AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | .
 

 "Nous séparer, ils ont jamais été cap d’y arriver. "

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

Invité

>
PROFIL
RPG
MessageSujet: "Nous séparer, ils ont jamais été cap d’y arriver. "   Sam 16 Fév - 21:18

&

" Nous séparer, ils ont jamais

été cap

d'y arriver "

- Jeux d'enfant -

C'etait une de ces journées sans fin qui venait de commencer. Jack Cooper avait été réveillé par les premiers rayons de soleil. Comme chaque matin, la lumière avait surgi de son minuscule hublot de la chambre qu'il partageait avec sa sœur, Lydia. Il s'agissait d'une minuscule pièce assez rudimentaire ou l'on trouvait un lit superposé, une grande armoire que partageait le jeune homme et sa sœur et un broc en porcelaine pour se laver. En tant que troisième classe, le blondinet ne pouvait jouir du même luxe que ceux des Premières classes.

Avant que sa vie ne bascule l'année dernière lors du tragique naufrage, Heloise partageait également leur chambre. La nuit, Jack et sa fiancée se serrait dans le lit du haut. Désormais, il passait ses nuit seules depuis qu'Heloise avait quitté la chambre à la demande de Jack, excédé par les supplications de sa propre sœur.

Matinal, le jeune homme se leva doucement de son lit afin de ne pas réveiller sa sœur qui dormait en haut du lit. Il fit couler de l'eau dans le broc, il se débarbouillât le visage, le corps et sortir une de ces habituelles tenues: une chemise blanche sur un pantalon noir, classique et laissant clairement apparaître sa condition de troisième classe. Ses cheveux naturellement bouclés n'avait besoin de coup de brosse, juste une main passée dans sa chevelure suffisait.
C'est ainsi qu'il sortit en douce de sa chambre. Mission accomplie: il avait quelques heures de liberté devant lui avant que sa sœur ne le réveille.
Le jeune homme soupira, peiné de voir combien il était lâche. Il évitait Lydia, il évitait Heloise. À force de se conduire de la sorte, il allait finir ses jours seul, et cela pour l'éternité.

Chassant les idées noirs et sentant son ventre gargouiller, Jack déambula dans les couleurs du navire. Il salua les membres de l'équipage qui traversait également le corridor pour aller aux sous sols du bateau Ou se trouvait également les cuisines. Après quelques instants de marche, le jeune homme arriva dans la salle à manger des troisièmes classes.

Il appréciait cet endroit. Bien que pauvre et ne respirant pas le luxe, celle salle était accueillante et il était bon d'y rester lorsqu'elle était pleine. Une atmosphère d'amour et familial y régnait.
Pour le moment, elle était occupée par une seule personne : une jeune femme que Jack avait souvent croisé dans le bateau. Toutefois, il n'avait jamais eu l'opportunité de lui parler. Cela était d'autant plus curieux que cette personne ne lui était inconnue. Il la connaissait mais le jeune homme était incapable de se souvenir à quel moment elle avait fait irruption dans sa vie d'antan.

Elle était assise sur une de ces tables à quatre places près des fenêtres, un des endroits que Jack appréciait grandement lorsqu'il venait se nourrir.

La délicieuse odeur du buffet rappela à Jack, ce pourquoi il était venu : le petit déjeuner. Il prit une assiette et entreprit de la remplir. Pancakes, Œufs brouillés, croissant, lards fumés. Il y avait au moins de la nourriture pour deux adultes et un enfant, mais le jeune homme était connu pour son appétit d'ogre.

Il se rendit à la table ou se trouvait la jeune femme. Le jeune homme était bien éduqué et son père, avant qu'il ne devienne un vieux fou alcoolique, lui avait toujours dit d'être galant en compagnie de la gente féminine.
C'est ainsi que debout face à la jeune femme, il s'adressa d'une voix douce


"Madame, pardonnez moi de vous déranger. La salle étant vide, cela vous dérangerez si je m'installe avec vous afin que nous déjeunions à deux dans cette salle vide?
Revenir en haut Aller en bas


ADMIN SADIQUEThe body of a woman, but the heart of a lion.
avatar

>
PROFIL♌ Double Compte : Esther Delmas, Mary-Ann Fleming & Scarlett Hamilton
♌ Prénom ou Pseudo : Mari-Jane
♌ Signaux de Détresse : 8567
♌ Points : 20
♌ Jour d'embarquement : 16/07/2011
♌ Age du Personnage : 23 ans
♌ Profession : Couturière & Danseuse à ses heures perdues
♌ Crédits : Mari-Jane
♌ Photo :
RPG
Journal d'un fantôme
♌ Numéro de Cabine : E10
♌ Situation Amoureuse : Amoureuse de Joseph Earnshaw
♌ Présentation:
MessageSujet: Re: "Nous séparer, ils ont jamais été cap d’y arriver. "   Ven 22 Fév - 21:08

Souvenirs d'enfance.


« Nous séparer, ils ont jamais été cap d'y arriver. »


Salle à manger des troisièmes classes ♦ avril 1913
« Pourquoi tu pars ? Tu m’avais promis qu’on resterait toujours ensemble à jamais. » Disait la petite fille de tout juste sept ans, ne comprenant pas cette injustice.
« Je n’ai pas le choix, c’est tout Georgiana. » Lui répondit le jeune garçon désolé.
« Tu n’avais pas le droit, tu m’avais promis ! » Cria-t-elle en s’enfuyant, les larmes aux yeux.

En partant ainsi, la petite n’avait pu réellement dire adieu à son ami Jack Cooper. A l’annonce du départ du jeune garçon, elle avait été triste, désespérée que la promesse qu’ils s’étaient fait soit rompue si injustement. Elle avait tellement pleuré, quand elle avait trouvé le lendemain la porte close et la maison vide de son ami. C’était tellement injuste, ils s’aimaient tant et la vie les avait séparés. Quand elle s’était rendue compte, qu’elle ne le reverrait plus jamais, Georgiana était presque désespérée. La petite fille avait perdu son compagnon de jeu, son frère, son amoureux, son départ avait laissé un grand vide autour d’elle.
Quand elle repensait à tout cela, Georgiana O’Hara ne pouvait s’empêcher de sourire, Jack avait été un bon ami, une petite amourette de jeunesse. Avec du recul, elle se sentait bête, presque ridicule, mais elle n’était qu’une enfant à l’époque, une fillette pour qui les promesses comptaient plus que tout. Jack avait tout emporté avec lui, lors de son départ, leurs longues promenades dans les quartiers de Londres, l’heure du goutée où ils se rendaient toujours à la boulangerie pour se partager un petit pain. Seul subsistait une marque, une croix toute fine, qui devait les unir. Aujourd’hui, de cette marque subsistait que de simples traits blancs. Cette marque représentait son enfance et jamais elle ne s’en était voulu de son existence.
A son réveil, la jeune femme s’était rendue compte, qu’elle venait de rêver de cet évènement de son enfance. C’était étrange, sachant qu’en ce moment ses pensées n’étaient pas préoccupées par ça, oh que non, Georgiana était bien plus inquiète par la présence de son ancien fiancé Arthur à bord du navire. D’ailleurs, depuis son retour, elle prenait toujours garde à ne pas tomber dessus. Il n’y avait que les heures des repas qui lui imposaient sa maudite présence. Si quelqu’un pouvait le jeter par-dessus bord, ça serait une véritable délivrance pour la troisième classe. La brune se réveilla en douceur, Bridget était toujours endormie, elle fit donc en sorte de ne pas faire trop de bruit en s’habillant et elle se rendit jusqu’à la salle de bain, qui ne devait contenir personne à cette heure. Là-bas, elle fit sa toilette. La jeune femme était toujours très à cheval sur l’hygiène, elle ne comprenait pas comment certaines personnes pouvaient se laisser aller au point de dégager certaines mauvaise odeurs. Une fois lavée, elle prit bien soin pour se coiffer, ses cheveux étaient tellement difficiles par moment, mais la jeune femme adorait en prendre soin. C’était vêtue élégamment, qu’elle sortit de la pièce, Georgiana portait toujours des robes de sa création, des vêtements simples, mais joli, qui était loin de sa condition de troisième classe. Juste après, elle se rendit à la salle à manger pour les troisièmes classes. A cette heure le petit déjeuner était déjà prêt, elle pourrait le prendre tranquillement, sans qu’il n’y ait trop de bruit dans la pièce. La danseuse poussa les portes, il n’y avait personne, quelle chance ! Quand elle se levait tôt, elle craignait toujours de tomber sur Arthur, mais pour le moment, la chance était toujours avec elle, mais pour combien de temps ? Georgie se servit son petit déjeuner, prenant des œufs au lard, avec un grand verre de jus d’orange. Voilà un déjeuner comme elle les aimait. Chez ses parents, elle n’avait pas toujours eu l’occasion de manger des petits déjeuners copieux, par moment, elle devait se contenter de pas grand-chose. Cependant, ses parents avaient toujours fait en sorte que leurs enfants mangent à leur fin, se battant pour que tout soit convenable pour eux.
La jeune femme se retourna, quand elle entendit les portes s’ouvrir, ce n’était pas Arthur, simplement un homme de troisième classe qui l’intriguait beaucoup. Georgiana avait toujours l’impression en le croisant, qu’elle le connaissait, mais où et comment, elle n’en avait aucune idée. Elle retourna vers son petit déjeuner, regardant par moment, par la fenêtre, pour se distraire. Puis l’homme s’approcha, pour lui demander s’il pouvait manger à ses côtés. La jeune femme ne voyait pas pourquoi refuser, après tout ça serait l’occasion de faire connaissance.

« Oui, installez-vous. » Disait-elle tout en montrant la place face à elle, accueillant aussi l’homme avec un agréable sourire.

Un léger silence s’installa. Un silence durant lequel Georgiana ne cessait de lever le regard vers l’homme, s’interrogeant sur l’endroit où elle avait pu le connaître. Peut-être à Londres ? Après tout la ville était si grande, elle aurait pu le croiser, d’où cette impression. Pourtant, elle ne croyait pas en cette théorie, si bien qu’elle se décida à l’interroger.

« Excusez-moi, mais j’ai l’impression que l’on s’est déjà vu, mais je n’arrive pas à savoir ni où, ni comment. Se serait-on déjà vu quelque part, en dehors de ce navire ? » Demanda la jeune femme.

