AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | .
 

 Vous reprendrez bien une madeleine ? [ Sacha D. MASTERS]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

Invité

>
PROFIL
RPG
MessageSujet: Vous reprendrez bien une madeleine ? [ Sacha D. MASTERS]   Lun 14 Jan - 20:22


Peter Somerset avait tenu la poignée de la porte dans sa main moite, le coeur battant et la peur au ventre, le temps d'une seconde qui lui avait paru une éternité. . Puis n'y tenant plus, il l'avait lâchée, trop angoissé de se confronter à la dure réalité des choses. La salle des Désirs. Le paquebot réputé pour son incroyable  modernité et son confort matériel recelait au pont B une salle au nom bien étrange et aux vertus magiques . Mais Peter n'avait pas besoin de luxe ni de douceurs. Peter ne songeait qu'à Juliet, sa femme, son âme soeur et son absence le dévastait. Où était-elle ? Que faisait-elle ? Avait-il eu raison de se sacrifier pour elle ? Etait-elle heureuse loin de lui ? L'avait-elle déjà oublié ? Non, cela ne se pouvait. Peter mourait d'envie de la voir dans la salle des Désirs, belle et incroyablement vivante. Et si …. Et si Juliet n'avait plus besoin de son époux, de son héros qui l'avait sauvé d'une mort affreuse, confiant sa vie et son coeur à un autre ? Pourrait-il le supporter ? Non, Peter savait bien que non.  Son coeur serait un peu plus dévasté qu'il ne l'était déjà, irrémédiablement, désespérément. Un mort n'a pas d'états d'âme, songea-t-il avec amertume. Alors pourquoi avait-il toujours cette sensation cruelle de n'être pas là où il le fallait, loin de ceux dont il avait besoin ? Pourquoi cette impression de vide, de froid au fond du coeur ? Le jeune anglais venait soudain de comprendre qu'il n'aurait jamais le courage de se confronter à l'indicible vérité. La vie continuait pour Juliet et il ne pouvait s'en prendre qu'à lui. La sauver avait été un geste d'amour pur et désintéressé, complètement fou. Hélas, la savoir loin de lui était un déchirement de chaque instant.

En proie à une incertitude qui le rongeait, Peter avait lâché comme si elle lui brûlait la main la poignée de la porte d'une salle des Désirs qui lui parut soudain effrayante, un lieu interdit pour lui. C'était bien assez de souffrir à chaque instant de n'être plus désormais qu'une partie d'un tout, inutile et errant à la recherche de son autre moitié. Peter soupira et tourna les talons. Il devait bien exister une autre façon de faire revivre sa dulcinée et de se sentir moins seul en quelque endroit sur ce maudit navire.  

Peter se sentait d'humeur mélancolique et décida de se rendre au café parisien. Après tout, il était acteur et même s'il n'avait jamais obtenu de rôle , il pourrait toujours s'imaginer en voyage de noces, attablé à la terrasse d'un café parisien en compagnie de Juliet. Un sourire attendri flotta un instant sur ses lèvres, le temps d'apercevoir près de la porte ouvrant sur un lieu aussi enchanteur celle qui représentait tout à ses yeux sauf la vivante représentation de Juliet. Sacha. Sacha MASTERS. La déprimée arrogante comme il se plaisait à la surnommer, l'air moqueur devant ses compagnons de jeu et de beuverie de troisième classe. La jeune femme se trouvait une fois de plus sur son chemin, à croire qu'elle lui collait comme une mauvaise glue, insupportable et inévitable. Pourquoi s'obstinait-elle à lui parler alors qu'il faisait tout pour la décourager ? Elle venait une fois de plus de gâcher un instant de plaisir à bord du paquebot. Ils étaient si rares compte tenu de l'animosité de plus en plus grande que Peter éprouvait pour ce vaisseau fantôme, le haïssant parfois comme s'il s'agissait d'un ennemi à combattre, presque humain et aussi insupportable.

