'il était dans la partie des Premières classes. Sachant pertinemment qu'il n'avait pas sa place ici même, le blondinet avait tout de même tenu à s'y rendre et ce, afin de rendre visite à une personne qui lui était devenue chère : il s'agissait de Ambre.
En effet, il s'était passé un jour depuis ce fameux soir de tempête ou il avait éloigné cet homme de la jeune aveugle. En guise de remerciement, la rousse l'avait congédié brutalement, le sommant de ne plus lui parler. Abasourdi et un peu vexé, le jeune homme n'avait pas pensé immédiatement à essayer de comprendre ce qu'elle tentait de lui cacher. Car il y avait forcément une raison à ce qu'elle défende cet homme qui avait pourtant fait apparaître une expression de terreur sur le visage de l'aveugle lorsque ce dernier s'était penché sur elle. Tant de questions qui étaient, pour le moment, sans réponses. Le lendemain de ce soir de tempête, le jeune homme avait voulu oublié la jeune femme, son orgueil de mâle reprenant le dessus. Mais alors qu'il se baladait sur le pont des Troisièmes classes, lieu ou ils s'étaient rencontrés, Jack avait été rongé par le remords et avait donc décidé, coûte que coûte, de réparer les dégâts qu'il avait pu causé. Il lui était tellement redevable de leur conversation, de ses bons conseils et Que jamais, une seule fois, elle ne l'avait jugé pour ses actes odieux envers Heloise. De plus, la jeune femme semblait chérir une personne disparue d'après ce que Jack avait compris. Peut être s'agissait-il de son compagnon qu'elle attendait depuis tellement longtemps. La jeune femme se voilait d'un aura de mystère et de secret auquel le blondinet avait du mal à percer.

Avant d'aller voir Ambre, Jack décida de se rendre à la bibliothèque ou des journaux datant du jour de l'embarquement et du lendemain. Ces revues avaient été déposées lorsque le paquebot s'était arrêté à Cherbourg avant de quitter les côtes irlandaises pour l'Amérique. De nombreuses photos avaient alors été prises montrant les Premières, deuxièmes et Troisièmes classes montant dans le navire. Jack les avait déjà consulté durant cette année car elles avaient été une source de rire et d'amusement pour celui qui reconnaîtrait l'un des passagers. Cela avait été aussi l'objet d'un fou rire entre Jack et sa sœur lorsqu'ils avaient noté le visage tordu et anxieux d'une vieille femme qui s'avèrerait par la suite être la Comtesse. Le jeune homme avait donc été revoir ces photos mais malheureusement pour lui, elle n'avait rien donné. Il avait cru voir Ambre sur l'une d'elle mais le grain de la photo était illisible. De ce fait, Jack perdit espoir de trouver une réponse à ses questions par le biais des images. S'il avait pu reconnaître Ambre en compagnie de cet homme, le jeune homme aurait pu alors avoir une idée de qui était cet inconnu peu recommandable.

Il quitta donc la bibliothèque pour se rendre à la cabine de la jeune chanteuse. Et alors, qu'il s'apprêtait à taper à la porte, il entendit une mélodie provenir de l'intérieur: en l'occurrence, la jeune femme semblait chanter et cela bouleversa le jeune homme qui n'avait jamais entendu pareille chanson, pareille voix aussi puissante que triste et mélancolique. Le temps s'était alors figé tandis que la voix continuait sa litanie envoûtante. Toutefois, l'épaisseur des murs empêchaient d'entendre distinctement les paroles et Jack était avide de les entendre. C'est ainsi qu'il frappa à la porte, le cœur battant, désireux de revoir cette personne si chère à ses yeux.

Et la lumineuse mélodie s'éteignit.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité

>
PROFIL
RPG
MessageSujet: Re: " Ce qui rend les amitiés indissolubles et double leur charme est un sentiment qui manque à l'amour : la certitude. "   Dim 19 Mai - 19:58

L'enfer. Qui disait avoir vécu en enfer ne pouvait connaître l'existence d'Ambre à bord du Titanic. Comment la situation pouvait être pire à cet instant ? Dimitri l'avait quittée pour toujours. Introuvable depuis maintenant une année, l'aveugle avait fini par renoncer et à admettre qu'il lui avait été enlevé pour toujours et qu'elle ne devait très certainement pas le mériter. Elle devait avoir péché, elle n'avait pas dû être méritante aux yeux du Seigneur pour gagner l'absolution et le repos éternel. Dorénavant elle se retrouvait sur le bateau fantôme, lieu de tous les cauchemars où les pires monstres venaient la hanter. Edward était revenu, plus terrifiant et revanchard que jamais. Il était en colère, mais d'une colère maîtrisée, calme et réfléchie qui était la plus redoutable de toutes. Ambre tremblait à la seule pensée de ce qu'il pourrait lui faire subir pour faire regretter à la chanteuse son unique moment de rébellion. Sa petite princesse était devenue une félonne, une traîtresse et une parjure depuis la nuit du naufrage. Elle avait refusé de le suivre à bord des canots, elle avait menacé de le dénoncer à la police pour le meurtre de son frère Swan, celui de Dimitri et pour les années d'exploitation qui lui avait subir. Son succès n'était fondé que sur un ignoble mensonge dont elle avait voulu s'exempter. Et voilà où elle en était aujourd'hui d'une pareille révolte.
Elle savait qu'il lui fallait redevenir la douce et servile Amy qu'Edward et Swan avaient mis des années à construire. Ils avaient créé un personnage et Ambre avait dû l'interpréter et oublier qui elle était réellement. C'est ce qui lui fallait faire aujourd'hui qu'Edward était revenu. Elle allait redevenir sa marionnette, elle se plierait à tout ce qu'il désirerait, elle supporterait tous ses mensonges et elle oublierait l'année qui s'était écoulée sur le Titanic.
Désormais, toutes les connaissances qu'elle avait eu, il faudrait qu'elle les oublie. Il fallait qu'elle se protège et plus que tout, qu'elle protège les autres car la vengeance d'Edward ne se limitait pas à elle seule. Heureusement, Dimitri n'était pas là pour subir son courroux dévastateur.

Pourtant la présence d'Edward l'horrifiait et depuis la tempête, elle n'osait plus sortir de sa cabine de peur de le croiser. Pour l'instant, il ne s'était pas encore manifesté depuis que Jack l'avait fait fuir mais elle savait que c'était pour cultiver la terreur de l'esprit de l'aveugle. Elle était vulnérable et il profiterait de ses faiblesses pour torturer son esprit tourmenté. Il était diaboliquement intelligent et il savait comment faire ployer la pauvre Ambre devant lui. Elle n'était plus qu'un jouet entre ses doigts qu'il pourrait manipuler à sa guise.
La tempête n'avait été que la veille et pourtant, elle avait l'impression que plusieurs jours s'étaient écoulés. Encore une fois, elle se retrouvait seule dans sa chambre plongée dans l'obscurité et dont la porte était fermée à double tour. C'était pourtant une précaution inutile car elle savait qu'il faudrait qu'elle ouvre sans discuter à Edward s'il venait à frapper à sa porte. Elle était redevenue Amy, Ambre n'existait plus tout comme Dimitri. Tout était fini dès à présent. Elle ne se battrait plus. Elle ne lutterait plus. Elle se contenterait d'être cette personne vide qu'elle était autrefois et à jamais. Elle serait seulement là pour chanter.

Ambre se résolvait à cette idée, assise devant sa coiffeuse. Son regard était encore plus perdu que d'ordinaire, inexpressif. Il était vide, son intensité et sans vie. Elle ne bougeait plus et son reflet ne lui renvoyait que l'image d'un pâle fantôme. Seules ses lèvres bougeaient pour chanter. Elle avait renoncé à chanter en français. Rien ne devait la ramener à ses origines, ni à l'Ambre qu'elle était avant. Elle chantait donc en anglais, une langue qu'elle avait dû apprendre malgré elle quand tout à coup quelqu'un frappa à sa porte.
L'aveugle sursauta immédiatement, persuadée qu'il s'agissait d'Edward. Finalement, il n'avait pas mis autant de temps à refaire son apparition. Ambre pensait qu'il aimerait jouer un peu plus longtemps à jouer avec sa petite marionnette. Rassemblant son courage, elle se leva donc de sa chaise, faisant face à une nouvelle vague de vertiges. Son état ne s'était toujours pas amélioré. Elle n'avait toujours pas mangé, elle ne dormait pas non plus et son teint était crayeux, maladif. Elle marcha péniblement jusqu'à la porte de sa cabine qu'elle déverrouilla. Elle attendit quelques courtes secondes avant d'ouvrir la porte.
Ambre attendit ensuite que ce soit Edward qui prenne la parole mais une décharge de frayeur parcourut tout son corps. Ce n'était pas son manager qui se trouvait devant elle. Non. Mais c'était Jack. Immédiatement la frayeur s'empara de tout son être. Quelle folie l'avait mené ici ? Elle avait pourtant été claire, il ne fallait pas qu'il revienne la voir ! Surtout après l'humiliation qu'il avait faite subir à Edward. Si jamais le revenant venait à les surprendre, elle ne donnait pas cher de leur peau à tous les deux. Il fallait qu'il s'en aille.


"Jack pourquoi êtes-vous venu ? Vous n'avez rien à faire ici ! fit-elle d'une voix suffisamment basse pour ne pas alerter les gens qui se trouvaient autour. Sa voix tremblait tellement de peur qu'elle ne parvenait pas à afficher une sévérité désirée pour le faire fuir. Je vous ai déjà dit que je ne voulais plus vous voir. Vous n'auriez jamais dû venir. Je vous en conjure, n'essayez plus de me revoir !

Ses paroles lui brisaient le cœur mais elles étaient nécessaires. Il fallait maintenant que Jack comprenne qu'il ne pourrait plus jamais la voir et qu'il devait l'oublier. Elle allait refermer la porte pour achever de lui faire comprendre qu'il devait partir, malheureusement il bloqua la porte, l'empêchant de fuir cet entretien.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité

>
PROFIL
RPG
MessageSujet: Re: " Ce qui rend les amitiés indissolubles et double leur charme est un sentiment qui manque à l'amour : la certitude. "   Mar 21 Mai - 13:38

La douce voix s'était éteinte ramenant Jack à la réalité dans laquelle il se trouvait. Devant la porte de l'appartement de Ambre, il espérait de tout son coeur voir la porte s'ouvrir et voir ce visage si paisible et si doux. Le jeune homme souhaitait ardemment lui parler, essayer de comprendre un tel rejet alors qu'il venait de tout simplement la délivrer d'une situation plutôt négative. Cet homme émanait des ondes malsaines et ne semblait, en aucun cas, être un ami de la jeune aveugle. Ne serait ce qu'en se rappelant la terreur qui était apparu sur le visage de la chanteuse. Non, cet homme était tout sauf quelqu'un que son amie pouvait apprécier. Pendant qu'il entendait, le silence avait pris sa place non sans être masqué par des bruits de remue ménage provenant de l'intérieur. Sans doute était elle en train de trouver ses repères pour arriver à la porte d'entrée...
Triste, le Troisième Classe songea à cette vue qui lui manquait. Il ne pouvait s'imaginer vivre sans voir le monde de ses propres yeux mis à part le néant et la noirceur. Il s'apercevait qu'étant aveugle, il n'aurait jamais pu voir le visage d'Héloise, ses yeux mutins. Tout comme, aveugle, il n'aurait jamais pu observer la bonté dont Ambre pouvait faire preuve ne serait ce que par les expressions de son visage.