_________________


GEORGIANA O'HARA ϟ « La mort n'est que le commencement. » Le coeur brisé, d'une jeune femme de troisième classe.  



Dernière édition par L. Georgiana O'Hara le Sam 2 Mar - 18:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité

>
PROFIL
RPG
MessageSujet: Re: "Nous séparer, ils ont jamais été cap d’y arriver. "   Dim 24 Fév - 16:54

&

" Nous séparer, ils ont jamais

été cap

d'y arriver "

- Jeux d'enfant -


Dans cette salle pratiquement vide, la jeune femme avait accepté de partager son petit déjeuner en sa compagnie. Jack ne la connaissant pas, il avait été surpris de ce sourire si doux ainsi que de sa réponse positive donnée immédiatement après sa requête. Elle semblait être ces femmes, en général de troisièmes classes, que la vie n'avait pas gâtée mais qui conversait, malgré toutes les péripéties, une grande beauté dans l'âme.
Il s'assit donc en face d'elle et entreprit de déplier sa serviette de coton et se l'installa sur ses genoux afin de ne pas tâcher son pantalon. Il prit le temps de contempleriez paysage resplendissant qui s'offrait a lui, cette vue du soleil se levant à l'horizon. Ensuite, le jeune homme se souvint de ou il était. Alors, respirant l'odeur appétissante qui se dégageait de son assiette, il entreprit de manger afin de rassasier sa faim ardente.
Un silence s'installa pendant que tous deux mangeaient. Ce fut la jeune femme qui le rompit en lui demandant s'ils s'étaient déjà vus quelque part. Son visage ne lui était pas inconnu. Le ventre du jeune homme se noua, ainsi donc, il avait raison: la jeune femme lui était familière, mais Jack n'arrivait pas à remettre ses souvenirs a leur place: il n'arrivait donc pas a savoir qui elle était.
Déglutissant avec difficulté et avalant ses œufs brouillés, il regarda alors la jeune femme:

"C'est bien étrange que vous me dites cela. J'ai eu, exactement, la même impression lorsque je vous ai vu." Dit-il avec un sourire timide, avant d'ajouter : "Votre visage ne m'ait pas inconnu mais je suis incapable de vous situer dans cette spirale infernale que sont les souvenirs.. En tout cas, une chose est sûre, je vous connais mais c'est en dehors de ce navire."

Les souvenirs... Il y en avait tant dans la vie du jeune homme qu'il avait parfois du mal à les conserver. De plus, depuis le naufrage, Jack était plus que jamais malheureux et se laissait souvent emporté vers un seul et unique moment de sa vie: celui ou il était heureux avec Heloise et ce, bien avant l'embarquement sur le Titanic. Il avait cessé de se rappeler de ces moments d'enfant lorsque sa chère mère était encore en vie. Petit à petit, tout cela avait fini par s'estomper pour ne laisser place qu'à Heloise qui hantait son esprit de jour, comme de nuit.

Jack entreprit de couvrir son pancake de marmelade tout en continuant de chercher d'où il avait connu cette belle jeune femme. Tout en tartinantes son petit pain, il regarda à nouveau sa voisine de table:

"Je suis sincèrement navré mais j'ai beau cherché, j'ai du mal à vous situer.Puis, il ajouta avec un petit rire: J'ai l'impression que beaucoup de mes souvenirs et instants du lassé ont sombré il y a un avec le navire.
Jack mangea alors son pancake savourant le plaisir de manger des plats aussi bon, le cuisinier du Titanic était, décidément,un chef.

Ensuite, il but une gorgée de son café et s'adressa à la jeune femme qui déjeunait toujours :

Peut être que mon nom vous rappèlera quelque chose... Qui sait? Je m'appelle Jack... Jack Cooper.


Dernière édition par Jack Cooper le Jeu 28 Fév - 18:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


ADMIN SADIQUEThe body of a woman, but the heart of a lion.
avatar

>
PROFIL♌ Double Compte : Esther Delmas, Mary-Ann Fleming & Scarlett Hamilton
♌ Prénom ou Pseudo : Mari-Jane
♌ Signaux de Détresse : 8567
♌ Points : 20
♌ Jour d'embarquement : 16/07/2011
♌ Age du Personnage : 23 ans
♌ Profession : Couturière & Danseuse à ses heures perdues
♌ Crédits : Mari-Jane
♌ Photo :
RPG
Journal d'un fantôme
♌ Numéro de Cabine : E10
♌ Situation Amoureuse : Amoureuse de Joseph Earnshaw
♌ Présentation:
MessageSujet: Re: "Nous séparer, ils ont jamais été cap d’y arriver. "   Mer 27 Fév - 19:09

Souvenirs d'enfance.


« Nous séparer, ils ont jamais été cap d'y arriver. »


Salle à manger des troisièmes classes ♦ avril 1913
Il y avait toujours d’étranges coïncidences, comme le jour où vous pensez à quelqu’un et que vous le croisez le jour même dans la rue, ou sinon une rêverie de la nuit qui se réalise. Les coïncidences étaient nombreuses dans nos vies mais était-ce le fruit d’un simple hasard ou tout simplement une réalisation du destin qui voulait vous procurer un moment de bonheur. Il y avait de bons hasards, mais aussi des mauvais. Comme croiser son pire ennemi dans une rue alors que votre journée était déjà maussade, ou encore le fait que l’on vous annonce une mauvaise nouvelle alors que vous vous y attendiez. Tous les hasards sont bons à prendre, même les mauvais, puisqu’ils font partis de notre destin. En cette journée, Georgiana tentait de mettre un nom sur ce visage qui se trouvait face à elle. Ce jeune homme qui lui disait tant de chose, sans qu’une image ne puisse lui venir en tête, quant à la rencontre. Il était en troisième classe et semblait être de son âge. Peut-être avait-il vécu dans le même quartier qu’elle à Londres ? Cela pouvait être possible, tant de famille transitée là-bas, allant et venant aux grès de leurs envies, changeant d’endroit quand un autre était plus profitable. La jeune danseuse savait que cela n’était pas poli, mais elle ne pouvait s’empêcher de le dévisager cherchant un quelconque indice sur le visage de l’homme qui partagé son petit déjeuner. Bientôt, ils ne furent plus seuls, d’autres personnes entrèrent dans la pièce, bruyamment, pour se restaurer après une bonne nuit de sommeil. Les couchettes de troisième classe n’était peut-être pas luxueuse, mais elles avaient l’avantage d’être confortable, contrairement à ce que la plupart des personnes de cette classe ont pu connaître avant d’embarquer à bord. L’homme partageait le même sentiment qu’elle, il l’avait aussi déjà vu quelque part, il y a fort longtemps, sans pour autant se souvenir. Tout cela était confus pour la jeune femme, elle qui avait une si bonne mémoire, elle s’en voulait de ne pas pouvoir mettre un nom sur cet homme, à moins qu’ils ne se soient rencontrés durant leur enfance. Cela pourrait tout expliquer. Le temps changeait les Hommes, si bien qu’entre l’enfance et l’âge adulte, il était parfois difficile de reconnaître quelqu’un que l’on a connu, il y a fort longtemps.

« Ne vous excusez pas, j’ai l’impression que l’on perd parfois tous la tête à bord de ce navire. » Disait-elle tout en souriant agréablement à l’homme.

Puis vint l’heure de la révélation, tentant sa chance, l’homme lui disait son identité : Jack Cooper. Sous le choc, la jeune femme ne sut comment réagir. C’était tellement évident ! Elle passa du grand sourire, aux larmes de joie, tellement elle était heureuse de retrouver son ami d’enfance, celui avec qui elle pensait passer toute sa vie. Que c’était amusant, surtout de voir que pendant tout ce temps, elle n’avait plus pensé à lui, à part dans quelques pensées. Après son départ, elle avait fini par refaire sa vie, ayant d’autres amoureux, puis un fiancé et maintenant Joseph. Des larmes de joie longées ses joues, puis la jeune femme sauta au cou de l’homme. Il allait peut-être la penser folle.

« Oh mon Dieu, Jack c’est moi Georgiana O’Hara. » S’exclama-t-elle euphorique par ces retrouvailles.

Dire que pendant une année il était-là, à quelques mètres voir centimètre d’elle et c’était seulement maintenant que tous les deux réalisaient qu’ils s’étaient retrouvés. La jeune femme ne savait pas trop ce qui allait découler de ces retrouvailles, mais elle était tout simplement heureuse que cela arrive. Sur le Titanic, elle retrouvait une part de son enfance avec la présence de Jack et maintenant qu’ils s’étaient retrouvés, elle n’était pas prête de le laisser s’échapper encore une fois.

_________________


GEORGIANA O'HARA ϟ « La mort n'est que le commencement. » Le coeur brisé, d'une jeune femme de troisième classe.  



Dernière édition par L. Georgiana O'Hara le Sam 2 Mar - 17:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité

>
PROFIL
RPG
MessageSujet: Re: "Nous séparer, ils ont jamais été cap d’y arriver. "   Jeu 28 Fév - 18:28

&

" Nous séparer, ils ont jamais

été cap

d'y arriver "

- Jeux d'enfant -



Surpris. Tel était le sentiment qui submergea Jack à l'instant ou il se présenta à sa compagne de déjeuner. Le visage de la belle refléta diverses émotions. Tout d'abord, ce fut une interrogation; le temps de quelques secondes de mettre un visage sur un souvenir égaré. Puis, ensuite, ce fut une immense joie suivie de quelques larmes. Le jeune garçon commença à se sentir gêné des pleurs de la jeune femme. Et si, il s'agissait d'une conquête qu'il aurait pu avoir sous l'emprise d'un état alcoolique? L'hypothèse était fort peu probable car le jeune homme ne s'était donné qu'à une seule femme: Heloise. Mais l'alcool pouvait parfois vous faire oublier des instants de votre vie qu'il valait ne jamais se rappeler.
Puis, avant qu'il ne put se lancer dans une âpre réflexion, la jeune femme se leva d'un bond, contourna sa chaise et se jeta au cou de Jack.

Le jeune homme commença à se dire qu'il pouvait s'agir réellement d'une aventure d'un soir et qu'il aurait alors tromper sa bien aimée. Mais, heureusement pour lui, cela n'en fut pas le cas lorsqu'elle se présenta.
Il s'agissait de Georgiana O'Hara.