Le jeune homme avait fait suffisamment de chemin en direction du café pour rebrousser chemin sans passer pour un faible. La jeune femme ne pouvait pas ne pas l'avoir vu. Peter n'aurait pu supporter pareille humiliation car Sacha n'aurait pas manqué de se moquer de lui lors de leur prochaine entrevue, persuadée d'avoir au moins une fois, eu le dessus sur lui. Le jeune acteur était sur le point de jouer sa grande scène romantique avec une Juliet invisible et de pénétrer dans la café parisien. Il ne laisserait certes pas Sacha lui gâcher ce moment d'intimité imaginaire avec Juliet. Peter ne pouvait guère faire autrement que de la saluer. Il pria intérieurement même si l'idée d'une prière le faisait hurler pour qu'elle ne cherche pas à engager une conversation qui  laisserait une nouvelle fois le jeune homme dans un état de colère et de frustration. Leurs discussions finissaient soit par l'assommer soit par le mettre hors de lui. Sacha était si.... elle était tellement......

L'acteur plaqua un sourire mielleux sur ses lèvres qui ne demandaient qu'à  ordonner à Sacha de le laisser en paix.

- Bonjour Sacha ! Quoi, une journée entière sans vous croiser, je pensais que la chance m'avait abandonné.

Peter se demanda a posteriori si Sacha allait se fâcher de son ironie mordante ou si elle si elle s'en divertirait. A vrai dire, il s'en moquait bien car le jeune homme mélancolique ne voulait rien tant que s'installer à une table face à une chaise vide, la place de Juliet. Là, il siroterait avec plaisir un café fumant tout en dégustant des madeleines appétissantes, les yeux perdus dans le vague, songeant à la femme qu'il avait perdu. Cependant, la politesse la plus élémentaire lui recommandait d'attendre un semblant de réponse.

- Sacha, je ne vous savais pas attirée par la culture.... française et l'atmosphère si romantique des cafés parisiens.


Dernière édition par Peter Nicolas Somerset le Mar 19 Mar - 15:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité

>
PROFIL
RPG
MessageSujet: Re: Vous reprendrez bien une madeleine ? [ Sacha D. MASTERS]   Jeu 24 Jan - 18:53

    Sur ce navire, il y avait de nombreuses pièces, tellement de pièces que parfois je me perdais presque. Je suis là depuis un an, mais je suis tellement souvent restée cloîtrée dans ma chambre que je suis loin de bien connaître ce navire, par rapport à certains, mais que voulez-vous, je suis comme ça, même si dernièrement, j'essaye de surmonter cela, d'être moins dépressive que je ne le fus au tout début. Enfin, parfois c'est quand même difficile de résister, je pleure, je pense que je le ferrais toujours plus ou moins, mais je peux rien y faire. Je me baladais donc en dehors de ma cabine pour une fois sans personne à mes côtés, Alfred n'était pas là, et pour le moment, je ne savais pas trop où me rendre, je me laisserais guider au grès de mes pas. Et en les suivant, j'ai fini par atterrir sur le Pont B. Il y a là-bas quelques coins que j'aime bien, notamment le Café Parisien. Je n'ai jamais connue la ville de Paris mais en venait ici, c'est presque magique, j'ai l'impression de pleinement m'y retrouver, de me sentir comme chez moi-même. Je ne sais pas si ce café est très réaliste par rapport à ce qui se fait dans la capitale française mais en tout cas, il est très chic, très sympathique. Et puis, leur café est absolument fabuleux, c'est le meilleur que j'ai pu goûter sur le Titanic. Je rentrais donc à l'intérieur de ce lieu que j'aimais bien. Je commandais donc comme je le faisais lorsque je venais ici, un café donc, quoi de plus naturel ! Je ne m'attendais pas vraiment à voir un visage commun par ici, pourtant, je vis le visage de Peter à travers la porte. Nous nous croisions quelques fois sur le navire, et malgré le fait que je sois assez déprimée, j'essayais de l'aider pour lutter contre son mal du transport. Il n'aimait pas du tout le Titanic, je l'aidais à le voir d'une meilleure façon, mais parfois, je me demandais si cela en valait la peine. Je ne savais pas trop ce qu'il pensait de moi cela dit, j'avais entendu des rumeurs à notre sujet mais je n'avais jamais démentie cela et lui non plus je pense même si ça ne faisait pas du bien à notre image. En même temps, je m'en fichais de mon image sur le navire. Je lui fis un petit signe et il s'approcha, ouvrant la bouche, bouche pleine d'ironie mais je commençais à être habituée, c'était sa façon de faire avec moi en tout cas.