La porte s'ouvrit alors dans un grincement presque macabre pour faire place à la jeune femme. Elle était d'une pâleur à faire peur, les yeux cernés par un manque certain de sommeil. Elle semblait encore plus mal que lors de leur rencontre d'il y a quelques jours désormais. C'était comme si, depuis l'arrivée de cet inconnu, elle avait perdu le semblant de vie qui lui restait. Certes, si elle mourait, elle se réveillerait le lendemain mais l'état dans lequel elle apparaissait ne présageait, nullement, une joie de vivre dont faisait preuve les autres passagers. Jack en fut attristé mais il se reprit et dit d'une voix douce en ayant l'espoir que cette visite ferait plaisir à la jeune femme rousse:

" Bonjour Ambre, c'est Jack. " Mais il n'eut l'occasion de pouvoir en dire plus car son visage se recouvrit d'une intense frayeur tandis qu'elle bredouillait à voix basse:

" Jack, pourquoi êtes vous venus? Vous n'avez rien à faire ici! Je vous ai déjà dit que je ne voulais plus vous voir. Vous n'auriez jamais du venir. Je vous en conjure, n'essayez plus de me revoir! " Dit elle tout en essayant de fermer la porte. Mais cette dernière était si lourde et la jeune femme si faible qu'elle eut presque du mal à la refermer. Ce fut suffisant pour Jack. Il bloqua de son pied la porte le coeur broyé par ses paroles si dures. Mais il devait rester et comprendre: savoir pourquoi cette femme si réceptive à lui parler, à l'écouter s'était, soudain, refermée sur elle même, comme un huitre. Que cachait-elle? Jack n'était pas un homme avide de curiosité mais il avait toujours voulu avoir des réponses à ses questions quand celles ci le concernaient. De même, il était têtu comme une mule, aussi un unique claquement de porte devant son nez ne pourrait suffire à étancher sa soif de savoir. Bloquant ainsi la porte, il s'approcha d'Ambre tout en froncant les sourcils. Puis, il ajouta:

" Ambre, laissez moi parler avec vous. Comment une personne en l'espace de quelques heures peut changer de comportement. Comment cette personne si bienveillante et aidante peut tout d'un coup devenir une lionne qui essaye de me refermer la porte au nez sans même me remercier de l'avoir aidé dans une situation ou vous étiez morte de peur? "
Joignant la parole aux gestes, il mit sa main sur la poignée extérieure afin de la bloquer totalement. Il n'avait même pas besoin de forcer tant la faiblesse de son amie était grande. De même, il ajouta avant qu'elle puisse dire quelque chose: " Ambre, dites moi ce qui ne va pas... Je viens vous aider mais vous me congédiez sans crier gare alors que cet homme vous terrorisait. Qui est il? Il faut me le dire... Car si vous ne le faites, je suis capable d'aller le retrouver et d'y trouver mes réponses.

D'un geste tendre et rempli d'affection, Jack mit sa main encore libre sur le bras de la jeune femme. Il ne voulait pas lui faire peur ou la froisser. Il souhaitait simplement retrouver cette femme si gentille dont il avait eu un véritable coup de coeur. Le jeune homme avait tous les défauts du monde mais une chose était sûre: une fois qu'il donnait son amitié, il restait toujours présent pour la personne même quand cette dernière ne quémanderait pas son aide. Aussi, se permit-il de dire afin de convaincre la jeune femme de laisser entrer:

" Si je suis là, c'est parce que je désire vraiment être votre ami, alors, s'il vous plait, ne vous fermez pas à moi et expliquez moi ce que je dois savoir par rapport à vos réactions....
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité

>
PROFIL
RPG
MessageSujet: Re: " Ce qui rend les amitiés indissolubles et double leur charme est un sentiment qui manque à l'amour : la certitude. "   Mar 21 Mai - 20:42

Ambre était tout simplement horrifiée. Quelle folie avait mené les pas de Jack jusqu'ici ? Comprenait-il seulement le danger que représentait son geste ? Bien évidemment non. Comment aurait-il pu savoir mais elle avait naïvement espéré qu'il en resterait là, que le rejet et l'ingratitude de la première classe le vexerait suffisamment pour qu'il mette un terme à leurs entrevues. Les hommes étaient pourtant des êtres fiers qui n'acceptaient que rarement de se faire ainsi repousser par une femme alors qu'ils se jettent bravement à leur secours, tels des chevaliers servants. Mais Jack ne semblait définitivement pas comme ça. Et s'il y a quelques jours elle aurait trouvé ce comportement admirable, aujourd'hui elle ne pouvait pas en dire autant. Elle aurait certainement préféré qu'il lui tienne rigueur d'un pareil traitement ou encore qu'il la déteste, ne voulant même plus lui adresser la parole. Oui, toutes ses possibilités, bien que déchirant le cœur de l'aveugle, étaient bien plus souhaitables qu'un retour en force du jeune homme. Comment allait bien pouvoir faire pour l'éloigner d'elle et surtout de l'ombre menaçante d'Edward ? Elle ne désirait pas le mêler à tout ça. Il venait tout juste de reprendre espoir, pourquoi le jeter à nouveau dans une histoire qui le dépassait totalement et qui mettait son existence en péril ?
Non, il valait mieux qu'l retrouve la femme de sa vie et qu'il laisse Ambre dans sa situation. Après tout, c'était sa vie désormais. La vie qu'elle avait eu autrefois.

Une fois de plus, l'aveugle dut se montrer ferme même si la frayeur après prit le dessus et que la conviction n'y était pas. Une partie de son cœur lui criait qu'elle devait tout raconter à Jack. Dimitri n'était plus là. Elle avait besoin de quelqu'un pour la secourir. Elle savait qu'elle ne pourrait pas tenir très longtemps dans cette situation comme elle l'avait fait par le passé. Cependant, la part raisonnée de son esprit l'astreignait à se taire et à éloigner le troisième classe de cette histoire, aussi affreuse que macabre. La fatigue et la maladie la rendait faible, vulnérable et elle avait peur de céder face à l'entêtement de Jack. Il était certainement venu ici, fourmillant de questions pour l'aveugle dont il voulait des réponses. Malheureusement, il allait sans doute se confronter à un épais mur de mensonges. Elle ne pouvait prendre le risque de tout lui révéler. C'était son fardeau, pas le sien. Et si Ambre avait vivre pendant plus de dix années de cette manière sans rien dire, elle pourrait bien tenir une éternité de plus jusqu'à ce que ce cauchemar prenne fin une bonne fois pour toute.

Ambre était prête à fermer la porte. La masse de la porte semblait avoir triplée. Était-elle devenue si faible ? Toutefois, Jack profita de cet instant pour bloquer la porte avec son pied, empêchant l'aveugle de s'enfermer dans sa cabine. Dieu, pourquoi était-il aussi têtu ? Était-il si en colère contre elle pour la pourchasser de la sorte ?
La panique s'empara de son esprit et le geste du jeune homme lui arracha une exclamation. Elle voulait plus que tout au monde mettre un terme à cet entretient. Ils étaient bien trop exposés et si Edward venait tout à coup dans le couloir ? Il verrait Jack et Ambre. Le blond signait son arrêt de mort car il ne se laisserait pas surprendre deux fois. Certes le jeune homme était déjà mort mais Ambre ne pourrait supporter une mort de plus. Elle préférait perdre Jack comme ami plutôt que de lui faire vivre une chose pareille.

Les paroles de Jack lui fendirent le cœur. Comment allait-elle réussir à se justifier ? Était-elle prête à repousser une nouvelle fois une personne qui voulait la comprendre et peut-être même lui venir en aide ? Le blond pourrait certainement avoir plus de poids face à Edward que Mary-Ann et pourtant... elle ne pouvait s'y résoudre.
Qui était Edward ? Comment lui dire la vérité ? Elle ne pouvait pas ? Puis comment réagirait-il en apprenant le monstre qu'il était ?
Puis soudain, Jack prononça des paroles qui glacèrent le sang de l'aveugle. Aller voir Edward ? Cet homme était-il définitivement dénué de raison ? Ambre ne pouvait imaginer pire situation qu'une discussion entre les deux hommes.
Le temps était désormais à sa parole et elle devait trouver les mots pour arranger la situation. C'était de sa faute si elle en était là aujourd'hui et elle devait réparer ses erreurs.
Prenant son courage à deux mains, elle attrapa la main que Jack avait tendrement posé sur son bras. Elle l'attira à lui, de sorte qu'il entre dans la cabine avec elle. Ensuite, elle referma immédiatement la porte, la verrouillant à double tour. Il ne fallait surtout pas qu'Edward entre dans la pièce tandis qu'ils discutaient, toutefois, Ambre était déterminée à écourter leur conversation.


"Jack j'ignore ce qui vous a permis de penser que notre rencontre avait éclos sur une relation amicale mais je me dois de rectifier cette impression, fit Ambre en se tournant à présent vers Jack. Nous avons en effet échangé ensemble mais je ne peux affirmer vos propos. Nous ne sommes pas de la même classe, nous sommes bien trop différents l'un de l'autre et une telle amitié pourrait être mal-venue."

Ambre aurait bien voulu se couper la langue plutôt que de proférer des horreurs pareilles. L'écart des classes ? Quelle sottise ! Mais elle ne pouvait s'empêcher d'espérer qu'il y croirait. Comme il allait la haïr après ses propos.

"Quant à ce qu'il s'est passé lors de la tempête, vous avez malheureusement fait une terrible erreur de jugement. Je ne pouvais vous féliciter pour avoir agressé un homme qui ne méritait pas un tel traitement. Ce que vous avez pris pour de la frayeur n'était rien d'autre que de la surprise car j'étais étonnée de retrouver mon manager que j'avais perdu lors du naufrage. Et je vous prierai de ne plus le toucher et de mesurer élans chevaleresques désormais. Edward a été indulgent cette fois-ci mais sachez que sa patience rencontre tout de même des limites qu'il ne faut pas franchir."

[Désolée d'être aussi méchante mais c'est pour le bien de Jack hein ^^"]
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité

>
PROFIL
RPG
MessageSujet: Re: " Ce qui rend les amitiés indissolubles et double leur charme est un sentiment qui manque à l'amour : la certitude. "   Sam 25 Mai - 23:00

Le cœur battant, Jack fixait le regard de la jeune aveugle dont les yeux hagards avaient en l'instant même une expression de terreur et de tristesse. Le jeune homme avait conscience de franchir des limites dans le couloir ou il se trouvait. Jamais un homme n'aurait imaginé de bloquer la porte d'un appartement d'une première classe, de surcroît, par un Troisième Classe comme lui. C'était une attitude mal élevée qui risquait de lui attirer de gros ennuis. Mais Jack s'en moquait, après tout, il était mort et les règles des vivants sur certains points ne s'appliquait plus. Jack avait eu un véritable coup de cœur pour cette femme aveugle et il ne souhaitait pas passer l'éternité à la voir l'éviter ou ne plus lui parler.

Le silence fit place durant l'espace de quelques secondes jusqu'à ce que Ambre le tire par le bras et le fasse rentrer chez elle. Tandis qu'il entrait dans le repère de la jeune femme, il l'entendit fermer la porte et la verrouiller à double tour. Ce geste lui fit froncer les sourcils: ainsi donc, elle était bien terrifiée de quelque chose à moins d'être maniaque au point de s'enfermer constamment dans sa chambre. Mais Ambre n'avait pas un comportement anxieux au point de se barricader, il y avait sans doute quelque chose dont elle avait peur de voir venir jusqu'à chez elle... Ou plutôt quelqu'un... Cet homme. L'esprit de Jack réfléchissait à grande vitesse tandis que Ambre prit alors la parole. Ses phrases glaciales fendirent le cœur du blondinet, jamais personne ne lui avait parlé aussi durement en dehors de sa sœur et encore, Lydia était Lydia... De même, le jeune homme remarquait combien son visage était dur, fermé.

La jeune aveugle ne semblait jamais avoir pris le jeune homme pour un ami. La raison de la classe sociale lui fit serrer les poings tellement c'était ridicule. Voilà un an que le bateau voguait, les passagers s'étaient mêlés aux uns des autres et si quelques uns semblaient ne pas vouloir démordre, il n'en demeurait pas moins qu'Ambre était venu à Jack et non l'inverse. Ensuite, la jeune femme évoqua le soir de la tempête et notamment cet homme. Selon elle, ce n'était pas de la peur mais de la surprise. Mais Jack se souvenait que trop bien de l'expression de Ambre. La terreur apparue sur ce doux visage avait fait bondir le blondinet. Et elle continua tout en le mettant en garde contre son manager - voilà le lien être l'inconnu et la chanteuse - car il était surtout moins docile. Puis, elle se tut. Le silence prit alors son entière possession. Jack était déchiré entre l'envie de partir ou celle de rester et de tenter de la raisonner. Sa fierté lui disait de fuir afin de sauvegarder sa dignité . Mais en même temps, son bon cœur lui conseillait le contraire.