Et c'est à ce moment que les rouages mécaniques du cerveau de Jack se remirent à leur place.

"Non mais je rêve!!!! Georgienette!!!" S'exclama t-il en utilisant ce vieux surnom qu'il lui donnait, alors enfant. Il s’empressa de répondre à son étreinte, la serrant fort dans ses bras comme au bon vieux temps.

Il s'agissait de Georgiana, la première histoire d'amour de Jack alors qu'il n'était encore qu'un enfant. Le jeune homme se mit à sourire en repensant aux quatre cents coups qu'ils avaient pu faire. Les rigolades, les sorties le soir dans les rues de Londres à l'encontre des interdictions de leurs parents respectifs. A l'époque, ils étaient alors inséparables. Ils s'étaient voués un amour éternel et se l'étaient jurés en se scarifiant la peau d'une croix qu'ils avaient gravés à l'aide d'un couteau dans le creux de leur poignée. Cela était leur marque de fabrique et encore aujourd'hui, la cicatrice restait encore visible.

Issus du même milieu social, ils vivaient tous deux dans le même quartier de Londres. Avec sa soeur Lydia, il formait un inséparable trio. Combien de fois, leurs parents les avaient sermonnés lorsqu'ils rentraient tous sales, échevelés mais les yeux brillants? Car après tout, ils n'étaient que des enfants s'aimant d'un amour sincère. Georgiana et Jack avait décidé qu'ils iraient vivre aux États Unis et auraient cinq enfants. Jack se vouait à devenir un charpentier ce que son amie s'était empressé d'encourager dans cette voix.
Il s'agissait d'une époque bien heureuse entre ses deux enfants accaparés par leur jeux et ignorants d'une idée qu'un jour, leur route serait séparée.

Et le destin en décida autrement.

Lorsque la mère de Jack disparut, le comportement du garçon, marqué par le chagrin, changea du but en blanc. Il devint distant. A titre de comparaison, Jack déclina comme son propre père. Tandis que l'un s'enfonça dans une dépression enfantine, l'autre sombra dans l'alcool et la folie.
Ainsi, un beau jour, alors que Georgiana l'attendait pour leur habituelle balade aux marchés du quartier, Jack, la mine penaude lui annonça qu'il parait ailleurs. Puis, sans un mot, sans répondre aux supplications de son amie en pleurs, il fut tiré par sa grande soeur, Lydia et disparut à tout jamais de la vie de la belle.
Il n'eut plus jamais de contact bien que le jeune homme connaissant l'adresse postale de son amie aurait pu envoyer un lettre. Mais il n'en fit rien, de peur que son père en soit informé et ne cherche à les retrouver. Le jeune homme combla sa blessure par le travail et sa nouvelle vie.

Et voilà, qu'elle se trouvait à présent devant lui. Avec un grand sourire, il lui prit sa main et la retourna afin d'y voir le poignet et cette croix. Dans un cri de joie, il mit son propre bras à côté de Georgiana:

" C'est incroyable, tu as toujours ta marque aussi! Je n'en reviens pas. Tu me rappelles les meilleurs instants de ma vie
Puis, il la serra à nouveau dans ses bras, se revoyant enfant. Les sentiments amoureux avaient depuis longtemps disparus mais cette tendresse si attachant et si forte était toujours intacte. C'était sa Georgiana et maintenant qu'elle était là, que son père ne pourrait jamais les retrouver, Jack refusait, une fois de plus, de la perdre à nouveau.

"Alors, ma petite Georgie, qu'est ce que tu es devenu depuis ce temps? A jouta le jeune homme en contemplant ce visage tant aimé.


Revenir en haut Aller en bas


ADMIN SADIQUEThe body of a woman, but the heart of a lion.
avatar

>
PROFIL♌ Double Compte : Esther Delmas, Mary-Ann Fleming & Scarlett Hamilton
♌ Prénom ou Pseudo : Mari-Jane
♌ Signaux de Détresse : 8567
♌ Points : 20
♌ Jour d'embarquement : 16/07/2011
♌ Age du Personnage : 23 ans
♌ Profession : Couturière & Danseuse à ses heures perdues
♌ Crédits : Mari-Jane
♌ Photo :
RPG
Journal d'un fantôme
♌ Numéro de Cabine : E10
♌ Situation Amoureuse : Amoureuse de Joseph Earnshaw
♌ Présentation:
MessageSujet: Re: "Nous séparer, ils ont jamais été cap d’y arriver. "   Sam 2 Mar - 18:49

Souvenirs d'enfance.


« Nous séparer, ils ont jamais été cap d'y arriver. »


Salle à manger des troisièmes classes ♦ avril 1913
Elle se souvenait encore de la petite fille en pleur, que sa mère consolait, alors qu’elle venait de perdre son meilleur ami, son petite amoureux de l’époque. Le départ de Jack avait beaucoup attristé Georgiana qui avait beaucoup perdu ce jour-là. Sa vie était devenue vide sans lui, si bien qu’elle avait du tout recommencé. Bien sûr, elle se trouva facilement d’autres amis, comme n’importe quel enfant, mais aucun d’eux ne fut Jack Cooper. Avec le temps Georgie pensait ne plus jamais le revoir, elle ne quittait pas Londres et lui ne semblait plus y vivre. Quand elle avait prévu de quitter l’Europe pour les Etats-Unis, là elle le savait, elle ne le reverrait plus. Et pourtant, Jack était là, sur le même paquebot qu’elle et après tout ce temps, ils s’étaient retrouvés. Le destin pouvait être favorable par moment. La belle danseuse avait peut-être à nouveau Arthur en travers de son chemin, mais elle venait de retrouver Jack. Un mal, un bien, voilà de quoi rendre neutre la situation. Jack fut tout aussi étonné qu’elle de la retrouver, d’ailleurs, il avait dû la prendre probablement pour une folle quand elle s’était jetée à son cou, mais vu son visage réjoui, il était heureux de la revoir. Après tout ce temps, c’était comme fou, en plus, il se souvenait de ce surnom qu’elle détestait tant. Quand elle l’entendit, elle ne put s’empêcher d’éclater de rire. Pour ce coup-là, elle lui pardonnait, elle était bien trop heureuse de retrouver son ami d’enfance. La troisième classe se demanda alors si Lydia était avec lui, elle espérait bien que non, sinon cela signifierait qu’elle aussi avait perdu la vie.

« Jack, c’est tellement fou, je suis si heureuse de te retrouver après tout ce temps. Tu es seul ou Lydia se trouve aussi avec toi ? » Demanda-t-elle d’une seule traite.

Durant son enfance, Lydia était la troisième roue du carrosse, bien qu’il en manquait une pour le faire rouler, ensemble, ils comblaient bien la roue manquante. D’ailleurs Georgie s’en voulait, sans doute elle était à bord et elle ne l’avait pas reconnu, comme elle n’avait pas reconnu Jack d’ailleurs. Il fallait dire que les années s’étaient écoulées. Elle-même était loin de la petite brunette qui salissait ses bas de robe dans les rues sales de Londres. Une petite fille qui courait dans tous les sens et qui rêvait de devenir une danseuse. Aujourd’hui, elle était une femme et même si elle n’était pas une danseuse professionnelle, elle n’avait pas à rougir de son talent. Les deux anciens amoureux desserrèrent leur étreinte et tout de suite Jack retourna son bras pour voir la fameuse marque, il mit alors son bras à côté du sien. C’était presque comme avant.

« Oui elle est toujours là, comme au premier jour. » Disait-elle en prenant son bras et en caressant sa marque.

Elle avait été le dernier vestige de leur histoire d’enfant et avec cette marque, Georgiana n’avait jamais oublié Jack, son premier amour d’enfance. Même si elle n’était plus amoureuse de Jack, la jeune fille retrouvait cette tendresse d’enfance qui les avait caractérisés. Assise à ses côtés, elle était heureuse de le revoir, après tant d’année à désespérer, cette rencontre avait fini par se faire. Jack lui demanda alors, ce qu’elle devenait. Georgiana ne savait pas par où commencer, peut-être par la fin.

« Et bien je suis morte comme tu peux te douter. Sinon et bien après ton départ, j’ai continué l’école et j’ai abandonné pour aider mes parents. Je suis devenue couturière, mais en parallèle, j’ai appris à danser. Je me rendais à New-York pour y faire carrière. Mais, je suis là, à cause d’une mauvaise histoire d’amour, mon fiancé a survécu, je suis morte et maintenant le voilà de retour avec les revenants. Mais c’est une longue histoire. Et toi Jack, racontes moi tout ? Où es-tu parti après avoir quitté notre quartier ? » Demanda-t-elle esquivant un peu vite l’histoire de sa vie.


_________________


GEORGIANA O'HARA ϟ « La mort n'est que le commencement. » Le coeur brisé, d'une jeune femme de troisième classe.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité

>
PROFIL
RPG
MessageSujet: Re: "Nous séparer, ils ont jamais été cap d’y arriver. "   Mar 5 Mar - 16:38

&

" Nous séparer, ils ont jamais

été cap

d'y arriver "

- Jeux d'enfant -


Il avait fallu peu de choses pour que cette journée devienne plus lumineuse, moins sombre dans la vie de Jack. Ce rayon d'espoir était son ancienne amoureuse d'enfance: Georgiana. Les souvenirs, petit à petit, affluaient par vagues immenses. Jack se souvenait de tout, combien il était alors heureux de cette époque. C'était fou de voir combien une personne pouvait oublier le reste de son passé pour un seul évènement: à savoir, dans la vie de Jack, la mort de sa mère et sa fuite de sa ville natale bien aimée. Le reste de sa courte vie avait finit par avoir raison de ses anciens souvenirs qu'il avait enfoui profondément dans son esprit. C'est donc avec un sourire immense qu'il écouta son amie raconter ce qu'elle était devenue depuis sa fugue il y a des années jadis.
Le jeune homme remarqua qu'il la connaissait toujours aussi bien et qu'elle, sur certains points, n'avaient pas changés.

" Je vois que tu n'as jamais oublié la danse" Ajouta-t-il d'un air amusé, puis éclata à nouveau de rire en disant: "Je me souviens quand tu voulais absolument que l'on danse. J'avais horreur de ça mais tu arrivais toujours à me convaincre de le faire. Sur certains points, tu n'as vraiment pas changé. Au moins, grâce à toi, je n'ai pas eu de mal à me trémousser le jour ou il a fallu que je danse avec une demoiselle."