    " Bonjour Peter, moi aussi je suis ravie de vous voir ici ! "

    Oui, c'était ma façon de répondre. Nous aurions pu nous tutoyer à force de nous rencontrer mais il était un garçon bien élevé, il m'avait toujours voussoyé alors je faisais la même chose, je voulais pas le vexer. Il me dit alors qu'il était étonné de me trouver ici pourtant, je venais régulièrement, c'était simplement la première fois que nous nous croisions ici.

    " Pourtant je viens régulièrement ici. Mais je vous en pris, asseyez-vous donc que je vous offre un café ! "

    Je ne savais pas trop s'il avait envie de discuter avec moi, mais je l'invitais comme j'aurais fait avec n'importe qu'elle connaissance.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité

>
PROFIL
RPG
MessageSujet: Re: Vous reprendrez bien une madeleine ? [ Sacha D. MASTERS]   Mer 30 Jan - 16:26

Juliet s'était introduite dans l'existence et le coeur de Peter, comme un rayon de soleil qui avait tout inondé, tout embelli, tout remplacé. Il n'était plus rien avant le souvenir de ce qu'elle avait fait de lui et le jeune anglais se refusait dès lors à ne plus être autre chose que l'amour de sa vie. Ne plus l'avoir à ses côtés à chaque instant dans les rires et le malheur, ne plus sentir son corps chaud et parfumé lové contre le sien dans leur couchette du Titanic comme une assurance qu'il ne serait plus jamais seul, l'avait paniqué et le laissait aujourd'hui dans une fragilité émotionnelle qu'il n'arrivait pas à endiguer. Peter se sentait en permanence désorienté et tiraillé entre le besoin d'être fidèle à l'image que Juliet avait eu de lui, celle d'un jeune homme charmant et le besoin d'être seul, livré à sa peine immense. Toute conversation était une épreuve pour lui, chaque jour qui se levait lui était douloureux, privé de son rayon de soleil. Une méfiance bien légitime s'était immiscée peu à peu dans ses rapports avec les femmes du navire. Le moindre sourire échappé de ses lèvres pâles semblait une insulte à la mémoire de Juliet, un regard accordé trop pesamment à une jolie compagne d'infortune , une véritable trahison conjugale. Aussi évitait-il de fréquenter le monde menaçant de la gent féminine. Mais il ne pouvait fuir tout le monde et finissait toujours par tomber sur quelque relation croisée de temps à autre. Sacha Masters appartenait à cette catégorie de passagers, le genre nuisible, de celui qui pouvait tout bouleverser et provoquer chez lui des émois auxquels il se refusait absolument.