Jack desserra ses poings dont les ongles avaient transpercés la peau. Cela avait le seul moyen de moins ressentir de peine face aux propos de la jeune aveugle. Les dents serrées et la colère bouillonnante, le jeune homme répondit alors d'une voix mesurée, la chaleur avait disparue mais la colère n'était pas encore sortie de son corps:

" Vous mentez. " Les mots froids, cruels étaient sortis. Puisque la jeune femme ne le ménageait pas, Jack estimait qu'il pouvait faire de même. Œil pour œil, dent pour dent. La gentillesse avait ses limites. Mais il ouvrit à nouveau la bouche :

" Vos propos vils de méchanceté ne m'ont aucunement atteint, si c'était le but que vous recherchiez. "Disais Jack tout en mettant ses mains meurtries dans ses poches. Puis, il se mît à faire les cents pas tout en lui disant d'une voix glaciale: " Notre différence de classe ne vous convient pas? Mais pourtant, quand vous êtes venue rectifier mes propos sans que je vienne vers vous, vous m'avez dit que votre mère n'était qu'une prostituée et que ces femmes de maison close vous ont élevées? Ou est la différence sociale, hein? "

Intérieurement, Jack se maudissait de rappeler des mauvais souvenirs, mais il le fallait. Elle semblait vouloir protéger cet homme.

" Ensuite, je sais ce que j'ai vu hier. Cet homme vous inspire une grande peur car il semble dangereux et pas commode. Je le comprends encore plus quand je vous vois paniquer à ma venue, barricader votre porte fébrilement. J'étais venue dans l'espoir de comprendre pourquoi une telle réaction durant la tempête mais maintenant je comprends mieux...

Toutefois, il ne faut pas vous inquiéter pour moi, car je ne crains pas cet homme. Par contre, j'ai peur pour vous, cet homme vous effraie et me contredire comme vous faites, ne me fera pas changer d'avis. Me repousser sans ménage, ne me mettra pas en danger puisque je suis déjà mort"
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité

>
PROFIL
RPG
MessageSujet: Re: " Ce qui rend les amitiés indissolubles et double leur charme est un sentiment qui manque à l'amour : la certitude. "   Dim 26 Mai - 13:24

Le silence s'étira, loin et insupportable. Ambre tentait de contrôler ses mains tremblantes et les expressions de son visage qui auraient eu tôt fait de trahir le fond de sa pensée. Les mots avaient un goût si désagréable dans sa bouche, comme de la cendre. Chaque parole avait déchiré un peu plus son cœur tandis qu'elle s'adressait à Jack. Ambre ne pouvait voir le jeune homme, mais son silence et sa respiration appuyée laissaient présager qu'il était très en colère.
L'aveugle était enfin arrivée au but qu'elle s'était fixée mais cela ne lui procurait aucun contentement. Sa souffrance n'en fut d'ailleurs que plus grande. Sa gorge se serra de sanglots qu'elle réprima bravement. Elle ne pouvait échouer maintenant qu'elle en était arrivée là. Il lui fallait continuer coûte que coûte sans fléchir. Elle devait sauver Jack et elle le ferait.
Quand soudain le silence fut rompus et la phrase du jeune homme transperça la poitrine d'Ambre d'un millier de piques glacées.


"Vous mentez."

La réplique avait été cinglante et cruelle, certainement causé par la douleur que l'aveugle lui avait infligée. Mais à quoi pouvait-elle bien s'attendre après avoir tenu de tels propos aberrants à l'égard du troisième classe ? Un voile passa soudain dans le regard d'Ambre. L'horreur et le désespoir s'y mêlaient dans une expression à glacer le sang. Sa poitrine se serra jusqu'à ce qu'elle éprouve un sentiment de suffocation. Elle n'avait pu lui faire entendre raison. Il disait qu'elle mentait et il avait raison. Elle mentait, mais elle mentait pour lui, pour sa protection. Pourquoi tout ça devait-il être aussi compliqué ?
Et pourtant, elle éprouvait un soulagement coupable car elle avait cette sensation que quoi qu'il arrive, Jack serait toujours là et qu'il ne fuirait pas. Il ne la laisserait pas tomber, tout comme Dimitri. A cette seule pensée, son cœur se fendit. Comme il ressemblait à ce jeune homme qu'elle avait perdu.
Puis Jack poursuivit. Elle entendait ses pas sur le parquet de sa cabine tandis qu'il semblait tourner en rond pour calmer son agacement. Sa voix était si glaciale qu'à cet instant Ambre aurait voulu disparaître pour avoir suscité de tels sentiments chez le jeune homme. Elle avait osé l'attaquer sur leurs différences de classes. Un coup bien bas mais elle savait qu'elle avait frappé juste. Trop juste d'ailleurs. Toutefois, les paroles de l'aveugle n'avaient aucun sens puisqu'ils avaient connu la même misérable enfance. Pourquoi avait-elle sorti un argument aussi stupide ? Sa faiblesse l’empêchait décidemment de réfléchir clairement.
Plus le troisième classe parlait, plus Ambre s'acculait vers le fond de sa cabine, comme pour fuir cette méchanceté et cette fureur froide qui naissaient dans sa voix. Il l'effrayait presque et elle commençait à élever elle-même sa défense. Elle aurait pu couper le jeune homme dont les paroles la meurtrissaient mais ses mots étaient à la fois hypnotiques. Aucun son ne parvenait à franchir le seuil des lèvres de la chanteuse. Il était blessé mais il voyait la peur de la jeune femme. Il ne comprenait pas son comportement mais il essayait de se l'expliquer. Et plus que tout, il démontrait qu'il n'avait pas peur d'Edward cependant il ne le connaissait pas. Il ne savait pas de quoi il était capable.
Jack se tut enfin et laissa Ambre assommée sous le poids de ses paroles. Elle avait désormais tant reculé que son dos reposait sur le mur de sa cabine.


"Jack..." avait-elle murmuré dans un souffle désemparé.

Son visage avait perdu toute sa torpeur. Il n'exprimait plus rien tandis que son regard dénué d'éclat se perdait dans un recoin de la pièce. Elle semblait comme retranchée au fond d'elle-même et il était même difficilement discernable pour l'aveugle de savoir ce qu'elle ressentait à cet instant précis. Mais à présent, elle savait ce qu'il lui fallait dire. Le mensonge n'était plus la solution. Sa voix s'éleva soudain, lointaine comme celle d'une grande absente.


"Avez-vous déjà vu quelqu'un être tué sous vos yeux ? C'est une chose affreuse. Vous pouvez vous rendre compte de toute la volonté que la personne a à défendre sa vie, jusqu'à ce qu'elle réalise avec horreur que de toute manière elle n'en réchappera pas car son assassin la tue de sang froid. Et puis nous pouvons sentir la vie quitter le corps de cette personne qui est soudain abandonnée à la mort." Ambre marqua une pause, humectant ses lèvres avant de reprendre d'une voix enrouée. "J'appartiens à Edward, Jack. Il n'a jamais reculé devant rien pour me garder auprès de lui et il n'a jamais eu peur de tuer quiconque se mettait entre lui et moi. Je l'ai vu tuer trop de fois Jack, et je ne veux pas que vous subissiez le même sort."

Une larme silencieuse perla sur la joue de l'aveugle en pensant à Dimitri et à Swan qu’elle avait vu mourir juste à ses côtés, impuissante. C'était la première fois qu'elle parlait des meurtres à quelqu'un, des meurtres auxquels elle avait toujours assisté et qui l'avaient marquée pour l'éternité.

"Vous n'avez pas peur de la mort mais sachez qu'il y a bien pire que de mourir, Jack et je ne me le pardonnerai jamais si ça devait vous arriver, fit Ambre en relevant soudain son regard vers le jeune homme, continuant de parler sur un ton étrangement calme mais tremblante. Edward ne s'en prend pas seulement à nous, il s'attaque à tout ce qui nous est le plus cher. Il nous l'enlève pour nous rendre vulnérable. Ce n'est pas Edward que je protège, c'est vous et toutes les personnes qui sont chers à votre cœur. Pensez à votre sœur, pensez à votre amour. Vous ne voudriez pas qu'il leur arrive malheur ?"

Ambre se détacha du mur sur lequel elle était adossée et elle s'avança vers Jack, se guidant au bruit de sa respiration inégale. Délicatement, elle prit sa main entre ses doigts glacés et la plaça tout contre le cœur du jeune homme.

"Vous sentez Jack ? C'est le cœur chaud d'un homme vivant et amoureux qui bat dans cette poitrine. Trop de gens sont morts pour moi. Je ne veux pas que vous perdiez tout, en voulant me protéger. Moi, je n'ai plus rien à perdre, pas même mon cœur car il ne bat plus. Edward ne me fera pas de mal. De toute manière je suis déjà morte depuis de nombreuses années. Je ne suis rien Jack, j'ai cessé d'exister bien avant le naufrage."

Puis Ambre resserra ses doigts glacés comme la mort dans la main chaude de Jack. Il était vivant et il devait comprendre qu’il ne servait à rien de s'échiner à vouloir sauver une morte.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité

>
PROFIL
RPG
MessageSujet: Re: " Ce qui rend les amitiés indissolubles et double leur charme est un sentiment qui manque à l'amour : la certitude. "   Jeu 30 Mai - 19:43

Plus que jamais, Jack se haïssait contre lui même de tenir des propos aussi durs à l'encontre d'Ambre. Une partie de son être le sommait de se taire afin de ne pas accabler encore plus un être meurtri par la vie. Mais l'autre part de sa conscience réalisait qu'il était temps pour elle de relever la tête. Ses conseils envers l'histoire d'amour du blondinet en était une preuve formelle, derrière sa vision de la vie, Jack avait l'impression désormais qu'il y avait l'espoir d'Ambre de revoir un jour cette personne auquel elle tenait et surtout de vivre. Au fur et à mesure qu'il déversait son flot d'horreurs, il avait remarqué le recul d'Ambre face à ses paroles. Jusqu'à ce qu'elle soit finalement adossée contre le mur et ne puisse plus que murmurer son prénom. Voir une larme glissa sur sa joue lui broya le cœur: il n'était décidément qu'un moins que rien de faire pleurer ainsi une femme aussi gentille. Mais avant qu'il puisse s'excuser, la jeune aveugle avait pris la parole. Elle lui expliqua réellement son histoire et son lien avec cet homme peu recommandable. Jack sentit une pointe d'horreur s'emparait de lui. L'homme qu'il avait attrapé, ce Edward était le diable personnifié. Il avait tué tant de gens pour se garder Ambre auprès de lui. De cette manière, il avait dompté la chanteuse au point de la réduire à l'état d'esclave. Jack réalisait combien le geste de Ambre, à le rabrouer, avait alors été justifié. Elle cherchait tout simplement à le protéger de cette homme mauvais et ce, en oubliant, elle même, sa propre existence.

La jeune femme n'était que l'esclave de son maître. Et son maître était de retour. Le blondinet comprenait désormais la peur puis cette colère qui s'était emparé du visage de son ami. Sans le savoir, Jack était ainsi entré dans la mémoire d'Edward et pour ne plus en ressortir jusqu'à ce bien des souffrances soient faites et que la soif de vengeance du tueur soit rassasiée. Commençant à réaliser l'ampleur du problème, il eut une soupçon d'inquiétude, tandis qu'il observait Ambre se détachait du mur et allait vers sa direction d'un pas hésitant. Puis, une fois devant lui, elle prit sa main et la plaça sur le cœur de Jack lui rappelant que tout un tas de choses l'attendait en dehors de cette cabine: Héloise, entre autre. Et Ambre lui expliqua qu'elle était morte depuis des années, que sa vie s'était arrêtée depuis l'arrivée d'Edward. Ainsi, depuis le début qu'il l'avait rencontrée, Jack ne s'était pas trompé: son visage portait encore les marques d'une souffrance sans nom infligée. Il sursauta lorsque Ambre referma sa main glacée sur la sienne: ses doigts étaient tellement froids, la vie était elle en train de la quitter? Jack ne put que serrer plus fort sa main afin de la réchauffer, de lui insuffler un peu de vie de cette manière. Puis, il s'exprima alors choisissant de réconforter ce visage si apprécié et pourtant baigné de larmes:

" Ambre, je sais ce que c'est la mort, j'ai vu la femme que j'aimais mourir sous mes propres yeux.... Si ce n'est que pour vous, ces évènements vous ont atteints au plus profond de vous même. Votre vie n'a pas été simple mais il n'est pas trop tard pour changer. Vous étiez tellement "vivante" lorsque nous avons causé ensemble. Vous étiez tellement humaine. Ne reniez pas cette humanité qui est en vous, car non! Vous n'êtes pas morte! dit Jack avec véhémence. Et il s'empressa d'ajouter: " Et puisque ce con, pardonnez moi de la vulgarité, vous a supprimé les gens que vous aimiez, il ne pourra pas le faire ici, car déjà, vous ne serez plus seule Ambre, je serais là, avec vous, quoi qu'il arrive! Je refuse de vous laissez tomber et si jamais ce fou furieux ose toucher aux gens que j'aime, il aura alors tous les gens du paquebot contre lui. Son époque tyrannique est révolue, Ambre et c'est le temps de votre renaissance. "

Il prit alors la main de Ambre et, tout comme elle, la plaqua sur son coeur. Tous deux restèrent alors immobiles de cette manière et Jack ajouta enfin:

" Entendez votre coeur, Ambre. C'est celui d'une femme qui désire vivre. "



Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité

>
PROFIL
RPG
MessageSujet: Re: " Ce qui rend les amitiés indissolubles et double leur charme est un sentiment qui manque à l'amour : la certitude. "   Jeu 4 Juil - 21:49

Pourquoi Jack ne comprenait-il pas ? Pourquoi était-il si têtu ? Pourquoi n’était-il pas comme tous les autres hommes, à se draper dans leur dignité lorsque leur orgueil était piétiné. Aujourd’hui, Ambre aurait aimé qu’il en fût ainsi, même si au fond d’elle, elle savait qu’elle aurait été extrêmement déçue par une telle réaction. Mais elle aurait préféré le savoir en sécurité loin d’elle, que dans sa cabine, à courir après des réponses et à vouloir à tout prix se dresser entre elle et Edward. Quelle folie étreignait son esprit pour proférer de tels propos ! Il ne le connaissait manifestement pas, et pour sa survie, il valait mieux qu’il ne le connaisse pas plus.