Ensuite, Jack se tut. Surtout, lorsque la jeune femme lui demanda qu'est ce qu'il était devenu depuis sa fugue. Il était alors question de ressasser quelques parties de sa vie qui lui était terriblement douloureuse. Mais bon, Georgiana était, sans doute, la seule personne en qui il avait toujours eu confiance. Aussi, il parla avec une certaine pudeur:

"Après, ma vie... Après que je sois parti de Londres, elle est devenue... Disons... mouvementée. Tout d'abord, j'ai carrément fui mon père lorsque ma mère est morte, il était devenu fou et sans que je puisse avoir le choix, Lydia m'avait emmené avec elle. On est alors arrivé à Southampton ou j'y suis resté jusqu'au départ du Titanic. J'étais alors avec Lydia et ma... fiancée Heloise. Mais disons qu'après le réveil en tant que "personne morte" la situation est devenue très compliquée."

Le jeune homme se tut alors lorsqu'un serveur avec un chariot arriva pour leur demandait s'il souhaitait autre chose. Le jeune homme prit alors un thé au citron et attendit que Georgiana se serve également. Une fois l'intrus parti, il reprit d'une voix douce:

"Enfin, bon j'ai l'impression que je ne suis pas le seul à avoir des problèmes de coeur." ajouta-t-il avec un sourire timide. Il commença à jouer avec le citron dans sa tasse. Il le faisait descendre et le regarder remonter lentement. Puis, il leva alors les yeux vers Georgiana: "Maintenant que je te revois, je me souviens combien tout était beaucoup plus simple avant... En tout cas, ça me fait vraiment plaisir de te revoir, Georgiana.



Revenir en haut Aller en bas


ADMIN SADIQUEThe body of a woman, but the heart of a lion.
avatar

>
PROFIL♌ Double Compte : Esther Delmas, Mary-Ann Fleming & Scarlett Hamilton
♌ Prénom ou Pseudo : Mari-Jane
♌ Signaux de Détresse : 8567
♌ Points : 20
♌ Jour d'embarquement : 16/07/2011
♌ Age du Personnage : 23 ans
♌ Profession : Couturière & Danseuse à ses heures perdues
♌ Crédits : Mari-Jane
♌ Photo :
RPG
Journal d'un fantôme
♌ Numéro de Cabine : E10
♌ Situation Amoureuse : Amoureuse de Joseph Earnshaw
♌ Présentation:
MessageSujet: Re: "Nous séparer, ils ont jamais été cap d’y arriver. "   Sam 9 Mar - 21:18

Souvenirs d'enfance.


« Nous séparer, ils ont jamais été cap d'y arriver. »


Salle à manger des troisièmes classes ♦ avril 1913
La danse, une passion, une vie qu’elle a débuté avec Jack. Il avait été son premier partenaire, celui qui croyait en elle et son rêve. Autrefois, elle n’était qu’une petite fille, une petite rêveuse qui ne voulait qu’une chose porter des ballerines et monter sur scène. Même si son rêve n’avait jamais pu se réaliser, grâce à ses parents, elle avait eu ses propres ballerines, et elle avait fini par monter sur scène, mais seulement pour son professeur et Arthur. La première fois, qu’elle était allée sur les planches, elle était terrorisée, elle craignait que son allure de pauvresse ne la couvre de honte et pourtant, sa douceur et son ambition avait su toucher le cœur de son instructeur. Georgiana avait débuté ses premiers pas avec un peu de faiblesse en raison de son stress, puis plus assurée, elle avait commencé son ballet, des pas qu’elle avait travaillé seule, sous les combles de sa chambre. Ce fut à partir de ce moment-là que le rêve commença. Après son travail, elle filait toujours à l’opéra pour recevoir l’enseignement de son professeur. Il lui avait énormément appris en peu de temps, la jeune femme s’était beaucoup améliorée et avait découvert des techniques qu’elle ne connaissait pas encore. Elle avait tant espérer être un jour l’une de ces danseuses de ballet, mais chaque chose en son temps, elle devait d’abord subir une remise à niveau. Puis Arthur avait fini par l’attirer en dehors de l’Europe, probablement par jalousie et elle avait perdu son rêve en mourant.

« Jamais, cela a toujours été mon rêve et j’ai presque failli l’atteindre. » Disait-elle avec un agréable sourire, puis elle se mit à rire. « Et bien, je suis heureuse d’avoir pu te servir pour tes futures conquêtes, elles devraient même me féliciter pour t’avoir permis de ne plus marcher sur les orteils des jeunes femmes. »

Par la suite, Jack évoqua sa vie, la maltraitance de son père, son départ avec Lydia pour Southampton. Georgiana avait toujours eu connaissance des problèmes que Jack connaissait, mais elle n’avait jamais osé lui en parler, préférant lui apporter du réconfort et être le petit soleil de sa vie. Puis, il lui parla furtivement de sa fiancée, Héloïse. Georgiana ne connaissait qu’une Héloïse en troisième classe et si c’était elle, la jeune femme qui la décriait ne pouvait être que Lydia. Qu’est-ce qu’elle avait changé après tout ce temps ! La jeune danseuse espérait bien avoir une conversation avec son ancienne amie, avec les années qui ont défilé, cela ferait du bien de la retrouver et peut-être qu’elle pourrait lui faire changer d’avis à propos d’Héloïse. D’ailleurs, les relations entre Jack et sa fiancée, n’était pas au beau fixe. Il semblerait que le Titanic séparait les couples plus qu’il les réunissait.

« Tout semble compliqué pour tout le monde ici, j’ai l’impression, j’espère que ça ira mieux pour toi Jack, tu le mérites, surtout qu’Héloïse, c’est une gentille personne, je lui avais déjà parlé, sans savoir qu’elle était ta fiancée. » Disait-elle.

Le jeune homme lui fit alors remarquer, qu’il ne semblait pas être le seul à avoir des problèmes de cœur. Georgiana ne pouvait qu’approuver, surtout maintenant, alors qu’Arthur était revenu. Ses sentiments pour Joseph étaient toujours aussi forts, mais elle craignait son ancien fiancé et si il faisait du mal au première classe ? Il en était capable, elle le savait et ça elle ne pourrait pas l’accepter et si elle en était obligée, elle ferait tout pour protéger Joseph et cela à n’importe quel prix. Jamais elle n’adapterait qu’une personne qu’elle aime soit blessée ou souffre. Joseph était bien trop important pour elle, elle ne pourrait pas supporter qu’Arthur s’en prenne à lui.

« Non tu n’es pas le seul. » Murmura-t-elle en un souffle. « L’enfance est toujours plus belle, autrefois nous vivions en pleine insouciance, même si on n’avait pas l’argent, on était bien, on n’avait presque pas de responsabilité. Là, j’ai l’impression de porter le monde sur les épaules, alors que je suis morte et que je devrais vivre que de repos. »

Elle planta son regard dans celui de Jack. Oui tout était beau auparavant et ici, alors que son corps reposait à jamais dans le Titanic, elle n’aurait qu’une mort de souffrance, alors que pendant son enfance, elle avait appris qu’après la mort, on était serein et loin des soucis.

_________________


GEORGIANA O'HARA ϟ « La mort n'est que le commencement. » Le coeur brisé, d'une jeune femme de troisième classe.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité

>
PROFIL
RPG
MessageSujet: Re: "Nous séparer, ils ont jamais été cap d’y arriver. "   Mer 13 Mar - 22:46

&

" Nous séparer, ils ont jamais

été cap

d'y arriver "

- Jeux d'enfant -

En cet instant même, dans cette salle a manger des troisièmes classes, Jack se sentit moins seul et lui rappela, ô combien, il avait toujours été autant complémentaire avec son amour de jeunesse. Il formait ensemble ce que le sel était avec le poivre, ce que le ying était avec le yang. Aujourd'hui même, après des années d'absence, cette complémentarité se ressentait à nouveau, dans le sens, ou Jack s'apercevait que la jeune femme pensait comme lui.
Ce bateau n'était qu'une prison et malgré le fait évident qu'ils étaient morts, leur vie n'était pas de tout repos... A vrai dire, pour le jeune homme, elle était encore pire que jamais.

" Si tu savais comme je te comprends en cet instant ..." ajouta t-il en poussant un soupir. Il parla à nouveau contemplant la jeune femme qui le fixait également :" Je me rends compte que ma mère ma bien raconté des âneries quand j'étais petit, et pourtant, dieu sait combien j'ai du respect pour elle. Mais en tout cas, je me rends compte qu'après la mort, il n'y a pas de paradis, d'enfer, il y a juste le néant sans réelle possibilité de rédemption. "

Il posa alors son coude sur la table afin d'y poser son menton dans la paume de sa mai . Une lassitude le gagnait petit à petit. Combien de fois avait-il pensé à une fin, peu importe qu'elle soir belle ou non, mais surtout qu'elle existe. C'est alors qu'il s'exclama a nouveau : " Je ne comprendrais jamais ce qu'ils nous arrivent. Ça me rend dingue quand je vois toutes ces questions qui ne trouvent jamais de réponse."

Puis, il se redressa afin de toiser son ancienne camarade de jeux, puis il ajouta dans un sourire :
" Bon! Changeons de sujet ou sinon on va réellement déprimer. Il faudrait plutôt se réjouir, on vient se retrouver après tant d'années! "

Jack brûlait d'envie de poser une question mais elle n'était pas évidente à poser et cela gênait terriblement le jeune homme. Il n'était pas face à une inconnue mais il n'était pas certain que les réactions, sur certains points, soient les mêmes. Il but donc son thé tout en réfléchissant a la manière de demander. Souriant à la jeune femme, il se décida alors à lui demander:

" Dis moi Georgiana, quand tu parlais d'Heloise comme quoi ils vus étiez déjà parler... Vous aviez parlé de quoi? " dit-il en rougissant et se mordant la lèvre intérieurement.
Il regrettait sa question au moment même ou il venait de la dire. Et il ne savait si la jeune femme accepterait cette soudaine curiosité a propos de la lubie de Jack.
Revenir en haut Aller en bas


ADMIN SADIQUEThe body of a woman, but the heart of a lion.
avatar

>
PROFIL♌ Double Compte : Esther Delmas, Mary-Ann Fleming & Scarlett Hamilton
♌ Prénom ou Pseudo : Mari-Jane
♌ Signaux de Détresse : 8567
♌ Points : 20
♌ Jour d'embarquement : 16/07/2011
♌ Age du Personnage : 23 ans
♌ Profession : Couturière & Danseuse à ses heures perdues
♌ Crédits : Mari-Jane
♌ Photo :
RPG
Journal d'un fantôme
♌ Numéro de Cabine : E10
♌ Situation Amoureuse : Amoureuse de Joseph Earnshaw
♌ Présentation:
MessageSujet: Re: "Nous séparer, ils ont jamais été cap d’y arriver. "   Sam 16 Mar - 18:01

Souvenirs d'enfance.