Quand il avait décidé par amusement et par nécessité de rejoindre le café parisien afin de se jouer la scène de la lune de miel en compagnie de Juliet, il ne s'attendait pas à retrouver Sacha. Pourtant, elle était bien là, avec ses mots prévenants, sa politesse bien huilée et son sourire désarmant. Pourquoi se trouvait-elle toujours sur son chemin, le sourire mielleux aux lèvres et la parole doucereuse ? C'est ainsi que Peter la considérait la plupart du temps, c'est ainsi qu'il tenait absolument à la voir. Sacha lui faisait peur, ne le lui avouerait jamais mais elle lui causait de l'inquiétude. L'acharnement qu'elle montrait afin de le pousser à se confier finirait par avoir raison de ses défenses . Il s'était déjà laissé aller à quelque confidence sans grand intérêt. Mais il craignait de lui confier trop de choses, il s'inquiétait de ces rumeurs persistantes sur le navire qui les disaient amoureux, allant jusqu'à imaginer un baiser échangé entre eux. Un baiser ? Un baiser amoureux et langoureux avec cette femme ? Peter s'était empressé de démentir, un peu trop vite au goût de certains . Non, affecter de la détester était préférable, pour lui, pour Juliet et peut-être aussi pour Sacha elle-même. La tristesse de Sacha faisait écho à la sienne et un rapprochement entre les deux jeunes gens serait le début d'un malheur encore plus grand pour lui. Plus que tout, il redoutait que le souvenir de Juliet ne s'estompe peu à peu, jusqu'à s'effacer complètement pour ne plus voir que le visage de Sacha. Non, il ne pourrait l'autoriser. Alors, il se montrait distant, offensant parfois et ironique la plupart du temps.

- Un café ? Vous ennuyez-vous à ce point pour offrir à un homme un café ou craignez-vous que personne ne le fasse à votre place ? Sûrement une de ces habitudes françaises où la liberté de moeurs efface la moindre des politesses et usages mondains que nous autres, britanniques apprécions tant.

Peter ne pouvait s'empêcher d'afficher sa mauvaise humeur en permanence sur le bateau mais elle ne durait guère. Juliet aurait été contrariée de le voir se montrer cynique et méchant envers une femme. Après tout, il avait l'éternité pour jouer sa fameuse scène de lune de miel au café parisien. Peter rendit son regard doux à Sacha et accepta la proposition. Ce n'était guère s'engager que d'accepter un café . Du moins, l'espérait-il .


Dernière édition par Peter Nicolas Somerset le Mar 19 Mar - 15:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité

>
PROFIL
RPG
MessageSujet: Re: Vous reprendrez bien une madeleine ? [ Sacha D. MASTERS]   Ven 8 Fév - 15:30

    Ma relation avec Peter était un peu bizarre pour ainsi dire. J'essayais de l'aider, je sentais qu'au fond de lui, il était comme moi, que se confier à quelqu'un lui ferrait du bien, mais il y avait toujours ce fossé entre nous. Et puis, il y avait ces nombreuses rumeurs qui disaient que nous avions échangé un baiser dans un coin reculé du navire, comme pour cacher notre idylle aux yeux de tous. Il n'était pas laid physiquement parlant, il faut se l'avouer, mais il n'était pas question d'entretenir une liaison avec lui. Je le considérais comme un ami, même si je ne savais pas c'était le cas pour lui. Il avait souvent ces petites remarques cassantes et ironiques, comme pour se protéger finalement, comme pour mettre au devant de lui ce bouclier qui se fissurait petit à petit, très lentement. Mais je ne désespérais pas un jour de le faire se confier à moi sur ce qu'il avait sur le coeur. Il devait retrouver une certaine joie de vivre, il le méritais après tout. Je n'y arrivais pas personnellement, mais je pouvais l'aider. Il ne voulait peut être pas pleinement de cette aide, mais les peu de fois où il s'était ouvert, qu'il avait commencé à me parler de choses un peu plus intimes, son coeur s'était refermé presque immédiatement après. Les fenêtres d'ouverture sur celui-ci sont rares, mais précieuse, il va vraiment falloir que je fasse en sorte que le laps de temps soit plus important. Il se montrait distant avec moi, mais s'était sa façon de communiquer, je m'y étais parfaitement habituée, et je ne m'offusquait de presque rien avec lui. J'étais ici, et il arrivait, coïncidence ou signe de la fatalité ? Vous choisirez ce qu'il vous plait, mais nos rencontres n'étaient jamais vraiment préméditée, elles se faisaient souvent par hasard, comme si nous étions destinés à nous croisés de temps à autres. Je le saluais et lui proposais donc un café. Il me répondit alors comme il avait l'habitude de le faire, de façon ironique et cassante, mais il acceptait quand même. Un café, ce n'était pas la mer à boire, si ?