Le dédain et la suffisance n’avaient su le convaincre et Jack avait malheureusement vu clair dans le jeu de l’aveugle. Elle mentait, c’était certain, et elle avait provoqué chez lui une colère qui l’avait effrayée et qu’elle regrettait d’avoir suscitée. Elle ne voulait pas que le jeune homme la déteste et néanmoins, c’était bien la seule solution. Elle le savait, mais elle n’avait pu s’y résoudre. Elle était pourtant si proche du but. Elle aurait voulu s’excuser, implorer son pardon, mais elle ne perdait pas non plus de vu son entreprise première. Elle devait le protéger coûte que coûte. Lui, et tous les êtres qui lui étaient chers. Ambre n’avait plus rien à perdre, mais lui oui. Il avait sa sœur, sa bien-aimée qu’il était tout juste en train de reconquérir. Si Edward venait à vouloir se venger de Jack, Héloïse et Lydia seraient les premières visées. Ambre ne connaissait que trop bien le mode fonctionnement de son manager. Avec Swan, ils avaient toujours agis de la sorte, ils ne cherchaient qu’à isoler leurs proies afin de les rendre plus vulnérables. Ils avaient opéré ce stratagème de nombreuses fois et Edward n’hésiterait pas une seconde si cela lui semblait nécessaire.

L’aveugle avait été forcée de changer de ton. SI elle ne pouvait convaincre Jack par le mensonge, alors ce serait par la vérité. Elle ne lui cacha alors pas les atrocités qu’avaient pu commettre Edward au cours de sa vie, pas plus que les sentiments de la jeune femme sur sa propre existence. Il fallait qu’il comprenne que cela était une vaine lutte de se battre pour ceux qui étaient morts. Il fallait avoir pitié des vivants, pas des morts. Malgré leur situation, Jack était si vivant ! Si déterminé, si vivace qu’on n'aurait pu croire qu’il était mort depuis maintenant un an. Mais ce n’était pas le cas de l’aveugle. Elle avait péri il y a douze ans, lorsqu’elle avait cru Dimitri mort et perdu à jamais. Rien, ni personne n’aurait pu la ramener à la vie à part lui.


« Jack, vous savez peut-être ce qu’est la mort mais vous ne savez pas ce qu’est un meurtre. C’est l’une des pires choses dont on peut être témoin, et lorsque ça arrive aux gens que nous chérissons, nous ne nous en remettons jamais. De grâce, croyez-moi.  Vous pensez aujourd’hui que vous pourrez lui tenir tête, que vous pourrez le ramener à la raison, mais Edward est fou, dénué de raison. Cependant, il est incroyablement intelligent et calculateur. Il ne vous sera pas aussi aisé de lui mettre le paquebot à dos. »

Puis elle sentit Jack qui prenait sa main dans la sienne, mais sa chaleur ne parvenait pas à s’imprimer à sa peau glacée. Il la plaça sur son cœur qu’elle sentit battre faiblement au creux de sa poitrine. Mais pourtant il était là, comme un sourd murmure, si faible, prêt à s’arrêter à tout instant.

« Jack… Ne vous obstinez pas ainsi pour moi. De grâce oubliez-moi. Je n’apporte que le malheur et la mort autour moi. Je ne serai pas mal avec Edward. Je sais qu’il prendra soin de moi. Cette solution est la meilleure. Vous pensez que je suis vivante, et que je veux vivre, mais c’est faux Jack. C’est devenu ainsi depuis que Dimitri a disparu. Ambre ne peut subsister s’il n’est pas là. Mais je ne m’efface pas, c’est seulement Amy qui prend la place. Je ne suis plus Ambre. Ambre est morte. Je suis Amy. »

Ambre baissa la tête, son regard perdu sur le parquet de sa cabine, tandis qu’elle relâchait la main de Jack et les laissaient tomber de part et d’autre de sa taille.

« Ne vous battez plus pour Ambre. Elle est morte et le seul qui pourrait la ramener à la vie est Dimitri. Vous n’aurez jamais ce pouvoir Jack. Mais ne vous en voulez pas, ce n’est pas de votre faute. Les choses sont ainsi et je dois revenir à Edward. Je sais que je serai bien avec lui, fit-elle d’une voix éteinte tandis qu’une larme silencieuse perlait sur sa joue.»
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité

>
PROFIL
RPG
MessageSujet: Re: " Ce qui rend les amitiés indissolubles et double leur charme est un sentiment qui manque à l'amour : la certitude. "   Mer 10 Juil - 16:37

Jack ne comprenait pas. Le comportement et les réactions d'Ambre étaient si ambiguës, si pleines de secrets. Et bien qu'il ait découvert la véritable histoire de l'aveugle, il n'arrivait à saisir l'absence de courage de cette femme. Cela était d'autant plus contradictoire que Jack n'arrivait plus à reconnaître la jeune femme rencontrée un beau matin ensoleillé. Ou était cette force et cette douceur qui l'avait touché au plus profond de son être. Ou était cette compréhension, cet espoir qui résidaient dans ses paroles si bienveillantes. Quelque chose était mort en même temps qu'Edward était apparu, il n'y avait pas d'autres explications. L'apparition de ce mécréant avait certainement fait ressortir des souvenirs bien douloureux pour Ambre. Son manager était responsable de la mort de ce Dimitri qui semblait être l'âme sœur de l'aveugle tout comme Jack et Héloise l'avait été jadis.
Le Troisième Classe était plus que jamais mortifié de voir tous ces malheurs qu'elle avait vécu. Mais désormais qu'il était au courant, il lui était impossible de rebrousser chemin, de partir. Fermer la porte derrière un humain marqué par tant de souffrance? Impossible. Le cœur si bon de Jack le lui en empêchait. De plus, il avait une dette éternelle envers elle. Ambre avait été la seule à avoir pu lui faire entendre raison au jeune homme sur la réalité de ses sentiments envers la belle Héloise. Et pour cela, Jack en était reconnaissant. Même si les possibilités de réconciliations avec sa bien aimée était mince, il n'en oubliait pas que, grâce à Ambre, il avait compris qu'il n'y a pas de multiples possibilités d'avenir: ou Jack et Héloise se remettait à nouveau ensemble ou chacun devait alors reprendre le cours de sa vie, ou du moins ce qu'il en restait, et passer à autre chose.
La tâche ne serait pas facile et Jack savait qu'Héloise ne se laisserait pas avoir aussi facilement tout comme Jack d'ailleurs (rappelons qu'il avait tenu un an sans lui adresser la parole...)

Jack écouta alors Ambre refusait encore son aide, lui demandait de ne pas penser à elle. La jeune femme lui expliquait qu'elle était morte en même temps que Dimitri et qu'elle ne pouvait plus vivre sans lui. Mais se rendait-elle compte qu'elle avait vivre ainsi durant l'éternité? S'apercevait-elle que jour et nuit, inlassablement, les journées se succèderaient et qu'elle serait la prisonnière de son manager. Jack l'écouta tout en la regardant de haut en bas. Son teint blafard, sa tenue négligée, la faiblesse du battement de son cœur. Elle se laissait mourir mais la mort l'avait déjà emporté et la folie semblait prendre parti de son esprit. Non, Ambre ne pouvait rester ainsi et Jack lui répondit alors:

" Ambre, n'espérez pas que je partirais et claquerais la porte en fermant les yeux sur ce que je viens de découvrir. " Dit il non sans avoir une pointe de reproche dans la voix, puis soupirant, il reprit: " Maintenant que je sais, je ne peux partir et vous laisser à l'abandon. Ambre, réalisez vous que nous sommes coincés ici pour l'éternité? Si nous devons rester ici durant des milliers de jours ainsi... Croyez vous que je vais vivre ma petite vie en sachant que vous avez un psychopathe prêt à vous torturer? "

Puis, il vit les larmes d'Ambre couler sur ses joues. Jack regarda alors aux alentours de la pièce et trouva une sorte de foulard qu'il prit aisément. Puis, il entreprit d'essuyer le visage de la jeune aveugle qui n'avait pas bougé, tandis qu'il essayait de la réconforter:

" Il faut vous battre Ambre même si c'est dur... Vous me l'avez fait comprendre lors de notre rencontre. Et même si Dimitri n'est plus, il faut vous battre pour lui, pour sa mémoire. Il faut que vous soyez heureuse pour votre âme sœur et vous défaire de l'emprise d'Edward. Et je serais à vos côtés pour vous aider! " Dit il tout en terminant sa phrase par un sourire triste mais plein d'espoir. Il aurait aimé qu'elle puisse le voir, contempler l'encouragement dont il essayait de lui faire ressentir. Mais il n'en était ainsi et seuls des yeux hagards le fixaient sans toutefois lui faire apparaitre ce qu'elle aurait pu voir. Puis, Jack se permit de lui poser une question: " Mais dites moi, Ambre... Dimitri, est il mort sur le bâteau? "

Le jeune homme savait que toute personne morte sur le bateau était revenue. Il en était peut être de même pour Dimitri mais que par comble de malchance, ils s'étaient, tous deux, croisés durant cette lugubre année.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité

>
PROFIL
RPG
MessageSujet: Re: " Ce qui rend les amitiés indissolubles et double leur charme est un sentiment qui manque à l'amour : la certitude. "   Ven 12 Juil - 2:41

"Vous n'abandonnerez donc pas... laissa échapper faiblement Ambre sur un ton dans lequel se disputaient la douleur et l'exaspération, les joues toujours baignées de larmes."

Une fois de plus, Jack venait de refuser par ses paroles, pas sa volonté, de laisser Ambre à son propre sort. Il en savait trop et il en avait déjà trop fait. Il était bien trop impliqué et il ne pouvait revenir en arrière. Pourtant il avait le choix de tout arranger en s'éloignant de l'aveugle. Tout pourrait être si simple mais il s'y refusait résolument. Elle savait que ce qu'elle lui demandait était une chose difficile, voire même impossible. Elle savait que si elle était à sa place elle en aurait fait autant que le jeune homme, parce qu'elle portait Jack dans son cœur et qu'elle ne voulait pas le voir souffrir. Mais il ne fallait peut-être pas voir les choses sous cet angle.

"Je vous en prie Jack. Vous devez vous mettre à ma place. Si vous saviez que je cours un grand danger en étant proche de vous, est-ce que vous risqueriez de continuer à vous fréquenter ? Je ne veux pas vous faire souffrir. Je veux vous sauver vous et ceux que vous aimez. Comprenez-moi Jack..."

L'aveugle n'avait jamais réellement nié sa situation d'esclave mais entendre le jeune homme énoncer sa condition de vie et la présence d'Edward comme un psychopathe prêt à la torturer lui provoqua un pincement au cœur. Pour la première fois, c'était quelqu'un qui en arrivait à ce constat. Pour une fois quelqu'un était au courant. Une situation inédite et presque surréaliste pour la chanteuse.