« Nous séparer, ils ont jamais été cap d'y arriver. »


Salle à manger des troisièmes classes ♦ avril 1913
Petite fille aux yeux bleus, belle jeune femme brune, aujourd’hui, les images de la Georgiana enfant et de l’adulte semblaient se superposer pour n’en faire qu’une, comme si un pont ne séparait pas ces deux personnalités. En retrouvant Jack, elle venait de retrouver une partie de son enfance, qu’elle avait perdue avec la disparition du jeune homme. Jack avait été autrefois un véritable ami, un membre à part entière de sa vie, mais aussi une personne qui lui était cher. Le retrouver provoqua chez elle une vive émotion et beaucoup de joie. La jeune femme avait toujours regretté d’être morte sans avoir pu revoir son ami, mais aujourd’hui, même si c’était dans de tristes circonstances, elle avait pu le retrouver. Jack semblait regretter tout comme elle une vraie mort, en effet, depuis qu’elle était enfant, Georgiana avait entendu parler du paradis et de l’Enfer et une fois morte elle avait espéré rejoindre le Paradis pour enfin connaître la paix. Cependant, il était évident que le Titanic est un paquebot maudit, il était une sorte de Purgatoire qui les empêchait de connaître une vraie mort et surtout de retrouver leurs proches. A croire que les passagers du Titanic possédaient tous un lien et la jeune femme croyait de plus en plus en cela, surtout depuis l’arrivée des revenants. Elle avait pu voir la sœur d’Elisabeth Cavendish, mais aussi son ancien fiancé Arthur, de qui elle aurait pu très bien se passer.

« J’espère qu’un jour, on connaîtra une vraie mort. Mais oui tu as raison parlons d’autres choses, ne gâchons pas nos retrouvailles. » Disait la jeune femme tout en serrant la main de Jack.

Georgiana se demandait quelle serait la réaction de Joseph quand il découvrirait qu’un autre ex de la jeune femme se trouvait aussi à bord. Déjà qu’Arthur représentait une menace majeure, il ne réagirait peut être pas bien en découvrant la présence de Jack, surtout que dans ce cas, la jeune femme ne le détestait pas. Un scénario se préparait déjà dans la tête de la jeune femme qui espérait bien rassurer l’homme qu’elle aimait, après tout, il n’y avait pas de raison, ils n’avaient pas vécu tout cela, pour que leur relation soit gâché. D’ailleurs, en voyant les revenants, la troisième classe avait tout de suite était effrayé par le fait que la femme de Joseph puisse être à bord, mais par chance il semblerait que la pauvre femme ait connue le repos éternel. A moins que le Titanic ne réserve d’autres surprises. Ce fut alors que Jack fut interpellé par les propos de son amie sur Héloïse, sa femme. En effet, Georgie connaissait maintenant Héloïse depuis un petit moment et sa condition la préoccupait beaucoup. Jack lui demanda alors de quoi les deux jeunes femmes pouvaient parler. Un dilemme se posa alors pour la danseuse, devait-elle évoquer le sujet des conversations qui concernaient principalement les problèmes qu’Héloïse rencontrait avec Jack et Lydia. Pourtant, la jeune femme tentait d’éviter au maximum les sujets fâcheux et même si elle voulait aider son amie, elle en dirait que le strict minimum à Jack. Georgiana n’était pas du genre à trahir ses amis, même pour un autre ami.

« Nous parlons de choses de femmes, parfois elle me parle de toi, enfin avant je ne savais pas que c’était toi, mais elle regrette beaucoup vos discordes, surtout qu’elle t’aime vraiment. » Répondit la jeune femme avec un sourire peiné aux lèvres.

Cela devait être d’autant plus dur pour Héloïse, puisqu’elle voyait tous les jours Jack à bord du Titanic, quand on voulait ne plus croiser quelqu’un, il était très difficile de l’éviter dans ce huit clos. Georgiana rencontrait le même problème avec Arthur, puisque plus elle cherchait à l’éviter, plus elle le croisait, ce qui devenait vraiment exaspérant.

_________________


GEORGIANA O'HARA ϟ « La mort n'est que le commencement. » Le coeur brisé, d'une jeune femme de troisième classe.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité

>
PROFIL
RPG
MessageSujet: Re: "Nous séparer, ils ont jamais été cap d’y arriver. "   Mer 27 Mar - 22:26

&

" Nous séparer, ils ont jamais

été cap

d'y arriver "

- Jeux d'enfant -

Jack était plus qu'impatient de connaître la réponse de son amie au sujet d'Heloise. Il ressentait ce tiraillement a l'estomac si familier lorsqu'il se trouvait dans une situation ou il attendait un signe, une réponse. Par exemple, il lui arrivait parfois certains matins de se rendre sur le promenade des troisièmes classes. Il avait trouver un coin qui permettait de voir certains des couloirs a travers des fenêtres spacieuses. A l'abri des regards, Jack attendait, patiemment, en proie à une vive agitation. Et par miracle, elle surgissait: celle qui faisait battre son cœur. Il se perdait dans la contemplation de ce visage si beau qui l'avait fait fondre. Ces yeux si bleus, combien de fois les avait-il regardé? Tant de souvenir qui le martyrisait aujourd'hui. Le jeune homme n'arrivait pas à lui parler, à franchir le pas pour espérer un pardon. La culpabilité le rongeait tellement de son inactivité lors du naufrage qu'elle avait rendu Jack complètement tétanisé par une quelconque tentative d'aller vers la jeune femme.

La voix de Goergiana ramena Jack vers leur conversation. Effectivement, elle connaissait Heloise ce qui ne surpris pas le jeune homme. En effet, qui ne se connaissait pas sur le paquebot. D'après le ton qu'employait son ancienne petite amie, elle semblait être amie et surtout, elles avaient parlé de Jack. Lorsque Georgiana ajouta que sa bien aimée l'aimait encore. A cette mention, le cœur du blondinet se serra. Les choses pouvaient être si simples mais non, ils faillaient qu'elle soient compliquées. Il est vrai que le jeune homme avait sa part de responsabilité: cela aurait été si simple d'aller la voir, de lui demander pardon, de l'écouter mais non, Jack était tétanisé devant elle et à chaque fois qu'il la voyait, ses pieds le guidaient automatiquement vers un autre horizon.

Il soupira tout en répondant a son amie, contemplant ses mains : " Parfois les choses devraient être simples mais... Voilà, elles sont compliquées. " Puis, il releva la tête vers Georgiana tout en ajoutant : " enfin, j'ai bon espoir qu'un jour, tout rentrera alors dans l'ordre et qu'un jour, nous viendrons prendre le petit déjeuner toi, moi, Heloise et ton fiancé! " Ajouta le jeune homme en souriant, ne se doutant pas que la situation amoureuse de son amie pouvait être bien plus compliquée.
Toutefois, il ne pût connaître la réponse de Georgiana, car une voix féminine vint troubler la quiétude des lieux :

" Jack! Désolée de te déranger, je te cherchais... " s'exclama sa sœur Lydia qui arriva devant leur table, une tasse de café dans les mains. Le regard soupçonneux, elle regarda Georgiana de haut en bas, elle ne semblait pas l'avoir reconnue. C'était typique de sa sœur, elle ne pouvait supporter de voir son petit frère adoré en compagnie de la gente féminine. Il suffisait de voir comment elle s'était comporté lorsqu'il avait commencé à fréquenter Heloise. Douloureusement, il se rappela combien de fois il avait fermé les yeux devant les rivalités qu'il y avait eu entre les deux femmes les plus importantes dans sa vie. Maintenant, Heloise n'étant plus avec eux, Lydia faisait tout pour que Jack l'oublie: elle était bien trop envahissante d'où le fait que le blondinet faisait, maintenant, tout pour l'éviter. Mais cette fois ci, elle l'avait trouvé. Et son beau visage ne présageait rien de bon. Sans doute prenait-elle la jeune femme pour la nouvelle Heloise?

Aussitôt, Jack s'empressa alors de dire:

" Lydia! Désolée, je me suis levé tôt ce matin! Regarde qui est la... Tu te souviens de Georgiana O'Hara? "




Dernière édition par Jack Cooper le Ven 5 Avr - 21:32, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas


ADMIN SADIQUEThe body of a woman, but the heart of a lion.
avatar

>
PROFIL♌ Double Compte : Esther Delmas, Mary-Ann Fleming & Scarlett Hamilton
♌ Prénom ou Pseudo : Mari-Jane
♌ Signaux de Détresse : 8567
♌ Points : 20
♌ Jour d'embarquement : 16/07/2011
♌ Age du Personnage : 23 ans
♌ Profession : Couturière & Danseuse à ses heures perdues
♌ Crédits : Mari-Jane
♌ Photo :
RPG
Journal d'un fantôme
♌ Numéro de Cabine : E10
♌ Situation Amoureuse : Amoureuse de Joseph Earnshaw
♌ Présentation:
MessageSujet: Re: "Nous séparer, ils ont jamais été cap d’y arriver. "   Mar 2 Avr - 12:12

Souvenirs d'enfance.