    " Si vous aviez été une belle jeune femme j'en aurais fait de même Peter, rassurez-vous. Nous sommes morts de toute façon, alors pourquoi ne pas profiter d'une boisson délectable avec un arôme si intense ? "

    Je ne savais pas s'il aimait spécialement le café, mais depuis que j'en avais goûté, j'aimais en boire régulièrement, ici ou ailleurs sur le navire. La conversation commençait bien en tout cas, comme souvent à vrai dire.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité

>
PROFIL
RPG
MessageSujet: Re: Vous reprendrez bien une madeleine ? [ Sacha D. MASTERS]   Sam 2 Mar - 15:55

Désolé pour le retard Embarassed

Une simple invitation . Ce n'était qu'une simple invitation. Un café, deux ou trois madeleines, une conversation agréable sans sous-entendus, sans cette agressive séduction qu'il détestait tant chez les femmes d'aujourd'hui. Il n'y avait rien à en attendre, rien à craindre non plus. Pourtant Peter se méfiait de l'invisible et de la sournoise émotion qui s'approche de vous à pas de loups, s'insinue en vous, lentement, l'air de rien puis vous submerge jusqu'à ne plus vous lâcher. Une anodine rencontre avec Sacha Masters pouvait se transformer en une romantique love story. Voilà ce que craignait le jeune homme, effrayé à l'idée de succomber à la douceur de la jeune femme, à sa déprime. Peter partageait au moins le même sentiment de tristesse depuis que Juliet s'en était allée, le laissant tout seul. Il avait sauvé la vie de sa merveilleuse épouse, sans prendre la peine d'y réfléchir, mû par l'horreur de la voir se noyer. Mais il lui arrivait de le regretter et d'éprouver une colère diffuse. Rejeter le Dieu qui les avait séparés était une évidence, maudire le destin qui sépare les jeunes personnes qui s'aiment était une source d'apaisement bienvenue. Pourtant, il arrivait au jeune anglais de ressentir un sentiment étrange, une méchante pensée polluant son esprit et son coeur, irrépressible et cruelle pensée qui lui chuchotait que si Juliet l'avait vraiment aimée, elle aurait refusé de le liasser seul à son effroyable destin. La mort à deux est toujours préférable à une existence loin de l'homme que l'on aime.

Et puis, Sacha était arrivée, douce et réconfortante illusion que les tendres sentiments ne meurent jamais, que la vie peut braver la mort. Et si la mort n'était pas l'ultime et victorieuse solution ? Et si la vie, mystérieuse et courageuse , possédait le pouvoir de se régénérer et d'envahir des coeurs déjà éteints ? Serait-ce Sacha ? Serait-ce cette folle furieuse de Scarlett ? Et si Sacha était la solution ? Séduire l'une pour berner l'autre ? Le paquebot fantôme n'était-il pas plein de ces rumeurs selon lesquelles Sacha et lui se seraient embrassés ? Un baiser romantique, un baiser de presque amour déjà. Peter sourit .

- Je suppose qu'il n'y aurait pas grand mal à se laisser corrompre pour un café. Vous parlez d'arôme mais sentez-vous ce parfum désirable ? Comment y résister ? Moi, je ne le puis.

Peter se montra galant et laissa passer Sacha afin qu'elle choisisse la table qui lui conviendrait le mieux. Il ne ne s'était pas attablé dans un café depuis Juliet mais ce n'était pas un rendez-vous romanesque à proprement parler. Il tira la chaise à lui et décida de s'asseoir face à la porte. Le pauvre garçon fuyait Scarlett comme la peste et s'en irait pour peu qu'elle apparaisse sur le seuil.