"Edward ne me tortura pas si je lui obéis, déclara Ambre d'une voix éteinte tandis que Jack essuyait ses larmes. Nous avons toujours fonctionné ainsi. Pourquoi tout changer maintenant ? A quoi bon puisque Dimitri n'est plus là ? Vous voulez que je me batte mais pour quelles raisons ? Pour la liberté ? Qui gagnerai-je puisqu'il ne peut y avoir de liberté sans Dimitri ? Edward est la seule chose qui me reste. Nous sommes tous perdus sur ce paquebot et je n'ai plus que lui, Jack, achevant sa phrase dans un sanglot désespéré.

Elle songeait à sa vie et à toutes les choses qu'elle avait perdu au cours de son existence. Elle venait toujours de naître que sa mère lui avait été arrachée, honteusement volée par la mort. Cependant, les femmes de joie lui avaient apporté le bonheur et l'amour, mais il avait fallu qu'elle les perde à leur tour en se faisant enlever par son père. Quant à son père, c'était elle qui avait décidé de le quitter en s'enfuyant avec Dimitri. Elle l'avait abandonné dans sa misère. Quelques fois, elle songeait à lui , se demandant s'il était toujours en vie et s'il pensait à elle ? L'avait-il oubliée en sombrant un peu plus dans l'alcool ?
Pourtant, la pire de ses pertes avait été celle de Dimitri. Elle revoyait encore le sang se répandre autour de la tête de l'enfant alors qu'elle le croyait mort. Les frères Darcy n'avaient plus été que les seuls hommes vers qui se tourner, qui étaient là pour elle. Ils étaient à la fois ses bourreaux, mais aussi ses piliers. C'était une relation étrange qui avait attendri Swan au point de lui en coûter la vie. Mais voilà que Dimitri réapparaissait soudainement sur le Titanic. Un espoir semblait se profiler tandis qu'un avenir nouveau se dessinait face à ses yeux clos qui semblaient retrouver la lumière. Mais les ténèbres avaient ressurgie dans une ultime charge vengeresse et Dimitri lui avait échappé. Une perte de plus, une perte de trop. Maintenant, il n'y avait plus qu'elle et Edward. Il était tout ce qui lui restait, le dernier fil qui lui rappelait encore qui elle était alors qu'elle était une aveugle avançant dans le néant.


"Je me suis battue pour Dimitri. J'ai accepté la souffrance, le silence, la torture du mensonge et notre condition sur ce bateau uniquement pour lui. Je n'ai songé qu'à lui jour et nuit. Je ne subsiste que pour lui, mais je ne peux me battre éternellement pour une ombre. C'est plus que je ne peux encore le supporter, pleura Ambre en s'accrochant à Jack. Vous n'avez pas idée de tout ce que j'ai dû endurer durant toutes ses années si loin de Dimitri. J'aurai souhaité ne jamais être née. A quoi rime une existence comme la mienne ? Dieu était-il si cruel avec ses sujets ? Est-ce parce que ma mère est morte par ma faute ? Suis-je maudite ? Oh Jack je vous en prie, si je suis maudite, courez. Courez loin et ne vous retournez pas. Dimitri est mort par ma faute. Il est mort sur ce paquebot pour me sauver."

N'avait-elle pas déjà assez pleuré au cours de sa vie ? Pourtant les larmes ne semblaient pas se tarir et elles coulaient dans un flot ininterrompu sur ses joues. Elle était épuisée, meurtrie. Elle était dans un tel état de détresse que pour ne pas sombrer totalement dans la mort, elle se raccrochait à la seule parcelle de vie dans cette pièce. Elle sanglotait tout contre Jack, son visage enfouit dans sa chemise. Elle était inconsolable.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité

>
PROFIL
RPG
MessageSujet: Re: " Ce qui rend les amitiés indissolubles et double leur charme est un sentiment qui manque à l'amour : la certitude. "   Sam 13 Juil - 19:56

Jack était bouleversé tandis qu’il continuait à essuyer les larmes de l’aveugle. Celle-ci lui racontait son histoire, lui avouait ses pires secrets, son lien avec Edward ainsi que son amour pour Dimitri. Cette femme ne méritait pas autant de malheur surtout lorsqu’elle s’avérait être une personne d’une gentillesse incroyable. Son visage baigné de larmes portait les vestiges d’une souffrance sans limite. Jack se demandait comment elle avait pu survivre ainsi pendant autant d’années sans tenter de mettre fin à ses jours. Car il y avait de quoi… Vivre prisonnière d’un psychopathe qui ne songeait qu’à en tirer profit sans jamais penser une seule seconde à ses émotions. L’esclavage avait disparu à leur époque mais ce qu’elle subissait était bien au-delà de tout.  Le jeune homme sentit la colère montait en lui : il se promit intérieurement qu’un jour ou l’autre, il ferait la peau à cet homme. Une femme devait être traité comme une déesse et non comme une moins que rien. De plus, Edward avait volé la vie d’Ambre pour faire d’elle une poupée de porcelaine qu’il faisait bouger comme bon lui semblait. Pire, il était le meurtrier de Dimitri. Par deux fois, il lui avait enlevé l’homme de sa vie. Ambre lui répondit d’ailleurs concernant le lieu de sa mort : son amour était mort sur le paquebot. L’espoir submergea Jack, peut être était-il alors toujours en vie et avait-il survécu ? Jack saurait-il le retrouver, à quoi pouvait-il ressembler ? Tant de questions qui envahissaient son esprit tandis qu’Ambre s’était accrochée à lui, sanglotant désespérément.  Sa détresse faisait peine à voir et le Troisième Classe sentit son cœur se briser. Ses mains remontèrent le long de son corps et enlacèrent alors la jeune femme. Ce geste ne pouvait ramener l’homme qu’elle aimait mais s’il pouvait lui apporter une lumière face à ce néant dans lequel elle s’engouffrait volontairement. Jack voulait qu’elle comprenne qu’il n’abandonnerait pas tant qu’il n’y aura pas un sourire sincère et heureux sur son visage. Ambre était une amie, elle avait fait tout ce qu’il fallait lorsque Jack en avait eu besoin. Il était donc normal qu’il en fasse de même. Après tout, il s’agissait là du principe de base d’une véritable amitié.
Tenant tendrement Ambre par les épaules, Jack ne dit mot tandis qu’il la laisse pleurer et s’agripper à sa chemise. Après tout, elle devait sûrement en avoir besoin après s’être replongé dans des souvenirs bien éprouvants à dire. Le jeune homme donnait du temps au temps et laissait à Ambre une oreille attentive et une épaule sur lequel s’appuyait si elle avait besoin de pleurer. Puisque après quelques minutes dont le silence fût maître mais teinté de bruit de sanglot, Jack remarqua combien les pleurs de Ambre s’étaient estompées et les larmes, petit à petit, cessèrent. Le blondinet ouvrit alors la bouche :

« Ambre… A mon avis, Dimitri n’est pas mort, il est sur le bateau en ce moment même. » Dit-il, conscient qu’il devait s’expliquer avec beaucoup de patience ou de tact. Il ne voulait absolument pas la refaire pleurer, songeant que ses larmes avaient suffisamment coulées pour aujourd’hui. Puis, il ajouta :

« Si par exemple, il est mort le jour ou nous avons heurté l’iceberg, il a donc ressuscité. C’est obligé, il n’y a eu à ce jour aucune exception. J’en ai souvent parlé avec des personnes et chacune a été catégorique : quiconque est mort sur le bateau le jour du naufrage est forcément ici. »

Puis, Jack saisit alors la main d’Ambre qui était toujours accroché à sa chemise et il lui serra son poing comme en signe d’encouragement. Il lui fit un sourire qu’elle ne pouvait pas voir mais il s’efforça de le lui faire ressentir par les paroles suivantes :

« Dimitri n’est pas mort Ambre. Et peut être qu’avec votre cécité, je comprends que vous ne pouvez le chercher de vous-même. Je le ferais alors pour vous. J’en suis sûr qu’il sera content de vous savoir ici. Après tout, peut être doit-il penser que vous aviez survécu avec Edward… »
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité

>
PROFIL
RPG
MessageSujet: Re: " Ce qui rend les amitiés indissolubles et double leur charme est un sentiment qui manque à l'amour : la certitude. "   Lun 22 Juil - 23:46

Ambre était totalement anéantie, dépourvue de toute volonté et de toute once de vie. Les paroles de Jack étaient pourtant d'un grand réconfort, mais elles ne pouvaient produire l'effet escompter. Il y a encore quelques semaines, peut-être qu'Ambre aurait pu se sentir revigorer par de pareils mots. Elle serait repartie pleine de ferveur et de détermination à la recherche de l'être aimé.
Mais il était trop tard pour l'aveugle. Elle avait peur de souffrir et pour ne plus avoir mal, la seule solution était d'oublier Dimitri et son passé. Il lui fallait réintégrer le corps d'Amy à tout prix. Les mots de Jack n'auraient aucun poids sur la chanteuse car la terreur dépassait toutes les limites. Il essayait de lui faire entendre raison mais c'était une chose qu'elle avait perdu. Elle avait subi trop d'échec et ce bateau n'avait cessé de leur montrer un peu plus chaque jour sa cruauté et son horreur. Il avait même poussé l'ignominie jusqu'à ramener Edward à la vie plutôt que Dimitri. La quête vers le bonheur et la paix semblait tout à coup bien vaine.
Amy était la seule issue à tous ses problèmes, à toute sa peine. Elle n'avait pas d'autre solution. Elle sentit les bras de Jack l'enlaçait mais elle restait inconsolable. Elle ne voulait plus parler de tout ça. Elle avait bien trop mal. Son cœur se fendait un peu plus à chaque fois qu'elle parlait de Dimitri et elle pouvait voir dans le sang qui s'en déversait se rejouer les scènes heureuses de son enfance avec Dimitri. Car il ne lui restait plus que ça : des souvenirs.
L'avenir n'existait plus. Il n'avait aucun sens à bord de ce paquebot de tous les malheurs.

Les sanglots d'Ambre finir bientôt par s'estomper. Ses larmes se tarirent et son corps était seulement agité de quelques tremblements presque imperceptibles. Jack avait certainement dû attendre ce moment plus paisible chez la jeune femme pour reprendre la parole.
Le jeune homme soutint que Dimitri était forcément en vie. Il était là pour lui redonner courage et lui dire de ne pas baisser les bras.


« Jack, je vous en prie arrêtez, murmura faiblement l'aveugle en serrant un peu plus les poings. »

Dimitri était mort, c'était un fait. Ambre avait fini par se faire une raison et c'était pour cela qu'elle avait abandonné toute lutte. Il ne reviendrait jamais. Mais Jack persistait dans son raisonnement. A ses yeux, il lui donnait des espoirs perdus. C'était plus qu'elle ne pouvait le supporter. Une vive douleur frappa soudain son cœur. Elle ne voulait plus penser à lui. Elle ne voulait plus espérer dans une cause perdue.

« ARRÊTEZ ! »

Dans son hurlement, Ambre avait violemment repoussé Jack. Mais ses forces étaient si faibles qu'elle n'était parvenue qu'à se repousser elle-même. Elle tituba de quelques pas en arrière tout en se tenant la tête à la manière d'une démente. Ses mains étaient plaquées contre ses oreilles pour ne plus entendre un mot de Jack. Elle ne voulait plus qu'il prononce une seule fois le prénom de Dimitri. Il était comme une lame plantée en pleine poitrine. Pourquoi devait-elle avoir aussi mal ?

« Il est mort et il ne reviendra jamais ! s'époumona l'aveugle, ne pouvant entendre elle-même ses paroles. Ne parlez plus de Dimitri et d'Ambre ! Ils sont morts ! Je m'appelle AMY ! »

Sa dernière phrase s'évanouit dans un beuglement effrayant, totalement pris de folie. Elle hurlait à en perdre la raison. Son esprit avait perdu pied et ne lui répondait plus. Elle aurait voulu faire sortir Dimitri de sa mémoire, s'arracher le cœur pour avoir moins mal et effacer tous ses souvenirs.
Ambre ouvrit soudain les yeux et prit conscience de l'excès de folie qui l'avait gagné. Elle planqua une main contre sa bouche pour étouffer le cri d'horreur qu'elle voulut penser en songeant à ce qu'elle venait de dire. La folie prenait possession d'elle un peu plus chaque jour. Ambre s'effaçait au profit d'Amy. Mais cette fois-ci, la transformation était bien plus douloureuse qu'autrefois.
La respiration de l'aveugle se fit haletante. Ses jambes ne la tenaient plus et elle chancela. Elle percuta finalement un mur et se laissa glisser au sol. Son corps entier était saisi de tremblements.