« Nous séparer, ils ont jamais été cap d'y arriver. »


Salle à manger des troisièmes classes ♦ avril 1913
Depuis bien longtemps, Georgiana n’était plus une petite fille, non désormais à vingt-trois ans, elle était devenue une belle jeune femme. La petite fille qui gambadait dans les rues de Londres, celle qui collait son nez sur la vitrine du boulanger n’existait plus. L’ancienne Georgiana n’était plus de ce monde, les malheurs lui avaient arraché cette part enfantine qui lui restait. Son rêve brisé, elle était bien plus le portrait d’une jeune femme mature, que celui d’une enfant rêveuse et naïve. Depuis sa mort, la troisième classe savait qu’elle devait se méfier de nombreuses personnes, tout le monde ne pouvait pas être honnête, à l’image d’Arthur. Ah Arthur, pourquoi n’était-il pas mort définitivement ? Pourquoi avait-il fallu qui soit de retour sur le Titanic ? Coup du sort ou mauvais tour du destin, la jeune femme devait se contenter de cette désagréable présence et tout faire pour que son ancien fiancé ne l’atteigne pas plus que par le passé. Le pire dans tout ça, c’était le regard et le visage charmeur qui lui caractérisait, même si pendant un instant, elle pouvait succomber, c’était une seconde de trop, qui la conduisait toujours vers la haine. Arthur était un lâche, l’homme qui l’avait abandonné et condamné à une mort certaine. Un homme malfaisant qui n’avait pas une once de gentillesse en lui. Il était tout le contraire de Joseph, mais aussi de Jack, qui malgré leurs défauts possédaient de bonnes qualités, qui faisaient d’eux des personnes non dangereuse à côtoyer. Quand Jack évoqua un prochain repas entre lui, Héloïse, Georgie et son fiancé, la jeune femme ne put s’empêcher de pouffer et d’expliquer la vérité à son ami, qui n’était pas au courant de sa vie amoureuse quelque peu mouvementé.

« Je ne suis plus fiancé. J’étais en couple avec un certain Arthur Mildown, mais durant le naufrage, il m’a laissé tomber et s’en est sorti, pendant que moi je suis restée là. J’ai rencontré une autre personne au cours de cette année, c’est un première classe. » Commença-t-elle en souriant. « Mais en ce qui concerne mon ancien fiancé, il est de retour avec les revenants, d’où la complexité de ma vie amoureuse. » Riait-elle.

La jeune femme préférait prendre le tout sur le ton de l’humour, pour ne pas effrayer son ami, elle ne voulait surtout pas évoquer le fait qu’Arthur était un homme menaçant, bien loin d’un enfant de cœur. En retrouvant Jack, Georgiana ne s’attendait pas à retrouver Lydia aussi vite et pourtant la jeune femme débarqué dans la salle à manger, à la recherche de son frère. Lydia était devenue une femme vraiment très charmante, à l’image de la petite fille qu’elle était. La jeune femme ne semblait pas l’avoir reconnue et la voyait comme une menace pour son frère. La troisième classe ne put s’empêcher de sourire, retrouvant le caractère fougueux de sa vieille compagne de jeu. Jack pour éviter toute confusion la présenta à sa sœur, dont le regard passa de la menace à la joie.

« Lydia je suis si heureuse de te retrouver après tant de temps. » S’exclama-t-elle tout en la serrant dans ses bras. « Joins-toi à nous, cela fait tellement de bien de parler du bon vieux temps. »

Georgiana qui avait complètement délaissé son petite déjeuner, remis son nez dedans, tout en dégustant ses œufs, qui étaient désormais tiède.

_________________


GEORGIANA O'HARA ϟ « La mort n'est que le commencement. » Le coeur brisé, d'une jeune femme de troisième classe.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité

>
PROFIL
RPG
MessageSujet: Re: "Nous séparer, ils ont jamais été cap d’y arriver. "   Ven 5 Avr - 22:08

&

" Nous séparer, ils ont jamais

été cap

d'y arriver "

- Jeux d'enfant -


le jeune homme observa le visage de sa sœur tandis qu'il s'était empressé de présenter son ancienne amoureuse : Georgiana. En effet, il ne souhaitait nullement enclencher une nouvelle crise de jalousie. En effet, sa sœur ne supportait pas que son cher frère puisse se tenir en compagnie de gente féminine. D'ailleurs, cette situation était devenue invivable, et encore plus sur le Titanic qui, avouons le, était un endroit ou les gens se croisaient perpétuellement. Bien qu'ils étaient plus d'un millier de passagers, les visages restaient ancrés petit à petit dans les mémoires de chacun. Or, Lydia s'attirait parfois les foudres des autre femmes compte tenu de son comportement parfois déplacés, comme c'était le cas actuellement. Non contente de retrouver son frère en compagnie d'une inconnue, elle avait choisie de dire irruption dans ce moment de retrouvailles, de surcroît, affichant un air suspicieux.

Toutefois, et au grand soulagement de Jack, la suspicion laissa place à une joie immense de revoir une ancienne camarade de jeux, rappelant ainsi de vieux souvenirs enfouis dans un coin de la mémoire, vestige d'une époque révolue. Il remarqua que sa sœur semblait sincère en revoyant Georgiana. Mettant sa main devant sa bouche, Jack dissimula un sourire, peut être trahi par ses fossettes apparentes à ce moment la, se rappelant soudainement comme les jeux de se déroulaient entre eux. Le plus souvent, l'histoire était la même: Georgiana incarnait une danseuse a succès tandis que Jack était alors un richissime hommes d'affaires, amoureux de sa belle. Lydia, était l'élément perturbateur de l'histoire imaginaire : elle était alors cette vilaine femme qui voulait l'amour de Jack, comme elle était un admirateur fou de Georgiana et qui souhaitait la kidnapper. Dans tous les cas, un rôle de méchant lui avait été attribué compte tenu que les deux amoureux mettaient toujours en avant leur amour dans l'ensemble de leurs jeux d'enfants. Et voilà qu'encore aujourd'hui, Lydia était celle qui s'immisçait entre les deux. Souriant, Jack se ressaisit alors et but une gorgée de son thé afin que son moment d'hilarité soit passé inaperçu. Tout en questionnant la jeune femme, Lydia s'assit alors à côté de Jack et continua à bombarder de questions concernant sa vie depuis leur départ précipité de Londres. Le jeune homme commença a ressentir un soupçon d'inquiétude mais qui n'apparut nullement sur son visage. Et si Lydia commençait a raconter leur histoire en détail? Car en dehors de son caractère qui pouvait être ingérable parfois, elle était une vraie pipelette en compagnie des gens qu'elle appréciait. Le jeune homme espérait alors que sa chère sœur ne commencerait pas à évoquer Heloise, ce qui risquait, d'ailleurs, de se faire dans des propos bien insultants. Ayant compris que sa belle et son ancienne petite amie entretenaient des relations amicales, les propos, sans doute, déplacés de Lydia ne lui feraient pas plaisir. La première pique fut lancée lorsque sa sœur s'exclama auprès de Georgiana :

" Ça fait plaisir de te revoir Georgiana! J'espère en tout cas que tu n'as pas l'intention de revenir avec mon frère ... Il est à moi maintenant ! ". Jack manqua de s'étrangler lorsqu'il entendit cela. Le thé qu'il était en train d'avaler lui remonta par le nez et le garçon se mît alors à tousser bruyamment, ayant avaler de travers. Il ne réussir qu'à crier le prénom de sa sœur dans un ton chargé de reproches avant de s'étouffer continuant de régurgiter le liquide avalée de travers.

Petite, Georgiana avait une docilité qui cachait derrière un caractère de démon. Pourtant, enfant, elle était compréhensive et c'était pour ces qualités que Jack l'avait aimer comme pour sa beauté ainsi que sa gentillesse. Toutefois, de l'eau avait couler sous les ponts et Jack n'était pas sur que la jeune femme soit aussi docile et laisse passer les réflexions de sa sœur.
Revenir en haut Aller en bas


ADMIN SADIQUEThe body of a woman, but the heart of a lion.
avatar

>
PROFIL♌ Double Compte : Esther Delmas, Mary-Ann Fleming & Scarlett Hamilton
♌ Prénom ou Pseudo : Mari-Jane
♌ Signaux de Détresse : 8567
♌ Points : 20
♌ Jour d'embarquement : 16/07/2011
♌ Age du Personnage : 23 ans
♌ Profession : Couturière & Danseuse à ses heures perdues
♌ Crédits : Mari-Jane
♌ Photo :
RPG
Journal d'un fantôme
♌ Numéro de Cabine : E10
♌ Situation Amoureuse : Amoureuse de Joseph Earnshaw
♌ Présentation:
MessageSujet: Re: "Nous séparer, ils ont jamais été cap d’y arriver. "   Mer 17 Avr - 12:23

Souvenirs d'enfance.


« Nous séparer, ils ont jamais été cap d'y arriver. »


Salle à manger des troisièmes classes ♦ avril 1913
Revoir Lydia et Jack apportait une grande bouffée d’air frais à la jeune femme. C’était comme si le temps ne c’était pas arrêté depuis le départ du frère et de la sœur et même si tous avaient changés, au fond d’eux, ils étaient toujours les mêmes. La relation entre les deux protagonistes n’avaient pas changé, Lydia était toujours aussi possessive envers son frère et maintenant Georgiana comprenait pourquoi Jack connaissait des difficultés dans son couple avec Héloïse, Lydia était la responsable de cette situation et le fait qu’elle souhaite garder son frère rien que pour elle n’allait pas arranger les choses. Si le couple voulait vivre tranquille, il allait devoir faire en sorte que la sœur ait une emprise moins grande sur son frère, sinon jamais la pauvre Héloïse ne pourra vivre en paix. Fidèle à elle-même, Lydia fit remarquer à Georgiana que son frère était à elle. La troisième classe ne put s’empêcher de rire en entendant cela, elle avait du mal à savoir si l’ainée disait cela sur le ton de l’humour ou avec le plus grand sérieux, du coup elle préféra prendre ses mots avec l’humour.

« Ne t’inquiète pas Lydia, étant enfant ton frère était déjà invivable, je n’imagine pas à l’âge adulte, je préfère nettement te le laisser. » Disait-elle en riant.

Georgiana même si elle n’était pas du genre à se laisser faire avait bien l’intention de dompter le caractère de cochon que possédait Lydia, en espérant que cette dernière se montre aussi sympathique que par le passé, sinon elle n’était pas sûre de posséder assez de patience pour vivre avec le caractère quelque peu capricieux de Lydia. La jeune femme se demandait ce qui avait pu se passer depuis le départ du frère et de la sœur, Lydia avait beaucoup changé, peut-être même trop, c’était comme si sa compagne de jeu d’enfance avait disparu et que maintenant se trouvait dans le corps de la jeune femme un démon qui avait l’intention de pourrir l’existence de son entourage. Parce que c’était ce qui se passait, notamment avec Héloïse et Jack, le couple était beau et les deux s’accordaient bien ensemble, elle ne comprenait pas pourquoi Lydia voulait ainsi briser la relation de son frère.