- Souhaitez-vous agrémenter votre café de quelques madeleines ? Je suppose que non. Vous n'aimeriez pas prendre du poids, n'est-ce pas ?

Le jeune homme éclata de rire. Peter se réjouissait toujours de mettre Sacha dans l'embarras.

- Ne croyez pas pas que je vous trouve trop grosse. Quoi que …. Je vous trouve ...en forme. Je faisais référence à notre état végétatif. Sans doute l'aviez-vous déjà compris. Mes amis me disent que j'ai parfois un humour assez lourd.

Peter Somerset ne voyait jamais quand ses propos blessaient. Il était souvent facile de lui imputer une certaine méchanceté dans ses propos quand il ne songeait qu'à s'amuser. Mais aujourd'hui, le jeune acteur n'était pas d'humeur à la causticité ni à la provocation. Non, il avait besoin de se confier mais s'adressait-il à la bonne personne ?


Dernière édition par Peter Nicolas Somerset le Mar 19 Mar - 15:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité

>
PROFIL
RPG
MessageSujet: Re: Vous reprendrez bien une madeleine ? [ Sacha D. MASTERS]   Ven 8 Mar - 16:03

    Ma relation avec Peter était pour ainsi dire un peu spéciale. Nous nous entendions bien en général, il me lançait de petites piques de temps en temps mais je ne le prenais jamais mal. Et puis, il y avait cette rumeurs, plutôt persistante comme quoi, nous nous serions embrassés sur le navire, il n'y a pas si longtemps, pourtant, personne n'avait pu nous voir puisque le baiser n'avait pas eu lieu, mais quelqu'un s'était amusé à lancer cette rumeur. Peu importe, elle n'était pas fondé quoiqu'il arrive. Je lui proposer donc un café, comme je l'aurais fait à n'importe qu'elle connaissance, mais c'était tombé sur lui. Il me parla d'un parfum plus désirable que l'arôme d'un café. Je ne comprenais pas l'allusion, en tout cas, il disait ne pas pouvoir y résister, alors il devait peut être dire qu'il adorait le café de cette façon, je ne savais pas trop quoi en penser. Je répondais donc simplement par un petit sourire à cela ne sachant que dire. Nous nous asseyons donc à une table et il use donc de son humour plutôt caustique, un humour que je connaissais à présent mais qui pouvait être blessant quand on n'est pas habitué à Peter. Je souriais comme à chacune de ces blagues, c'était un peu sa façon à lui de rester positif pour ainsi dire. Il me parla donc de madeleines. Il pensait que je n'en prendrais pas, car je ne voulais pas prendre de poids et qu'il me trouvait suffisamment en forme comme ça. J'étais pourtant loin d'être grosse mais c'était sa façon à lui de m'offrir ces petits gâteaux et moi le café. Il fit référence à ma déprime chronique mais je souriais à ces quelques propos, décidément, il semblait être en forme.

    " Et bien, je prendrais volontiers quelques madeleines, je n'ai pas peur d'avoir un postérieur plus imposant vous savez ! Je vous trouve aussi en forme, bien qu'un peu lourd, je fais évidemment allusion à votre humour, mais j'y suis habituée. Vous n'êtes pas quelqu'un de trop gros, mais si vous mangez trop de madeleine, ça ne vous réussira peut être pas. "

    Oui, j'essayais de jouer son jeu, de répondre comme il l'aurait fait si j'avais dit ce qu'il avait dit. La café, ainsi que ces quelques gâteaux arriverait bien vite à présent.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité

>
PROFIL
RPG
MessageSujet: Re: Vous reprendrez bien une madeleine ? [ Sacha D. MASTERS]   Sam 30 Mar - 18:46

La journée aurait pu bien se passer si le jeune homme attablé au café parisien avait été d'une humeur conciliante, le sourire onctueux aux lèvres et le coeur au repos. Sa rencontre avec Sacha D. Masters aurait pu se dérouler en toute quiétude, dans le respect des convenances et illuminée par la plus exquise des galanteries, enveloppant délicatement le rendez-vous d'un voile de romantisme. Le lieu était propice à la douceur de l'instant présent, à la confusion des sentiments et à cette subtile alchimie des coeurs. Hélas, les mots qui devaient sortir de la bouche de Peter Somerset ce jour-là étaient recouverts de fiel à défaut d'être de miel. Animé de la plus parfaite goujaterie et d'une mauvaise foi hallucinante dont il était le champion, Peter prit ombrage des propos de la jeune femme.