« Jack, pardonnez-moi, j'ai si mal et si peur... balbutia-t-elle, avant d'enfouir son visage entre ses mains. Ne me regardez pas ! Je suis un monstre »
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité

>
PROFIL
RPG
MessageSujet: Re: " Ce qui rend les amitiés indissolubles et double leur charme est un sentiment qui manque à l'amour : la certitude. "   Mar 30 Juil - 19:43

Jack espérait que les mots réconforteraient Ambre mais ce ne fut le cas. En effet, à chaque fois qu'il avait dit le prénom de l'homme qu'elle aimait, son flot de larmes avaient augmenté et elle lui avait demandé de s'arrêter. Mais Jack était bien trop pressé, impatient et certain sur le fait qu'il y avait des chances que Dimitri soit toujours vivant. Après tout, il était mort le soir du naufrage, il était forcément là. Peut être qu'en découvrant cela, la jeune aveugle remettrait un peu d'ordre dans sa vie, reprendrait le gout de vivre. Mais son esprit semblait obscurci par cette fausse personnalité qu'on lui avait collé: cette Amy dont elle persistait à vouloir qu'on la nomme ainsi.
D'ailleurs, elle insista encore et se mît à crier qu'elle n'était juste que Amy. La jeune femme semblait être prise d'une crise de folie dans lequel elle repoussa Jack sans ménagement et en se bouchant les oreilles. Elle le somma de ne plus mentionner Dimitri et tout ce qui avait trait à Ambre. Surpris, le jeune homme ne sut que répondre. Et puis, sans doute la jeune aveugle avait elle besoin de se défouler et de crier un peu? Depuis quand, gardait-elle tous ces sentiments pour elle? Jack la laissa donc s'époumoner et choisit de ne dire mot. Il arriva alors un moment ou elle sembla se calmer, voir mortifiée d'avoir eu un tel accès de colère. Elle commença à sangloter en s'excusant de sa crise de folie. Son état et sa détresse faisait peine à voir. Jack ne put que lui répondre:

"Ne soyez pas désolée Ambre... Nous avons tous parfois des moments d'égarement... " disait-il d'une voix douce en se voulant apaisant. Il espérait que les mots la réconforteraient, il ne devait certainement lui rester que ça en l'absence des personnes qu'elle aimait. Le jeune homme s'en voulait de lui causer tant de mal, d'ailleurs, il s'empressa de le lui expliquer : " C'est aussi de ma faute, je vous ai fait du mal en parlant d'une personne qui vous était cher... "

Jack avait mis sa main derrière sa nuque et se l'était massé afin de masquer une gêne, et il ajouta:

" A la base, j'étais venue vous remercier encore une fois de votre aide précieuse de notre rencontre. Voyez vous, j'ai invité Heloise à un dîner et je souhaitais vous en faire part. Malheureusement, la conversation a pris un autre chemin..." disais Jack en affichant un air penaud. Il s'en voulait tellement du mal qu'il avait pu causer qu'il ajouta ensuite: " J'étais vraiment sincère quand je vous ai dis que je voulais que vous soyez mon amie et je... "
Mais avant que Jack ne puisse finir sa phrase, ils entendirent quelqu'un toquer à la porte, tandis qu'une voix glaciale et ferme venait de s'écrier :

" Amy? "
Jack regarda alors instantanément le visage d'Ambre et ne pût que comprendre qu'il s'agissait d'une seule personne: Edward.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité

>
PROFIL
RPG
MessageSujet: Re: " Ce qui rend les amitiés indissolubles et double leur charme est un sentiment qui manque à l'amour : la certitude. "   Dim 4 Aoû - 18:37

De jour en jour, Ambre se sentait de plus en plus glisser. Sa folie s’affermissait à mesure que les minutes s’écoulaient. Bientôt, elle ne pourrait plus retrouver ne serait-ce qu’un infime vestige de ce qu’elle était autrefois. Elle deviendrait une étrangère à elle-même, seulement dirigée par une identité : Amy. Cette douce Amy qu’elle avait dû incarner plus de temps qu’elle ne s’était incarnée elle-même. Désormais, les deux personnalités se livraient un terrible duel dont seule Amy pourrait sortir vainqueur. Ambre était faible, dépourvue de toute étincelle d’espoir qui aurait pu la raccrocher à la vie et à elle-même. Il n’y avait plus rien à faire. Amy avait pris le dessus, et ce, pour toujours. Ambre serait écrasée aux confins d’elle-même, une faible braise rougeoyante qui s’éteignait peu à peu jusqu’à la mort définitive. Le combat était une lutte dépourvue de sens. A quoi bon ?
Le monstre prenait place, étouffant le fragile petit oisillon de sa présence. Elle étouffait mais lorsqu’Amy aurait enfin pris toute la place, tout serait enfin achevé. La mutation serait faite pour que la souffrance s’efface.
Mais la transformation était douloureuse. Eradiquer une part entière de soit la mettait au supplice et l’aveugle se trouvait là, étranglée de remords tandis qu’Ambre refaisait surface pour un court instant.

« Je suis désolée, je suis désolée. » ne cessait de répéter Ambre en français dans une lente litanie à l’adresse de Jack.

Elle était tellement écrasée par la honte qu’elle ne voulait même plus qu’il la regarde. Elle était devenue une chose hideuse. Elle était devenue cette Amy qui cherchait à l’enfermer et à la tuer. Elle ne voulait plus lui laisser reprendre le dessus mais ses sanglots d’horreur seraient une bien maigre arme contre cette personnalité envahissante.
Mais aujourd’hui, elle n’était pas la seule à vouloir ramener Ambre à la vie. Jack était là, comme une corde tendue à son adresse pour l’extirper des ténèbres de son âme. Elle n’était pas seule. Pas cette fois-ci.
Elle se raccrochait à sa voix, à ses paroles, faisant taire peu à peu ses sanglots. Jack était son phare dans la nuit et elle buvait ses mots qui la ramenaient à celle qu’elle avait été pendant un an sur ce navire : Ambre.
Héloïse, c’était un nom qui lui revenait clairement à l’esprit, mais Jack ne put terminer son récit que soudain on frappa à la porte.
Ambre sursauta et elle n’eut pas besoin d’entendre la voix de l’homme pour comprendre qu’il s’agissait d’Edward, à la manière nerveuse qu’il avait d’abattre son poing sur la porte.
Le sang de l’aveugle se glaça dans ses veines et son expression se peignit d’horreur, émergeant de ses mains. Les choses se passèrent soudain très vite.

« Oh non ! » s’affola la chanteuse en se relevant précipitamment.

Elle attrapa Jack par la manche et le tira de ses maigres forces jusqu’à sa salle de bain où elle l’y poussa.

« C’est Edward. Jack, je vous en prie restez cacher ici et surtout n’intervenez pas ! » lui chuchota-t-elle, prête à refermer la porte quand elle entendit la poignée de sa cabine être malmenée par son manager.

« Amy, pourquoi t’es-tu enfermée ? s’impatienta l’homme derrière la porte. Ouvre-moi immédiatement ! »

« S’il vous plaît. N’intervenez pas. » supplia-t-elle comme si elle lui demandait de l’épargner.

Elle referma ensuite la porte mais elle savait que le jeune homme ne manquerait rien de leur entretien. Se prenant les jambes dans sa robe, elle se hâta vers la porte. Elle essuya ses joues humides négligemment avant de déverrouiller l’entrée de sa cabine. Edward y pénétra brusquement.

« De quel droit t’enfermes-tu de la sorte Amy ?! »
« J’avais besoin d’un peu de calme. » balbutia-t-elle penaude.

Mais le lord ne sembla pas convaincu et elle attendit ses pas s’avancer dans la pièce. Elle le suivit, prête à intervenir s’il voulait s’engager vers la salle d’eau.

« J’ai entendu du bruit et des éclats de voix. Quelqu’un est avec toi ? » fit-il avec une suspicion incontestable dans sa voix.

Ambre se mit à paniquer et elle tenta tant bien que mal de contenir les tremblements qui l’étreignaient. Face à son silence, il se retourna vers elle et la toisa lourdement. Il s’approcha d’elle à pas lents, des pas de fauve, tournant autour de sa proie. Puis il se mit face à elle et la prit par le menton comme il le faisait à chaque fois.

« Tu sais que je n’ai jamais aimé lorsque tu me faisais des cachotteries. Souviens-toi comment tout cela a fini la dernière fois. Dimitri a reçu une balle en plein cœur à l’endroit même où nous nous tenons. Et toi ? Où es-tu morte après que je t’ai eu enfermée dans ta cabine ? Qu’est-ce qui t’a tué en premier ? Le chagrin ou la morsure de l’océan ? »
« Il n’y a personne ! » sanglota Ambre, ne pouvant supporter plus longtemps qu’il évoque l’un des pires instants de sa vie.

Edward la considéra un instant, relâchant la pression de ses doigts sur son menton.

« N’oublie jamais ce qui est arrivé à Swan et à Dimitri. Et gage que cela pourrait arriver à n’importe qui d’autre. »

Ambre hocha la tête, faisant taire ses tremblements. Amy reprenait doucement le dessus. Elle était plus forte. C’était la seule qui pouvait affronter Edward sans faillir.
Aide-moi Amy.

« Je vous jure qu’il n’y a personne dans cette cabine. » décréta l’aveugle d’une voix assurée.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité

>
PROFIL
RPG
MessageSujet: Re: " Ce qui rend les amitiés indissolubles et double leur charme est un sentiment qui manque à l'amour : la certitude. "   Ven 9 Aoû - 22:16

A l'entente de la voix d'Edward, Ambre entra dans un effroi qui fit froid dans le dos de Jack. Son manager était là et ils devaient trouver, ensemble, un moyen de ne pas être pris sur le fait. Mais Jack ne savait ou se rendre... Sous le lit? Dans l'armoire? Dans les toilettes ou la salle de bain? Le jeune homme était gêné et ne savait ou se rendre sans enfreindre la vie privée de la jeune femme. Déjà, qu'il était presque entré dans l'appartement par force, il se voyait mal encore plus rentrer dans son intimité. Mais Ambre semblait voir l'invité surprise comme une menace et elle prit Jack sans ménagement en lui disant de se cacher dans la salle de bain. Jack tenta de protester mais Ambre le supplia de ne pas intervenir. Pourtant, ce n'était pas l'envie qui manquait au jeune homme. Face aux atrocités du manager dont il venait d'apprendre les exploits, le blondinet ne rêvait que de lui broyer la mâchoire pour venger la jeune aveugle. Mais Ambre insista tellement que Jack lui fit un acquiescement de la tête en lui chuchotant:

" Je serais muet comme une tombe. Mais s'il vous fait du mal, j'interviendrais... Puis, il prit la poignée de la porte et la referma derrière lui. Une chaise se trouvait dans la luxueuse salle de bain. Il s'assit et demeura silencieux tout en écoutant ce qui se passait dans la pièce d'à côté. Il entendit la jeune femme parlait à son manager. Ce dernier semblait avoir entendu du bruit et voulait savoir de quoi il s'agissait, tandis que Jack sentit un frisson lui parcourant l'échine. Edward était le mal incarné car l'instant d'après, il évoquait l'un des pires moments de la vie d'Ambre: sans doute, la mort de Dimitri, car la jeune femme se mit à sangloter. Cela en était trop pour le Troisième classe qui se sentait d'attaque pour rentrer dans la pièce principale. Mais il revoyait encore le visage terrifié d'Ambre. Ne voulant lui faire plus de mal ou la mettre mal face à Edward, il resta dans la salle de bain.
Encore une fois, Ambre répéta que personne ne se trouvait dans la cabine. A ce moment là, Jack n'osait plus respirer. Jusqu'à ce que le manager dise:

" Mais au fait Amy, qui était cet homme le soir de cet tempête? "

Le cœur de Jack se mit à battre furieusement. Il devait surement parler de l'altercation entre Jack et lui même. Il s'était pris une déroutée par le blondinet et avait sans doute soif de vengeance. De ce fait, le Troisième classe tendit alors l'oreille à l’affût de tout ce qu'Edward pourra dire. Une chose était sûre, Jack devrait se faire violence pour ne pas ouvrir la porte à la volée. Il pensait à Ambre, à Héloise, à sa sœur.... A tous ces gens qui risquaient de souffrir par sa faute, s'il se fricotait trop à Edward.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité

>
PROFIL
RPG
MessageSujet: Re: " Ce qui rend les amitiés indissolubles et double leur charme est un sentiment qui manque à l'amour : la certitude. "   Lun 12 Aoû - 22:37

Amy était désormais là. Elle la sentait dans chaque fibre de son être. Désormais, elle allait lui venir en aide pour affronter Edward. Elle n'était plus seule.
Tout se passera bien. Je suis là
Ambre s'effaça alors, cédant la place à celle qui l'avait accompagnée durant des années dans sa vie auprès de Swan et d'Edward. Ils avaient été des managers inflexibles. Ils l'avaient poussée à être la meilleure, la faisant s'entraîner jusqu'à l'épuisement jusqu'à ce qu'elle devienne enfin la « Grande Amy » qui attendaient tant. Il fallait qu'elle soit parfaite, allant même jusqu'à pousser l'ignominie jusqu'à la rendre aveugle pour toucher le spectateur. Elle était un joyau pour eux, mais un joyau qu'ils avaient dû polir et façonner durant des années pour qu'elle prenne la forme qu'il voulait. Amy était la pierre précieuse dont Edward et Swan avaient été l'écrin.
Et même si aujourd'hui, ils étaient tous morts et que Swan avait disparu à jamais, rien n'avait changé pour autant. Edward tenait à cette situation et il ferait tout pour que les choses restent telles qu'elles. Ambre devait rester Amy et non l'inverse. C'est pourquoi, désormais, la célébrité avait dû reprendre le dessus sur la petite fille des rues qui chantait autrefois uniquement pour manger à sa faim tous les jours. Elle chantait pour rester auprès de Dimitri. C'était une vie misérable, mais la plus belle qu'elle avait connu car elle avait été auprès de son meilleur ami. C'était lui qui la rassurait, qui lui promettait que plus tard, ils seraient riches et célèbres. C'était ensemble qu'ils avaient décidé de bâtir ce rêve, et pas autrement. Et maintenant, elle était seule, sans ce soleil qui éclairait jadis son existence. Il s'était éteint et il l'avait laissée, froide et seule.
Le silence plana durant de longues secondes. Un silence empli de suspicion où l'aveugle sentait le regard d'Edward braqué droit sur elle. Parfois, la chanteuse était contente d'être aveugle, qu'elle n'avait pas à soutenir le regard de l'anglais. Un regard qui tente d'explorer chaque parcelle de notre être sans aucune pudeur. Puis finalement, il reprit la parole.

« Mais au fait Amy, qui était cet homme le soir de cet tempête ? »

Edward avait à nouveau usé de ce ton mielleux dont Ambre avait appris à se méfier. Il se mit soudain à tourner autour de l'aveugle, très lentement, comme un fauve prêt à fondre sur sa proie. Elle sentait son souffle à quelques centimètres de sa peau. Si son visage tentait de demeurer impassible, son corps entier avait frémi. Que devait-elle répondre ? Quelle serait la meilleure solution pour protéger Jack ? Car c'était la seule chose qu'elle désirait : protéger.

« Ce n'est... qu'un simple admirateur. »

Le ton balbutiant d'Ambre fut loin d'être convaincant et elle se maudit intérieurement de tant de faiblesse.

« En es-tu sûre ? »

Un frisson glacé lui parcourut l'échine tandis qu'Edward s'était arrêté de tourner et que désormais il se tenait derrière elle. Elle sentait son souffle tout contre sa nuque. Ses mains se posèrent sur ses épaules et les comprimèrent douloureusement. Il ne la croyait pas. De toute manière qui l'aurait cru ? Même le premier des idiots auraient compris qu'elle mentait.

« Je l'ai rencontré un jour sur le pont. Nous avons juste discuté un peu. » fit soudain Ambre, jouant la carte de la sincérité. « Mais il ne sait rien ! Je ne lui ai rien dit ! Il ignore absolument tout. Je n'en ai jamais parlé à qui que ce soit. Vous le savez Edward !»

L'aveugle s'était à présent retournée, faisant face à son manager, implorante dans ses paroles et dans son expression. Elle disait la vérité et il fallait qu'il la croit. Un petit rire ironique mais dénué de joie agita Edward.

« Ce n'est pourtant pas ce qu'il s'est passé il y a un an, Amy. Souviens-toi ce qu'il s'est passé après que tu en ais parlé à Dimitri. »
« Oui... je m'en souviens...» répondit Ambre d'une voix blanche en baissant la tête.
« Mais si tu n'en as pas parlé à cet homme, peux-tu alors m'expliquer pourquoi il s'est porté aussitôt à ton secours? »

Cette question, Ambre aurait souhaité que jamais il ne la pose. Elle retint sa respiration, cherchant avec angoisse la réponse qui conviendrait la mieux à l'anglais. En cas de mauvais choix, elle pouvait subir le courroux d'Edward, mais en présence de Jack, elle voulait que tout se passe au mieux pour pas qu'il n'ait à intervenir. Il suffisait d'un mot de sa part pour que tout soit voué à l'échec. Elle devait le protéger et préserver son entourage de cette situation.

« Je ne sais pas pourquoi il a agi ainsi. Je ne lui ai jamais reparlé depuis. Certainement avait-il trop bu et son esprit aurait mal interprété la scène qui s'est déroulé devant ses yeux. Je suis certaine qu'aujourd'hui il regrette son geste. »

La faiblesse dans sa voix laissait entrevoir une peur qui dominait tout son être mais elle devait être forte. Edward resta muet. Et autrefois, elle avait bien connu ses réactions et ses sautes d'humeur, elle fut surprise de son comportement.

« Bien, que cela ne se reproduise plus alors. Et j'attends ses excuses de pied ferme si nous venons à le recroiser. Je reviendrai te chercher pour le dîner. Sois prête. »

Puis sur ses mots, il s'éclipsa. Aussitôt qu'il eut refermé la porte derrière lui. Ambre souffla de soulagement et se laissa tomber sur la chaise de sa coiffeuse, prenant son front dans sa main.

« Vous voyez désormais pourquoi je ne veux pas que vous vous mêliez de tout ça Jack. Vous ne gagnerez jamais la guerre si vous décidez de l'affronter. Il est le plus fort et il n’aura de cesse de vous le rappeler. Vous avez déjà mis Héloïse et votre sœur en danger lors de la tempête. N’aggravez pas votre cas. »
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité

>
PROFIL
RPG
MessageSujet: Re: " Ce qui rend les amitiés indissolubles et double leur charme est un sentiment qui manque à l'amour : la certitude. "   Ven 16 Aoû - 19:34

Le souffle court, Jack avait écouté la voix froide et mielleuse d'Edward demandait à Ambre qui était l'homme du soir de la tempête. Le jeune homme se souvenait trop bien de ce fameux soir, de cette journée. Tout avait été décuplé, démesuré. Il avait rencontré Ambre quelques jours avant et elle lui avait ouvert les yeux sur l'amour qu'il portait à Héloïse, sur les erreurs qu'il était en train de commettre. La gentillesse et la bonté de la jeune aveugle lui avait fait admettre qu'il devait tout faire pour regagner sa confiance et il avait été cherché la jeune femme. Mais son accueil avait été froid, certes, se réveiller au bout d'un an: le jeune homme avait été plutôt gauche dans sa manière d'agir. Et il s'était replié pour choisir une meilleure manière d'agir. Il avait alors rejoint sa sœur et avait remarqué Ambre qui se faisait emmener à l'écart du groupe par un homme que Jack n'avait jamais vu en un an d'existence sur le bateau. Soupçonneux, il s'était approché et avait alors remarqué le visage empli de terreur de celle qui était devenue bien importante à ses yeux. N'écoutant alors que son courage, il avait défié Edward, le sommant de ne plus s'approcher d'Ambre. Jack ne se doutait alors pas encore du pétrin dans lequel il venait de se mettre. Et il s'en rendait encore plus compte quand il écoutait le dialogue entre Edward et Ambre. Il fut ému en entendant la jeune femme le protéger. Finalement, elle le considérait sans doute comme une personne importante sinon elle ne l'aurait pas défendu ainsi. Un "admirateur", cela arracha presque un sourire au jeune Troisième Classe et il aurait même pu en rire si la situation n'avait été aussi dramatique.
Écoutant Edward parler, Jack s'aperçut combien cet homme horrible s'accaparait l'existence entière d'Ambre. Elle était presque un objet, pour lequel le revenant dictait des ordres. Combien pouvait-elle se laisser faire ainsi et ce, depuis des années? Avait-elle perdu espoir, avait-elle seule durant de nombreux jours qui se suivaient et se ressemblaient sans cesse? Le cœur se serrant, Jack se promit de ne jamais la laisser tomber. A sa place, il aurait aimé que quelqu'un puisse se soucier de sa personne et même si Héloïse ne lui parlait plus, il avait toujours chère sur qui il pourrait toujours compter.

Le dialogue entre Edward et Ambre se termina et elle lui ouvrit la porte, effarée. Elle lui demanda alors s'il comprenait, et encore une fois, elle tenta de le dissuader de se frotter à ce meurtrier. Jack lui répondit alors:

" Je comprends bien mais mettez vous à ma place. Croyez vous vraiment que je vais reprendre une petite vie tranquille en sachant que cet homme souhaite retrouver une telle emprise sur vous? " Dit Jack en fixant le regard perdu de l'aveugle. Puis, il ajouta: " Vous savez que c'est impossible et que je suis très têtu. " Disait-il tout en dissimulant un sourire. mais il reprit immédiatement son sérieux en ajoutant:

" Écoutez, je vous propose un deal, si on peut appeler cela un deal... Je ferais en sorte de ne jamais me frotter à Edward, je lui ferais les excuses comme il veut les avoir. Mais je n'en passerais pas moins autrement. Toutefois, je veux que nous continuons à rester ami sans que ce fou furieux n'en soit au courant.
Et surtout..."
Ajouta t-il avec véhémence et en prenant les mains de la jeune femme.

" Surtout... Si jamais, il vous fait le moindre mal, il faudra me le dire... Car croyez moi, celui qui est seul dans cette histoire, c'est lui et des gens sur ce bateau vous aime et prenne soin de vous. Ils feront alors en sorte qu'il ne vous arrive rien, seulement, si vous le dites cela va de soi... "

Le jeune homme avait fini par connaître la jeune femme. Aussi, de s'assurer qu'elle tiendra parole, il ajouta d'un ton doux et ferme:

" Je veux que vous me le promettiez, Ambre... "
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité

>
PROFIL
RPG
MessageSujet: Re: " Ce qui rend les amitiés indissolubles et double leur charme est un sentiment qui manque à l'amour : la certitude. "   Mar 20 Aoû - 20:57

Toute la pression qui s’était posée sur les épaules d’Ambre durant tout le temps où Edward se trouvait dans la pièce venait de s’évanouir d’un seul coup sitôt qu’il eut refermé la porte de la cabine. Cependant, une peur viscérale et incontrôlable la tenaillait toujours. C’était une terreur qui étreignait ses entrailles depuis qu’elle avait été enlevée par les deux anglais et qui depuis, ne l’avait pas quittée. Elle craignait de souffrir, elle craignait pour sa vie et pour celle de toutes les personnes qui se trouvaient malheureusement concernées par la terrible histoire qui se jouait derrière le rideau de la « Grande Amy ». Si seulement les gens savaient, ils seraient horriblement choqués, mais à jamais ils resteraient dans l’ignorance. De toute manière à quoi bon ?
C’était bien ce qu’avait tenté de faire comprendre à Jack, cet homme qui se battait pour elle, pour sa liberté, pour qu’elle vive. Jamais quelqu’un n’avait porté autant d’intérêt à son existence et elle en était profondément touchée. Elle aurait souhaité pouvoir faire montre de toute la gratitude dont l’aveugle était capable envers le jeune homme. Malheureusement, il se battait pour une cause perdue, il était bien trop tard pour que les choses changent. Elles étaient ainsi et rien, ni personne n’y pourrait quelque chose.
Jack sortit finalement de la salle de bain et s’approcha de l’aveugle, qui s’était assise à sa coiffeuse, totalement désespérée. Elle ne savait plus que faire, ni comment régler cette situation. Tout ce qu’elle voulait, c’était que personne ne souffre et qu’Edward n’abatte pas sa terrible main vengeresse sur qui que ce soit sur ce paquebot.
La chanteuse écouta les paroles de Jack. Il avait bien raison. Elle-même à sa place aurait fait la même chose que lui. Elle n’aurait pu laisser une personne en détresse dans une pareille misère, mais les situations étaient bien inversées et elle se devait de protéger le troisième classe de la tyrannie de son manager. Elle eut un pâle sourire lorsqu’il déclara être un homme bien têtu. Elle ne pouvait nier une pareille chose, d’autant que cet entêtement lui rappelait en tout point celui de Dimitri. Ils ne lâchaient jamais l’affaire.