« C’est étrange, quand je nous vois à trois ici, j’ai l’impression que c’était hier notre dernière rencontre. » Disait-elle presque nostalgique.

La troisième classe en profita pour terminer son petit déjeuner, qui il fallait l’admettre était très copieux à bord du Titanic, même s’il ne valait pas ceux de sa mère. En tout cas, elle n’avait pas à se plaindre, sur ce paquebot on mangeait très bien. La jeune femme se demandait bien, ce qu’en ce moment Joseph pouvait déjeuner, elle avait du mal à voir des œufs au lard servis dans le raffinement de la première classe. Depuis quelques temps, elle se posait de nombreuses questions à propos de cette classe, puisqu’elle le savait, un jour elle la rejoindrait. Cela faisait un moment qu’elle était en couple avec Joseph et le fait qu’ils vivent à part n’allait pas durer, un jour elle vivrait avec lui et même si elle le désirait ardemment, elle avait une légère appréhension quant à la réaction de ses amis.

_________________


GEORGIANA O'HARA ϟ « La mort n'est que le commencement. » Le coeur brisé, d'une jeune femme de troisième classe.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité

>
PROFIL
RPG
MessageSujet: Re: "Nous séparer, ils ont jamais été cap d’y arriver. "   Sam 20 Avr - 17:40

&

" Nous séparer, ils ont jamais

été cap

d'y arriver "

- Jeux d'enfant -


Etouffant la toux qui empoisonnait sa gorge, Jack n'arrivait pas à reprendre son souffle et surtout à parler afin de rassurer Georgiana. Les propos déplacés de sa sœur ne lui plurent nullement. La jeune femme qu'il avait aimé, enfant, appartenait au passé dans le sens ou son cœur, aujourd'hui, ne battait que pour Heloise. Le jeune homme était plus que ravi de revoir son ancienne amie et il avait espoir que leurs rapports redeviennent ceux du passé en terme de complicité et confiance absolue. Avant qu'il puisse répondre quelque chose, la jeune danseuse s'était chargé de répondre à Lydia en riant:

" Ne t'inquiète pas Lydia, étant enfant ton frère était invivable, je n'imagine pas à l'âge adulte, je préfère nettement te le laisser. "

Le rire de la jeune danseuse résonna dans la salle et ses paroles eurent pour effet de rassurer le blondinet qui se mît à pouffer également. Il avait oublié combien le rire de Georgiana était communicatif, combien de fois, Jack, enfant, avait fait exprès de l'amuser juste pour entendre cette manière de rire si propre à la jeune femme. Il répondit alors à sa petite Georgie:
" Oh dis, tu exagères! De nous deux, tu es celle qui était la plus capricieuse! " Puis, il se tut et mît sa main devant sa bouche afin de cacher son sourire moquer tout en continuant à rigoler. Il en profita pour ajouter : " Et puis, je me souviens pas d'avoir été invivable! En plus, on était toujours fourré ensemble. "

Le jeune homme se laisse aller à la nostalgie. Il en semblait de même pour Georgiana qui ajouta qu'elle avait l'impression d'être il y a dix ans en arrière. À une époque heureuse ou les soucis n'étaient pas les mêmes. Jack en profita pour regarder sa sœur. A sa grande surprise, elle semblait ne pas autant apprécier ces retrouvailles. L'air grave, la présence et les dernières paroles de Georgiana semblèrent avoir un effet néfaste sur sa frangine. Peut être que cela lui rappelait de mauvais souvenirs... Toutefois, il ne pouvait que la comprendre dans la mesure ou l'époque de leur amitié avec la danseuse, coïncidait avec le début d'un long cauchemar pour la brunette incendiaire: la fuite du domicile familial, la vente de son corps, la survie d'elle même et de son petit frère. Tant de choses qui semblait émerger dans l'esprit de sa chère sœur. Celle ci se leva d'un coup et prononça à mi voix : " Je reviens...", avant de partir sans leur jeter un regard. Il la suivit des yeux, contemplant sa silhouette svelte disparaître de la salle à manger. Le jeune homme ramena son regard vers Georgiana. Puis poussant un soupir, il se prit la tête dans les mains et marmonna:

" Je m'excuse, Georgie pour l'impolitesse de ma sœur... Voilà depuis bien longtemps qu'elle est devenue très instable.. "

Le jeune homme avait un poids important au fond de lui quand il pensait a Lydia. Pourquoi, était elle autant envahissante, pourquoi s'amusait elle à lui pourrir autant la vie, à le couper de tout contact avec le peu de personne qui l'appréciait? Tant de questions sans réponse.
Revenir en haut Aller en bas


ADMIN SADIQUEThe body of a woman, but the heart of a lion.
avatar

>
PROFIL♌ Double Compte : Esther Delmas, Mary-Ann Fleming & Scarlett Hamilton
♌ Prénom ou Pseudo : Mari-Jane
♌ Signaux de Détresse : 8567
♌ Points : 20
♌ Jour d'embarquement : 16/07/2011
♌ Age du Personnage : 23 ans
♌ Profession : Couturière & Danseuse à ses heures perdues
♌ Crédits : Mari-Jane
♌ Photo :
RPG
Journal d'un fantôme
♌ Numéro de Cabine : E10
♌ Situation Amoureuse : Amoureuse de Joseph Earnshaw
♌ Présentation:
MessageSujet: Re: "Nous séparer, ils ont jamais été cap d’y arriver. "   Jeu 25 Avr - 22:20

Souvenirs d'enfance.


« Nous séparer, ils ont jamais été cap d'y arriver. »


Salle à manger des troisièmes classes ♦ avril 1913
Georgiana ne put s’empêcher de rire, Jack ne marchait pas, il courrait, c’était fou comment même après tout ce temps, elle arrivait à le faire marcher à la baguette. Bien sûr que non, il n’avait jamais été invivable, sinon jamais elle ne serait restée à ses côtés pendant tout ce temps. Jack avait été son meilleur ami, son frère, son amoureux et encore beaucoup d’autres choses et le revoir lui faisait tellement de bien. Tout comme elle aimait revoir Lydia même si cette dernière avait beaucoup changée.

« Capricieuse, moi ? Jamais ! C’est drôle, mais quand je te fais marcher, tu cours toujours aussi vite Jack. » Disait-elle tout en éclatant de rire.

Le temps de l’enfance ne paraissait plus aussi loin, il y avait Jack et Lydia ses deux compagnons de jeunesse et tant de souvenirs la submergeaient. Il y avait leur jeu dans la neige en hiver, les courses dans les rues de Londres, les parties de cache-cache. Puis d’autres plus secret, comme leur premier petit baiser et les promenades en amoureux sur les bords de la Tamise. Elle était si petite à l’époque et cela lui paraissait tellement beau aujourd’hui et innocent. La brune était si heureuse de revoir Jack et de penser à nouveau à tout cela. Ces souvenirs apportaient tellement de baume au cœur, que la douleur de la perte de sa famille, lui semblait si loin. Aujourd’hui, Georgiana savait qu’elle pourrait construire sa nouvelle famille ici à bord du Titanic. Elle avait bien Bridget qu’elle considérait comme une sœur, elle retrouvait Jack, elle avait aussi Mark, son meilleur ami et enfin, il y avait Joseph, l’homme qu’elle aimait et de qui elle ne pouvait plus se passer. Peut-être que des beaux jours allaient enfin pouvoir s’annoncer pour elle. Georgiana avait eu tant de mal à avancer dans la vie, mais depuis un an, le changement est flagrant, elle était parvenue à se reconstruire, à faire à nouveau confiance en un homme. Tout était différent, même si Arthur était à nouveau là, elle pouvait très bien l’ignorer et espérer qu’il l’oubli pour de bon. Cependant, elle savait très bien que ça ne servait à rien d’espérer, Arthur était un homme imprévisible et trop dangereux, de lui, elle devait s’attendre au pire, voilà pourquoi, il y avait de grandes chances pour qu’elle quitte la troisième classe pour la première, même si cela lui brisait le cœur, tellement elle était attachée par ses collègues de classe.
La jeune femme ne comprit pas le départ de Lydia et c’est à ce moment-là qu’elle comprit que son ancienne amie avait beaucoup changé. Jack s’excusa du comportement de sa sœur et il lui confirma ce changement. C’était dommage, la jeune femme était une chouette personne à l’époque, pourquoi avait-elle tant changée ?

« Il y a une raison à son comportement ? Elle était si enjouée à l’époque. » Disait-elle peinée.

_________________


GEORGIANA O'HARA ϟ « La mort n'est que le commencement. » Le coeur brisé, d'une jeune femme de troisième classe.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité

>
PROFIL
RPG
MessageSujet: Re: "Nous séparer, ils ont jamais été cap d’y arriver. "   Mar 30 Avr - 21:06

&

" Nous séparer, ils ont jamais

été cap

d'y arriver "

- Jeux d'enfant -


ce tableau idyllique venait de s'assombrir en si peu de temps. Jack avait été si heureux de revoir Georgiana, savoir que la mort n'avait pas qu'un parfum amer. Au contraire, il avait ainsi pu revoir cette personne qui l'avait tant fait rire dans le passé, elle avait été même l'une des rares personnes dont le jeune homme avait le plus pleuré la disparition. Durant de longs jours, de longs mois, le jeune garçon avait souhaité du plus profond de son être de la revoir, elle lui manquait tant ... Mais le destin avait choisi une autre route pour l'enfant Cooper. Et petit à petit, son amoureuse de jeunesse avait cessé d'être omniprésente pour se ranger au rang d'un simple souvenir. Aujourd'hui, un jour nouveau s'annonçait et de belles éclaircies pointaient leur nez. Certes, ils ne passeraient pas leurs temps à jouer ou à courir le long du paquebot, comme autrefois dans les rues de Londres, mais la complicité d'antan semblait se retrouver au fur et à mesure.
Seule Lydia semblait ne pas se rappeler de ces souvenirs. Sa froideur en était une preuve formelle et Jack était plus que peiné de ce désintérêt. Ce ne fut sans compter la question de Georgiana après que le blondinet se soit excuser:

" Il y a une raison à son comportement? Elle semblait si enjouée à l'époque. " Elle ne semblait pas vexée ou énervée, juste peinée, constata le jeune homme. Sans doute, sa joie avait été également écourtée face à tant de dédain. Malgré cela, Jack souhaitait que les trois se retrouvent comme il y a des années. Cependant, il en doutait. Plus que jamais, en ayant retrouvé des souvenirs de sa vie à Londres, il se rendait compte comme Lydia avait ou changé, la preuve en était flagrante avec Géorgie qui était plus que surprise devant cette agressivité nouvelle. Gêné, se massant la nuque, Jack tenta de dissiper ce malaise régnant dans la salle à manger des troisièmes classes:

" tu sais... Quand nous avons quitté Londres, ça n'a vraiment pas été une période évidente pour nous deux. Et Lydia s'est sacrifiée moralement, physiquement... Elle a tout fait pour que je puisse survivre et elle de même mais je crois bien qu'elle s'est perdue et qu'elle a changé... Un peu trop, je dirais. " le jeune homme eut un sourire triste en évoquant cette triste période. Ce moment ou sa sœur ne trouvant d'emploi, n'arrivant à nourrir son jeune frère. Elle avait alors décidé de se prostituer être, malgré contre le gré de Jack. Il ajouta alors :
" Tu n'as pas idée de ce qu'elle a pu faire pour moi et pour ça, je lui dois la vie e je lui en serais éternellement reconnaissant. Par contre je sais que la Lydia d'avant a disparu. Elle est morte face à toutes ces épreuves subies. La nouvelle Lydia s'est construite sur les vestiges de beaucoup de souffrances et de ce fait, elle a une énorme carapace autour d'elle. Elle ne fait même plus confiance à personne à part son frère... le jeune homme soupira en pensant an sa chère sœur qu'il aimait plus que tout. Il était désormais complètement perdu, se rendant encore plus compte que sa sœur était devenue une entrave à sa vie et à celle de l'entourage de Jack.

Revenir en haut Aller en bas


ADMIN SADIQUEThe body of a woman, but the heart of a lion.
avatar

>
PROFIL♌ Double Compte : Esther Delmas, Mary-Ann Fleming & Scarlett Hamilton
♌ Prénom ou Pseudo : Mari-Jane
♌ Signaux de Détresse : 8567
♌ Points : 20
♌ Jour d'embarquement : 16/07/2011
♌ Age du Personnage : 23 ans
♌ Profession : Couturière & Danseuse à ses heures perdues
♌ Crédits : Mari-Jane
♌ Photo :
RPG
Journal d'un fantôme
♌ Numéro de Cabine : E10
♌ Situation Amoureuse : Amoureuse de Joseph Earnshaw
♌ Présentation:
MessageSujet: Re: "Nous séparer, ils ont jamais été cap d’y arriver. "   Dim 5 Mai - 22:56

Souvenirs d'enfance.


« Nous séparer, ils ont jamais été cap d'y arriver. »

Salle à manger des troisièmes classes ♦️ avril 1913
L’histoire de Lydia était triste, très triste et maintenant Georgiana comprenait pourquoi cette jeune femme qui durant l’enfance était si souriante avait soudainement changé, portant à jamais un masque de froideur. Elle s’était reconstruite sur les vestiges du passé, un passé violent, triste et douloureux. Elle ne pouvait que comprendre, elle-même était en train de se reconstruire après avoir fait face à la mort, à la perte d’êtres chers et après la trahison. La vie et le passé pouvait transformer des personnes. La troisième classe se souvenait encore de ce jour où tout avait basculé pour son père. Lui qui était enjoué, vaillant, prêt à tout pour sa famille, avait changé après son accident. Georgiana était avec sa mère quand on vint chez eux pour prévenir la famille O’Hara du terrible accident. Liliane était tout de suite partie, apeurée à l’idée de perdre son mari et la petite fille restait à la maison avec ses frères, priant en leur compagnie pour la survie du père. Ils avaient prié pendant de longues heures, jusqu’au retour de leur mère qui leur annonça la triste nouvelle. Leur papa avait eu un grave accident à l’usine, son bras avait été pris dans les gros rouages d’une machine et on avait été obligé de l’amputer. La petite pleura, pensant qu’elle ne reverrait plus jamais son très cher père, mais il était fort et il avait survécu. Malheureusement, il ne fut plus jamais le même, il avait été transformé par cette expérience. Il ne pouvait plus travailler et resta pendant les premiers mois de son retour à la maison, enfermé, buvant sa peine et il n’accordait de l’attention qu’à une seule personne, sa fille, sa princesse bien aimée. Plus rien d’autre ne comptait pour lui et ça Georgiana le savait. Elle fit tout pour redonner le sourire à son père, elle lui racontait des histoires, lui montrait ses nouveaux pas de danse. Puis, après quelques mois, il se mit à sortir, allant au-devant du monde et recherchant ce qu’il ne voyait pas avant. L’expérience le forgea, il alla écouter les discours politiques dans les cafés, et Mr O’Hara se forgea une bonne opinion de ces politiciens en herbe et ces hommes, si bien qu’il décida d’aider les autres. Il ne savait ni lire, ni écrire, mais son père était un grand homme à sa manière et c’est pour ça que Georgiana le respecta à jamais.

« Je comprends Jack, papa était pareil après son accident, il a perdu un bras, quelques années après votre départ, ça l’a complètement détruit, il avait perdu tout ce qu’il était et sur cette dure épreuve, il s’est reconstruit. J’espère pouvoir aider un jour Lydia et lui redonner sa joie de vivre passée. » Disait la jeune femme un sourire aux lèvres.

Elle tentait de son mieux de réconforter son ami, elle tenait beaucoup à Jack et sa sœur et elle espérait du fond du cœur que leur situation s’améliora, ils le méritaient tous les deux. Cependant, avant toute chose, Lydia allait devoir accepter Héloïse, pour le bonheur de son frère, elle le devait. La porte de la pièce s’ouvrit, la jeune femme se retourna et son regard croisa celui de Mark, l’homme la regarda à son tour et il fit demi-tour, sortant de la salle à manger. Georgiana envoya un regard désolé à Jack.

« Jack pardonnes moi, je dois te laisser, j’espère vraiment que maintenant qu’on s’est retrouvé, ce n’est pour plus se perdre. » Elle se leva et déposa un baiser sur sa joue. Puis après cela, elle quitta la pièce, à la poursuite de Mark, elle se devait d’avoir une conversation avec lui.
Spoiler:
 

_________________


GEORGIANA O'HARA ϟ « La mort n'est que le commencement. » Le coeur brisé, d'une jeune femme de troisième classe.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité

>
PROFIL
RPG
MessageSujet: Re: "Nous séparer, ils ont jamais été cap d’y arriver. "   Mar 7 Mai - 20:07

&

" Nous séparer, ils ont jamais

été cap

d'y arriver "

- Jeux d'enfant -


La gentillesse. Voilà donc la qualité qui résumait au mieux la personnalité de Georgiana. Et depuis tant d'années, elle demeurait pratiquement la même que l'enfant dont Jack avait été amoureux. En ce moment même ou le jeune homme lui expliquait les déboires de sa sœur depuis des années, son visage prit une mine peinée. Elle semblait vraiment avoir de la compassion pour Lydia. Peut être était elle la seule avec Jack à comprendre les raisons de son comportement parfois possessif et bien trop violent. Lorsque son amie lui expliqua qu'elle avait ressenti la même chose lorsque son père eut son accident. Jack fut surpris d'apprendre cette nouvelle, et en fut atrristé. En effet, lorsqu'il était enfant, le père O'Hara était une personne joviale et respecté de tous. Combien de fois avait il dit à Jack de prendre soin de sa fille ou sinon il le jetterait aux crocodiles. L'enfant qu'était le jeune homme à l'époque craignait et adulait en même temps cet homme si bon envers ceux qu'il aimait. Il eut donc un sourire triste tout en s'adressant à Georgiana:

" Tu ne peux pas savoir combien cela m'attriste ce qui est arrivé à ton père. Je doute bien que cela à du être difficile pour lui mais je suis certain que sa princesse ne l'a jamais abandonné. " Ajouta t il en lui adressant un sourire sincère. Le jeune homme en profita également pour la remercier. Car la jeune femme venait de lui proposer son aide pour Lydia, pour faire renaître l'ancienne Lydia de ses cendres. Cela émut le blondinet qui s'apercevait que Georgiana était la seule personne à se soucier du sort des frères et sœurs Cooper. Désormais, un avenir plus serein s'ouvrait au jeune homme, conscient de cette chance inouïe. Par la plus hasardeuse des coïncidences, il avait retrouvé son ancien amour de jeunesse, sa confidence. Désormais, elle deviendrait certainement une amie très chère.

Soudain, la jeune femme se leva et s'excusant auprès de Jack, s'approcha de lui et lui fit un baiser sur la joue du jeune homme. Ses dernières paroles furent réconfortantes et synonymes qu'ils se reverraient certainement. Jack l'embrassa également tout en ajoutant :

" Ce sera avec grand plaisir ma petite Géorgie! A très vite alors! " Dit il alors avec un grand sourire. Puis, il regarda sa silhouette partir de la pièce. Décidément, cette matinée s'était passer merveilleusement bien. Rien ne pouvait en cette journée chaude altérer sa bonne humeur. A son tour, il se leva et quitta la salle à manger pour aller rejoindre sa chère sœur qui devait l' attendre. Quelque chose lui disait que sa route se croiserait un jour à nouveau vers celle de Georgiana L. O'Hara.



RP TERMINE
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



>
PROFIL
RPG
MessageSujet: Re: "Nous séparer, ils ont jamais été cap d’y arriver. "   

Revenir en haut Aller en bas
 

"Nous séparer, ils ont jamais été cap d’y arriver. "

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» En fait, elle ne nous a jamais quittés.
» Ça n'aurait jamais pu marcher entre nous, chérie ! [Remy]
» Notre pire ennemi ne nous quitte jamais, car c'est nous mêmes (With Rebecca)
» ce que nous faisons : les sauts en image
» Et si nous fermions la frontière avec la RD ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GHOSTS OF THE ABYSS ♛ :: Archive RP-