- Et bien, je prendrais volontiers quelques madeleines, je n'ai pas peur d'avoir un postérieur plus imposant vous savez ! Je vous trouve aussi en forme, bien qu'un peu lourd, je fais évidemment allusion à votre humour, mais j'y suis habituée. Vous n'êtes pas quelqu'un de trop gros, mais si vous mangez trop de madeleine, ça ne vous réussira peut être pas.

Peter avança une lèvre supérieure boudeuse et baissa les yeux.Sacha l'avait blessé et allait gâcher ce moment délicieux. Pourtant, il avait été sinon heureux de la voir, en tout cas, satisfait et voilà qu'elle était en train de tout détruire par des allusions déplacées, mettant en doute l'adéquation de cet humour british qui faisait fondre Juliet quand par un hasardeux désastre dû aux émotions surprenantes des femmes, elle se fâchait. Le jeune homme fit ressurgir l'enfant capricieux en lui pour déclarer avant de pousser un soupir à fendre l'âme :

- Qu'est-ce que j'ai encore dit pour que vous preniez la mouche ? Je voulais vous faire plaisir en soulignant les courbures de votre corps, courbures alléchantes et arrondies par une alimentation que vous ne savez visiblement pas contrôler.

Peter ne comprenait jamais l'emportement qui accompagnait les réponses qui lui étaient faites alors. Pourquoi lui voulait-on tant de mal alors qu'il ne faisait qu'énoncer des évidences, souligner ce qui n'était pas convenable ? Et une femme enrobée, ce n'était pas convenable. Sacha devait y remédier sans attendre. Le jeune homme ne voulait que son bien et lui parlait en ami sincère et véritable.

- Pourquoi vous vous causez du mal en vous gavant de ces madeleines ? Les femmes ne savent jamais comment se conduire. Je voulais juste vous aider, moi.

Peter haussa les épaules. Sacha devait être d'une de ces humeurs qui rend la femme incertaine et cruelle. Il faudrait le supporter et en attendre des excuses qui ne viendraient jamais. Peter connaissait Sacha et Sacha connaissait Peter. Il fallait toujours qu'elle le titille, qu'elle le pousse jusqu'à ses derniers retranchements et elle revenait ensuite, avide de confidences, pénétrant dans son intimité comme seule une âme soeur aurait eu l'audace de le faire, comme si le silence qui s'interposait entre deux de leurs rencontres effaçait tout, pardonnait la moindre de ses paroles, excusait ses regards ironiques et son sourire entendu.

Le jeune anglais choisit de ne pas répondre à l'esprit sarcastique de Sacha et oublia bien vite sa mauvaise humeur. Peter Somerset, le pauvre veuf inconsolable aux mille visages. Tantôt gai et aussi léger qu'un rire d'enfant, parfois pesant et aussi pénible qu'une croix à porter. Sacha n'avait pas l'air de s'en plaindre et ne cherchait pas à le fuir. Bien au contraire. La rumeur enflée, vive comme le cours d'eau qui coule à toute vitesse, propulsée par un vent complice avait couru dans chaque coursive pour chuchoter que Sacha et Peter avaient partagé un baiser doux et langoureux, hasardeux et inopiné, joyeux et optimiste pour un avenir interminable au sein du Titanic. Mais ce n'était qu'une illusion. Peter n'aurait jamais trahi Juliet. Il lui était bien assez pénible de refroidir les ardeurs de Scarlett J. Hamilton. Les femmes sont incroyables, pensa le jeune homme en soupirant Il ne les comprendrait jamais. Le soleil chassa les nuages et apparut sur le visage de Peter. Il regarda malicieusement Sacha, attendant patiemment les madeleines pour Sacha et l'excellent café au parfum subtil qui n'allaient plus tarder.