« J’ai conscience que ce que je vous demande est dur Jack, mais d’autres y sont arrivés avant vous. J’aurai seulement souhaité que vous ne soyez pas mêlé à tout ça. Je voulais seulement que vous ne sachiez rien de ce qu’était ma vie. Je me sens tellement coupable de vous avoir entraîné dans cette histoire. »

Ambre se reprit son front être ses mains, quand le ton sérieux de Jack ramena son attention sur le jeune homme. Les paroles qu’il prononça lui apportèrent à la fois un grand soulagement et de l’étonnement. Il proposait un pacte entre lui et la chanteuse. Il promettait de ne plus approcher d’Edward, et même d’aller s’excuser pour calmer sa colère et sa vengeance certaine, si en contrepartie, ils restaient amis, mais invisibles au regard du lord anglais.

« Ce sera certainement très difficile de continuer à nous voir Jack. Edward risque de beaucoup me surveiller mais je peux vous promettre que notre amitié restera totalement intacte. Vous êtes si cher à mon cœur Jack. Vous avez fait pour moi bien plus que n’importe qui aurait pu le faire en des années. » sourit la jeune aveugle en se relevant.

Puis Jack prit soudain les mains dans les siennes et ajouta une nouvelle condition à leur serment. Un frisson glacé lui parcourut l’échine lorsqu’il lui exposa sa nouvelle contrainte. Dénoncer Edward ? Elle ne pourrait jamais, même s’il opérait sur lui les pires sévices. Jamais, elle n’avait parlé. Elle avait toujours été contrainte à vivre dans un monde de mensonges et de dissimulations, dénoncer son manager lui semblait presque impossible. Surtout si elle se référait aux derniers qui avaient osé l’affronter. Swan avait cherché à se rendre à la police, écrasé par la culpabilité, mais Edward s’y était farouchement opposé et il était mort. Quant à Dimitri, ce n’était même plus la peine d’évoquer son affreux destin.
Elle sentait le regard de Jack braquait sur elle. Elle savait qu’elle ne pourrait échapper à cette promesse. Puis elle se dit soudain qu’après tout, Edward n’avait presque jamais levé la main sur elle tant qu’elle lui était dévouée et obéissante. Il suffisait seulement qu’elle joue la comédie comme avant pour que tout revienne dans l’ordre. Elle pouvait donc promettre sans scrupule, assurée qu’il ne lui arriverait rien. Car elle savait très bien ce qu’il pourrait se produire si elle venait à dénoncer Edward auprès de Jack. Il s’empressait alors de lui régler son compte et c’était bien une situation qu’elle voulait éviter à tout prix.
Elle déglutit, reprit une grande inspiration avant de relever son regard sans vie vers Jack. Elle resserra ses petites mains glacées sur celle du jeune homme et déclara :

« Je vous le promets Jack. »

Menteuse…
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité

>
PROFIL
RPG
MessageSujet: Re: " Ce qui rend les amitiés indissolubles et double leur charme est un sentiment qui manque à l'amour : la certitude. "   Dim 1 Sep - 11:56

Jack fixait le regard de la jeune aveugle. Il l'avait ainsi mis sur le fait accompli. Il voulait qu'elle lui promette de le prévenir si jamais Edward venait à être trop violent envers elle. Cela rassurerait le Troisième Classe qui savait qu'il ne pouvait rester tout le temps à ses côtés, surtout avec le retour d'Edward sur le bateau. Ce fou furieux était le diable incarné, cela ne faisait aucun doute: comment pouvait-il agir ainsi et se servir de la jeune aveugle comme d'une poupée qu'il coiffait et exhibait comme il le souhaitait. Il devait certainement être atroce à vivre pour qu'Ambre puisse pus rien dire, ou ne plus avoir de volonté propre pour se rebeller contre lui. Elle devait sans doute vivre avec une épée de Damoclès sous la tête : certainement, qu'elle vivait avec la peur ou l'espoir de mourir un jour. Non, cela était au dessus des forces de Jack. Il ne pouvait rester ainsi. Il voulait aider la jeune femme, il voulait qu'elle soit son amie. Et le miracle était que la jeune femme voulait que ce soit pareil, bien que cela risquait d'être dur pour les deux de se voir avec Edward au milieu. Mais quand on veut, on peut et Jack ferait tout pour la voir et s'assurer qu'elle allait bien.

Ambre répondit alors positivement à sa promesse. Mais Jack ne sentit aucun once de sincérité ce qui l'attrista, mais il ne pouvait lui en tenir rigueur. Après tout, Ambre s'était embarqué seule dans ce numéro de théâtre dans lequel Edward lui soufflait les paroles et les gestes à effectuer, depuis, tant d'années que cela devait durer... Personne n'avait jamais du l'aider, ou quiconque avait été au courant, avait fui au lieu d'aider la jeune aveugle. Maintenant, tout devait changer. Jack, s'en faisant la promesse, allait chercher la personne capable de mettre un terme à tout cela:

Dimitri.

Car oui, il était en vie. Il était mort pendant le naufrage, alors il avait survécu comme l'ensemble des autres passagers. C'était une vérité absolue, il était en vie et même si, Ambre le croyait toujours mort, il ne pouvait être que présent ici même. Bien entendu, il y avait un trou à boucher, pourquoi ne s'était il pas manifesté? Que Ambre n'ait pu le trouver, cela se comprenait. Mais lui, il y voyait clair pourtant? Jack sentit que leur entretien se terminait. Et qu'il était temps pour lui de partir, il avait eu les réponses à ses questions, le jeune homme espérait que malgré le peu de sincérité senti dans la voix d'Ambre, elle tiendrait parole et l'avertirait. Jack parla alors:

" Je vais devoir vous laisser, Ambre, j'ai invité Heloise au restaurant et je dois tout préparer. " dit-il tout en sentant l'excitation envahir sa voix tant il était heureux pour ce soir. Puis, il ajouta : " Même si je n'ai pas la certitude que vous ayez été sincère dans votre promesse, j'espère de tout cœur que vous viendrez me dire si jamais, ça ne va pas. De mon côté, je ne vous oublierai pas et viendrais vous voir et vous aider. Je serais aux yeux d'Edward, un de vos plus fervents fans! "

Puis, il prit la jeune femme dans ses bras avant de terminer ainsi :

" Prenez soin de vous... "
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité

>
PROFIL
RPG
MessageSujet: Re: " Ce qui rend les amitiés indissolubles et double leur charme est un sentiment qui manque à l'amour : la certitude. "   Mar 3 Sep - 3:46

Ambre n’avait jamais aimé mentir. C’était une chose à laquelle elle avait toujours été contrainte et elle en abhorrait tous les aspects. Evidemment, sa vie de mensonge était née auprès des frères Darcy. Elle avait dû taire la mort de Dimitri, l’enlèvement, leurs crapuleuses manigances. Elle avait été obligée de faire croire que sa cécité était de naissance. Puis lorsque sa notoriété fut d’ordre public, elle dut se résoudre à jouer pleinement le jeu de la petite étoile montante. Dans la version officielle, la jeune chanteuse était une petite fille aveugle qu’ils avaient trouvée dans la rue et ils avaient décidé de lui donner sa chance. Ils lui avaient offerts des moyens, un nouveau nom de scène, une carrière et la célébrité. Certes, en résumé les choses s’étaient passées ainsi mais la vérité avait tout de même été considérablement altérée. Les zones d’ombre, les meurtres, les sévices, les souffrances pour en arriver à tel résultat avaient été éludés. Ambre avait dû se plier à ce sordide manège durant des années mais elle détestait de devoir mentir. Tout son esprit se rebellait à chaque fois contre cette idée, aussi parlait-elle très peu à l’époque, ce qui avait fait naître le mythe de la chanteuse mystérieuse et lointaine. Elle ne laissait d’ailleurs les mondanités qu’à Amy qui savait mieux les entreprendre qu’Ambre.
Cependant, elle savait que le mensonge pouvait parfois être plus que nécessaire. Notamment pour sauver des vies ou empêcher les êtres chers de se mettre en danger. Ambre se souvenait avoir menti durant un long moment avant d’avouer que les bleus qu’elle avait sur le corps étaient faits par son père. Le jeune garçon qu’il était à l’époque bouillait sur place à chaque fois qu’il voyait qu’elle portait de nouveaux coups sur sa peau. Mais c’était pour le protéger qu’elle lui avait menti. Après tout, elle avait bien eu raison, puisque lorsque Dimitri fut au courant et qu’un jour il trouva le courage d’affronter le père d’Ambre, il se retrouva au tapis, le visage ensanglanté. La petite fille avait eu si peur ce soir-là… mais ce fut aussi ce qui motiva le départ des deux enfants. Ils s’étaient enfuis tous les deux, main dans la main sous les conseils avisés du jeune violoniste.
Et c’était avec le même désir de protection qu’Ambre avait senti qu’il serait nécessaire de mentir à Jack. Elle savait pertinemment que si Edward s’en prenait à elle et que le blond venait à le savoir, il ferait la peau à son manager. Et plus que tout, elle voulait éviter ce genre de situation, car avec Edward, les choses ne cesseraient jamais. Il n’avait jamais apprécié de perdre et ce n’était certainement pas aujourd’hui que les choses allaient changer. D’autant qu’il n’avait plus Dimitri ou Swan pour lui mettre des bâtons dans les roues, car après tout ils étaient bien les seuls qui avaient été des ennemis du manager. Mais maintenant Jack venait s’ajouter au lot et Ambre voulait éviter plus que tout qu’il finisse de la même manière que les deux pauvres victimes d’Edward. Elle le sauverait coûte que coûte et Héloïse et Lydia avec elle.

Jack n’ajouta rien quand Ambre lui répondit qu’elle lui promettait de venir le voir. Elle avait seulement entendu la voix d’Amy lui criait qu’elle n’était qu’une sale menteuse et elle devait malheureusement avouer que c’était vrai. Durant un instant, elle avait craint que le jeune homme ne discerne son mensonge mais visiblement, il fut satisfait car il ne répliqua pas.
Lorsqu’il reprit la parole, ce fut pour dire qu’il devait se retirer car il avait invité sa belle au restaurant. Ambre lui offrit alors un sourire.

« J’espère alors pour vous que les choses se passeront au mieux. Vous le méritez Jack. »

Puis il lui confia qu’il n’avait pas vraiment cru à sa promesse. Le cœur de l’aveugle se serra dans sa poitrine mais visiblement, le troisième classe venait de comprendre les liens qui l’enchaînaient au monde du mensonge. Les paroles de Jack la touchèrent profondément.

« Alors vous serez bien mon admirateur favoris. » sourit Ambre d’une tristesse amusée.

Puis il la prit dans ses bras et la serra fort, lui enjoignant de prendre soin d’elle. La chanteuse profita de la chaleur de son étreinte, certainement la dernière qu’elle recevrait désormais qu’Edward était à bord.

« Merci pour tout. » lui chuchota-t-elle, emplie de reconnaissance avant qu’il ne quitte la cabine.

De nouveau seule, elle resta un moment immobile devant la porte, de manière à être certaine qu’Edward ne l’avait pas épiée. Enfin soulagée, elle s’avança jusqu’à son lit où elle grimpa et se roula en boule, commençant à fredonner.
A nouveau seules…

Fin.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



>
PROFIL
RPG
MessageSujet: Re: " Ce qui rend les amitiés indissolubles et double leur charme est un sentiment qui manque à l'amour : la certitude. "   

Revenir en haut Aller en bas
 

" Ce qui rend les amitiés indissolubles et double leur charme est un sentiment qui manque à l'amour : la certitude. "

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Sam et Frodo ou une amitié malsaine ?
» L'amitié n'a pas de prix...(PV : Petit Lagon)
» L'amitié d'Herbert Pagani.
» ce merveilleux mot Amitié
» Granma Internacional rend hommage à Toussaint Louverture

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GHOSTS OF THE ABYSS ♛ :: Archive RP-