- Dites, nous sommes bien amoureux ?

Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité

>
PROFIL
RPG
MessageSujet: Re: Vous reprendrez bien une madeleine ? [ Sacha D. MASTERS]   Jeu 25 Avr - 15:37

    J'essayais de faire preuve d'un peu d'humour avec Peter mais je ne sais pas s'il appréciera ou non. Il faut dire qu'aujourd'hui, il semblait être plutôt de mauvaise humeur sans que j'y sois pour quelques choses, du moins je l'espérais grandement, ce serait triste que je lui fasse un si mauvaise effet. J'avais peut être été dure dans mes derniers propos, mais bon, je ne pouvais pas passer à côté de cette remarque quelques peu déplacée. Je ne l'avais pas appréciée et je le lui avais fait savoir. Je n'étais pas la plus maigre sur le navire, mais je n'étais pas non plus très grosse, il fallait arrêter de dire cela sur mon compte car ce n'était pas du tout vrai. Peter le pensait peut être vu les paroles qui suivirent de son gosier. Il soupira avant de me dire que je prenais bien trop rapidement la mouche, que je ne savais pas contrôler mon alimentation comme si cela était mal de manger quelques madeleines avec un peu de bon café. S'il me trouvait trop grosse alors il devait assurément prendre des lunettes, ou revoir son jugement de la grosseur car je ne l'étais pas le moins du monde. Il voulait soit disant m'aider à garder la ligne, mais n'étais-ce pas lui qui me proposait des madeleines alors que je n'avais pas l'intention d'en manger, juste de prendre un bon café ? Pourtant, je n'osais rien dire à ces propos, je n'avais pas envie de rentrer dans un débat que je trouvais totalement stérile. Pourquoi débattre sur des madeleines à vrai dire ? Vous en voyez un quelconque intérêt vous ? Moi, je n'en vois pas vraiment, alors j'avais décidé de ne pas relever ceci. Alors que le café et ces fameuses gâteries arrivaient dans notre direction, Peter me sortit une phrase qui me fit devenir aussi rouge qu'une tomate. Étions-nous amoureux ? Il lâchait un pavé dans la marre qui débordait de tous les côtés. Je ne savais plus où me mettre lorsque le serveur arriva pour déposer les cafés et les gâteaux. Je lui dis un petit merci qui fut à peine audible, tellement la question du jeune homme devant moi me gêner. Je n'avais plus du tout de répartie d'un coup là, je ne savais plus quoi dire, je me retrouvais bête devant ma tasse fumante qui embaumait déjà mes poumons. Puis, dans un élan de lucidité, je lui disais ce que je pensais.

    " Peut être, qu'est ce que vous en pensez ? "

    J'aurais pu lui dire oui, ou alors non, mais en fait, je ne savais pas du tout si nous étions amoureux, ou si c'était simplement une amitié qui nous liait. Ce serait plus simple si ce sentiment était clair pour moi, mais en l’occurrence il ne l'était nullement.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



>
PROFIL
RPG
MessageSujet: Re: Vous reprendrez bien une madeleine ? [ Sacha D. MASTERS]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Vous reprendrez bien une madeleine ? [ Sacha D. MASTERS]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Vous reprendrez bien un peu de soupe de Potidji ?
» Vous reprendrez bien un verre?~♫
» Connaissez-vous bien les films Disney... Test...
» Bonjour, vous êtes bien sur le répondeur de... Ah, non, merde, c'est la version Moldue...
» Votre perso ? Descrivez-le ! Vous etes bien avec lui ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GHOSTS OF THE ABYSS ♛ :: Archive RP-